Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
5 Eleves ▲ 147 Pt ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 156 Pt ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
6 Eleves ▲ 82 Pt ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
7 Eleves ▲ 219 Pt ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
7 Eleves ▲ 187 Pt ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
5 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
  
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Jeu 26 Mai - 21:02

”Info”:
 


Je marchais dans le couloir, je n'arrivais plus trop à réfléchir. J'avais mal au crâne, mal au ventre, mal au cœur... Mal partout... Je devais ressembler à un zombie à tituber comme ça. Je sentais le sang couler de mon nez. Il descendait sur mon visage, puis ruisselait sur mon torse nu. J’espérais que le bandage improvisé fait à Tadi servait au moins un peu. Sinon, cette perte de T-Shirt aura été bien inutile.
Les couloirs me semblaient bien longs. Je ne faisais pas attention aux gens que je croisais. Je ne savais même pas si j'en avais croisé... Je ne savais même plus où j'allais... Il est quelle heure ? Je... Non... Je voulais perdre cette maudite clé et maintenant j'en avais deux... Mais j'avais plus l'intention de les perdre. Je devais les garder, on comptait sur moi.

Tourner en rond. C'est ce que j'avais l'impression de faire. J'avais la tête qui tournait. Comme si... Je perdais la raison. Ce sang que je perdais, il fallait que j'arrête ça. Mais si mon nez était cassé je ne savais pas comment faire. Et là, je me souvins de là où je devais aller : à l'infirmerie. Mais oui... C'était pourtant tellement évidant. Mon état m'avais fait oublié ça. Je devais y aller avant de me vider de mon sang...
Je marchais donc avec difficulté vers l'infirmerie. Avec un peu de chance, Mme Lya ou Mme Keyphalos y sera. Il le fallait, j'avais besoin d'aide, clairement. J'avais voulu faire le malin. Je me pensais intelligent, que ma méthode pour perdre ma clé était parfaite... Pas du tout... J'étais juste pathétique. J'avais fait l'idiot...

Le peu d'attention qui me restait était utiliser pour contrôler mon pouvoir. Normalement avec mon saignement de nez, l'obscurité aurait du clignoter. Mais j'aurais sûrement eu beaucoup plus mal au crâne. Enfin c'est ce que je pensais.
Malgré mes yeux qui connaissaient à se fermer à cause de l'épuisement, je réussis à me traîner jusqu'à la porte de l'infirmerie. J'entrais sans frapper et sans faire attention à la présence d'une quelconque personne je m'étalais sur un lit, à bout de force.

◄▬•▬•▬•▬•▬•▬•▬•▬•▬•▬•▬•▬•▬►



J'étais couché, les yeux fermés. Je n'entendais rien, juste un petit bourdonnement. J'ouvris les yeux et la lumière m'éblouit. Je dus cligner des yeux un moment. Au-dessus de moi se trouvait un plafond d'une blancheur étonnante. Je tournis la tête d'un côté et reconnu l'infirmerie. Que faisais-je ici ? Je... ah... Je m'en souvins alors. Ma clé... Le combat... Tadi... Le sang... Je... Je regardais mon corps. Une couverture avait été placée sur moi. Je ne sentais plus le sang couler de mon nez. Quelqu'un m'avait donc trouvé ? Forcément... J'étais dans l'infirmerie... Mais... J'étais là depuis combien de temps ? Je ne me souvenais plus de rien depuis mon arrivée ici.
Un bruit de l'autre côté de la pièce m'interpella, du côté où je n'avais pas regardé avant. Je tournai donc la tête et vis quelqu'un de dos. Mme Lya si je ne me trompais pas. Elle semblait ne pas avoir remarqué mon éveil. Une chose m'interpella : Tadi. Il était où Tadi ? Il n'était pas dans l'infirmerie. Je... Je... l'avais tué ? Non... Je peux pas avoir tué quelqu'un... Je... Non... C'était pas possible... Y devait juste pas être venu ici... C'est ça...
Je t'entais une phrase presque inaudible :

-Je... Je...

Mais je me coupais tout seul. Je n'arrivais pas à parler. C'était comme si je n'avais pas envie de parler. Je savais que je pouvais, mais je me sentais coupable et tellement stupide... J'avais combattu avec une raison tout sauf raisonnable. Je voulais arrêter le jeu du Principal, mais tout ce que j'avais fait c'était le nourrir. Nourrir le Principal avec un combat inutile qui aurait du ne jamais arriver...
Je devais savoir. Je ne me sentirais pas tranquille tant que je n'avais pas le cœur net.

-Il... Il est où Tadi ?

Cette fois mes mots avaient résonné dans la pièce silencieuse. C'était étrange... Je m'en foutais de mon état... Je voulais juste savoir si Tadi allait bien. C'était ma faute... Tout était de ma faute... Les larmes commencèrent à naître aux coins de mes yeux. Ça n'aurait jamais du arriver... Jamais...
avatar
I ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 934
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Mar 31 Mai - 15:32


Kristal était en train de faire l'inventaire des médicaments de l'infirmerie lorsqu'un élève torse nu déboula sans crier gare dans la pièce, le pas mal assuré. Celui-ci ignora royalement le médecin et l'infirmière présentes pour aller directement s'étaler dans le premier lit venu sans dire un mot, probablement épuisé. S'interrompant dans sa tâche, le médecin lança un regard à sa collègue Pandore, qui avait probablement déjà déduis la même chose qu'elle en voyant l'état de ce jeune homme : il sortait forcément d'un combat, et s'il était assez conscient pour venir jusqu'ici, c'est qu'il avait gagné son duel et qu'il devait probablement y avoir un autre élève quelque part dans ce lycée qui n'était pas en mesure de se déplacer de lui-même. La nymphe n'eut même pas besoin de dire quoi que ce soit à sa collègue qu'elle se dirigea d'elle-même vers la sortie de l'infirmerie pour partir à la recherche d'un potentiel deuxième patient.

Une fois l'infirmière partie, Kristal reposa les diverses grilles qu'elle avait commencé à remplir pour faire le compte des stocks sur le meuble le plus proche, avant de se diriger vers le lit où l'élève s'était étalé. Couché à plat ventre sur le petit lit d'hôpital, le jeune homme semblait immense, ses pieds dépassant de plusieurs centimètres du bout de la couchette. Le médecin examina d'abord son dos, et, constatant qu'il n'y avait aucune blessures là, entreprit de retourner l'élève pour le placer sur le dos. Elle vit alors que le jeune homme avait le visage et haut du torse couverts de sang, celui-ci s'étant visiblement échappé de son nez.
La jeune femme soupira : décidément, les élèves de ce lycée avaient une fâcheuse tendance à se faire exploser le nez, c'était assez incroyable. Le point positif, c'est qu'il était bien plus simple d'examiner un corps totalement inconscient que d'avoir à supporter les plaintes d'un patient un peu trop fragile lorsqu'on avait affaire à ce genre de blessure. Un nez potentiellement cassé, ça peut faire affreusement mal. Mais heureusement pour ce jeune homme, son nez n'était miraculeusement pas cassé, sa paroi osseuse avait gardé une forme normale et le saignement intempestif qui avait encore lieu pour le moment serait bientôt réglé.

La nymphe ferma les yeux et posa délicatement sa main droite sur l'arrête du nez de son patient. Elle concentra son pouvoir quelques secondes, avant de le laisser s'échapper de ses doigts pour pénétrer la peau du jeune homme, sentant la chaleur se propager dans les petits vaisseaux sanguins. Après quelques secondes, elle rouvrit les yeux - ceux-ci ayant pris une teinte violacée - et put constater que le saignement du nez s'était interrompu. Elle sourit devant son travail : c'est qu'elle commençait à devenir une véritable experte en soin de nez cassés à force, elle sentait déjà que ce genre d'opération lui drainait moins d'énergie que lorsqu'elle avait dû le faire pour la petite Bergson il y a quelques mois.

-----------

Il s'était passé presque deux heures lorsque enfin le patient au nez explosé se réveilla, et Kristal n'entendit pas tout de suite les faibles mouvements qu'il avait pu faire en se retournant légèrement dans son lit. C'est une petite voix presque éteinte qui informa la jeune femme du réveil de l'élève, la sortant de ses activités - qui consistaient tout simplement à signer divers papiers pour de nouvelles commandes de médicaments pour l'infirmerie, rien de bien pressant.

- Je... Je...

La jeune femme se retourna pour regarder l'élève qui avait apparemment du mal à parler et butait sur ses mots. Même en ne le voyant que de loin, il semblait vraiment afficher une mine affreuse.

- Il... Il est où Tadi ?

Kristal se dirigea d'un pas lent vers le petit lit de son patient, se grattant l'arrière de la tête tout en réfléchissant. Elle entreprit de répondre à la question du jeune homme tout en se rapprochant de l'endroit où il se situait, traversant la pièce pour ne pas avoir à élever la voix.

- Tadi... Tadi... Le cadavre alcoolisé de la salle de repos ?

La question que la nymphe avait posé était bien entendu rhétorique : si elle suivait une déduction logique, le Tadi dont cet élève parlait devait certainement être la personne contre qui il s'était battu. Celui que Pandore avait cherché et soigné un peu plus tôt. Elle ne voyait pas de qui d'autre il pourrait bien parler à part de son probable adversaire.

- Ne t'en fais pas pour lui, on a deviné que tu devais sortir d'un combat, Pandore a réussi à le trouver et elle s'en est occupée. Il doit probablement se reposer dans sa chambre à l'heure qu'il est : il en avait bien besoin apparemment...

Maintenant debout à proximité du lit de son patient, Kristal pouvait voir malgré la tête baissée de celui-ci qu'il avait les yeux brillants, comme s'il était sur le point de pleurer. C'était bien sa veine tiens, elle ne s'attendait pas vraiment à cette réaction. Qu'est-ce qu'elle était censée faire maintenant ? Parce que visiblement, sa réponse n'avait pas rassuré son patient, et elle n'était pas habilitée à gérer les crises de larmes. La nymphe se tourna vers sa collègue, à la recherche d'un quelconque soutien, mais celle-ci lui tournait le dos, ne lui offrant aucune échappatoire.
Kristal se mordit légèrement l'intérieur de la joue, les bras croisés, cherchant un moyen d'éviter la catastrophe qui semblait sur le point d'éclater. Il fallait absolument qu'elle rassure ce grand dadais. Et vite. Elle s'adressa donc à nouveau à lui, pour lui communiquer la première chose qui lui traversa l'esprit.

- Pandore m'a dit que tu lui avais bandé la tête en utilisant ton t-shirt ? C'était un bon réflexe, même si sa blessure au crâne n'était pas trop importante. Et que ça a ruiné ton t-shirt.

Elle accompagna cette dernière phrase d'un geste désignant le torse du jeune homme caché sous sa couverture et d'un petit rire pour détendre l'atmosphère : les blagues, c'est bien pour détourner l'attention, alors peut-être que ça allait marcher pour lui redonner le sourire ? La jeune femme n'était pas totalement convaincue, mais il fallait bien qu'elle essaye quelque chose. Quelle idée avait-il eu de se battre avec un autre élève si c'était pour qu'il se retrouver dans un tel état émotionnel après cela ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Dr. Kristal Z. Lya panse vos plaies en Lightseagreen.
DC : Mikhaïl M. Malenkov - Gwendal Malenkov - Astalée N. Galaght - Anthony G. Kim.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 371
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Jeu 16 Juin - 15:43


J'étais mal... Je n'arrivais pas à penser... Je n'arrivais pas à croire à ce qu'il s'était passé.
Mme Lya s'avançait doucement vers moi. Elle avait une main à l'arrière de la tête et semblait réfléchir. En marchant elle dit :

-Tadi... Tadi... La cadavre alcoolisé de la salle de repos ?

Ces mots résonnèrent dans ma tête. Le... cadavre ? Mais non... Pas le cadavre... Il... Non... Je l'avais laissé et il était vivant... il était vivant... Je... Mais donc mon bandage improvisé avait été inutile. Si Mme Lya avait utilisé le mot ''alcoolisé'' ça voulait sûrement dire que c'était à cause de l'alcool... C'est ça... Tout n'était pas de ma faute... Enfin si... Mais non... Mais...
La médecin continua de parler.

-Ne t'en fais pas pour lui, on a deviné que tu devais sortir d'un combat, Pandore a réussi à le trouver et elle s'en est occupée.

À ces mots, j'eus un soupire de soulagement. Il était donc vivant...

-Il doit probablement se reposer dans sa chambre à l'heure qu'il est, il en avait bien besoin apparemment...

J'étais rassuré... Tadi allait donc bien... Enfin, pas bien, mais mieux que ce que j'avais pu imaginer. J'avais cru le pire, je savais que j'étais pas capable de tuer quelqu'un... J'aurais du réfléchir un peu... Mais j'avais tellement peur. Je m'en voulais tellement...
Mme Lya était debout près de moi. Je sentais son regard sur moi, c'était normal... Mais j'avais honte. Je n'aurais jamais du venir à l'infirmerie et me laisser mourir dans un coin... J'avais les larmes aux yeux et j'avais mal au cœur. Une douleur plus mentale que physique. J'étais partagé entre la fierté d'avoir gagner une clé pour ma classe et du dégoût. Un dégoût inexplicable. Un dégoût envers moi-même...

-Pandore m'a dit que tu lui avais bandé la tête en utilisant ton T-shirt ? C'était un bon réflexe, même si sa blessure au crâne n'était pas trop importante. Et que t'as ruiné ton T-shirt.

Elle désigna mon torse de la main et rit doucement. C'était vrai ça... J'avais vraiment ruiné mon T-shirt... Heureusement que je ne l'aimais pas particulièrement. Mais... Je ne souris même pas. La pauvre avait tenter de me remonter le moral mais ça n'avait pas vraiment été utile...
J'allais vraiment pleurer... Les larmes aux bords de mes yeux n'avaient qu'une seule envie, glisser le long de mes joues. Mais... Je... Je n'avais pas envie de pleurer, je ne pouvais pas me le permettre... Je me souvenais des mots de Luna « On... on avait besoin de toi... De ton sourire... ». Désormais, je ne m'autoriserais plus des larmes pour rien. Pleurer sera quelque chose de réserver aux choses vraiment triste. Sourire sera au contraire quelque chose de vital. Et puis... Je devais être là pour Luna. J'étais son bras droit, elle comptait sur moi comme moi je comptais sur elle. Mais était-ce vraiment Luna que j'avais vu lors du combat ? Et les autres... Mio était-elle vraiment là ? À voir son copain se ridiculiser au plus haut point ? Est-ce que Inezia était vraiment venue engueuler son grand frère ? Je... Je ne savais plus... Je ne savais plus rien. Dans ma tête tout était emmêlé. Tout était trouble... Je ne pouvais pas séparer le vrai du faux... J'avais l'impression que mon crâne allait exploser, que... que... que je devenais fou ? Peut-être...
Je relevais les yeux vers Mme Lya. Elle devait savoir, pouvoir m'aider... Forcément...

-Je... Pendant le combat... J'allais perdre, abandonner. Et puis... J'ai vu des gens qui n'étaient pas là... Je les voyais et ils me parlaient... Je deviens fou c'est ça ?

Il me fallait lui demander. Je ne savais pas pourquoi je lui demandais. Mais elle devait sûrement mieux savoir que moi. Moi j'étais faible... Et puis j'avais ce goût de sang dans la bouche. Un goût horrible que je déteste. Et pourquoi j'étais comme ça ? À cause d'une clé... Pour perdre une clé de merde... Et maintenant j'en avais deux. D'ailleurs... Je tâtais la poche de mon pantalon pour voir si les clés étaient toujours là, mais non. Elles n'étaient plus dans ma poche. J'essayais l'autre poche mais toujours rien. Mon portable avait disparu également. Je fus pris d'un élan de panique.

-Elles sont où ? Les clés, elles étaient dans ma poche mais elles n'y sont plus... Je...

Alors en fait... J'avais pas gagner le combat... J'avais juste rêver à cause de mes blessures... Tadi avait gagné et avait gagné ma clé... En plus il avait pris mon portable comme bonus. J'avais vraiment tout perdu... J'arrivais pas à y croire. J'étais vraiment nul... Juste nul... Comment des gens pouvaient avoir confiance en moi alors que... Non... Je ne comprenais pas...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

¤~----< Shane fait tomber la nuit en DarkOrange. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~☆~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Mes Awards:
 
avatar
I ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 934
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Lun 4 Juil - 21:47


Bon. Eh bien, on ne pouvait pas dire que la petite blague du médecin avait eu un quelconque effet sur le jeune homme face à elle. Pas même l'ombre d'un sourire, c'était plutôt minable comme tentative pour détendre l'atmosphère. Le point positif, c'est qu'il n'avait toujours pas craqué, mais il affichait toujours une véritable tête d'enterrement.
Kristal resta debout immobile quelques instants, cherchant quelque chose à dire à ce pauvre garçon : il semblait totalement perdu dans ses pensées et n'avait toujours pas relevé la tête, il devait vraiment se sentir mal. Peut-être était-ce son nez qui le faisait toujours souffrir ? Ou était-ce parce qu'il s'inquiétait toujours pour son adversaire qu'il avait mis au tapis ? Alors qu'elle cherchait à déterminer l'origine de son malaise, son patient releva alors les yeux vers elle, et lui posa timidement une question, la voix peu assurée.

- Je... Pendant le combat... J'allais perdre, abandonner. Et puis... J'ai vu des gens qui n'étaient pas là... Je les voyais et ils me parlaient... Je deviens fou c'est ça ?

Kristal le regarda, légèrement interloquée. Il était plutôt rare que quelqu'un de son âge entende des voix et ait des hallucinations sans montrer de réels troubles psychologiques flagrants. De plus, le jeune homme qui lui faisait face semblait mentalement stable - ou du moins, plus stable que pas mal de monde dans cet établissement. La jeune nymphe posa ses mains sur ses hanches, réfléchissant calmement à la question : elle avait bien une idée sur ce qui avait bien pu lui arriver, mais il faudrait qu'elle en sache plus pour réellement pouvoir lui répondre.
Soudain, du coin de l’œil, elle pu voir le grand jeune homme s'agiter dans sa couchette, se tortillant dans tous les sens, visiblement à la recherche de quelque chose.

- Elles sont où ? Les clés, elles étaient dans ma poche mais elles n'y sont plus... Je...

Le jeune homme semblait totalement paniqué : il avait maintenant envoyé sa couverture sur le sol et fouillait frénétiquement son lit à la recherche des petits objets en question. Avant qu'il ne se décide à potentiellement également balancer son oreiller sur le sol, le médecin avança rapidement de quelques pas pour attraper les poignets du jeune homme et le regarder dans les yeux. Elle plongea ensuite son regard dans celui de son patient et s'adressa à lui d'une voix assez forte pour réclamer son attention.

- Eh, oh, calme-toi ! J'ai vidé tes poches pour ne pas que tu te fasses mal en dormant dessus. Tout est dans le tiroir de ta table de chevet, juste là, tu peux vérifier.

Elle relâcha son emprise sur les poignets du jeune homme et accompagna ses mots d'un geste vers sa poche, pour en sortir les clefs du tiroir en question, avant de l'ouvrir pour dévoiler son contenu au jeune garçon qui s'agitait nerveusement dans sa petite couchette. Deux clefs de territoires, ainsi qu'un téléphone portable, accompagnés de quelques morceaux de papier chiffonnés tapissaient le fond du tiroir.
Kristal haussa un sourcil en désignant le contenu du tiroir de sa tête : elle n'était peut-être pas le médecin le plus recommandable de l'île, mais elle n'était tout de même du genre à dépouiller les élèves de l'établissement qui la payait. De plus, même si elle en avait eu envie, elle ne voyait honnêtement pas ce qu'elle aurait bien pu faire de ces objets.

- Tu vois ?

La jeune femme soupira, avant de se diriger vers un meuble voisin, à la recherche d'un cachet d'aspirine : tout se remue-ménage couplé à l'utilisation de son pouvoir quelques heures plus tôt commençait à taper dans son crâne, il fallait qu'elle remédie à cela. Tout en attrapant deux petites pilules dans une boîte en plastique bleu clair, elle reprit la parole, avant qu'elle n'oublie de répondre aux interrogations précédentes du jeune garçon.

- Et sinon, pour ton autre question...

Elle avala les deux pilules d'une traite, avant de retourner auprès de son patient, pour se placer à l'extrémité de son lit, appuyée sur les barreaux en métal du bout de la couchette. Elle réfléchit quelques instants à ce que le jeune homme lui avait dit plus tôt. Il lui semblait comprendre de quoi il parlait, et elle était quasiment certaine qu'il n'avait aucun soucis à se faire concernant sa santé mentale, mais elle préférait lui demander plus de précisions, si le jeune voulait bien les lui accorder.

- Non, tu ne deviens pas fou. Enfin, je ne pense pas. Ces gens que tu voyais, que tu entendais, qu'est-ce qu'ils te disaient exactement ?

Kristal se préparait à écouter la réponse de son patient, lorsqu'elle réalisa qu'elle avait oublié de lui demander son nom. Elle se frappa le front du plat de la main, honteuse de ne pas l'avoir fait plus tôt.

- Euhm, excuse-moi, je me permets de te couper mais, tu pourrais me donner ton nom et ta classe s'il te plaît ? J'ai déjà rempli ta fiche médicale, mais je dois t'avouer que je n'ai pas eu le temps de chercher ta photo parmi notre pile de dossiers.

Voilà. C'était tout de même mieux de savoir à qui elle avait affaire, il fallait bien l'avouer.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Dr. Kristal Z. Lya panse vos plaies en Lightseagreen.
DC : Mikhaïl M. Malenkov - Gwendal Malenkov - Astalée N. Galaght - Anthony G. Kim.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 371
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Jeu 7 Juil - 16:58


J'étais juste dépité. Je ne savais plus où j'en étais. Pourquoi j'étais là...
Non. J'avais ces clés ! Je m'en souvenais. Je jetais ma couverture de côté pour mieux fouiller mon lit. Les clés avaient certainement glissé de ma poche. Mon portable aussi. Ce n'était pas possible... J'allais commencer à fouiller l'oreiller quand des mains attrapèrent mes poignets. C'était Mme Lya. Elle me regardait droit dans les yeux. Son regard me calma un peu. La fraîcheur de ses mains aussi.
Elle me dit ensuite d'un voix plutôt forte :

-Eh, oh, calme-toi ! J'ai vidé tes poches pour ne pas que tu te fasses mal en dormant dessus. Tout est dans le tiroir de ta table de chevet, juste là, tu peux vérifier.

Ses mots m'avaient ôter toutes la crainte qu'il me restait. Elle me lâcha et fouilla dans ses poches. Elle en sortit une clé et ouvrit le tiroir dont elle parlait. Tout était effectivement là. Les deux clés, mon portable... J'étais rassuré mais en même temps, mes autres sentiments d'avant ma crainte revinrent.

-Tu vois ?

-Oui...

J'hochais doucement la tête et me rassis sur le lit. Instinctivement je m'étais mis en tailleur. Je ne savais toujours pas quoi penser.
Mme Lya s'éloigna de moi pour aller chercher quelque chose d'un meuble pas loin. Elle prit une petite boîte bleu et en sortit deux pilules. C'était pour moi ? Elle avait marre de m'entendre donc elle sortait les somnifères ? Non... Encore une fois je devais psychoter. C'est tout ce que je faisais en ce moment avec déprimer et pleurer. Ouai... C'était pas la joie.

-Et sinon, pour ton autre question...

Mon autre question ? De quoi parlait-elle ? Ah mais oui. Cette question... J'avais failli oublier. Elle avait donc une réponse ?
En revenant vers moi, elle avala les deux pilules. C'était donc pour elle. C'était évident. Mme Lya se plaça au bout de mon lit, enfin du lit de l'infirmerie. Elle était appuyée sur les barreaux en métal et semblait réfléchir. Hum... Une vrai médecin. J'avais toujours remarqué que les médecins réfléchissaient presque plus qu'un Passion.

-Non, tu ne deviens pas fou. Enfin, je ne pense pas. Ces gens que tu voyais, que tu entendais, qu'est-ce qu'ils te disaient exactement ?

Mmh... C'était vrai que je ne lui avais rien dit à propos de ça... Trop préoccupé par les clés. Je me souvenais de tout en détail, de leurs visages, de leurs mots.

-Et bien... Ils...

Je ne pus pas continuer plus. Mme Lya semblait confuse et me dit :

-Euhm, excuse-moi, je me permets de te couper mais, tu pourrais me donner ton nom et ta classe s'il te plaît ? J'ai déjà rempli ta fiche médicale, mais je dois t'avouer que je n'ai pas eu le temps de chercher ta photo parmi notre pile de dossiers.

Oh... C'était vrai que ça non plus je n'avais pas fait : me présenter. J'étais entré ici comme un touriste et je m'étais endormi comme un mulot. Je n'y avais pas pensé...
Je lui fis un petit sourire vraiment faible.

-Je suis Shane Danson, le souriant bras droit des Passions.

Je n'arrivais pas à croire que ce ''souriant'' me paraissait faux désormais. Avant c'était ma marque de fabrique. Je souriais tout le temps... Et maintenant plus qu'en me forçant. J'avais l'impression de ne plus avoir le droit de sourire. D'ailleurs... J'effaçais mon sourire de mon visage.
Mme Lya nota les informations que je lui avais donné tandis que je fermais les yeux. Je revoyais la scène comme je l'avais vu la première fois. La voix de Inezia qui m'avait surpris tout d'abord. Puis Mio... Je rouvris les yeux et regardai vers Mme Lya.

-Ce qu'ils m'ont dit je le sais parfaitement... Je m'en souviens. C'était des personnes que j'aimais, que j'avais rencontré...

Ma voix commençait à se nouer. J'avais l'impression d'avoir une boule dans les intestins. Oui... vers cette zone là. Je soupirais avant de continuer :

-D'abord il y a eu Inezia... Cette fille est vraiment gentille. Elle me charrie souvent. Elle est vraiment comme ma petite sœur, une fille forte que rien n'effraie. Elle m'avait demandé sur un ton énervé pourquoi je souriais, j'avais perdu et pour elle je n'avais fait aucun effort Je ne comprenais pas pourquoi elle était là... Et puis il y avait Mio à côté d'elle. Mio... Je l'aime tellement Mio. Depuis que je l'ai rencontré j'ai l'impression que je ne peux plus vivre sans elle...

Je parlais beaucoup. Mais je commençais à avoir du mal à parler. Je baissais les yeux vers un bout du drap qui était à côté de moi et commençai à le serrer dans ma main.

-Elle... Elle a dit que je la décevais... Que je valais mieux que ce que je faisais... J'étais en train d'abandonner et... Je me suis dit que... Ouai... Et Luna... Luna est venue après. Elle pleurait. Luna est vraiment mal depuis que... que... enfin... Je n'aime pas la voir comme ça... Et elle m'a dit que les gens avaient besoin de mon sourire... De mon sourire...

Les larmes commençaient à couler. Je parlais des gens que j'aimais... Mais je ne parlais pas d'eux. Je parlais de moi... Ce n'était pas eux qui avait dit tout ça... Mais mon esprit... Un esprit brisé...

-Je... Ensuite... Y a eu Anny. Elle est si gentille cette fille... Je suis pas quelqu'un de fort mais je n'ai qu'une envie c'est la protéger... Elle m'a dit qu'elle n'aimait pas me voir souffrir... Que ça la rendait triste... Tout le monde était triste... À cause de moi... Sauf une personne. Oscar... Je ne lai rencontré qu'une seule fois... Lors de la Battle School. Mais il était là, dédaigneux... Ces mots résonnent dans ma tête : ''Toujours aussi pathétique. Incapable d'être fort''. Ils...

C'était fini... Je n'arrivais désormais plus à parler. Je pleurais. J'avais... Mon esprit m'avait fait apparaître ces personnes... Et ça m'avait donné la force de me battre... Sauf qu'après ça je ne me souvenais plus de rien... Mes pensées... Mes actes, tout était embrouillé. Je me souvenais juste que j'avais battu Tadi, que j'avais pris sa clé et que j'étais venu ici.. En gros... J'étais perdu... Mon esprit brisé...[/color][/b]

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

¤~----< Shane fait tomber la nuit en DarkOrange. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~☆~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Mes Awards:
 
avatar
I ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 934
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Dim 10 Juil - 16:17


Le jeune homme ne sembla pas se révolter lorsque le médecin lui coupa la parole pour lui demander son nom et tenta même un timide sourire - qui, honnêtement, soit dit en passant, s'apparentait presque plus à une grimace - avant de répondre à sa question.

- Je suis Shane Danson, le souriant bras droit des Passions.

Kristal haussa un sourcil, dubitative : souriant ? Ça n'était clairement pas le premier adjectif qu'elle aurait employé pour décrire ce garçon : elle avait vu des condamnés à mort moins déprimants que ça, mais soit, pourquoi pas. Elle attrapa un carnet à proximité de l'endroit où ils se trouvaient tous deux et nota rapidement le nom et la classe de l'élève, avant que cela ne lui échappe. Une fois chose faite, elle se concentra à nouveau sur le visage du jeune patient, qui avait maintenant fermé les yeux, probablement pour se concentrer et se rappeler les détails de ce qu'il avait pu voir et entendre pendant son combat.
Après quelques instants, Shane releva la tête pour s'adresser à nouveau à la jeune nymphe, apparemment prêt à lui délivrer toutes les informations qu'elle lui avait demandé.

- Ce qu'ils m'ont dit je le sais parfaitement... Je m'en souviens. C'était des personnes que j'aimais, que j'avais rencontré...

Sa voix se noua légèrement et le jeune homme laissa échapper un soupir. Kristal, elle, resta silencieuse, laissant à son patient tout le temps dont il avait besoin pour se soulager du poids qui semblait peser sur lui. Il avait visiblement vraiment besoin de lui parler de tout ça, et bien qu'elle n'avait strictement aucune notion de psychologie, la jeune femme savait au moins que lorsqu'un patient allait mal, il fallait d'abord commencer par écouter tout ce qu'il avait à dire, sans l'interrompre.

- D'abord il y a eu Inezia... Cette fille est vraiment gentille. Elle me charrie souvent. Elle est vraiment comme ma petite sœur, une fille forte que rien n'effraie. Elle m'avait demandé sur un ton énervé pourquoi je souriais, j'avais perdu et pour elle je n'avais fait aucun effort Je ne comprenais pas pourquoi elle était là... Et puis il y avait Mio à côté d'elle. Mio... Je l'aime tellement Mio. Depuis que je l'ai rencontré j'ai l'impression que je ne peux plus vivre sans elle...

Shane baissa les yeux, serrant un coin de sa couverture dans son poing, la voix de plus en plus étranglée par l'émotion.

- Elle... Elle a dit que je la décevais... Que je valais mieux que ce que je faisais... J'étais en train d'abandonner et... Je me suis dit que... Ouais... Et Luna... Luna est venue après. Elle pleurait. Luna est vraiment mal depuis que... que... enfin... Je n'aime pas la voir comme ça... Et elle m'a dit que les gens avaient besoin de mon sourire... De mon sourire...

Une larme commença à perler au coin de l’œil du jeune patient, et entama une lente descente le long de sa joue, bientôt suivie par d'autres. Pauvre petit, il avait vraiment l'air particulièrement bouleversé par ce qui lui était arrivé. Kristal hésita, était-ce le moment pour elle de lui montrer un peu de soutien ? Elle parcourut la pièce du regard, pour constater qu'il ne restait plus qu'eux : Pandore et Ambroise avaient du partir faire une petite balade pendant qu'elle écoutait le petit Passion. La voix brisée du jeune homme ramena la jeune femme au moment présent, ayant pour résultat de la faire se tourner à nouveau vers lui, concernée par son état.

- Je... Ensuite... Y a eu Anny. Elle est si gentille cette fille... Je suis pas quelqu'un de fort mais je n'ai qu'une envie c'est la protéger... Elle m'a dit qu'elle n'aimait pas me voir souffrir... Que ça la rendait triste... Tout le monde était triste... À cause de moi... Sauf une personne. Oscar... Je ne l'ai rencontré qu'une seule fois... Lors de la Battle School. Mais il était là, dédaigneux... Ces mots résonnent dans ma tête : ''Toujours aussi pathétique. Incapable d'être fort''. Ils...

C'en était apparemment trop pour le jeune homme qui se mit à pleurer, empêchant la moindre parole de traverser ses lèvres. Kristal contourna le petit lit du patient, pour se placer à côté de lui et resta quelques instants debout, là, pas tout à fait sûre de la meilleure chose à faire. Elle tordit ses doigts quelques instants, avant de poser une main doucement sur l'épaule du jeune homme.

- Ne t'en fais pas, c'est fini maintenant. Je suis là.

Elle ne savait pas trop pourquoi elle lui avait dit ça. Elle n'avait jamais vraiment été des plus douées en ce qui concernait les problèmes psychologiques. Pas que Shane avait un soucis d'ordre mental, mais plutôt que la blessure dont il fallait s'occuper chez lui n'était pas physique. Ou du moins, ne l'était plus. Kristal se rapprocha un peu plus du petit lit, pour s'asseoir sur le bord et passer son bras autour des épaules du jeune garçon qui pleurait. En règle générale, elle ne faisait jamais cela, elle gardait toujours une distance de sécurité entre ses patients et elle, de peur que son pouvoir n'ait une petit saute d'humeur et se propage sur la personne la plus proche d'elle sans son consentement. Mais aujourd'hui, quelque chose lui disait que ça n'arriverait pas, que la meilleure chose qu'elle pouvait faire était de donner à cet adolescent une présence réconfortante.
Elle caressa quelques instants le dos de Shane, avant de rapprocher sa tête pour qu'il la pose sur son épaule. Elle resta silencieuse quelques minutes, le temps qu'il se calme un peu, puis reprit la parole, d'une voix douce et pas trop brusque.

- Parfois, quand on se bat contre quelqu'un, on peut oublier pourquoi et comment on a fini dans cette situation. Il a du t'arriver quelque chose de ce genre. Ces voix, ces gens que tu aimes, je pense que tu sais qu'ils n'étaient pas réellement là, n'est-ce pas ?

Tout en lui posant cette question, elle recommença à doucement caresser l'épaule gauche de Shane, cherchant les meilleurs mots à employer pour le rassurer. Elle n'était pas vraiment à l'aise et avait l'impression de lui être parfaitement inutile, mais elle continua tout de même, décidée à faire de son mieux pour lui remonter le moral.

- Tu n'es pas fou, crois-moi, sinon je le serais tout autant. Tu es juste trop exigeant envers toi-même. Jamais tes amis ne te diraient ce genre de chose, tout ça vient de toi, de toi qui te punis injustement de manière plus ou moins consciente. Ses voix venaient de ton propre esprit, qui essayait de te rappeler pourquoi et pour qui tu te battais

Elle enleva sa main de l'épaule de Shane pour lui caresser la tête, presque sans le remarquer. C'était comme si elle revenait des dizaines d'années en arrière, quand Zhu allait mal et qu'elle le rassurait, comme si elle n'avait jamais oublié ces petits gestes qu'elle n'avait pourtant jamais refait depuis son accident.
Elle laissa à nouveau un petit moment de silence s'écouler avant de reprendre la parole, ne haussant toujours pas la voix, parlant au petit Passion comme s'il avait été son propre frère.

- Tu m'as l'air d'avoir été particulièrement affecté par les évènements qui se sont déroulés dernièrement, est-ce que tu en as parlé avec quelqu'un ?

Elle posait cette question, mais elle doutait fortement que le jeune homme n'ait dit quoi que ce soit à son entourage ou à un autre membre du personnel. Si tel avait été le cas, il ne serait pas dans cet état-là, sanglotant dans sa petite infirmerie aux murs glacés.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Dr. Kristal Z. Lya panse vos plaies en Lightseagreen.
DC : Mikhaïl M. Malenkov - Gwendal Malenkov - Astalée N. Galaght - Anthony G. Kim.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 371
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Lun 11 Juil - 10:14


Mme Lya semblait impuissante face à ma situation. Je pleurais sans vraiment pouvoir m'arrêter. Je n'arrivais plus à parler. Je ne comprenais plus vraiment pourquoi je pleurais. Pourquoi j'avais fait tout ça... En vérité... Depuis toutes ses années je souriais. Je souriais dans toutes les situations. Mais c'était juste une protection. Parce qu'au fond j'étais quelqu'un de brisé. Il ne manquait qu'un petit quelque chose pour exploser.
La médecin, sans un mot, changea de place en contournant mon lit. Elle vint se placer à côté de moi, debout. Elle ne semblait toujours pas quoi faire mais au bout de quelques contorsions de doigts, elle posa sa main sur mon épaule.

-Ne t'en fais pas, c'est fini maintenant. Je suis là.

Ces mots avaient quelque chose d'apaisants. Elle était là... Oui... Mais elle se trompait. Rien n'était fini, tout ne faisait que commencer. Enfin si. Quelque chose était fini et je n'aimais pas ça du tout. J'avais l'impression que mon sourire n'allait pas revenir. Ces moments de sourire, de joie. J'avais l'impression que je n'y avait plus droit... Comme si je me l'interdisais moi-même.
Mme Lya finit par s'asseoir sur le bord de mon lit. Et elle me surprit en passant son bras sur mes épaules. Elle ne semblait pas vraiment à l'aise. Mais... J'avais l'impression qu'elle faisait le maximum pour me réconforter. Alors que moi je ne semblais pas prêt du tout. Mais j'essuyais tout de même mes larmes. Parce que je devais avoir l'air pathétique. Mais en même temps... Est-ce que ce à quoi j'avais l'air m’importait vraiment ?
Silencieusement, Mme Lya caressa mon dos. Et toujours silencieusement, elle m'attira vers son épaule. J'avais désormais ma tête sur son épaule. Nous ne disions rien. J'avais arrêter de pleurer, mais j'étais toujours loin de sourire. Mes yeux étaient mouillés et joues rougies.

Finalement, elle brisa le silence. Mais elle fit tout en douceur.

-Parfois, quand on se bat contre quelqu'un, on peut oublier pourquoi et comment on a fini dans cette situation. Il a du t'arriver quelque chose de ce genre. Ces voix, ces gens que tu aimes, je pense que tu sais qu'ils n'étaient pas réellement là, n'est-ce pas ?

Tout de suite après, elle recommença à caresser mon dos. Je ne disais rien. Ses mots me faisaient réfléchir. Je le savais qu'ils n'étaient pas là. Je le savais... Je l'avais compris... Mais en même temps, ses inventions de mon esprit m'avaient complètement retourné. J'avais effectivement perdu la raison première de mon combat. Mais je ne l'avais pas oublié. Je l'avais remplacé après tout ça... Je voulais juste perdre ma clé... Et au final je ne voulais plus.
Mme Lya aussi semblait réfléchir.

-Tu n'es pas fou, crois-moi, sinon je le serais tout autant. Tu es juste trop exigeant envers toi-même. Jamais tes amis ne te diraient ce genre de choses, tout ça vient de toi, de toi qui te punis injustement de manière plus ou moins consciente. Ses voix venaient de ton propre esprit, qui essayait de te rappeler pourquoi et pour qui tu te battais.

Sa main disparut de mon dos, de mon épaule, pour venir prendre place sur ma tête. Elle me caressait les cheveux. Inconsciemment je me laissais faire, parce que je pensais à autre chose. Pourquoi et pour qui je me battais... Pourquoi et pour qui... Je me battais. Je me souvins alors ce qui m'avait fait changer de manière de combattre. Je l'avais oublié, mon esprit l'avait effacé. À croire qu'il se jouait de moi... Je me battais... Elle avait raison. Mais mon vrai combat, je ne devais pas le faire avec mes poings. Mon arme à moi c'était mon sourire. Si au final, j'avais choisi de ne plus perdre ma clé, c'était parce que cette clé n'était pas pour moi, mais pour ma classe. Et si j'avais choisi de gagner, s'était parce que je ne voulais plus vivre pour moi. Si je perdais, je gagnais pour moi... Mais je perdais pour tous mes proches. Les personnes qui m'entouraient, ne faisaient pas que m'entourer... Ils me soutenaient tous...

J'allais recommencer aà pleurer. Oui... Mais plus pour la même raison. Mais Mme Lya reprit la parole, toujours aussi calmement.

-Tu m'as l'air d'avoir été particulièrement affecté par les événements qui se sont déroulés dernièrement, est-ce que tu en as parlé avec quelqu'un ?

J'enlevais ma tête de l'épaule de Mme Lya et la baissais, encore plus qu'elle n'aurait pu l'être auparavant.

-Est-ce que... j'en ai parlé à quelqu'un ?

Cette question me fit réaliser énormément de chose. Depuis des jours je restais dans mon coin... Je ne parlais plus à personne... Ma première conversation fut ce matin même... Enfin. Est-ce qu'on était encore le même jour ? Je ne savais plus... Mais en tout cas, cette première discussion ne fut pas normale... J'étais froid, méfiant. Ce Liberté n'avait rien de mauvais et pourtant... Je psychotais tellement que j'aurais pu l'agresser... J'aurais pu si je n'avais pas déjà prévu d'attaquer Tadi plus tard dans la journée... Vraiment... Qu'est-ce que j'étais devenu ? Je n'étais plus moi...
Avec tout ça, je faillis oublier de répondre à sa question.

-Je... Non. Je n'ai parlé à personne...

Mais était-ce vraiment ma faute ? Quand on a des problèmes de ce genre, on doit aller voir un psy... Mais je n'aimais pas les psys... Ces gens qui pensent tout savoir de toi, de ta vie... Alors que pas du tout. En plus... Au vu du psy qu'il y avait dans notre lycée... Je n'avais pas vraiment envie d'aller le voir dans son bureau... Et je ne tardais pas à le dire à Mme Lya.

-Je n'avais pas envie d'aller parler à ce... au psy... Je n'aime pas vraiment parler à ce genre de gens... Je n'ai jamais aimé...

En même temps que je disais ces mots, je réalisais tout autre chose. Il n'y avait pas qu'au psy que j'aurais pu parler... J'aurais pu parler à n'importe qui... Mais je n'avais parlé à personne... J'aurais pu parlé à Mio... Elle est tellement forte Mio, elle m'aurait aidé à retrouver son sourire. J'aurais aussi pu parler à Mlle O'Neill... Elle est comme une mère pour les Passions... Elle ne m'aurait jamais laissé comme ça...J'aurais pu parler à n'importe qui...
Je relevais la tête vers Mme Lya. Un peu en colère envers moi-même.

-Je n'ai parlé à personne. Mais il y avait tellement de monde avec qui j'aurais pu, j'aurais du... J'allais mal et je n'ai pas trouvé bon de chercher de l'aide auprès de mes amis... J'aurais même pu aller parler à Mlle O'Neill... Elle m'aurait aidé.

Toujours assis en tailleur, je posais mes coudes sur mes genoux et appuyais ma tête sur mes deux mains. J'étais pathétique... Juste vraiment nul. Je n'avais même pas de force mentale. J'étais faible, et depuis longtemps... Ma seule force c'était mon sourire et j'étais tellement brisé au fond de moi que j'avais laissé partir cette force. Je m'en voulais. Mais je ne devais pas pleurer. Pas pleurer.
Du coup, et contre moi, je m'énervais. Je relevais la tête et haussais un peu là voix.

-Au lieu de ça j'ai fait quoi ? Rien. Je suis resté dans ma chambre à me morfondre, à ne faire qu'écrire. Et puis... non. J'ai aussi préparé tout un plan pour perdre ma clé. Je voulais plus en entendre parler. C'est ironique vous trouvez pas ? Maintenant j'en ai deux...

Oui... J'avais deux clés. Je ne voulais plus les perdre. Mais de toute façon j'allais les perdre malgré moi. Je n'étais pas assez fort pour garder des clés. J'étais faible à l'intérieur... Donc même si je devenais physiquement plus puissant que tout le monde, ça ne servirait à rien.
Je me calmais à nouveau... En regardant le médecin qui était là à m'écouter.

-Mais en même temps... J'ai pas eu la force de garder ma plus grande qualité... J'arrive plus à sourire... Sans ça, je ne suis plus moi...

Et maintenant j'avais de nouveau envie de pleurer. Je n'arrivais plus à me comprendre. Je craquais... J'en avais marre de ce Lycée, marre de moi... Marre de tout.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

¤~----< Shane fait tomber la nuit en DarkOrange. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~☆~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Mes Awards:
 
avatar
I ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 934
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Sam 13 Aoû - 18:00


A la question du médecin, son patient se déplaça légèrement pour se détacher de son épaule, avant de baisser la tête plus que Kristal n'aurait cru cela possible pour un être normalement constitué.

- Est-ce que... j'en ai parlé à quelqu'un ?

Shane semblait troublé par cette question, pourtant d'apparence si simple. La jeune femme s'attendait à ce qu'elle déclenche un mécanisme de réflexion chez son patient qui lui permettrait peut-être de comprendre un peu mieux ce qui lui arrivait, ainsi elle lui laissa tout le temps dont il avait besoin pour laisser son esprit vagabonder dans ses pensées. Elle n'était pas pressée le moins du monde, bien que la situation dans laquelle elle se trouvait avec cet élève en détresse était loin de particulièrement lui plaire.
Après de longues secondes d'attente, le petit Passion brisa le silence d'une voix faible, presque hésitante.

- Je... Non. Je n'ai parlé à personne...

L'intuition du médecin avait donc été la bonne, sans grande surprise.

- Je n'avais pas envie d'aller parler à ce... au psy... Je n'aime pas vraiment parler à ce genre de gens... Je n'ai jamais aimé...

La jeune femme s'étonna légèrement de la réponse de son patient : jamais elle n'avait sous-entendu qu'il doive en parler à un professionnel, sa question visant plutôt des personnes de son entourage, c'était plutôt intéressant qu'il ait donc directement pensé à cela. Mais elle comprenait à moitié la réponse de Shane : peu de jeunes gens aimaient étaler leur vie privée face à de parfaits inconnus censés leur donner des réponses sans rien savoir de leur vie. Elle respectait tout à fait le métier de ses confrères psychologues et psychiatres, mais elle comprenait toutefois le manque d'enthousiasme que pouvaient avoir certaines personnes à aller les voir - surtout lorsqu'ils étaient aussi... originaux que le pouvait l'être son collègue le Dr. Leowdaeg. Elle-même n'était jamais allée consulter, mais il fallait avouer qu'elle était maintenant curieuse de savoir pourquoi le jeune homme face à elle avait déjà fini dans le fauteuil de l'un de ses collègues par le passé.
Comme s'il venait de prendre conscience de quelque chose, Shane releva doucement sa tête vers elle, puis reprit, le ton de sa voix semblant avoir légèrement changé, se faisant plus ferme, plus dur.

- Je n'ai parlé à personne. Mais il y avait tellement de monde avec qui j'aurais pu, j'aurais du... J'allais mal et je n'ai pas trouvé bon de chercher de l'aide auprès de mes amis... J'aurais même pu aller parler à Mlle O'Neill... Elle m'aurait aidé.

Suite à ces paroles, Shane posa ses coudes sur ses genoux, avant d'appuyer sa tête sur ceux-ci, s'enfermant à nouveau sur lui-même. Kristal hésitait. Il semblait avoir envie d'être seul, mais en même temps, la chose dont il semblait encore plus avoir besoin pour aller mieux, c'était de soutien et de compagnie. Or, si elle pouvait effectivement lui tenir compagnie, elle lui était relativement inutile comme soutien moral : Shane avait besoin de quelqu'un qu'il connaisse, qu'il apprécie, et qui puisse réellement lui apporter de l'aide ; pas d'une personne totalement incapable de le réconforter et bonne qu'à panser ses plaies. Chose qu'elle n'avait d'ailleurs plus besoin de faire, puisqu'elle l'avait déjà soigné durant son sommeil. Mademoiselle O'Neill... Peut-être devrait-elle encourager le jeune homme à plutôt aller la voir elle ?
Interrompant le médecin dans ses pensées, Shane releva la tête, haussant la voix avant de prendre la parole à nouveau.

- Au lieu de ça j'ai fait quoi ? Rien. Je suis resté dans ma chambre à me morfondre, à ne faire qu'écrire. Et puis... non. J'ai aussi préparé tout un plan pour perdre ma clé. Je voulais plus en entendre parler. C'est ironique vous trouvez pas ? Maintenant j'en ai deux...

Ironique en effet, et même relativement impressionnant au vue de l'état du jeune homme qui lui faisait face : était-il plus dangereux qu'il n'y paraissait ou avait-il simplement eu un coup de chance? Maintenant qu'elle y pensait, il était déjà venu la voir dans l'infirmerie il y a quelques temps en compagnie d'une jeune fille couverte de sang. Elle n'avait pas pris la peine de poser la moindre question cette fois-là, mais peut-être était-il véritablement un bon combattant - il faudrait qu'elle songe à se pencher sur la question, lorsqu'elle en aurait le temps. En tout cas, tueur sanguinaire ou non, il se trouvait maintenant dans un état vraiment étrange, comme s'il hésitait encore entre la tristesse et l'énervement.
Shane réussit toutefois à nouveau à reprendre un ton plus serein, bien que toujours emprunt d'un certain tremblement dans la voix.

- Mais en même temps... J'ai pas eu la force de garder ma plus grande qualité... J'arrive plus à sourire... Sans ça, je ne suis plus moi...

La jeune femme tiqua à ces mots. C'était maintenant déjà la deuxième fois qu'il utilisait ce qualificatif pour parler de lui-même. Si elle avait gardé le silence tout ce temps, Kristal fronçait maintenant les sourcils, dérangée par ce qu'il venait de lui dire. Pour un élève de la classe Passion, il pouvait dire des choses parfaitement stupides, et il fallait tout de suite qu'elle lui remette les idées en place.

- Sourire... Tu penses réellement que tu as besoin de ça pour être toi-même ? Tu ne trouves pas ça un peu réducteur ?

Le médecin se leva doucement du lit pour se placer face à son patient, puis croisa les bras face à lui, le regard dur. Ce jeune homme était en train de s'enfermer dans une spirale qui risquait de devenir particulièrement mauvaise pour lui s'il ne se rendait pas vite compte qu'il mettait ses priorités au mauvais endroit. Sans lui laisser le temps de répondre, Kristal enchaîna d'un ton froid, décroisant ses bras pour poser ses mains sur ses hanches.

- Tout le monde peut sourire, tout le monde peut rire, tout le monde peut être heureux s'il s'en donne les moyens. Mais pour ça, il faut d'abord accepter d'être malheureux de temps à autre.

Réalisant que le ton de sa voix était peut-être devenu un peu trop autoritaire, la jeune femme soupira, fermant les yeux quelques instants en portant une main à son front. Elle avait pourtant si bien commencé, pourquoi fallait-il qu'à cet instant précis elle n'en revienne à ses vieilles habitudes en brusquant trop son patient ? Ce pauvre Shane n'avait pas besoin de ça, il fallait qu'elle rectifie le tir maintenant.
Retirant sa main de son visage, elle se gratta l'arrière de la tête, avant de planter à nouveau son regard dans celui du jeune homme. Kristal expira ensuite un court instant, avant de reprendre d'une voix plus douce, tout en lui adressant un sourire qui se voulait plus engageant.

- Réfléchis un peu. Perdre ton sourire, tu penses que ça va changer qui tu es ? Garder un sourire permanent accroché à tes lèvres, tu ne penses pas que c'est détruire sa signification finalement ?

Elle ne voulait pas trop forcer la main à son patient, mais il fallait absolument qu'il comprenne que ce qu'il voyait comme un problème n'était en réalité qu'une vague broutille qu'il pourrait facilement arranger en acceptant son état. Et si elle ne pouvait pas le lui imposer, il fallait qu'il découvre par lui-même l'erreur qu'il était en train de faire.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Dr. Kristal Z. Lya panse vos plaies en Lightseagreen.
DC : Mikhaïl M. Malenkov - Gwendal Malenkov - Astalée N. Galaght - Anthony G. Kim.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 371
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Lun 29 Aoû - 22:10


Alors que je venais à peine de finir de parler, je vis les sourcils de Mme Lya se froncer. Mais pourquoi? J'avais dis quelque chose qu'il ne fallait pas ? Est-ce que elle aussi avait remarqué que je craquais ? Elle avait peut-être compris elle aussi. Mais compris quoi ? Moi-même je ne savais plus où j'en étais. Je ne comprenais plus rien. Est-ce que j'en avais vraiment marre de tout ? De moi c'était sûr… Mais il y avait des choses que j'aimais beaucoup… Des gens… Ces personnes là, non, je n'en avais pas marre.
Je pouvais lire sur le visage de la médecin qu'elle n’appréciait pas quelque chose. Mais quoi…

-Sourire... Tu penses réellement que tu as besoin de ça pour être toi-même ? Tu ne trouves pas ça un peu réducteur ?

C'était donc ça ? Mon sourire ? Mais… Bien sûr que j'en avais besoin. J'ai toujours souri depuis que… Enfin. Oui. Mon sourire c'était mon bouclier. Je ne trouvais pas ça réducteur du tout. Ou du moins pas avant qu'elle ne me dise ça. Réducteur… Est-ce qu'un sourire pouvait être réducteur ? Non… Ce n'était pas ça qu'elle voulait dire. Je ne comprenais pas… En vérité, j'avais besoin de comprendre. Non, de temps pour comprendre. Mais je n'avais pas de temps. Je n'en avais plus.
Mme Lya se déplaça pour se mettre face à moi. Elle me regardai avec quelque chose dans les yeux. Comme de la fermeté. Elle avait même les bras croisés. Ce qu'elle venait de dire semblait vraiment lui tenir à cœur. Ou pas du tout. Je ne savais plus rien. Vraiment… J'avais l'impression de me tromper sur tout.

-Tout le monde peut sourire, tout le monde peut rire, tout le monde peut être heureux s'il s'en donne les moyens. Mais pour ça, il faut d'abord accepter d'être malheureux de temps à autre.

Ses paroles, elles étaient si froides. Si tranchantes. Je fixais Mme Lya, sans comprendre. Elle avait changé de ton. Elle semblait plus distante encore. Mais… Ses mots. Que voulaient-ils dire ? Non. Je savais très bien ce qu'ils voulaient dire. Mais… C'était comme si mon esprit refusait de les comprendre. Tout le monde peut sourire… Je le savais ça. Mais être heureux ce n'est pas pareil. Un sourire peut cacher une tristesse.
Mais pourquoi… Accepter d'être malheureux… J''avais déjà accepté de l'être. Je ne le voulais plus maintenant. Cette femme était médecin, elle devait donc avoir accès à mon dossier. Elle devait savoir ma vie. Alors pourquoi disait-elle ça ? Est-ce que pour elle, ce n'était pas suffisant ? Est-ce que la tristesse d'une personne était plus importante ?
Je… Calme toi Shane. Elle ne pense pas ça. Tu dois juste te calmer. Te calmer. Je pensais ça, pour me calmer. L'évidence. J'en avais besoin. Juste vraiment. Je ne comprenais plus rien. Et puis cette voix. Si froide. Je ne savais vraiment plus où j'en étais, où Mme Lya se plaçait avec moi…

D'ailleurs, Mme Lya avait fermé les yeux. Elle avait mis une main sur son front, avant de la passer à l'arrière de sa tête. Elle ne savait plus quoi dire ? Moi non plus… Faites qu'elle dise un truc, je voulais comprendre.
Elle rouvrit les yeux pour me fixer. Elle avait le regard droit. Et elle soupira. C'était la deuxième fois depuis qu'elle avait parlé. Et… Elle sourit ? Mais…

-Réfléchis un peu. Perdre ton sourire, tu penses que ça va changer qui tu es ? Garder un sourire permanent accroché à tes lèvres, tu ne penses pas que c'est détruire sa signification finalement ?

Réfléchir.. C'est tout ce que je voulais. Mais mon cerveau ne suivait plus. Toutes ces informations, ces actes, ces mots… J'avais besoin de temps. Juste d'un peu de temps…
Je fermais donc les yeux à mon tour. Juste pour me concentrer sur rien d'autre. Juste pour réfléchir à tout ça. Juste pour comprendre… Mon sourire… Est-ce que le perdre me changerait ? Mon sourire. Ce n'était qu'un bouclier. Même moi je le savais. Ce sourire, c'était devenu une facette de qui je pensais être devenu. Mais ce sourire… C'était juste ma protection. Quelque chose qui était devenu naturel sans que je le sache. Un geste que je ne pouvais plus m'empêcher de faire. Un geste qui maintenant était associé à Shane Danson. Que j'associais… Mais ce n'est pas moi. Mais…
Je rouvris les yeux pour les poser sur Mme Lya. Elle n'avait pas bougé. Mais elle me faisait comprendre un truc. Je m'étais créé un monde factice. Sourire c'est bien. Mais ce n'était pas toute une vie. Sourire pour montrer qu'on est heureux oui, mais sourire pour rien non. Elle avait raison… C'était juste réducteur. Enfin… Sûrement…

Des larmes recommencèrent à couler. Mais plus pour la même raison.

-Vous avez raison… J'suis stupide de croire ça… Toute ma vie, j'ai cru que si je souriais, je pouvais cacher la vérité. Mais ça sert à rien. Ça revient quand même. J'ai été malheureux avant. Mais… J'en voulais plus de cette tristesse. Donc j'ai commencer à sourire… En vrai, j'ai jamais accepté d'être malheureux…

Ouai, alors qu'avant j'y croyais, maintenant j'y croyais plus. Dès mon enfance, j'avais choisi de sourire pour tout cacher. J'avais tout garder en moi. Puis très récemment en arrivant au lycée, j'ai parlé à Luna et là j'ai pleuré… Puis avec Inezia… Les deux fois, c'était parce que je parlais de mon passé… Forcément… J'avais tout en moi et en parlant ça libérait une partie de la tristesse. Mmh… C'était donc une bonne chose, même si je n'aimais pas ça.
Mme Lya. Médecin tout court mais bien plus que ça. Elle avait réussi à parlé avec assez de détachement. À ne pas vraiment prendre parti. À me laisser réfléchir. Elle avait réussi à me faire réfléchir. Je soupirais et essuyais les quelques larmes qui avaient coulées.

-Merci Mme Lya. C'est con mais. Ça fait du bien… Grâce à vous j'ai compris quelque chose d'important. C'est pas super clair encore dans ma tête… Mais je… je suis certain que c'est important.

Est-ce que j'avais le droit de sourire pour la remercier ? Je ne savais plus ce que je pouvais faire ou non… Je n'allais pas encore bien, mais tout ça allait m'aider. La cabane avec Zaak, le combat avec Tadi, et maintenant avec Mme Lya. En une journée, j'ai fait plein de choses. Tout va me changer. Tout… Mais avais-je vraiment besoin de changer ? Je… Oui, mais non. Je ne devais pas changer. Je devais juste évoluer. Enfin, si ça avait vraiment du sens de dire ça…

-Je vais arrêter de sourire pour rien… Enfin non… Ça ca va être dur. Mais je vais arrêter de croire que mon sourire c'est moi. Mon sourire je l'ai adopté comme un bouclier. Maintenant je dois vivre avec comme un cadeau. Un cadeau pour moi et pour les autres. Sourire quand il le faut vraiment… Sourire…

Mais non… Je me trompais encore. C'était pas ça qu'elle voulait me faire comprendre. C'était… Je ne savais pas. Je ne savais plus du tout. Trop d'informations, j'adorais ça, mais là. Trop c'était vraiment trop. Qu-est-ce que je devais faire ? Je… Mais. Juste … Non. Si ?
Bon. Je tente. Je fais donc un petit sourire, incorrigible que je suis.

-C'est pas ça que vous vouliez que je comprenne… Si ?

Mais si je souriais ça allait mieux non ? Peut-être. Oui. Ça s'était sûr. Forcément. Enfin oui mais non. Un peu, juste un peu. Depuis des minutes je n'arrêtais pas de m'embrouiller. J'étais perdu, mais ça commençait à aller mieux.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

¤~----< Shane fait tomber la nuit en DarkOrange. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~☆~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Mes Awards:
 
avatar
I ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 934
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Lun 26 Sep - 15:53


Pendant que son patient assimilait les questions que Kristal lui avait posé, la jeune femme en profita pour se dégourdir un peu les jambes, marchant jusqu'à l'extrémité du lit sur lequel il était assis pour s'appuyer contre les barreaux marquant son extrémité. Shane, de son côté, ferma les yeux. La jeune femme attendit patiemment, laissant à son patient tout le temps dont il avait besoin pour réfléchir à ses paroles.
Après un certain temps, il rouvrit les yeux. A peine le médecin eut-elle le temps de remarquer que son regard semblait embué que des larmes recommencèrent à couler sur les joues du pauvre Danson.

- Vous avez raison… J'suis stupide de croire ça… Toute ma vie, j'ai cru que si je souriais, je pouvais cacher la vérité. Mais ça sert à rien. Ça revient quand même. J'ai été malheureux avant. Mais… J'en voulais plus de cette tristesse. Donc j'ai commencé à sourire… En vrai, j'ai jamais accepté d'être malheureux...

Sans dire un mot, la jeune femme écoutait attentivement ce que son patient avait à dire. Il fallait qu'il crève cet abcès, qu'il reconnaisse qu'il ne pouvait plus se cacher derrière un sourire. Et Shane était en train de faire ce pas, lentement, mais sûrement. Kristal se rendait bien compte que cette réalisation n'était probablement pas facile pour lui, mais elle avait l'intime conviction d'avoir eu raison de pousser cet élève à réfléchir à cela.
Comme pour confirmer cela, Shane laissa échapper un soupir, avant d'essuyer les larmes qui avaient dévalé ses joues. Le médecin n'aurait pu dire pourquoi ni comment, mais son patient semblait soudain bien plus réel : elle avait l'impression d'avoir débloqué quelque chose chez le jeune homme. Quoi ? Elle n'en avait aucune idée. Mais le regard qu'il lui adressait semblait soudain plus... vivant. Et ce malgré l'impression de - regret ? - qui se dégageait du jeune homme.

- Merci Mme Lya. C'est con mais. Ça fait du bien… Grâce à vous j'ai compris quelque chose d'important. C'est pas super clair encore dans ma tête… Mais je… je suis certain que c'est important.

C'était peu, et pourtant, ce qu'il venait dire au médecin lui fit réellement plaisir. Pour la première fois de sa vie, elle était donc parvenue à être utile émotionnellement pour un autre être bermudien : l'exploit était assez exceptionnel pour être noté. Il était peut-être déplacé de sa part de penser à cela en se trouvant face à un élève encore légèrement perdu, mais la jeune femme imaginait déjà la réaction de Jun lorsqu'elle lui apprendrait cela - sans entrer en détails, bien entendu, secret médical oblige.
Avant qu'elle n'ait le temps de s'égarer dans ses pensées, Shane reprit la parole, n'ayant visiblement toujours pas mené sa petite réflexion sur lui-même à terme.

- Je vais arrêter de sourire pour rien… Enfin non… Ça, ça va être dur. Mais je vais arrêter de croire que mon sourire c'est moi. Mon sourire je l'ai adopté comme un bouclier. Maintenant je dois vivre avec comme un cadeau. Un cadeau pour moi et pour les autres. Sourire quand il le faut vraiment… Sourire…

Il s'interrompit, perdant ses mots. Kristal, elle, ne réagissait toujours pas. Le moment n'était pas encore venu pour elle de reprendre la parole. Après un petit moment de réflexion, le jeune Shane releva la tête vers le médecin, laissant ironiquement apparaître un faible sourire sur ses lèvres. Il n'avait pas l'air tout à fait sûr de lui lorsqu'il reprit la parole, ce que sa question suivante confirma.

- C'est pas ça que vous vouliez que je comprenne… Si ?

Le secouer un peu semblait avoir été une bonne initiative de sa part, puisqu'il commençait maintenant enfin à comprendre dans quel mensonge il s'était enfermé jusqu'à présent. Une pointe de fierté battait dans la poitrine du médecin, bien qu'elle ne le laissait pas transparaître sur son visage. Tout ce qu'elle voulait de lui, c'était qu'il ouvre les yeux : le fruit final de la réflexion du jeune homme lui importait peu, tant qu'il comprenait au moins qu'il ne pouvait plus se terrer derrière un masque pour cacher son mal-être.
La jeune femme s'étira de tout son long, parcourant la salle du regard, avant de tourner son visage vers le jeune élève face à elle.

- Ça serait trop facile si je te donnais une réponse à cette question, tu ne penses pas ?

L'expression qu'elle affichait était volontairement difficile à interpréter, ses traits restant neutres, mais sans toutefois témoigner d'un quelconque détachement par rapport à la situation. Kristal ne voulait pas perturber ce jeune Passion davantage, mais son instinct lui disait de le laisser aller à sa propre réflexion : Shane n'avait pas besoin qu'on le guide, mais simplement qu'on lui donne la première impulsion - du moins, c'était son impression. L'impulsion avait été donnée, ce qu'il allait en tirer maintenant ne dépendait plus que de lui-même.

Se détachant des barreaux de l'extrémité du petit lit en métal de son patient, le médecin recula de quelques pas, avant de commencer à prendre la direction de son bureau. Tout en marchant d'un pas lent, elle s'adressa à lui sans se retourner.

- Je ne pense pas pouvoir t'aider plus que ça. J'ai fait ma part de travail. Tu peux rester ici aussi longtemps que tu le veux si tu as besoin de repos, mais il va falloir que je m'occupe de ta fiche médicale maintenant.

Pratiquement arrivée à hauteur de son bureau, la jeune femme fit un léger détour pour s'arrêter devant une grande armoire métallique verrouillée. Elle marqua un instant d'arrêt, fouillant ses poches à la recherche de son double de clef permettant d'ouvrir celle-ci : là-dedans se trouvaient non seulement les informations médicales concernant chaque élève de l'établissement, mais également celles des membres de son administration, il n'y avait donc que Pandore et elle à pouvoir accéder à son contenu.
Une fois la petite clef trouvée au fond de la poche arrière gauche de son pantalon, Kristal ouvrit la fameuse armoire, avant de fouiller les dossiers de la rangée « Passion » à la recherche du dossier au nom de Shane Danson.

Une fois le dossier trouvé, la jeune femme l'empoigna, avant de refermer la grosse armoire et de s'installer à son bureau. Son travail de médecin était terminé, elle n'avait maintenant plus qu'à s'occuper de la paperasse habituelle, non sans ajouter une petite note sur le dossier pour se souvenir de demander à sa collègue en charge de la classe Passion de garder un œil sur le jeune homme qu'elle venait de soigner. Abigail semblait avoir un bon contact avec les élèves, cela ne devrait donc pas la déranger de redoubler d'attention envers l'un d'entre eux.
Alors que le médecin s'appliquait déjà à noter les premières informations au sujet des soins du jeune homme, quelque chose lui fit soudain relever la tête. Quelque chose que son patient avait dit un peu plus tôt qu'elle n'avait pas l'intention de laisser passer.

- Ah. Par contre, j'allais oublier. Elle planta son regard dans celui du jeune homme, les sourcils légèrement levés. Ne m'appelle pas madame, c'est... inapproprié. Kristal. Ça suffit amplement.

Elle adressa ensuite un sourire plus chaleureux au jeune Shane pour le rassurer, avant de replonger dans son dossier, stylo à la main. Elle n'avait pas mal pris le fait qu'il la vouvoie, bien entendu, mais elle trouvait toujours cela plus que dérangeant lorsque les élèves qu'elle soignait s'adressaient à elle de la sorte : après tout, elle était encore plutôt jeune malgré sa profession, aussi elle préférait garder le vouvoiement pour ses patients plus âgés.
sdfghjk:
 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Dr. Kristal Z. Lya panse vos plaies en Lightseagreen.
DC : Mikhaïl M. Malenkov - Gwendal Malenkov - Astalée N. Galaght - Anthony G. Kim.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 371
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane] Lun 3 Oct - 20:02


Pendant toute la durée de mes paroles, Mme Lya n'avait pas bougé. Elle était resté là, à me regarder. Peut-être que dans une autre situation cela aurait pu être gênant, mais j'en avais besoin à ce moment. Le fait qu'elle soit là, avec moi, me faisait du bien. Je parlais, me libérais et elle m'écoutait. À chaque fois, elle m'éclairait. Et encore une fois, mon regard se plantait dans le sien. J'avais besoin de son avis, de son appui. Enfin… Juste qu'elle me réponde.
J'avais l'impression d'aller mieux. Je n'avais plus mal physiquement, et ce depuis un moment. Mais désormais j'avais l'impression de m'être libéré d'un poids. Quelque chose qui pesait fortement dans ma poitrine. Est-ce que c'était simplement le fait d'avoir parler à cette femme qui m'avait aidé ? Ou bien tout ce que j'avais fait avant m'y aidait aussi ? Je revoyais les images de la cabane avec Zaak… Qu'est-ce que j'aimerais les oublier. Je revoyais les images de mon combat avec Tadi… Qu'est-ce que j'aimerais les effacer.

Mme Lya sembla s'étirer. Elle devait certainement se préparer à me répondre. Elle regarda un instant autour d'elle avant de reposer son regard sur moi.

-Ça serait trop facile si je te donnais une réponse à cette question, tu ne penses pas ?

Alors que j’espérais qu'elle me réponde clairement, je me retrouvais un peu sans aide… Mais en même temps, je m'en doutais un peu. Au fond, je savais qu'elle me répondrais quelque chose comme ça. Forcément, elle m'avait déjà assez aidé. C'était à moi de faire le reste maintenant.
Mais, elle semblait si détachée. Était-ce son métier qui la rendait ainsi ? Je ne savais pas trop. Parce que son visage montrait un certain détachement par rapport à tout ce qu'il se passait, mais en même temps… Elle venait de m'ouvrir les yeux. Je ne savais vraiment pas où la placer, comment la percevoir. Et au final, ça m'allait parfaitement ainsi. Cela me faisait une multitude de questions naissantes dans mon crâne. Et ça j'adorais. Ce retour de ma curiosité prouvait que j'allais mieux.

La femme qui m'avait tant aidé, se détacha enfin des barreaux de mon lit provisoire. Elle commença à s'éloigner. Sans vraiment savoir pourquoi, j'eus peur qu'elle parte, qu'elle me laisse. Une ide bien stupide. Bien sûr que non, elle ne partait pas. Elle se dirigeait simplement vers son bureau.

-Je ne pense pas pouvoir t'aider plus que ça. J'ai fait ma part de travail. Tu peux rester ici aussi longtemps que tu le veux si tu as besoin de repos, mais il va falloir que je m'occupe de ta fiche médicale maintenant.

Je la regardais. Mais je ne savais pas quoi répondre. Elle avait raison, depuis le début elle avait raison. Elle m'avait déjà bien aidé, elle pouvait arrêter maintenant. Rien ne l'avait obligé à le faire… Je lui en serais très certainement toujours reconnaissant. Toujours. Et… Ouai non. Je n'allais vraiment pas rester plus longtemps. J'avais l'impression, désormais, de complètement abuser de son temps, de sa patience. Alors que certainement pas. Mais j'étais et je serais toujours comme ça.
Avant d'atteindre son bureau, Mme Lya s'arrêta devant une armoire et sortit une clé de sa poche. Elle fouilla un instant dans cette armoire, après l'avoir ouverte, et chercha quelque chose. Je ne voyais pas vraiment ce qu'il y avait dans cette armoire et ce n'était pas vraiment ça qui m'intéressait. J'avais un problème. Je voulais partir mais je n'avais toujours pas de T-Shirt… Genre vraiment… Ça ne me faisais évidence que maintenant. Je vais vraiment pouvoir sortir de l'infirmerie comme ça ? Mmh… Est-ce qu'il était assez tard ?

À ce moment, ma réflexion était tellement intense que je ne remarquais plus vraiment ce que Mme Lya faisait. Ça ne devait pas être d'une importance extrêmement capitale pour moi. Elle avait sorti un dossier de l'armoire et s'était installée à son bureau. Elle semblait désormais en train de noter des choses. Elle me l'avait dit en plus, elle avait parlé de ma fiche médicale. C'était vraiment le cadet de mes soucis. Ce T-Shirt quoi. Je voulais pas sortir comme ça… Et en même temps, y avait pire. Donc… Est-ce que quelqu'un pourrait m'en vouloir de sortir torse nu dans les couloirs ? Raaah… Je ne savais pas.

-Ah. Par contre, j'allais oublier.

Cette voix me coupa dans mes réflexions. Mme Lya me parlait. Elle avait même directement planté son regard dans le miens. C'était comme si elle allait me dire la chose la plus importante au monde. C'était son expression faciale qui me faisait penser ça. Mais… Au final, c'était pas si important :

-Ne m'appelle pas madame, c'est... inapproprié. Kristal. Ça suffit amplement.

Enfin… Pas important. Si bien sûr. Si elle désirait que je l'appelle par son prénom, j'allais le faire. D'ailleurs, Kristal… J'aimais bien ce prénom. Mais j'allais bien évidemment m'abstenir de le lui dire. C'était pas vraiment le genre de chose que l'on pouvait se permettre de dire à un membre de l'établissement. Enfin un adulte. Ou bien… Ou bien non. Si j'avais envie de lui dire, j'allais lui dire. J'allais pas m'arrêter là-dessus.
En plus de ça, Mme L… Kristal m'avait fait un superbe sourire. Le genre de sourire que j'aime. Du coup, non, clairement, j'allais lui dire ce que je pensais.

-Kristal… J'aime beaucoup ce prénom. C'est vraiment joli.

Voilà, aucun regret. Elle avait intérêt à bien le vivre, parce que moi je le vivais même très bien. Ça faisait vraiment du bien de placer un petit compliment par ci, par là. Surtout que là, c'était pas non plus un compliment gênant ou quoi. Donc, tout allait bien.
J'en profitais pour me relever, mais complètement. Sur mes jambes quoi. J'avais l'impression d'être resté couché pendant cinq ans. C'était possible ? Bien sûr que non. Mais c'était amusant de penser ça. Je m'étirais quelques secondes. Wow. J'avais vraiment l'impression de plus avoir mal. Genre… J'étais un zombie en arrivant dans cette infirmerie et là, ça va. Mmh… Dormir c'est miraculeux. C'était peut-être juste psychologique… Je ne savais pas. Mais j'étais bien mieux maintenant.

-Bon… Merci pour tout Kristal !

Je lui souris. Elle m'en voudra pas là ? Je veux dire, y a une raison de sourire. Enfin en tout cas pour moi. Donc je souris. Et puis, y va me falloir un peu de temps pour m'habituer à tout ça. Je sortais d'une phase un peu déprimante donc bon… Là j'ai envie de sourire un peu. Juste pour m'y habituer à nouveau. Enfin c'était étrange dit comme ça.

-Je vais prendre toutes mes affaires et m'en aller. Vraiment, merci beaucoup !

C'était tout moi ça, cette nécessité de la remercier. Si je pouvais je la prendrais dans mes bras. Mais déjà que l'appeler par son prénom je trouve ça beaucoup alors la prendre dans mes bras. Un jour peut-être. Parce que je vais revenir la voir évidemment. Peut-être pour la remercier encore, ou juste lui parler. Parce que lui parler m'a fait beaucoup de bien.
Je pris mes quelques petits machins et les mis dans mes poches. J'avais pas grand-chose en arrivant, et… Ça n'avait absolument pas changé. J'allais sortir de cette infirmerie sans T-Shirt, c'était pas grave. Je ferais avec toute ma vie.

En allant vers la porte, je saluais Kristal en n'oubliant pas de la remercier encore une fois. Je sortis et soufflais. Cette journée, j'étais loin de l'oublier.

#FinNulleDigneD'UnFilmFrançais

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

¤~----< Shane fait tomber la nuit en DarkOrange. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~☆~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Mes Awards:
 
avatar
I ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 934
Revenir en haut Aller en bas
Le calme après la tempête ? [Kristal & Shane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le calme après la tempête. || Eric Dearbrone
» Le Calme après la Tempête
» Le calme après la tempête
» Le calme après la tempête. [Scott] [RP ABANDON.]
» Le calme après la tempête ou pas... [ Roméo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: