Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Attention! [William G. B. Chanel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Attention! [William G. B. Chanel] Mer 20 Aoû - 22:06

Tandis que la pluie martelait le toit du bungalow où je m’étais endormie la veille, j’ouvris les yeux avec difficulté. Aujourd’hui était une merveilleuse journée pour visiter le musée! Je me levai donc de mon lit les cheveux en bataille et les yeux encore ensommeillés. Je mangeai rapidement ma toast puis j’enfilai un simple débardeur gris avec comme à l’habitude des jeans m’arrivant jusqu’aux genoux. Par la suite, je brossai mes cheveux, pris une bouteille d’eau et un parapluie à pois blanc. J’étais désormais prête à découvrir cette galerie historique…


Heureusement que le musée n’était qu’à quelques pas des bungalows car mes bottes étaient déjà inondées d’eau! Lorsque j’arrivai finalement à destination la pluie avait cessé, mais les nuages couvraient toujours le soleil matinal. Finalement, je m’avançai vers les immenses colonnes qui supportaient l’auvent de la galerie. Rapidement je les contournai puis j’ouvris avec difficulté les grandes portes qui me s’éparaient que de quelques mètres seulement de l’exposition historique. Quelle fut ma surprise quand je découvris qu’il y avait moins de gens que je l’imaginais! Seules certaines personnes circulaient à travers différentes rangées. Tant mieux, comme cela je pourrais en profiter plus longtemps ! Suite à un de mes certains moments de réflexion mes pieds se dirigeaient vers les rangées de statues connues, la plupart je les connaissais déjà grâce à de nombreux livres dont j’avais parcouru certaines pages.  Lorsque  je pris une pause pour admirer celle de Jean Talon un bruit me déconcentra. Je reconnus alors une silhouette qui dégringolait à travers les rangées bousculant tous ceux qui s'y trouvaient sur son chemin. Ce garçon avait les cheveux blonds et il portait un veston cravate, son nom me vint alors à l’esprit : William G.B. Chanel! Mais pourquoi court-il ainsi? Il passa alors près de moi accrochant du coude la statue d’Einstein, j’allais intervenir pour arrêter ce gamin lorsque la statue commença par basculer de l’avant à l’arrière, une femme en panique cria : ÉLOINGNE TOI! Mes yeux se posèrent alors rapidement sur une jeune fillette de 5 ans qui allait bientôt se faire abattre si je n’intervenais pas immédiatement. Prise de panique je figeai alors le temps… Juste à temps d’ailleurs, car un seul cheveu de plus et la jeune demoiselle n’aurait pu s’en sortir… Je replaçai donc le personnage de béton à sa place… En colère je regardai avec froideur celui qui avait causé cet incident.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Attention! [William G. B. Chanel] Ven 22 Aoû - 16:16

6h 30.

Je me levais en essayant de faire le moins de bruit possible pour mon "colocataire", le jeune Lockart, il était tellement mignon, on avait l'impression qu'il faisait la moue lorsqu'il dormait. Mais mon attention fut inutile puisqu'il se réveilla cinq minutes après.

Juste avant qu'il ne se réveille j'avais enfiler un pénoir pour prendre ma douche et faire ma toilette.

7h 05.

Après ça je sortis du bungalow en tenue de sport pour faire mes échauffements physique et vocaux. Je courus une dizaine de minutes et m'arrêta dans un coin isolé de la plage et commença mes échauffements en chantant
"va va voom":
 
.

7h 30.

Je rentras, me changeas et allas prendre un magnifique petit déjeuner en pensant à mon superbe livreur de journaux ...

7h 45.

Le musée ouvrait dans un quart d'heure si j'y allais maintenant j'arriverais un peu avant l'ouverture, je partis donc du petit café où j'avais pris mon petit-déjeuner. En route je vis une jeune fille se faire accommoder par deux lycéen, plutôt grand pour leurs âge, je dois bien l'avouer ... Je décidas de passer mon chemin jusqu'à ce qu'elle gifle l'un d'eux et qu'ils commencèrent à l'agresser.

Je vins alors derrière le deuxième et lui caressas la nuque, afin de lui enlever sa voix et enchaînas :

- Ne voyez-vous donc pas que vous la dégoûtez plus qu'autre chose ?!

Celui à qui j'avais enlever la voix se retourna brusquement et essaya de m'insulter mais aucun son ne sortit de sa bouche. Intérieurement une satisfaction immense satisfaction m'avais submerger, c'était l'une des première fois que j'utilisais ce pouvoir. Le deuxième s'avanças alors d'un air menaçant vers moi mais quand j'utilisas la voix de son amis il eut un mouvement de recul.

- Eh bien que vous arrive-t'il ? Dis-je avec la voix de son ami, leur victime en profita pour s'en aller doucement ...

Ils partirent alors plutôt vite et moi je repris mon chemin, tout fier, comme un enfant, en croyant que c'était fini.

8h.

J'étais au guichet du musée, lorsque j'aperçus un groupe de sept personnes avec, à leurs têtes, les deux guignols de ce matins, je me mis donc à courir vers les pièces du musée et, sans que les vigiles puissent faire quelque chose, ils me suivirent. J'étais en train de courir et à un moment mon coude heurta une statue d'Einstein, le temps que la statue vacille je m'arrêta puis entendis une femme hurler <<ÉLOINGNE TOI!>>, je remarquas alors qu'une petite fille se trouvai sur la trajectoire de la chute de la statue et sans que je ne puisse rien faire elle allait se faire écraser ...

Et s'en que je me rende compte de rien, tout était revenu à sa place et une jeune fille me dévisageai d'un air sévère et froid.

- Qu'y a-t-il encore ? Avez-vous un problème ?

Elle s’apprêta à répondre lorsqu'on entendit des cris par là où j'était rentré, je me crispas, tournas doucement la tête et ouvris grand les yeux. Le groupuscule de toute à l'heure arriver à grande vitesse, je claqua la porte et la coinça à l'aide d'une chaise et soupiras lorsqu'un grand coup se fit entendre contre la porte, ils essayaient de la défoncée !
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Attention! [William G. B. Chanel] Sam 23 Aoû - 2:12

Soudain l’on entendait des cris provenant de l’extérieur de la pièce où nous étions situés… Un craquement se fit donc dans la porte en bois, aux aguets je surveillais l’assembler me demandant qui pourrais bien être le coupable de cette petite embuscade. Puis mon regard s’arrêta encore une fois sur le jeune William qui avait le teint livide et le visage crispé. C’était d’ailleurs possiblement lui qui avait placé une chaise sur la porte pour sauver sa peau.

Mais pourquoi faut-il toujours que je répare ses erreurs ? me murmurais-je

Suite à mon raisonnement un autre craquement se fit entendre. Tous les pauvres innocents étaient morts de peur, la plupart s’étaient cachés dans le placard à balais réservé au musée tandis que les autres s’étaient cramponnés au sol l’un contre l’autre. Je devais encore une fois faire appel à mon pouvoir, je figea le temps. J’étais désormais la seule à pouvoir bouger tous mes membres. Lorsque je fus sûre que personne ne résistait pas à mon pouvoir j’avançai vers le jeune maladroit, posa ma main sur son épaule puis dans un sursaut il se défigea.

Écoute j’ai le pressentiment que ses gens-là ne sont pas nos amis, je ne pourrais pas utiliser mon pouvoir trop longtemps une force invisible me fait perdre de l’énergie de seconde en seconde, je le ressens, il faudra donc utiliser un autre moyen pour tous nous faire sortir de ce problème. lui dis-je d’une voix inquiète.

Il voulut répondre, mais la porte qui nous protégeait tous se défonça par un coup de pied faisant sursauter les citoyens. J’étais maintenant trop épuisée pour retenir mon pouvoir. Le teint pâle je tombai d’un coup sec sur le tapis de la galerie historique. Je ne pouvais plus rien faire pour William il devait d’abord et avant tout me laisser reprendre des forces. Habituellement j’aurais pu me servir de mon pouvoir plus longtemps mais quelque chose m’épuisait une chose avec une grande force magnétique… Puis mon esprit fut plongé dans le noir…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Attention! [William G. B. Chanel] Ven 29 Aoû - 8:35

J'entendis cette jeune fille murmurer quelque chose comme :

- Mais pourquoi faut-il toujours que je répare ses erreurs ?

Même stressé par la porte qui commençait à faiblir. Agacé, je grinças entre les dents :

- Si c'est comme ça je n'aiderais plus les gens dans la rue !

L'on entendit la porte, à nouveau, Je me murmurais :

- Nom de Dieu ! Mais comment ais-je fais pour attirer tous ces pauvres gens la dedans ...

Pile à ce moment là, le temps s'arrêta et une main se posa sur mon épaule, c'était la jeune fille et d'après ce que j'avais compris elle l'avait arrêté et me dit :

- Écoute j’ai le pressentiment que ses gens-là ne sont pas nos amis, je ne pourrais pas utiliser mon pouvoir trop longtemps une force invisible me fait perdre de l’énergie de seconde en seconde, je le ressens, il faudra donc utiliser un autre moyen pour tous nous faire sortir de ce problème.

Et juste après ça elle s'écroula sur le sol puis la porte s'ouvrit d'un coup brusque.

Je me fixa au milieu de la pièce et frappa d'un coup sec sur la gorge de l'homme, à qui j'avais volé la voix, en faisant ça je lui rendit sa voix , mais je n'avais pas calculé le fait que ça lui coupais la respiration un court instant, il s'écroula donc sur le sol.

Ils s'avancèrent tous devant moi, libérant de ce fait la porte derrière eux.

Je fis signe au gens de partir, ils détalèrent tous en moins de deux sauf la pauvre fille. D'après ce que j'avais compris il lui fallait JUSTE du temps, je fis donc chauffer mes neurones pour trouver un gain de temps ...

- M******rd*, me dis-je.

Mais avec chance les vigiles arrivèrent, le temps que les délinquants s'étaient mis autour de moi et par chance ils ne s'étaient pas approché de Jenifael. Une fois que tout le monde étais partis je la souleva et la posa sur un banc dehors, puis j’allais prendre deux Hot-dogs et revint.

Puis attendit qu'elle se réveille afin de la remercier et tout lui expliquer...
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Attention! [William G. B. Chanel] Dim 31 Aoû - 23:54

Lorsque que je me réveillai finalement de mon léger évanouissement, les oiseaux gazouillaient autour de moi et une fine brise caressa mon visage presque translucide me faisant du bien. Mes mains tremblaient légèrement et mes yeux quant à eux étaient entrouverts. Au fur et à mesure que mes yeux s’habituèrent à la vaste luminosité du soleil matinal je fus surprise de me retrouver sur un banc à l’extérieur du musée, ma tête reposant sur les genoux de William. Lorsque que je fus capable de me relever sur mes coudes je senti alors que tous mes muscles étaient meurtris, tandis que ma tête était bouleversée par tous les évènements qui s’était passée en une heure seulement. William qui était assis près de moi tenait dans chacune de ses mains un hot-dog. Finalement je réussi à distinguer tous les trait de son visage malgré ma vision  embrouillé. Je m’assis avec difficulté forçant un sourire pour montrer que tout allais bien.  Puis le jeune homme  me tendit le hot dog qu’il avait gentiment apporté pour moi. Je le remerciai par un simple merci puis je commençai par prendre une première boucher, Nous mangions en silence fixant tous se qui se trouvait près de nous. Même si l’atmosphère était calme, je savais qu’à l’intérieur de nous deux fusionnait beaucoup de questions. Lorsque j’us terminer mon repas, je fus  certaine que ma bouche était vide pour lui demander ce qui c’était passer au musée mais je fus devancer par le gardien de la galerie historique qui c’était posté devant nous…

- He bien jeune gens! S’exclama-t-il d’un sourire narquois, je me demande pourquoi mes collègues de travail ne vous ont pas arrêté vous aussi, vous avez du vous cachez par peur de vous faire escorter au poste de police continua-t-il d’un air supérieur, rendez-vous maintenant et je ne dirai pas à vos parents ce qui est arrivé…

Je me levai donc prestement du banc voulant faire valoir mon opinion, je répliqua :

Je suis navré de vous décevoir mais nous ne sommes pas de cette gang de guignol dont vous parlez et d’ailleurs qu’es qui vous dit que nous avons fait un tel crime? Lui demandais-je d’une voix plus timide qu’a l’habitude.

- Sachiez mademoiselle quand ce moment vous êtes les seuls à fréquenter le musée et je suppose que vous n’avez pas vu les cônes oranges que nous avons placé devant l’entrée du bâtiment, me prenez-vous pour un innocent? Lança t’il rouge de colère.
Je me rassis sur la banquette la tête basse, dorénavant je saurais plus prudente avant de m’adresser à une sentinelle. Puis il s'empressa d'ajouter :

- vous êtes d’ailleurs surement resté ici pour faire d’autres magouilles dans la galerie historique et nous faire croire que vous êtes de pauvre gens de passage. Allez assez les confrontations suivez-moi…

Brusquement, il tourna les talons sans même regarder vers l'arrière
N’ai en plus le courage pour me défendre je le laissa partir sans même rajouter un mot

Toujours assit auprès de William, je lui donnai donc un coup de coude insistant, le suppliant de faire quelque chose pour nous faire sortir de ce nouvel ennui…
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Attention! [William G. B. Chanel] Dim 21 Sep - 12:39

J'attendais que le temps passe et en évitant de manger par pur politesse, pour la personne presque morte qui dormait sur mes genoux, tout en écoutant le chant des oiseaux. Soudain elle ouvrit les yeux !

- Oh mon dieu, on a l'impression qu'elle a prit une cuite monumentale
! La pauvre, elle s'est vraiment donnée a fond ! Me dis-je intérieurement, alors mon sourire forçé se transforma en sourire réconfortant...

Elle se força alors à s'assoir, faiblement, puis me fis un tout petit sourire. Je lui tendis alors l'hot-dog que je lui avait acheté, un "merci" sortit de sa bouche. Nous mangeâmes avec de petites bouchés en regardant tout et rien. Même si des dizaines de questions se bousculaient alors dans ma tête puis elle sortit de notre espèce d'état second sans même avoir avaler ce qu'elle avait dans la bouche comme si elle était pressée par sa question mais le gardien du musée, qui s'était posé devant nous sans qu'on y fasse attention, l'interrompis avant même qu'elle puisse commencer :

- He bien jeune gens! S’exclama-t-il d’un sourire narquois, je me demande pourquoi mes collègues de travail ne vous ont pas arrêté vous aussi, vous avez du vous cachez par peur de vous faire escorter au poste de police continua-t-il d’un air supérieur, rendez-vous maintenant et je ne dirai pas à vos parents ce qui est arrivé…

- Dites-donc ce n'est pas parce que vous êtes un adulte "responsable" que vous devez absolument être chi... désagréable ! Me chuchotais-je.

Mais avant que je puisse faire quelque chose Jenifael se leva brusquement pour protester :

- Je suis navré de vous décevoir mais nous ne sommes pas de cette gang de guignol dont vous parlez et d’ailleurs qu’es qui vous dit que nous avons fait un tel crime?, qu'elle demanda d'une voix plutôt timide. Mais il rétorqua brusquement :

- Sachiez mademoiselle quand ce moment vous êtes les seuls à fréquenter le musée et je suppose que vous n’avez pas vu les cônes oranges que nous avons placé devant l’entrée du bâtiment, me prenez-vous pour un innocent? Lança t’il rouge de colère.
Je me rassis sur la banquette la tête basse, dorénavant je saurais plus prudente avant de m’adresser à une sentinelle. Puis il s'empressa d'ajouter :

- vous êtes d’ailleurs surement resté ici pour faire d’autres magouilles dans la galerie historique et nous faire croire que vous êtes de pauvre gens de passage. Allez assez les confrontations suivez-moi…


Il se retourna alors brusquement pour nous emmenez au poste ou à la direction du musée. Mais Jenifael me donna un coup de coude et me supplia du regard de faire quelque chose pour nous sortir de la...

Je toussa : Hum, hum !

Il se retourna. J’enchaînais :

- Ce n'est pas parce que vous vous croyez supérieur qu'il faut être cassant, de plus cette jeune fille as fait tout ce qu'elle pouvait pour aider ces gens alors je ne vous permet en aucun cas de lui parler ainsi !

Il ouvrit la bouche pour répondre mais je l'interrompis :

"Chhht", et je lui posa la main sur la nuque vous n'êtes qu'une personne détestant son travail et faisant tout pour avoir l'air supérieur mais vous n'êtes rien de plus qu'un glandeur qui s'en prend au éventuel "fauteurs de troubles" qui le sont d'après vous alors je vous demanderais de ne pas nous ennuyez !

Tout en lui disant ça, je réussis à lui prendre la main de Jenifaël, puis ... *SBAFF*

- Oh je suis désolé, une mouche.

Puis je ramenas Jenifaël contre moi pour lui dire :

-Que ce soit clair on fait une ligne droite jusqu'au bungalow, quoiqu'il y ait sur notre chemin!

On se mit alors à courir le plus vite possible et une fois assez éloigné je mis de la musique avec l'accord de Jenifaël. (A éditer)
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Attention! [William G. B. Chanel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...
» Attention, araignées qui tuent ..
» William Delacroix [ Voleur ]
» William Sanders

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: