Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Voilà du nouveau pour vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Voilà du nouveau pour vous Jeu 14 Avr - 16:37


L'homme attendait dans les coulisses du théâtre que tous les élèves s'installent. Ses affaires n'allaient pas en s'améliorant. Il avait beau fanfaronner, il avait besoin de ses élèves. Ils lui étaient essentiels dans son plan. Voilà pourquoi il était ici aujourd'hui. Il allait devoir ruser pour obtenir ce qu'il voulait. Mais qui sait, peut-être que la Battle School pourrait un peu aider. Pour l'instant, l'essentiel c'était cette bataille des clés. Cette résolution en tête, il traversa les coulisses pour aller se tenir sur l'estrade. Bien au centre de la scène, il avait une vue complète sur tous ces enfant assis, attendant ce qui viendrait. Dès son arrivée, le calme s'était fait. Tant mieux, il n'aurait pas à réclamer le calme. Après s'être éclairci la voix, il se pencha vers le micro.

- Bonjour les enfants. Comment allez-vous en ce jour ? Je suppose que vous avez appris la nouvelle, nous ne sommes pas déconnectés du monde comme on pourrait le croire. C'est... regrettable, ce qui est arrivé à ce jeune homme. J'en suis le premier désolé. Cela n'aurait pas du arriver. Après tout, il s'agit d'un écart au règlement. Nous nous occupons de vous à Xényla, nous voulons que vous aillez un avenir. Pour cela, il ne faut pas le gâcher avec des bêtises.

La salle commença à protester et il comprit qu'il devait se stopper là. L'homme attendit un moment avant de réclamer le silence en se raclant la gorge.

- Bref. Passons à autre chose. Malgré ce que l'opinion publique peut penser, non, je n'arrêterais pas le jeu des clés. Je sais ce que certains pensent. Pour eux, c'est ce jeu qui a tout entrainé. Pourtant, il n'y a jamais eu d'accidents avant celui là. Vous êtes responsable de votre pouvoir et vous le savez. Mais là n'est pas le sujet. Je vais vous offrir une opportunité de finir ce jeu. Oui vous avez bien entendu.

J'ai distribué à un responsable de chaque classe un joker. Chaque joker est une clé permettant d'obtenir un privilège. Chaque classe a le droit de tenter sa chance 3 fois avec des membres différents. Évidemment, vous n'attaquez pas votre responsable, c'est interdit. Oui, j'ai bien dit attaquer. Vous allez devoir combattre avec des adultes. Mais pas de précipitations, ils ont des ordres et ils feront en sorte que vous mettre hors d'état de nuire sans pour autant vous éliminer. Le jeu se terminera lorsque tous les jokers seront attrapés. Si au bout de 3 jokers attrapés, les deux autres ne sont pas eu rapidement, le jeu s'arrêtent et les jokers comptent comme des clés à la classe du responsable.

Lorsque le jeu sera terminé, les récompenses et les punitions fuseront. La liste sera affichée dans le hall du bâtiment principal. Travaillez bien et surtout, n'écoutez pas ce que l'on peut vous raconter. C'est seulement de leur faute si il s'est produit cet accident.


Sur ces mots au résonnement pédagogique douteux, le Principal de Xényla quitta la salle, laissant de pauvres enfants en un profond tumulte intérieur. Quel camp choisiront-ils ? Celui de l'opinion publique ou du membre du conseil ?
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 160
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Dim 24 Avr - 20:01

Aujourd'hui, un jour sombre. Depuis les événements récents, ils le sont tous. Chaque jour est triste et morne. Le matin en me levant, je n'entend même plus le chant des oiseaux. Dans la chambre 8, ce lieu qui était un havre de paix, de bonheur, règne désormais un silence pesant. Chez les Passions, rare sont les rires, la joie a complètement disparu. Même moi je ne souris plus... J'ai peur... J'ai peur du passé, tout ce qui est arrivé... J'ai peur du futur, je ne veux plus avancer, je ne veux plus me lever. Mais je suis obligé... Et Mio, elle... elle...

Alors me voilà, assis sur mon lit, à écrire ces mots sur une feuille. J'avais besoin d'écrire... C'est tout ce que je pouvais faire de toute façon... J'avais du mal à m'y faire. J'avais du mal à me dire qu'il est m...mort. J'étais en cours avec lui... Entre Passions on s'apprécie tous. Ses sourires échangés... Quand je fermais les yeux, je ne voyais plus que son visage. Tout ça c'était à cause des clés... Luna a une clé... Yuuma et Inezia aussi... Et puis Mi...Mio... Ça aurait pu être eux... Cette idée à chaque fois me glaçait le sang. J'avais aussi une clé... Mais je le savais, la perte de l'un d'entre eux m'aurait été plus fatale que ma propre perte.
Je relevais la tête. Ambroise n'était pas là. Mais Luna si, allongée sur son lit. Elle s'en voulait, encore plus que tous les autres. Pour elle, s'était sa faute... Une déléguée incapable de protéger sa classe... J'avais beau lui dire que non, que rien n'était sa faute, elle se morfondait. Et moi, son bras droit, son ami, je ne pouvais pas l'aider... Mon sourire réconfortant n'était plus là... J'avais peur constamment, pour tout...

Le Principal avait prévu de faire une sorte de discours aujourd'hui, dans le théâtre. J'avais décidé d'y aller, même si le cœur n'y était pas du tout. J'avais dans l'espoir que cet homme avait enfin une bonne nouvelle à annoncer... Que pour une fois, il prendrait une bonne résolution. J'y allais, sans demander à Luna de venir avec moi. Je ne savais pas si elle avait envie d'y aller...
J'arrivai dans le théâtre, il était déjà bien plein. Je m'installai dans un coin, seul. Je n'avais pas trop envie de rejoindre d'autres personnes... Mais je ne refuserais la compagnie de quiconque ... De toute façon, peu m'importait... Je fermais les yeux et me coupais un peu du reste de la salle. J'attendais d'entendre les premiers mots du Principal.
Ceux-ci ne se firent pas attendre très longtemps :

-Bonjour les enfants. Comment allez-vous en ce jour ? Je suppose que vous avez appris la nouvelle, nous ne somme pas déconnectés du monde comme on pourrait le croire. C'est... regrettable, ce qui est arrivé à ce jeune homme. J'en suis le premier désolé. Cela n'aurait pas du arriver. Après tout, il s'agit d'un écart au règlement. Nous nous occupons de vous à Xényla, nous voulons que vous aillez un avenir. Pour cela, il ne faut pas le gâcher avec des bêtises.

J'écoutais ses mots... Ils ne voulaient rien dire pour moi. J'avais désormais la profonde conviction que cet homme ne pensait qu'à sa propre personne... Que ces discours n'étaient qu'une vague de mensonges. Un brouhaha commença a se former parmi les autres lycéens alors que je restais muet, une boule au ventre.
Le Principal se racla la gorge avant de continuer son discours.

-Bref. Passons à autre chose. Malgré ce que l'opinion publique peut penser, non, je n'arrêterais pas le jeu des clés.

À ces mots, les larmes me montèrent. Je m'en doutais un peu mais... J’espérais... Malgré le peu d'estime que j'avais pour cet homme, j'espérais qu'il ait un minimum de cœur... Mais non... On allait devoir continuer à se battre pour ces fichues clés... J'étais au bout...

-Je sais ce que certains pensent. Pour eux, c'est ce jeu qui a tout entraîné. Pourtant, il n'y a jamais eu d'accidents avant celui-là. Vous êtes responsable de votre pouvoir et vous le savez. Mais là n'est pas le sujet. Je vais vous offrir une opportunité de finir ce jeu. Oui vous avez bien entendu.

Finir le jeu ? C'était tout ce que je voulais entendre. Il aurait du s'arrêter là... Mais non... Après les élèves qui devaient se battre entre eux, maintenant, ils devaient aussi se battre contre des adultes... Des Clés, des Jokers... Tout pour faire couler le sang, pour que son bonheur soit complet... Il appelait ça une ''opportunité de finir le jeu'', et bien pas moi. S'en était trop pour moi. Je préférais quitter le théâtre. Je sortis en courant. Je ne voulais plus m'arrêter, mais une feuille attira mon regard. C'était une liste. La liste... Celle des possesseurs des Clés et des Jokers. On y était encore tous... Les noms du personnel s'y étaient cependant ajoutés. Je bloquais sur la personne qui possédait le Joker n°4, Astrid Kumarlik... Pourquoi elle ? Je lui avais souvent parlé à la bibliothèque... Je ne l'imaginais pas du tout se battre... Personne sur cette liste ne devrait y être... Personne... Dans un accès de colère, peut-être, je l'arrachais et la déchirais. Ça ne servait à rien, je le savais, cette liste devait être affichée partout... Je me laissais glisser contre le mur, en pleurs.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

¤~----< Shane fait tomber la nuit en DarkOrange. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~☆~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Mes Awards:
 
avatar
I ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 966
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Dim 24 Avr - 22:09

Désespoir.
C'est le seul mot pouvant se rapprocher ne serait-ce qu'un peu de ce que je ressentais.
Mon monde semblait s'être écroulé en même temps que mon camarade.
Encore une fois, j'avais perdu un membre de mon entourage. Encore une fois, je n'avais que pus constater les dégâts. La mort.

Comment. Juste, comment je n'ai pas voir ce qui se tramait? J'aurais pu empêcher ça!
J'aurais pus le protéger... Quel genre de déléguée n'arrive pas à protéger sa classe?
Comment quelqu'un comme moi pourrait diriger une entreprise de centaines d'employés?
Je me sentais complètement inutile.

Il avait tant de chose à vivre...
Par respect pour lui, je m'étais déjà recueilli sur sa tombe.
Je ne me sentais pas moins responsable pour autant.
Maintenant que tout allait mieux, il a fallu que ce maléfice ayant touché tant de mes proches était revenu. Cette foutue fatalité.

Depuis ces derniers évènements, je n'étais qu'un ramassis d'émotions, une larve dépressive. J'étais au bord du gouffre.
Je sentais bien l'inquiétude des autres, mais il n'y avait rien à faire.
Même Shane n'avait plus la force de sourire.

Il était spécialement affecté dans sa relation avec Mio.
Ça devait être dur pour lui et ses amis en Liberté.

Je n'avais goût à rien. Je n'avais plus aucune volonté.
Ce jour-là, le principal allait faire une annonce au théâtre. Super.
Forcément, j'irais. Mais le cœur n'y était pas...

Shane était partit là-bas. Je fis donc de même, m'en fichant royalement de mon état de fantôme avancé.
Je ne dormais presque plus, je ne mangeais presque plus, j'avais envoyé se faire voir toute ma paperasse (qu'elle soit d'ordre scolaire ou familiale). Je ressemblais à rien. Juste à une âme en peine errant dans les couloirs. Par respect, je ne portais que du noir.

Nous étions nombreux dans la salle. Personne n'osa m'aborder, alors que plusieurs m'avaient remarqués. Mais tant mieux. Je voulais être seule.

Je mentirais si je disais que je n'étais pas en colère envers les Libertés. Mais je ne les mettrais pas tous dans le même sac. Bref.


-Bonjour les enfants. Comment allez-vous en ce jour ? Je suppose que vous avez appris la nouvelle, nous ne sommes pas déconnectés du monde comme on pourrait le croire. C'est... regrettable, ce qui est arrivé à ce jeune homme. J'en suis le premier désolé. Cela n'aurait pas du arriver. Après tout, il s'agit d'un écart au règlement. Nous nous occupons de vous à Xényla, nous voulons que vous aillez un avenir. Pour cela, il ne faut pas le gâcher avec des bêtises.

Des bêtises?
Il se fichait de nous là?
Ces "bêtises", c'était sont stupide jeu de clés!
Cet abruti profond méritait la prison. Si j'avais actuellement eu les rennes de ma société, il se serait pris le procès du siècle. Et je doute fortement de la victoire de cet homme contre notre influence.
Il était où notre avenir? Dans le sang et la destruction?

-Bref. Passons à autre chose. Malgré ce que l'opinion publique peut penser, non, je n'arrêterais pas le jeu des clés.

Pardon?!
Il se fichait de moi. Cet homme est complètement centré sur lui même. Je le hais.

Comment peut-il continuer après une mort? UNE MORT!

-Je sais ce que certains pensant. Pour eux, c'est ce jeu qui a tout entraîné. Pourtant, il n'y a jamais eu d'accidents avant celui-là. Vous êtes responsable de votre pouvoir et vous le savez. Mais là n'est pas le sujet. Je vais vous offrir une opportunité de finir ce jeu. Oui vous avez bien entendu.

La blague!
Cet accident devrait être un exemple! Il est complètement malade!
Au lycée, IL est responsable de nous!
Ce jeu n'as plus lieu d'être.

J'étais partagée entre la colère, l'incompréhension et la dépression.
Les larmes m'étais montées aux yeux automatiquement. Ce sale type n'avait aucun respect pour notre camarade décédé.

Et maintenant quoi, hein? On doit s'attaquer à des adultes pour finir le jeu?
IL EST COMPLÉTEMENT TARE!
J'en avais mare. Ras le bol de ces idioties sans nom!
C'était une infamie!

Et il donne un joker à notre petite bibliothécaire? Elle allait se faire attaquer gratuitement alors qu'elle était si gentille et pacifique? Elle était complètement inoffensive!
Bien sûr, personne ne méritait ce stupide joker. Mais là c'était trop!

Je n'en pouvais plus.
Je sortis en trombe, claquant la porte au passage.
J'allai à l'extérieur.

Là-bas, j'exprimai toute mes émotions dans un seul cri rageur, emplis de mes émotions.
Tout ce que je pus faire après, c'est m'effondrer sur le sol et pleurer.
Ça ne s'arrêtait plus.
Cet homme était fou. J'étais dans un établissement de fou. J'avais moi-même l'impression de sombrer dans la folie et la paranoïa.

Pitié. Que quelqu'un fasse quelque chose. Pour nous. Pour moi...
Je ne voulais pas recommencer la même histoire encore une fois. Je ne voulais plus de cette malédiction. Je voulais une VRAI vie.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Anny, tu gères <3:
 



Eirin Keiko clame son indépendance en Indigo



~D.C: Yuuma Kurotsuki, Jun Akatsuki, Owen H. Anderson~





Mes Bermudiens chéris, si vous avez un quelconque intéret pour le cosplay, pouvez vous passez sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]? Je la tiens avec ma grande sœur Kristal [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 548
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Dim 24 Avr - 23:57

Des nouvelles pleines de joie
Lalegün avait écouté ce que le Principal disait d'une oreille inattentive. En effet, elle ne l'était pas souvent, mais cette fois-ci aurait tout de même dû faire exception. Il avait eut de l'espoir en entendant "jeu des clés" et "terminé" dans la même phrase, mais tout aussi vite compris que cela signifiait simplement une intensification immédiate des risques de se faire attaquer. Pourquoi lui avoir donné une nouvelle clé, à lui ? Il était parmi les éléments les plus jeunes, et son pouvoir n'avait pas grand chose d'offensif. Ce Principal était un sadique, un sadique qui ne prenait pas de décision au hasard. Même s'il ne mesurait pas entièrement la gravité de cet événement, il se demandait s'il était réellement bien placé de poursuivre les hostilités alors que quelqu'un était mort. Généralement, quand quelqu'un mourait, c'était que le jeu avait trop duré. Mais cet homme voulait continuer.
Lalegün en arriva à la conclusion que le Principal était un plus grand enfant que lui. Un enfant méchant qui ne pensait qu'à cela, jouer. Et cela ne signifiait pas grand chose pour les jeunes gens sous sa responsabilité.

Lal promena son oeil candide sur les gens autour de lui. Beaucoup étaient vêtus en noir, et un certain nombre pleurait. La monde semblait bien moins coloré qu'auparavant, et il se demanda si c'était mal, de ne pas tant ressentir cette tristesse ambiante, celle qui rongeait les autres. Un début de culpabilité. Il fallait l'oublier ; maître qu'il était à ce jeu, ce fut vite fait. Il songea au fait qu'il faudrait passer voir Ambroise tout à l'heure, et s'en réjouit. Il avait bien tenu ses engagements, ce qui était déjà une source de satisfaction, mais en plus il commençait à prendre goût à ces petites visites quotidiennes. Quelqu'un l'écoutait jouer de la musique et parler sans se lasser ou s'exaspérer, il adorait cela. Mais il attendrait le soir, pour éviter de croiser trop de monde. Surtout maintenant que le jeu avait été relancé. Il se rembrunit. Le garçon aurait de loin préféré être puni pour avoir perdu sa première clé plutôt que plongé dans cette paranoïa constante une seconde fois. Il fixa l'inconnu qui se tenait à côté de lui et songea, quelques instants de pure folie, à tout simplement lui donner sa clé et lui dire de bien s'amuser avec. Mais il pensait à sa classe, sa classe qui aurait honte de lui. Cette idée lui était insupportable.

Des gens quittaient la salle, parfois brusquement. Il se sentait tout petit, encore plus que d'habitude. Au moment où, ne tenant plus en place, il décida de faire de même, il bouscula une fille qui sanglotait dans l'assistance encore compacte. Il lui adressa un sourire auquel elle ne répondit pas, et, profondément choqué de cet échange stérile, il décida de ne pas insister.

Alors qu'il prévoyait de directement foncer jusqu'à sa chambre pour choisir le morceau et l'instrument qu'il allait montrer à Ambroise ce soir, mais l'echo de sanglots retentirent dans le couloir. Il tourna la tête en direction du bruit, et découvrit un visage qu'il avait déjà croisé, déformé par les pleurs. Son coeur se serra, gonflé de peine. Quand il y avait plusieurs personnes occupées à se vider de leur larmes, ce n'était pas la même chose que de voir un pauvre gars effondré, seul, par terre. Il se pressa donc de trottiner vers ce jeune homme duquel il ne connaissait pas le nom. Un grand dadet des Passions, lui semblait-il, qui paraissait alors beaucoup plus petit qu'à l'accoutumée. Arrivé devant lui, il le regarda d'un oeil plus curieux qu'autre chose.
Bonjour ! Tu pleures, toi aussi ?


Même si cela paraissait évident, il avait posé la question sans réfléchir. Aussitôt, il fouilla presque frénétiquement l'une de ses poches et en sortit un papier plié et froissé, faisant au passage tomber sa clé qu'il s'empressa de ramasser, un air soudain de peur sur le visage. Une fois celle-ci de retour au fond de sa poche, il s'accroupit et fourra sa première trouvaille dans les mains de l'inconnu, tout sourire, l'oeil planté dans le sien.

Ca ne va sûrement pas beaucoup te consoler, mais c'est mon dernier dessin, et je n'en suis pas peu fier ! Je n'en donne pas souvent. C'est même exceptionnel.


Bon, il fallait l'avouer, Lalegün n'était pas un très bon dessinateur. Mais il s'améliorait avec le temps, et celui-ci était sûrement l'un de ses plus beaux. Il avait même un peu de regrets à l'offrir, mais c'était pour la bonne cause.

La prochaine fois que je te croise dans les couloirs, je veux te voir sourire, d'accord ?


Il gloussa innocemment et se leva d'un bond précipité.

Je dois y aller, au revoir, monsieur !


Et Lalegün s'enfuit comme il était venu : il avait à faire, et surtout, à se cacher.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Lun 25 Avr - 4:50

Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine, je le sentais taper jusqu’à dans mes tympans. Mes mains étaient moites, mais mes poings se refusèrent à se desserrer, tout comme ma mâchoire. Mon visage se dissimulait derrière ma chevelure qui retombait par mèche, pas de queue de cheval aujourd’hui. La colère me rongeait tout simplement, contrairement à d’autres dont leur visage était ravagé par la tristesse, par l’inquiétude ou encore semblait déboussolé. Je n’étais heureusement pas la seule dont la colère était apparente. Mais la colère de certain était dirigée sur les Libertés, ma classe, donc moi-même.
Qu’avez-vous tous à nous en vouloir ?!

Ce n’était pas comme si nous l’avions désiré ! Ce n’était pas parce que l’un des notre avait tué que nous étions tous des tueurs ! Ne nous voyez pas comme des brutes, nous sommes comme vous tous, tout autant déboussolés par cette histoire. Nous ne voulons pas être accusé, mais certains ne nous aidaient pas. Mêlée à cette foule, je savais certains regards sur moi, parfois haineux d’autres désolés. Heureusement, certains arrivaient à comprendre qu’il ne fallait pas nous jeter des pierres pour autant et je les remerciais intérieurement.

C’était pour tous les autres que je sentais cette colère me brûler. Je ne devais pas faire mauvaise image sur ma classe, c’était le dernier truc à faire.
Je devais me calmer.

Je tentais de respirer calmement et de ne pas prêter attention à tous ces gens qui m’entouraient. Je n’avais plus envie de m’amuser ou de sourire. Je voulais seulement que ça se termine rapidement. Un fois le discours terminé j’irais me défouler à la salle de gym. Oui, c’est cela qu’il me fallait.
Je prêtai enfin oreille au discours du proviseur.

[..] Je vais vous offrir une opportunité de finir ce jeu. Oui vous avez bien entendu…

Terminer ce jeu, mais c’était ce que nous attendions tous ! J’écoutais attentivement les nouveaux règlements, ça me plaisait bien. Cela pourra sembler déplacé de ma part, mais j’ai l’intention de faire tout mon possible pour mettre fin à ce jeu. Alors au risque des professeurs de subir mes attaques, il fallait bien que l’un d’entre nous mettre fin à ce jeu et s’il le fallait, j’allais prendre cette responsabilité. Peut-être qu’une fois-là, nous allons être pardonnés de cette erreur causée par l’un des notre. Certainement pas totalement, mais si possible, diminuer la tension en annonçant la fin de cette mésaventure. J’étais prête à prendre le risque. Peut-être allais-je pouvoir arriver à convaincre d’autre de me suivre ? Les professeurs eux-mêmes devraient comprendre notre détresse, alors peut-être arriverons-nous à les mettre de notre côté ? C’était toujours à essayer.

La fin du discours s’annonça et la foule commença à se disperser. Chacun agissait de manière différente face au discours, personne ne savait réellement comment le prendre. Mais la colère et les pleure étaient les sentiments qui se faisaient le plus ressentir. Je sortis de cette foule, la tête un peu plus rassurer. Continuer le jeu pourrait sembler être stupide, mais il ne faut plus essayer de comprendre ce qui trame dans la tête de notre proviseur. Ce n’était pas comme si nous pourrions y changer quoi que ce soit. Il fallait l’accepter et jouer à son propre jeu. Plus vite nous allons y jouer, plus vite nous allons y mettre à terme.

Lorsque je sortis du bâtiment, un cri se déchira, désignant parfaitement la rage ressentie par cette personne. Interloquée, Je suivis le cri qui rapidement changea en sanglots. Je tombai rapidement sur une tête mauve effondrée sur le sol. Je connaissais cette fille de vue pour avoir été la meilleure amie de ma sœur. C’était Luna, une Passion. Elle devait certainement mal subir la mort de son camarade et ne pas accepter que cette lutte continue. Je la comprenais. J’hésitai un moment, restant debout sans bouger, non loin d’elle. Me déteste-t-elle maintenant ? Il n’y avait qu’une façon de le découvrir.

Je m’approchai prudemment de Luna, m’accroupissant devant elle pour être à sa hauteur. Je ne me forçai pas pour autant de sourire me contentant de lui jeter un regard inquiet tout en lui parlant calmement.

Luna… ? Je sais que l’on ne se connait pas vraiment toutes les deux, mais tu étais amie avec ma petite sœur, Jeni. Pour ce que tu as été pour ma sœur, je n’aime pas te voir dans un tel état. Tu me permets de m’asseoir avec toi ?

Sans lui laisser le temps de répondre, je me déplaçai sur le côté pour m’asseoir au sol à ses côtés, le regard devant moi.

En toute sincérité, je te souhaite mes condoléances pour lui… Je ne souhaite pas que nos deux classes soient en froid pour ça, les Libertés n’ont pas plus désiré que d’autres qu’il y est un mort. C’est terriblement affreux, je dois te l’accorder. Tu crois que… les profs eux-mêmes accepteraient de nous aider ? S’ils acceptent de nous accorder leur clé, nous pourrions mettre fin à tout cela une bonne fois pour toute. Je souhaite faire tout mon possible pour que nous en terminions enfin. C’est tout ce que je désire dorénavant.

Étais-je vraiment en train de lui parler de plan « d’attaque », alors qu’elle ne désirait que du réconfort ? C’était complètement idiot de ma part de lui partager ça. Au fond, j’avais aussi besoin que l’on m’accorde que ce plan n’était pas si bête que ça. Avoir le soutien de la déléguée des Passions ne ferait que me pousser un peu plus à tenter.
Je portais mon regard sur Luna dont les yeux étaient rougis par les larmes. La détresse se voyait très bien en elle. Je levais la main que je déposai sur le haut de sa tête pour la lui tapoter avec douceur et affichait un sourire qui se voulait rassurant.

Compte sur moi pour mettre à terme cette lutte.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Lun 25 Avr - 9:37

Depuis quelques temps, je passais mon temps seul. Je n'avais plus aucune envie de parler ou de voir qui que ce soit. C'était frustrant. Même moi je me rendais compte de l'inexistence de mon sourire.
En même temps, ce n'était pas chose facile dans cette ambiance.

Même lorsque j'avais besoin de parler, je n'osais plus le faire. En grande partie parce que mon meilleur ami se trouvait dans la classe victime de l'incident. C'était stupide, mais j'avais perdu le courage de parler à Shane. Je me sentais si mal pour lui.

J'en voulais au responsable de tout cela. J'en voulais aux principal. Cet homme exécrable responsable de cette guerre stupide au sein de l'établissement. Mais j'en voulais aussi à ma propre classe.Je n'aurais jamais pensé que nous serions les agresseurs, et pourtant c'était le cas.
Cette situation était bien trop complexe pour un gars comme moi.
Je ne savais juste pas quoi faire.

Je me contentais de déverser ma colère dans des sacs de sables ou sur ma balle de basket.
Même Berus n'avait pas la foi de me taquiner. J'étais à vif, et le moindre petit truc risquait de faire exploser mes nerfs. C'est en partie pour ça que je m'isolais de moi-même. Ce n'étais pas le moment de me prendre la tête avec quelqu'un d'une autre classe.
Surtout que ces dernières vouaient pour la plupart une haine sans nom aux Libertés.

Je comprenais pourquoi, mais ça me frustrais. Nous étions mis dans un seul grand sac, et si il y a bien une seule chose que je hais sur cette terre c'était les amalgames.
Quelqu'un qui juge sans connaître n'est pas quelqu'un de bien.
Après, ce n'étais heureusement pas le cas de tous les élèves. Mais au fond, personne n'avait envie de nous approcher.

Mon estime du principal s'était désintégrée.
Son discours à propos des récents évènements me confirmait tout ce que je pensais de lui.
Lui, l'adulte responsable de nous tous dans cet établissement, n'en avait rien à carrer de la mort du Passion. C'était horrible.
Il qualifiait les combats entraînés par sa compétition sanguinaire de "bêtises" et ne comptais pas arrêter le jeu. Cet horrible jeu que je n'avais jamais approuvé. Ce jeu sanguinaire où des personnes fragiles ce font attaquer au détour des couloirs.

Il nous posais une condition pour tout arrêter, alors que le jeu des clés était parti bien trop loin.
Maintenant, il voulait ajouter des adultes à l'équation. Ce type était complètement malade. Il fallait être atteint pour avoir ce genre d'idées.

Parmi ces adultes se trouvaient le médecin scolaire.
Il voulais sérieusement qu'un médecin tabasse des élèves pour les soigner derrière?
Et puis, dans cette période où tout le monde aurait besoin de li, le psy devient aussi une cible?
Et la bibliothécaire? Qu'avait-elle à voir avec ces conneries? Elle devait sûrement être la personne la moins agressive de l'administration, et elle était comme un amie pour la plupart des élèves. Maintenant elle était une cible à abattre?

Toute cette histoire avait fait bouillonner mon sang.
Y a un moment, faut savoir s'arrêter.
Tout le monde voulait la fin de cette guerre de territoire, à quoi bon la prolonger si ce n'était pour faire plus de dégâts?

Le discours du monstre terminé, je n'arrivais pas à desserrer le point. Mon visage était grave et je n'avais qu'une seule envie, c'était de frapper quelque chose.
En prenant la direction de la porte, je ne pouvais que constater l'étendue des dégâts. La grande majorités de élèves n'en pouvaient plus.
Ils pleuraient, ils s'en allaient, il se prenaient la tête entre eux.
Je ne pouvais pas supporter cette vision d'horreur.

En sortant, je vis Luna s'en aller. Elle avait l'air si mal.
La pauvre déléguée venait de perdre quelqu'un dans sa classe et voilà qu'on lui annonçait que cela n'arrêterait pas le jeu l'ayant tué.
J'aurais voulu la suivre, la consoler mais quelque chose au fond de moi m'en empêchait.


Dans le couloir plus loin, je vis Shane. Il s'était effondré en pleurs, la fiche des jokers déchirée à la main. C'en était juste trop pour moi.
Comment est-ce que je pouvais me présenter devant lui après ce que ma classe avait fait à la sienne?

Je sortis. Il fallait que je déverses mes émotions quelque part.
Visiblement, Luna avait eu la même idée parce que j'entendis un cri de rage et de désespoir qui provenait de la direction dans laquelle elle était partie.
Moi, je pris la direction du terrain de basket.

Là-bas, je m'emparai d'un ballon et commençai à le jeter vers le panier. Ça ne marchait pas des masses puisque je mettais beaucoup trop de force dedans. Mais je voulais juste déverser ma colère sur ce pauvre objet plutôt que sur la tête à quelqu'un.
Je continuais, inlassablement. Je ne comptais pas m'arrêter avant d'être calme.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

RIP Yuuma, on ne t'oubliera pas.:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

~D.C de Eirin Keiko~ (Avec Jun Akatsuki et Owen H. Anderson)
avatar
VI ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 213
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Lun 25 Avr - 10:55

C'était clairement le bordel au lycée en ce moment.
Les évènements récents avaient bouleversé tout le monde.
Quelques élèves m'en avait parlé un peu, mais la grande partie s'isolaient et déprimaient seuls dans leur coin. Je n'aimais pas du tout cette situation.

Tout le monde commençait à se forger des avis sur l'utilité du jeu des clés et sur la fiabilité du principal.
En ville, il valait mieux se taire si l'on nous demandait où nous travaillions, nous autres de l'administration.

Le principal comptait faire une annonce au théâtre. Je m'étais longuement interrogé sur si oui ou non j'allais me pointer là-bas.
Personnellement, je n'avait jamais été fan de cette guerre des territoires. Après, je m'en foutais pas mal. Ce qui me faisait tiquer à présent, c'est la décision de prolonger le jeu.
En effet, des "jokers" avaient été confiés à différents membres de l'administration.
Là, j'approuvais déjà moins les idées du principal.
Et pourtant, je savais très bien qu'il était allumé. Il l'avait toujours été.

Au final, je me rendis tout de même là-bas. Pour la première fois depuis le lycée, je n'en avais rien à carrer de ne pas être en avance.
J'y allais surtout en soutient psychologique pour les élèves. Et puis en tant que prof, il fallait être fou pour s'opposer directement à la tête du lycée.
Il allait peut-être nous dire quelque chose d'intelligent, qui sait.

Lorsque j'arrivai, la sale était bondée. Le principal avait déjà commencé son discours. Mon regard croisa celui de Kris.

Tout le monde n'était pas habillé en noir, mais j'avais décidé de le faire. Un mort, ça se respecte.

Une fois le blabla terminé, les desseins de cet étrange personnage qu'était le principal n'étaient pas plus clairs. J'étais en désaccord avec pas mal de choses. Par contre, ce n'était que mon opinion et je n'avais pas envie d'influer sur le libre-pensé des élèves.

J'étais là, avec ma pokerface, à constater le malheur s'étant abattu sur les frêles épaules des jeunes.
Ils étaient pour la plupart mineurs et innocents, ce n'était pas une situation normale pour eux.
Les voir pleurer ou s'énerver de la sorte me rendait malade. Mon rôle en tant que prof était de guider mes élèves sur le droit chemin, pas de les regarder foncer droit dans le mur à cause de mon supérieur.

Ce qui me rassurais, c'était la détermination de certains éléves. Il fallait arrêter ce jeu débile.

N'empêche qu'il fallait être incroyablement inconscient pour donner des jokers au médecin scolaire et au psy dans un moment pareil.
Kristal ne devait pas être très impressionnée de la situation. J'irais lui parler à l'occasion.

Plusieurs élèves étaient partis en trombe. Parmi eux se trouvaient la déléguée des Passions. Elle avait l'air particulièrement touchée. Je décidai donc de vérifier son état.

Lorsque je sortis pour la retrouver, je pus voir que son bras droit n'était pas dans un meilleur état. Heureusement, mon cher Lalegün était en train d'intervenir. C'était bien gentil de sa part.

Dehors, j'aperçus une tête bleue avec la petite Passion.
En arrivant, j'entendis une partie de leur conversation :

-Tu crois que… les profs eux-mêmes accepteraient de nous aider ? S’ils acceptent de nous accorder leur clé, nous pourrions mettre fin à tout cela une bonne fois pour toute. Je souhaite faire tout mon possible pour que nous en terminions enfin. C’est tout ce que je désire dorénavant.

Ça, c'était une bonne petite. Même si ce n'était pas la première chose que je dirais à quelqu'un effondrée sur le sol. Mais ça pouvait marcher aussi, je suppose.
Elle faisait donc partis des déterminés. Tant mieux.

Je m'approchai d'elles.

-Compte sur moi pour mettre à terme cette lutte.

A ces mots, elle tapota la tête de Luna.

Je m'accroupis à leur niveau.

-Ça va vous deux?

Certes, c'était une question rhétorique mais ça fait toujours du bien de voir qu'on se soucis de nous.
Je mis une main sur l'épaule de Luna et lui proposai un mouchoir.
Puis, je m'adressai à l'autre fille.

-Pour répondre à ta question de tout à l'heure, je vais juste te dire une chose : Si j'avais été un joker j'aurais très certainement coopéré. Seulement si vous aviez de bons arguments et de la détermination bien sûr.

C'était complètement vrai. Et je ne doutais pas de la motivation de l'élève accompagnant Luna.
Il fallait espérer que d'autres pensent comme moi.
Il suffisait de feindre une défaite pour les plus peureux ou donner directement la clé au risque de perdre son poste pour les plus couillus.

-Je ne dis pas que d'autres le ferait, bien sûr. Surtout que notre poste serait en jeu. Je dis juste qu'il y a peut-être des personnes aussi irresponsables que moi dans cet établissement.

Je voulais leur redonner espoir. Surtout qu'il était vrai que je n'en avais rien à cirer de perdre mon poste à Xényla. C'est pas un autre lycée que allait refuser de m'engager sous prétexte que j'ai été viré après avoir tenu tête au type le plus détesté de la capitale.

-Mais n'ayez pas la mauvaise idée en tête, hein. Ça ne m'étonnerais pas que mes collègues se battent corps et âmes pour ce joker. C'est juste mon humble avis de prof de littérature.

Après avoir frotté le dos de la petite Shirayuki je me levai et pris la direction du bâtiment.

-Ah, et nous n'avons jamais eu cette conversation, ok? Bonne chance pour la suite.

Je leur fis signe, dos vers elles.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Attention, Jun pourrait se foutre de ta gueule en Teal.




DC de Eirin Keiko, Alexander Van Eerte et Owen H. Anderson.
avatar
I ▲ Littérature
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 195
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Lun 25 Avr - 11:32


Kristal se tenait appuyée contre le mur du fond de la salle depuis le début de la matinée, le visage impassible et le regard fixé sur la scène où le Principal allait faire son annonce. Du coin de l’œil, elle voyait la salle se remplir d'un flot d'élèves, arborant tous des mines plus sombres les unes que les autres. Une bonne majorité d'entre eux s'était vêtue tout de noir, pour afficher le deuil de l'élève qui avait perdu la vie. Elle, de son côté, n'avait pas pris cette peine et faisait partie de la minorité qui s'était présentée ici en vêtements de tous les jours - et cela pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, parce qu'elle était avant tout un médecin et qu'elle considérait qu'elle n'était pas en droit d'afficher son deuil pour le jeune homme décédé. Elle n'avait pas été en mesure de faire quoi que ce soit pour sauver cet élève, et cette impuissance lui rappelait un souvenir qu'elle cherchait à racheter depuis maintenant presque dix ans. Mais cette fois, la donne était différente. Ce jeune homme était mort, mais elle savait qu'elle n'aurait rien pu faire pour éviter cela lorsqu'on lui avait présenté son corps inerte : il était mort avant même qu'elle ne puisse poser les yeux sur lui, et son pouvoir ne lui permettait pas d’insuffler la vie.
Ensuite, elle voulait montrer aux élèves qu'il fallait surmonter cette nouvelle et éviter de se morfondre trop longtemps : l'acte avait été commis, et plus vite tout le monde tournerait la page, mieux le lycée se porterait. Peut-être essayait-elle à sa façon de leur montrer l'exemple, de leur faire comprendre que malgré l’événement qui s'était déroulé, il fallait reprendre son train de vie normal - elle-même ne le savait pas exactement.
Elle savait qu'elle allait paraître totalement détachée de l'événement d'un point de vue extérieur et que ce manque de réaction risquait de faire jaser élèves comme professeurs, mais si cela pouvait aider à transformer la tristesse des élèves en rébellion contre le pouvoir mis en place dans ce lycée, elle était parfaitement encline à en subir les frais.

Élèves et professeurs rentraient les uns après les autres et l'heure de l'annonce de Principal se rapprochait drastiquement. La salle était affreusement calme, seuls les sanglots de quelques élèves brisaient ce silence. Kristal observa son supérieur hiérarchique se placer au centre de la scène et prendre un micro pour s'adresser aux centaines de paires d'yeux qui étaient maintenant rivées sur lui. Elle savait déjà plus ou moins ce qui allait être dit, le Principal ayant déjà distribué les « jokers » aux différents responsables de classe concernés, aussi, elle ne prêtait pas particulièrement attention au discours qu'il débitait.
Contrairement aux élèves et à certains de ses collègues qui affichaient tous assez clairement leur colère ou leur tristesse en écoutant les paroles du Principal, la jeune femme, elle, se contentait d'afficher un visage neutre. Elle se trouvait dans une position bien plus délicate qu'elle ne le laissait paraître et n'avait pas l'intention de se dresser ostensiblement contre le Principal. Elle savait qu'il gardait un œil sur tout le monde et sa situation ne lui permettait pas de faire quoi que ce soit d'irréfléchi : il avait bien trop de moyens de pression sur elle, s'écarter des ordres qui lui avaient été donnés pourrait mener à son licenciement, voire pire.

Si l'homme qui se tenait sur l'estrade venait à révéler aux autorités quoi que ce soit à propos de ce qu'elle avait fait ces dernières années, la jeune femme risquait la prison. Entre sa pratique illégale de la médecine malgré l'annulation de son diplôme et la clinique douteuse qu'elle avait monté avant de travailler ici, il y avait bien assez de choses pour la mettre au trou pour plusieurs années. Et ça, elle ne pouvait pas se le permettre. Elle se fichait bien de subir les conséquences de ses écarts envers la loi, elle y était préparée depuis le départ, mais se faire révéler à la justice maintenant mettrait en danger la santé de son frère et ça, elle ne pouvait pas l'accepter.

Alors que le Principal expliquait à la foule pressée dans le théâtre sa décision de ne pas arrêter le jeu et d'y ajouter la règle des différents jokers, Kristal détacha brièvement ses yeux de la scène pour regarder la personne qui venait d'entrer dans la salle avec quelques minutes de retard. C'était Jun, son collègue, lui qui était pourtant d'un naturel particulièrement ponctuel : ce retard en disait long sur son opinion à propos de ce jeu dangereux. Leurs regards se croisèrent un instant et elle pouvait constater que son ami semblait relativement mécontent de la situation. Elle ne soutint toutefois pas son regard, feignant à nouveau de s'intéresser aux paroles du Principal.
Quelque part, elle était contente que le responsable de la classe Évasion qui avait été désigné ne se trouvait pas être ce petit homme. Elle était loin d'être ravie d'avoir été transformée en cible à abattre alors qu'elle devait rester opérationnelle pour s'occuper des divers blessés qui risquaient d'être plus nombreux dans les semaines à venir, mais elle savait que Jun aurait eu plus de mal qu'elle à accepter ce rôle.
De son côté, elle n'avait aucunement intention de céder son joker au premier élève qui l'attaquerait : non seulement parce que le Principal ne l'accepterait pas, mais également parce qu'il était hors de question qu'elle ne défende pas la classe qu'elle représentait. Les petits Évasions avaient un retard considérable par rapport aux autres classes et même si elle ne les parrainait que depuis peu, elle s'était tout de même attachée à ces jeunes gens. Elle ne se voyait pas laisser sa classe perdre ce jeu stupide et subir les foudres du Principal, pas tant qu'elle serait leur Suppléante.

Sa décision était prise : qu'elle en soit ravie ou non, il fallait qu'elle se plie aux règles du jeu. Elle allait devoir rester sur ses gardes et espérer que les élèves soient assez responsables pour ne pas venir l'attaquer au sein même de l'infirmerie, pour ne pas mettre de potentiels patients en danger. Elle accepterait de se battre contre quiconque viendrait la défier, car elle ne pouvait que comprendre l'envie des élèves d'arrêter ce jeu malsain. Elle refuserait toutefois d'utiliser son pouvoir contre eux si elle ne se trouvait pas en danger : non seulement il était hors de question qu'elle fasse subir ce genre de douleur à des lycéens, mais en plus elle allait devoir économiser son pouvoir en prévision du nombre de blessés qui risquait d'augmenter à cause de ces nouvelles règles et des tensions qui se ressentaient entre les différentes classes.

La montée d'un brouhaha dans la salle sortit la jeune femme de ses pensées : le discours venait de se clore et chacun réagissait à sa façon. Elle parcourut la salle du regard et repéra une jeune femme non loin d'elle qu'elle reconnut immédiatement : c'était Astrid, bibliothécaire et nouveau « joker » de la classe Passion. Elle semblait décontenancée, et Kristal ne pouvait que comprendre pourquoi. Elle ne lui avait encore jamais adressé la parole, mais elle se dirigea tout de même vers la jeune femme pour poser doucement sa main sur l'épaule de celle-ci, lui adressant un regard qui se voulait rassurant. Elle baissa légèrement la tête en signe de soutien avant de retirer sa main de son épaule pour se diriger tranquillement vers la sortie sans un mot.
Kristal se dirigea vers l'infirmerie en silence, n'adressant pas le moindre regard aux jeunes lycéens en pleurs qu'elle pouvait voir un peu partout dans les couloirs. Une fois arrivée à destination, elle prit une feuille et un stylo dans son bureau pour rédiger une note qu'elle afficha sur la face extérieure de la porte, avant de retourner à son bureau, perdue dans ses pensées. Sur cette feuille de papier on pouvait lire :

«Prière de ne pas mettre en danger les patients présents dans l'infirmerie.
Veuillez m'attaquer à l'extérieur de cette salle ou me faire part de votre désir d'engager un combat pour l'organiser autre part.
»
- Dr. Kristal Z. Lya

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dr. Kristal Zhang Lya
Ce médecin pansera vos plaies en Lightseagreen.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

DC : Mikhaïl M. M. - Gwendal M. - Astalée N. G.
Anthony G. K. - Caelan A.

avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 422
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Lun 25 Avr - 20:08

Je savais que je ne devais pas y retourner, que je n'en avais pas la force. Je ne savais pas pourquoi je le faisais d'ailleurs, mais au fond de moi, une petite voix me disait ''Vas-y, fait le pour eux''. Alors j'y étais allée. J'avais réussi à quitter mon lit, à quitter mon appartement. Si ça ne tenait qu'à moi, je n'y serais jamais retournée. Mais ça ne tenait pas qu'à moi. J'étais bibliothécaire dans ce lycée. Ce court laps de temps, depuis mon arrivée, m'avait permis de créer des liens avec tous ces lycéens, enfin certain en tout cas. J'avais cette profonde impression d'être comme une grande sœur, une amie pour eux. Pas comme une tortionnaire sadique. Enfin... Oui... Une jeune fille comme eux. Maintenant, je devais traverser les mêmes difficultés qu'eux, subir les mêmes peines. Je devais tenter de les surmonter et continuer mon travail... Je ne pouvais pas les abandonner. Pas maintenant... Non... Pas... maintenant...

J'étais donc là, à mon poste. Je n'étais bonne qu'à ça de toute façon... Même si le Principal avait décrété qu'aujourd'hui personne ne travaillerait à cause des événements , j'y tenais... Pour lui. En son honneur. Normalement, aujourd'hui il aurait du être là, avec moi. J'avais remarqué qu'il venait tout le temps avant les cours... C'était sa petite habitude... Ce garçon c'était quelqu'un de bien. Un vrai petit Passion, toujours prêt pour apprendre des choses... toujours prêt pour faire des nouvelles découvertes... toujours prêt. Et puis... Il était peut-être un peu trop ambitieux... trop sûr de lui... Mais il me manquait.
Assise à mon bureau, le visage blafard, je ne pus m'empêcher d'utiliser mon pouvoir pour le revoir. Je passais mes doigts sur le registre des livres empruntés, en quelques secondes je revis son visage en face de moi. Il semblait si heureux... Un peu fatigué, mais heureux. Cette vision me fit pleurer et son visage disparut aussi vite qu'il étai apparut...
J'entendis un bruit, quelqu'un entrait. Je fermai le livre et essuyai rapidement mes larmes. Je devais assumer mon rôle d'adulte responsable.

-Mlle Kumarlik.

Je reconnus cette voix. C'était le principal. Je n'avais pas du tout envie de le voir mais bon... Je me tournai vers lui en feignant un léger sourire.

-Je vous remets ceci. Il s'agit du Joker n°4. Vous devrez le préserver à tout prix. Vous en saurez plus lors de mon discours. Mais sachez déjà que je compte sur vous mademoiselle, pas d'erreur.

Je regardais ce qu'il venait de me donner, complètement incrédule. Comment ça... Non... Un Joker ? Je n'arrivais pas à comprendre. Pourquoi ne m'expliquait-il pas plus ? Je voulais en savoir plus, mais en relevant la tête, je remarquai que le Principal était déjà à la porte et je n'allais pas crier. Il avait parlé de son discours ? Je regardai l'heure et effectivement... Son discours était prévu pour dans 10 minutes. Il n'avait donc plus le temps de m'expliquer. Je devais être la dernière personne à qui il donnait un Joker. Car oui, nous devions être plusieurs vu que j'avais le n°4. J'étais vraiment intriguée. Est-ce que cela était un nouveau jeu ? Un jeu sans combat... sans larme... sans perte...

Je rangeais mes affaires et quittai la bibliothèque. Je marchai dans les couloirs qui étaient silencieux. Tout le monde était dans le théâtre pour écouter le discours du Principal. Plus je m'approchais, plus le silence se faisait remplacer par des pleurs. Le lycée n'était vraiment pas dans son état normal... C'était vraiment triste.
Je rentrai dans la salle et m'installai sans vraiment faire attention à ma place. De toute façon, ça ne changeait pas grand chose. Le Principal commença à parler. Il expliqua qu'il était désolé, mais que ce n'était en rien sa faute. Que ce qui était arrivé n'était qu'un écart au règlement. J'avais du mal à croire ce qu'il disait... C'était immoral... Les étudiants commencèrent à protester. Il attendit un moment avant de réclamer le silence. Il expliqua qu'il ne souhaitait pas arrêter le jeu des clés. Ces mots tournèrent dans ma tête : ''Le jeu continue... Le jeu continue...''. Mais je n'étais certainement pas au bout de mes surprises. Je devais me ressaisir. Il donnait apparemment une opportunité de finir le jeu. Le Joker que j'ai reçu sûrement. J'écoutais attentivement.

-J'ai distribué à un responsable de chaque classe un Joker. Chaque Joker est une clé permettant d'obtenir un privilège . Chaque classe à le droit de tenter sa chance 3 fois avec des membres différents. Évidemment, vous n'attaquerez pas votre responsable, c'est interdit. Oui, j'ai bien dit attaquer. Vous allez devoir combattre avec des adultes.

Mon visage se décomposa, encore plus qu'il ne l'était déjà. J'avais du mal entendre... Je devais me tromper... C'était pas ça... Il n'avait pas dit ça...

-Mais pas de précipitations, ils ont des ordres et ils feront en sorte de vous mettre hors d'état de nuire sans pour autant vous éliminer.

C'était donc vrai... J'allais devoir combattre les lycéens... Mais... Non... Je n'en revenais pas. Les mots que le Principal m'avait dit plus tôt prirent tous leurs sens : « pas d'erreur »... Il voulait des combats, mais pas de mort... Mais c'était trop tard... Tout était fait.
Je fixais mes pieds, décontenancée. Je ne voulais pas affronter les lycéens... Je ne voulais pas. Je sentis une main se poser sur mon épaule. Je regardai la personne qui se trouvais derrière moi. C'était Kristal Lya, le médecin du lycée. Elle avait ce regard qui se voulait rassurant, réconfortant. Elle savait que j'étais en possession d'un Joker, ça se sentait... Mais donc... Elle aussi ? Elle baissa légèrement la tête comme pour me soutenir. Cette femme semblait si calme, pour un telle situation. Elle ne semblait pas beaucoup plus âgée que moi, et pourtant... On aurait dit qu'elle avait déjà tissé le fil de sa vie. Qu'elle avait déjà connu les pires difficultés... Enfin j'avais cette impression...

Kristal repartit et quitta la salle. Cela me fit penser que moi aussi je devais partir d'ici. Mais... J'étais donc devenue une cible pour tout le monde... Les lycéens que j'appréciais tant allaient maintenant être des menaces pour moi ? Je ne voulais pas ça... Il me suffisait de donner mon Joker à quelqu'un et de feindre la défaite. Oui je ferais ça. Je me levais et quittai le théâtre où résonnait les pleurs et les mécontentements de tous les lycéens. Beaucoup était dans les couloirs également. Je vis quelqu'un au sol. Je mis du temps à le reconnaître. D'habitude vêtu d'habits colorés et arborant un grand sourire, le garçon qui était assis là ne lui ressemblait pas. Shane... Je ne pensais même pas qu'il possédait des vêtements noirs. Ça me faisait vraiment du mal de le voir comme ça. Tous les Passions avaient vraiment du mal à s'en remettre. Moi-même je n'arrivais pas... Mais je ne devais pas le montrer, je devais être forte pour eux. Maintenant plus que jamais. En voyant Shane comme ça, l'idée de me débarrasser de mon Joker disparut complètement. Je devais réussir à le conserver pour mes petits Passions. Je ne savais pas me battre... je ne voulais pas d'ailleurs... Mais j'étais obligée. Personne n'aura ce Joker. Je préférais souffrir que de les voir souffrir.

J'allais partir dans la bibliothèque quand je me dis que je ne pouvais pas laisser Shane là sur le sol. Je l'aidai à se relever et l'emmenais sans un mot à la bibliothèque. J'accueillerais tous les Passions dans mon lieu saint quand ils le souhaiterais. Je les cacherais dans un coin entre deux bouquins si jamais. Même si désormais... Moi aussi je devrais me cacher... Mais c'était impossible, je devais assurer mon rôle de bibliothécaire, protéger mon Joker, et espérer que tous les lycéens ne soit pas en guerre.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

¤~----< Astrid plonge dans un livre en SteelBlue. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ~☆~ [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
I ▲ Bibliothécaire
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Ven 29 Avr - 7:39


Les journées en noir c'est barbant. Pendant une semaine on va être contraint de porter du noir. Enfin, pas vraiment contraint mais t'es regardé comme un être sans-cœur si t'as le malheur de porter un gramme de couleur. Ils ont de la chance que je doive porter du gris pour la classe parce que sinon je ferais péter les couleurs. Qu'est ce que j'en ai à faire de ce gars. Je le connaissais pas, il était pas dans ma classe et c'est lui et le mec de Liberté qui ont déconné. C'est pas ma faute et j'ai pas envie de porter du noir. En plus, moi j'aime bien les Libertés -ça me rappelle Benji et ça me met un peu mal mais ça va- donc les voir traiter comme des pestiférés ça me saoule. Vivement qu'on reparte comme avant.

En tout cas, aujourd'hui c'est réunion au théâtre. En tant qu'élève et ancienne déléguée, je dois m'y présenter bien vêtue. C'est pourquoi je sors la chemise blanche, le veston gris, le tailleur anthracite et les petites ballerines. Élégance et raffinement. Mes cheveux noirs sont ramenés en chignon et je me maquille légèrement. Eva pèse dans le Game, que voulez vous. Je sors de ma chambre pour rejoindre le lieu de rassemblement. On a pas cours aujourd'hui suspension spécialement pour une journée. Il aura eu au moins ce mérite le petit Passion.

La salle se remplit de plus en plus. Je me suis installée devant pour que le Principal me voit. Je serais son pilier, son roc. L'élève qui ne l'abandonnera jamais et qui, plus tard, attendra en retour un pistonnage. Le monde marche comme ça maintenant. D'ailleurs, l'on anniversaire arrive bientôt. 5 mai. Peut-être qu'une fête sera organisée. Je sais pas. Je le sens pas trop. Au pire, c'est pas grave. Tout le monde me le souhaitera bien. D'ailleurs, c'est bon, mon cher directeur vient de mettre le pied sur l'estrade. J'ai hâte. En plus, avec mon rôle de membre du conseil des élèves, je ferais appliquer les mesures qu'il annoncera. Que j'ai hâte.

Son discours commence. Il n'enchante pas les autres mais je ne vois rien de provoquant là-dedans. Vraiment, pourquoi vous acharnez vous ? C'est eux qui ont déconné, point barre. Passons à autre chose. Par contre, l'idée qu'il évoque derrière est intéressante. Un moyen d'augmenter la compétition. Actuellement nous sommes en tête mais les Jockers sont important. J'ai hâte de découvrir leur fonction. Qui allons-nous attaquer ? Il fait absolument que nous gagnons. Absolument. Déjà qu'on perd beaucoup trop de classements trimestriels, là il faut mettre bouchées double. À nous la victoire.

Enfin, tout est fini. Je souris en ressortant de la salle. Ça met du temps entre les gens qui chialent, qui sont zombifiés et tout mais on y arrive. Je suis vraiment heureuse de cette mise en place. Ça va être génial de pouvoir se battre encore plus. D'ailleurs, une nouvelle Dream Team ne me ferait pas de mal, à Xényla non plus. Dans des temps de crises, les gens ont besoin de leaders et d'un but. La DT est exactement ça. On va la rendre si parfaite que le but de toute scolarité sera d'en faire partie. Que j'ai hâte. Il faut que je lance des recherches dans chaque classe alors, trouver les gens puissants, populaires et beaux. Voilà qui fera l'affaire.

Je me dirige vers ma chambre pour commencer ma quête de membres lorsque je tombe sur la liste des clés. Astrid, la bibliothécaire, a un Joker très important. Vol d'une clé. Voler une clé aux Passions serait très très drôle, surtout dans ces temps-là. Grâce à cette bonne nouvelle, je retourne dans la chambre le sourire aux lèvres.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Ven 29 Avr - 13:14

Et merde, ce mec était sérieux ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alexei Wolf Avery
« Le sport »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dirlo
« Le meurtrier »
C’était donc vrai ? Le proviseur m’avait prévenu, le proviseur m’avait prévenu, de son idée de Joker, mais j’ai toujours cru que c’était totalement faux. Est-il totalement cinglé ? Et le pire, c’est que je suis de ceux qui ont un joker en main… Mais il me l’a bien fait comprendre, il ne voulait pas qu’il y ai des morts en plus, à sa différence, je n’en veux pas. C’est d’ailleurs horriblement drôle à quel point il peut nous prendre pour des idiots nés de la dernière pluie. Nous savons tous et toutes qu’il veut tous nous voir périr. Mais, il ne faut pas qu’il soit mis face à la loi.

Et moi, je me retrouve là, assis au premier rang, en compagnie de mes compagnons de l’administration, je suis impatient de pouvoir enfin partir, d’autant plus que son discours est interminable. Je tourne la tête sur le côté, je peux apercevoir le C.P.E, Maria, le cousin de ma douce Miranda, qui se trouve d’ailleurs à quelques sièges de lui. Je ferme les yeux, avant de le fixer, comment cette ordure a-t-il pu la mettre dans ce jeu infernal ? Vous savez quoi ? Je peux vous assurer dès maintenant, si elle se fait attaquer, les élèves en question n’auront pas que la douce prof’ en face d’eux, ils auront aussi, le professeur de sport, avec une humeur massacrante. Et je doute que ce soit eux qui auront le plus de mal à se faire. Je ne compte pas laisser le principal en reste. Il est tout de même l’investigateur de cette horrible chose.

Et oui, tout le monde ici pense, que je suis le pire, mais détrompez-vous. Je peux être salaud, mais je n’attenterais jamais à la vie de mes élèves, surtout pas en les faisant s’entre-tuer, certes, il y a bien Yamina. Je suis un des rares à vouloir lui faire passer les pires moments de sa vie, tant qu’elle m’aura en tant que professeur. Mais je ne la frapperais jamais, à ses fins là. J’ai déjà aperçu bons nombres des sales idées qu’il peut avoir en tête, et sérieusement ça ne me plaît en aucun cas. Et ça ne doit pas plaire à quelqu’un ici, mis à part lui.

Le directeur avait fini son discours, et déjà, je pouvais distinctement entendre des pleurs, des hurlements de certains, mais beaucoup partaient sans dire un mot. C’est mon tour, je me lève de mon siège, c’était le moment de partir. A peine fus-je devant la porte d’entrée, que j’aperçus ma petite fleur, je me pose juste à côté d’elle, en la fixant. J’aimerais lui dire quelque chose, mais rien ne sort, je ne sais pas ce qu’elle peut penser, ce qu’elle veut… Dois-je l’aborder ? Même si ce n’est que pour dire un simple bonjour, et rien d’autre ?

J’étais vêtu d’un costume trois pièces, choses très rares, surtout venant de moi, mais mes cheveux ressortait, si bien que dans le noir, nous ne voyions presque que moi.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Dim 1 Mai - 14:54

Aujourd'hui le soleil illumine le ciel et éclair la terre de ses rayons pleins de chaleur. Ironie du destin , face aux circonstances actuelles. C'est la première chose a laquelle je songe aujourd'hui. Comme tout le monde je suppose. On est tous sous le choc quand ce qui est un jeu intra-scolaire dérape et devient une telle ... tragédie. Ce n'était pas la faute du liberté, je veux dire, un dérapage de pouvoir peut si vite arriver ! j’espère que sa peine sera allégée ! J'ai beaucoup de mal a sortir de mon lit. Mon cocon de chaleur me protège encore un peu de la pesante atmosphère qui a envahit le lycée ces derniers jours. j'ai vraiment peur a chaque fois que je sors, tout le monde affiche une tête d'enterrement et je dois dire que .. moi aussi ce n'est pas la grande forme. Il... était si gentil ! Je ne lui ai adressé que quelques banalités, comme un pardon, un merci, ... on aurait pu devenir tellement plus. Des amis qui sait ?
Je ne supporte pas de revoir dans ma tête son visage dont j'ai sans doute oublié des bribes de détails. C'est frustrant de voir comme la mort prends tant de choses... même ma mère, parfois je me rends compte que j'oublie peu a peu, lentement mais indéniablement, sont visage, sont sourire.

Des larmes coulent. Mais ce n'est pas le moment. Je dois me préparer, aujourd'hui j'ai quelque chose à faire. Pour lui. Pour son souvenir.

Je rentre dans la salle de bain et prends une douche. Je frotte bien partout pour être la plus propre que je peux. En sortant, ma peau et mes cheveux sentent bon l’encens. Je fait chauffer un fer a boucler que j'ai emprunté discrètement et en attendant qu'il atteigne la bonne température, je passe un bon coup de sèche-cheveux. Je boucle toute ma coiffure, mèche par mèche. Un nuage de laque en spray plus tard, mes cheveux sont prêts, bouclés comme des rubans de papier cadeaux.
Ensuite l'habillage. Je sors d'un sac les vêtement que j'ai achetée pour l'occasion dans un magasin a la mode chez les lycéennes. Des collants noirs mais transparent, une robe porte feuille s’arrêtant a mi-cuisse, avec des volants en forme de jupe patineuse, aux manches se terminant aux épaules et avec un léger décolleté carré. Je met des bottes courtes, en cuire noir, ayant un talon épais et haut de de 5 centimètres, tel qu'on en a en hiver. je met aussi des jolis gants de dentelle noire et place au sommet de ma tête une voilette de la même couleur et matière. Je place un discret trait d'eye liner et rosie juste un peu mes lèvres. Je me parfume a l'essence d’œillet. Je place la voilette devant mon visage et prends l'ombrelle que j'ai aussi prise dans le sachet d'achats. Je souhaite vraiment être une jolie fille pour le dernier au revoir que je vais lui donner...
Je n'ai pas regardée sur le prix quand j'ai achetée, un mort doit avoir les honneurs qui lui sont due. J'ouvre mon ombrelle et m'avance vers le petit jardin. Je n'es pas le cœur a rire avec mes amis aujourd'hui, je prends un sécateur et découpe des parties de plantes, sans pour autant les tuées, elles repoussent, elles.
Selon le langage symbolique des fleurs, je décide de prendre quelques branches de saule, signe de deuil, des Chrysanthèmes, symbole d'éternité, des Gentianes blanches, qui expriment la douleur d'une absence et je noue le tout avec des ronces, symbole d'injustice.
Je remercie mes amis pour leurs dons de leurs personnes, et vais vers le batiment administratif. Une fois a la vie scolaire je revois la même grosse dame que la fois ou j'ai rencontrer Evangéline Evans. Elle est entrain de jouer au solitaire sur son ordinateur. je lui demande d'une voix faible:

Bonjour excusée moi ...

je suis occupée là.

Mais... S'il vous plait ...


Elle pousse un soupir.

Quoi ? Dépêche j'ai pas que ça a faire !

... Où l'on-t-il enterré ?


A ces paroles, la secrétaire écarquille ses orbites pleines de plis et de poches, ce qui écarte toute la graisse qu'elle a accumulée autour des yeux.

Pardon ?! C'est secret défense, le principal ne tient pas a ce que les élèves aillent se faire souffrir inutilement. Et si tu essaye de t'y rendre par tes propres moyens, je le saurais et tu aura de graves ennuis ma fille, maintenant ouste !

Se faire souffrir inutilement ? mais enfin ... rendre un dernier hommage au mort est une étape cruciale du deuil ! C'est profondément bouleversée que je sors de la vie scolaire. Qu'est ce qui pousse le principal à agir de cette façon ? Il veux sans doute nous protéger ! Il a un bon fond j'en suis certaine ! Enfin, ils nous expliquera ça demains au théâtre !

Si je ne peux aller lui rendre visite au cimeterre, je décide de planter un arbre en sa mémoire. Et pas n'importe quel arbre, un chêne, un arbre stable et puissant qui sera assez fort pour porter le poids du souvenir. Oui, je vais faire ça ! je me rends dans un espace vert de la ville, près du lycée, et je plante un petit gland qui gardera a tout jamais la mémoire de ce pauvre élève. Je dépose ma gerbe florale. J'irais prendre soin de la graine et refleurir l'endroit aussi souvent que possible.

En rentrant au Lycée, je vois tout pleins de gens, encore plus triste que d'habitude, certains crient, d'autres pleurent, d'autres encore semblent terrorisés et je commence a ne plus rien comprendre. Que c'est il passé ? Je m'avance et soudain je remarque une affiche. Des Jockers ? Qu'est ce que c'est que ça ? Il y a des noms de professeurs dessus ... C'est curieux ...

Une bourrasque de vent me surprends et je lâche la feuille qui s'envole. je regarde sa course , elle vole, elle vole, et s'écrase dans la figure de... De Shane ! Mais ... il pleure ? Lui aussi ? Et pourquoi déchire t'il la feuille si violemment ?

Je m’apprête a accourir vers lui, mais Lalegun, mon charmant bras droit, vient le consoler a ma place, je souris. Il est gentil Lalegun. Mais je ne comprends pas trop ce qui se trame ...

Non! ... je me souviens. je suis une cruche ! l'annonce que le principale voulait faire ! Ce n'était pas hier. C'était aujourd'hui !
Je m'en veux terriblement. Quelle déléguée de classe je fais ! J'essayerais de prendre des informations par-ci par-là pou tout comprendre, mais je ne peux pas demander a des élèves, tout le monde a assisté a cette conférence, j'aurais l'air désintéressée par la tragédie, on me prendra pour un monstre ! Mais en tout cas, il me semble que la souffrance que Shane ressent est infini, il semblait tellement mal... Je ne l'ai jamais vu comme ça... C'est avec un poids sur le cœur que je décide de revenir au petit jardin. Là bas, des lierres m’expliquent que des pissenlits proche du théâtres on entendues le discours du principal, l'on dis a des hortensias, qui l'on dis a des géraniums, qui l'on dis aux Dalias qui le leurs on dit a eux. Je connais toute l'histoire. Le principal essaye de faire comme si il ne c'était rien passer, il veut nous protéger... néanmoins ... les détendeurs de clés sont effrayés a l'idée de se battre a nouveau et de risquer une nouvelle tragédie. Si on me demandera, je ne serais ni pour les uns, ni pour les autres, je serais juste là pour ceux qui on besoin de moi, pour Shane, pour qu'il retrouve sont sourire rayonnant.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Voilà du nouveau pour vous Ven 6 Mai - 11:17

Aujourd'hui c'étais pas la grande forme. Y a de ces embrouilles, j'vais pas t'expliquer, tu connais les bailles, mais c'est pas jojo. Tout le monde fais de la déprime, normal après, le pauvre il etait super jeune il avait toute sa vie devant lui. Après le gars qui lui a fais ça, il a dérapé, ça arrive a tout le monde, jvous promet, il est pas innocent mais on peut pas dire que c'est la pire des enflures, c'était un acte involontaire, qui a échappé à son contrôle. Le seul fautif, c'est le grand manitou de mes couilles et ses idées à la con. J'espère qu'avec ce qu'il vient de se passer, on l'enfermera au trou pour incitation à comportement violent envers des mineurs, ou encore mieux, qu'on l'exécute ! Genre une ptite pendaison de crémaillère pour célébrer le printemps, nan ?

Aujourd'hui y fait super beau, j'vous explique même pas le malaise de la miss météo à la télé ce matin quand elle a due annoncer le soleil ! Mais sérieusement, aujourd'hui c'est jour de vérité, le principal veux faire une annonce dans le grand théâtre, vous savez, celui où il nous a forcer a nous éclatez la tronche les uns les autres !
Ça va être dans ce même théâtre qu'il annoncera sa retraite précoce! Trop cool !

J'sors le tailleur noir, ptite cravate et tout, aie aie aie Tadi le bogosse tombeur de ces dames est dans la place ! Nan sans dec', un mec est mort quoi, j'vais le respecter, normal quoi. Dans le théâtre, c'est l'esprit assez joyeux que j'arrive, heureux de savoir que la plus grosse enflure de l'île sera prochainement hors d'état de nuire !
J'm'installe avec mes potos d'Origine, ils valent même pas un demi-Domi, mais on fait avec s'qu'on a...

J'aperçois Evangeline au loin, elle s'est faite toute belle ma parole! Elle serait encore capable de profiter d'un deuil pour pécho ma parole !

L'ordure numéro un de toute la Bermudie arrive enfin sur la scène. Je pousse un "Bhouuuuuuu" que j'estime bien mérité.

- Bonjour les enfants. Comment allez-vous en ce jour ? Je suppose que vous avez appris la nouvelle, nous ne sommes pas déconnectés du monde comme on pourrait le croire. C'est... regrettable, ce qui est arrivé à ce jeune homme. J'en suis le premier désolé. Cela n'aurait pas du arriver. Après tout, il s'agit d'un écart au règlement. Nous nous occupons de vous à Xényla, nous voulons que vous aillez un avenir. Pour cela, il ne faut pas le gâcher avec des bêtises.

Il commence les fausses excuses minables, j'y crois pas ! Avec les potos, on proteste !

OUAIIII T'EST NUL CASSE TOI ! ON EN VEUX PAS DE TES EXCUSES DE MERDE !

Je continue de protester jusqu’à ce qu'au final tout le monde se tait. Le principal ne semble pas vraiment y apporter de l'attention. Ça y est, il va annoncer sa démission !

- Bref. Passons à autre chose. Malgré ce que l'opinion publique peut penser, non, je n'arrêterais pas le jeu des clés. Je sais ce que certains pensent. Pour eux, c'est ce jeu qui a tout entraîné. Pourtant, il n'y a jamais eu d'accidents avant celui là. Vous êtes responsable de votre pouvoir et vous le savez. Mais là n'est pas le sujet. Je vais vous offrir une opportunité de finir ce jeu. Oui vous avez bien entendu.

J'ai distribué à un responsable de chaque classe un joker. Chaque joker est une clé permettant d'obtenir un privilège. Chaque classe a le droit de tenter sa chance 3 fois avec des membres différents. Évidemment, vous n'attaquez pas votre responsable, c'est interdit. Oui, j'ai bien dit attaquer. Vous allez devoir combattre avec des adultes. Mais pas de précipitations, ils ont des ordres et ils feront en sorte que vous mettre hors d'état de nuire sans pour autant vous éliminer. Le jeu se terminera lorsque tous les jokers seront attrapés. Si au bout de 3 jokers attrapés, les deux autres ne sont pas eu rapidement, le jeu s'arrêtent et les jokers comptent comme des clés à la classe du responsable.

Lorsque le jeu sera terminé, les récompenses et les punitions fuseront. La liste sera affichée dans le hall du bâtiment principal. Travaillez bien et surtout, n'écoutez pas ce que l'on peut vous raconter. C'est seulement de leur faute si il s'est produit cet accident.

Je n'ai eu le temps de ne rien dire ... le ... le ... principal n'est pas viré ? Il reste a son poste? Et il veux continuer le jeux des clés ? WESH C'EST QUOI LA BLAGUE ?! La rage monte a moi, je vois rouge, je me lève, hurle, cri, insulte, traite de tout les noms, tente de cracher, veux faire un rituel vaudou, m'arrache les cheveux, siffle bruyamment, je veux tuer ce fumier !

A MORT LE PRINCIPAL ! A MORT LE PRINCIPAL !

Je lance mon cri de guerre, et peu après les potos me suivent. Quelques intrépides nous rejoignent un peu partout dans le théâtre. Certains profs nous regardent mal, symbolisant leur envie très forte de nous voir fermer nos gueules, mais on les fermera pas nos gueules, on est a vif, tous. La haine qu'on voue au principal est si grande ! Et il ne s'agit pas que de nous, il s'agit de TOUTE l'île ! Et ma pauvre Abi qui doit trembler de peur de travailler pour ce taré ! Je la protégerait. Je le jure.

En sortant, tel des furies, notre groupe de manifestant en rencontre d'autre et, a la manière des supporter de foot en fin de match, nous nous réunissons pour crier, taper, et surtout casser. Cela nous permettra sans doute de régler les problèmes. Et je peux te le promettre Abi, si il touche a un seul de tes cheveux, c'est pas cette voiture que je brûlerais, c'est sa sale tête de sous-merde narcissique.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voilà du nouveau pour vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark',pour vous servir...
» Pour vous remonter le moral
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour #SBAFF#
» Que puis-je faire pour vous aider....? [Pv Maximilien Shreck]
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: