Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
5 Eleves ▲ 147 Pt ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 156 Pt ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
6 Eleves ▲ 82 Pt ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
7 Eleves ▲ 219 Pt ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
7 Eleves ▲ 187 Pt ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
5 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
  
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Jeu 3 Mar - 12:00

Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alexei Wolf Avery
« Le sport »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jun Akatsuki
« La littérature »
Fallait s’y faire, ce que je voulais voir arriver le plus loin possible était arrivé. J’avais un colocataire, je ne sais pas qui c’est, je ne sais pas quelle tronche il ou elle peut avoir, tout ce que je sais, c’est que c’est un professeur de littérature, je comprendrai jamais ces personnes qui veulent apprendre à lire, enfin je veux dire, on apprend lorsqu’on est petit, pas après, tous les étudiants ont 16-17 ans, et même si je sais que l’orthographe et tout le tatouin ça s’est dégradé, mais y a un moment faudrait peut-être arrêter les frais. C’est pas en les emmerdants avec ce genre de matières que ça risque de leurs donner envie d’écrire et de parler mieux. J’espère au moins pour les gosses que c’est pas une matière obligatoire.

Je regarde ma montre, alors que je vois l’un des élèves marquer au handball « Bon point Yuuma ! » dus-je à haute voix en lui faisant un signe de la main. Je suis une vraie ordure avec mes élèves, en temps normal, mais depuis la scène, avec Miranda, j’avoue avoir un petit pincement au cœur lorsque je commence à crier, et très souvent, j’ai l’impression qu’en un instant, elle a réussi à tout changer de moi, au fond, je doute que ce soit le cas. Et puis, pourquoi, je suis toujours en train de penser à elle, partout où je vais, j’ai l’impression de la voir, on habite à un appartement de différence, mais tout de même…

La cloche sonne, c’est la fin des cours de la journée, il est 17 heures 15, enfin je vais pouvoir rentrer, et me relaxer tranquillement dans mon appartement. Et c’est lorsque je m’habille que j’y repense. « J’oubliais. Le coloc’ » Putain, pourquoi, ils m’ont foutu un colocataire, et surtout pourquoi, un putain de littéraire ? J’ai une tête à avoir envie de lire sérieusement ? J’ai beaucoup de respect pour eux, juste parce que je serais pas capable d’entamer un livre, sans avoir envie de le jeter à la poubelle, d’ennui, mais bon, mis à part ça, je suis pas plus que ça un adorateur de ce genre de personnes. Surtout qu’en général, ils adorent ramener leur science pour nous rabâcher qu’on est totalement con. Dommage pour cette personne, mais je suis loin d’être plus débile que lui.

Je finis de me rhabiller pour sortir du lycée, sans voiture, non, sans rien, je me rends sans arrêt jusque chez moi à pied, et pendant le trajet je pense à qui cela pourrait bien être, déjà, est ce que c’est un homme, ou une fille ? Et puis, après, y a beaucoup de questions que je pourrais me poser, mais certaines pourraient vous paraître peut être déplacé, alors j’évite. J’arrive devant le palier de la porte, en soupirant un bon coup, et de faire pivoter la clé dans la serrure, et ouvrir la porte « Y a quelqu’un, du coup, où comment ça se passe ? J’aimerais si possible une réponse au plus vite. Expressément. » Voilà le vocabulaire du professeur de sport tyrannique, et qui devient un grand marshmallow chaque jour, grâce à Miranda…

[HRP]Désolééééééééé pour le temps que j'ai mis, je suis impardonnable, je le sais ! Je sais que je disais que j'allais mettre un temps fou pour écrire ce RP, eeeeeeeeet j'avais raison, malheureusement, so, j'espère que tu veux toujours bien RP avec moi ;w;

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 310
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Lun 28 Mar - 22:19

Aujourd'hui était un jour important : celui où j'allais succéder mon mentor à Xényla. L'ayant revu récemment, il m'avait déjà un peux briefé sur ma futur classe et sur les membres du personnel.
Il m'avait sacrément simplifier la vie, je dois dire.

Je m'étais levé tôt comme à mon habitude. Une fois la bouilloire et le grille-pain actionnés, je m'habillai.
Une fois habillé, je revins dans la cuisine.
J'avais opté pour une tenue décontractée (pour une fois), ayant du déménagement à faire. J'étais donc en jean brute plutôt slim, chaussures slip-on noires et t-shirt turquoise. Je rajouterais une veste noire pour l'extérieur.
Mon timing était parfait, j'arrivai et les toasts étaient grillés et mon eau bonne pour le thé.

Je n'allais pas donner de cours avant le lendemain, mais je devais rejoindre et m'installer dans mon nouvel appartement et (re)prendre mes repères dans l'établissement de mon adolescence.
Je dois avouer que l'idée de partager mon appartement avec un ou une inconnu(e) ne m'enchantais guère. Si mes souvenirs étaient correctes, j'avais comme colocataire le professeur principal des Libertés (donc logiquement, un prof de sport).
Bon, ayant passé 3 ans dans cette classe, on devrait s'entendre non?

Bref, revenons en aux actions.
Tout en sirotant mon thé, je réfléchissais à ce dont j'aurais besoin d'amener. Après, je pouvais toujours rechercher des affaires ici dans mon temps libre, mais c'était emmerdant.

La grande question tournait autour de mon matériel de muscu'... Surtout si mon coloc' était prof de sport quoi.
Bon. Par flemme de devoir transporter quelque chose de si encombrant, je décidai de laisser mon banc de muscu' ici. Il risquait d'y en avoir déjà un. Au pire, je rechercherais le mien.
Je prendrais donc juste mes haltères et différents poids.

Sinon, je me doutais bien que mon futur colocataire n'aurait pas de théière donc j'emballerais la mienne une fois mon petit-déjeuner fini.
Et, forcément, je ramènerais les photos respective de ma mère et de ma fiancée. J'allais aussi racheter des fleurs fraîches et colorées pour leur petit autel funéraire sur le chemin du lycée.

Je passai le reste de la matinée à faire mes préparatifs et à faire le ménage avant mon départ. Je dinai* tôt pour pouvoir arriver à l'heure.

13h tapante, après une heure de route, me voilà devant les portes de Xényla. Je fis la "visite" des bâtiments (comme si avec toutes mes conneries passées je ne connaissais pas tous les recoins par cœur). J'écoutai le blabla habituel, les règles et compagnie tout en suivant ce gardien digne d'un creepypasta.

On me lâcha la grappe à 16h. Je retournai donc à ma voiture pour rejoindre l'appartement et enfin commencer l’emménagement.
Une fois au parking de l'immeuble, je sortis avec mes deux grosses valises..
Tout en mes les trimballant, je me posais un tas de questions futiles sur ma colocation à venir.

Mon emménagement se passait bien. J'avais déjà rangé tous mes vêtements et ramené le service à thé et ma cafetière (même si il y en avait déjà une visiblement). J'avais dépoussiéré ma chambre (en bon maniaque) et j'étais ressortit chercher mon carton contenant les poids et haltères.

Lorsque je remontai, je vis un grand type ouvrir la porte de mon appart'. Cela répondais à ma première question essentielle. C'était donc un homme. En plus, il était grand le con (et  trèsbien foutu, mais pas mon genre). Et merde, ça aurait pas pus être une fille d'1m55 les bras levés, gentille et serviable. Nan nan, c'est bien plus drôle de vivre avec musclor.

-Y a quelqu’un, du coup, où comment ça se passe ? J’aimerais si possible une réponse au plus vite. Expressément.

Ah, il semblait ravi d'avoir un colc' dit donc. Charmant.
Et puis il faisait des répétitions. C'était pas nécessaire d'insister autant. Enfin bref.

Je me raclai la gorge.
Je vis enfin le visage de mon interlocuteur.

Allez. Il faut que tu fasse des efforts de sociabilisation Jun.


Je posai le carton sur le sol dans un léger tintement. Je m'approchai du gars en lui tendant la main.

-Bonjour, je suis Jun Akatsuki, ton nouveau coloc'.

Tout en lui serrant la main, je l'observai de plus près. Il était pas moche. Enfin, il avait surtout la tête d'un instructeur militaire. Il n'avait pas l'air très amical par contre. J'aimais bien ses cheveux verts d'illeurs, j'avais pas encore vu ça, c'était original.
Le grand problème résidait dans le fait qu'il semblait avoir un fort caractère.
C'est cocasse tient, parce que moi aussi.
Avec de la chance on allait s'entendre. Peut-être. Éventuellement
Mais ça allait être intéressant. Au moyen, on allait pas s'ennuyer.

Je ramassai mon carton. Par contre il était bien gentil hein, mais il était dans le passage.

-Excuse-moi, tu permets?

C'était bien évidemment une question rhétorique.
J'attendis qu'il s'écarte pour passer.

-Merci.

Wouah, je m'en sortais pas trop mal pour l'instant. Pour dire que j'aime pas parler aux inconnus.

Je mis mon bordel dans ma chambre et revins à l'entrée.

-Je reviens, je dois juste chercher les dernières bricoles dans ma voitures.

Ah mon retour, on allait pouvoir faire plus ample connaissance. Je lui proposerais un café ou un truc du genre, le feeling passera peut-être mieux. En attendant, j'étais mitigé sur la première impression que j'avais de lui.

Il avait pas l'air d'être "tout dans les muscles et rien dans la tête" mais il avait pas l'air des masse content de devoir vivre avec moi quoi. C'est pas le genre de gars avec qui on a envie de prendre un verre.

Dernier petit carton. Je remontai avec ce-dernier contenant quelques fleurs et mes de cadres. Ah... Qu'est-ce que je donnerais pour récupérer ma petite vie tranquille avec mon adorable Jade...
M'enfin, il faut aller de l'avant. Je l'ai toujours fais donc bon.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Attention, Jun pourrait se foutre de ta gueule en Teal.


DC de Eirin Keiko, Yuuma Kurotsuki et Owen H. Anderson.


Vous pouvez voir mon cosplay pas trop raté de Levi sur ma page Creepy Bunny Cosplay! Et la Mikasa de ma sœur *^*
avatar
I ▲ Littérature
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 173
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Sam 23 Avr - 22:31

Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alexei Wolf Avery
« Le sport »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jun Akatsuki
« La littérature »
Je le regarde, lui, le nouvel arrivant dans cet appartement, et soupire, alors qu’il sort chercher le dernier carton se trouvant dans sa voiture, et ne me laissant par ailleurs pas le temps de me présenter. Il a l’air d’avoir un balai coincé entre ses deux fesses, je prends mon sac, et en allant vers ma chambre, le jeta sur le lit, alors que le petit nouveau ré-entrait dans le petit chez moi, qui serait le petit chez nous, maintenant.

Je le regarde un instant, l’air presque de me moquer de qui il pourrait être, et regardant le contenant de son carton, j’esquisse un sourire idiot, en voyant les deux cadres, ainsi que les fleurs, génial, un adorateur des plantes vertes. Ou alors, un mec efféminé ? Aucune idée, mais ce doit bien être le premier mec que je vois avec des fleurs, sans aucune vraie raison. Hm, peut être que je lui demanderais un jour.

« Sinon, moi c’est Alexei. Alexei Wolf Avery. Et je suis prof de sport » Je regarde un instant le jeune homme qui se trouvait en face de moi, et saute sur le canapé, me moquant parfaitement de ce qu’il penserait « Dis, t’as pas faim ? J’ai un petit creux, persos, tu sais cuisiner ? Bof, peu importe, je vais commander chinois, ça te va ? » Je me tourne un peu sur le côté, en sortant mon téléphone de ma poche « Désolé hein ? Mais j’t’avouerais que j’suis vâche fatigué, et que, j’ai pas envie de perdre du temps pour manger, parce qu’après, je dois quand même aller me coucher, parce que je doute que ce soit toi, qui va te lever à 5h du matin pour préparer la bouffe, et te doucher après avoir fait une course de 3 kilomètres. Enfin bref, question con, tes plantes vertes là, c’est pourquoi ? T’es un écolo ? »

Je jouais bien évidemment sur les stéréotypes, même si Miranda me fais devenir un véritable ourson en peluche, je ne compte pas laisser mon image de l’archétype même de la saloperie disparaître tout d’un coup. Quoi qu’il en soit, je me relève du canapé, passe à côté du brun, regardant alors la photo encadrée dans le carton, mais rien n’attira réellement mon attention, alors que j’allais chercher le prospectus du restaurant en question.

« Hm, alors pour moi, des nems au poulet, des Makis à la crevette, une soupe vermicelle au poulet, des ha cau*, des brochettes de bœuf et de poulet, et enfiiin, riz cantonais aux crevettes ! God, j’ai pris presque que du poulet… BOarf, c’est cool, eh, ‘tit brun, j’te laisse la carte, prends ce qui te chante ! Je suis dans un esprit de bonté, j’paye ce soir. »



*NOTE* Les ha cau, ce sont des bouchées vapeurs à la crevette !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 310
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Dim 24 Avr - 0:49

Une fois de retour, l'ours se présenta.

-Sinon, moi c’est Alexei. Alexei Wolf Avery. Et je suis prof de sport.

Il me dévisagea un instant et se jeta gracieusement sur le sofa. Bon, j'avoue, je suis pas mieux après les journées chiantes.

-Dis, t’as pas faim ? J’ai un petit creux, persos, tu sais cuisiner ? Bof, peu importe, je vais commander chinois, ça te va ?

Vas-y, parle tout seul, j'dirais rien. En plus, ouai, j'ai faim.

-Ouaip, ça me va.

N'empêche qu'il marquait des points avec le chinois. Après, fallait juste oublier le fait qu'il avait l'air de me juger H24.

-Désolé hein ? Mais j’t’avouerais que j’suis vâche fatigué, et que, j’ai pas envie de perdre du temps pour manger, parce qu’après, je dois quand même aller me coucher, parce que je doute que ce soit toi, qui va te lever à 5h du matin pour préparer la bouffe, et te doucher après avoir fait une course de 3 kilomètres. Enfin bref, question con, tes plantes vertes là, c’est pourquoi? T’es un écolo?

Tiens, c'est sympathique d'étendre ses connaissances régionales. Je venais de découvrir un nouvel argot, tiens : être "vâche fatigué". Il s'attend à quoi? Que je lui réponde "oui oui, je suis un écolo 100% Je fume de la beuh aussi."

-Y a pas de soucis, mais parle pas trop vite, j'suis peut-être prof de litté' mais je suis ancien Liberté hein. Je me lève généralement vers ces heures-là aussi. Enfin bref, sinon, les fleurs c'est juste parce que c'est mon trip de profaner des tombes après avoir sacrifié des élève les soirs de lune rouge. Je vole même les cadres mortuaires pour les jeter dans un grand feu de joie allumé avec les vêtements de mes victimes.

Je lui disais cela comme si je parlais de mon trajet à la boulangerie.

-Nan, sinon c'est juste que j'ai acheté des fleurs pour les mettre dans un coin de ma chambre avec les photos de ma mère et mon ex-fiancée.

Le géant vert alla chercher le menu.

-Hm, alors pour moi, des nems au poulet, des Makis à la crevette, une soupe vermicelle au poulet, des ha cau, des brochettes de bœuf et de poulet, et enfiiin, riz cantonais aux crevettes ! God, j’ai pris presque que du poulet… Boarf, c’est cool, eh, ‘tit brun, j’te laisse la carte, prends ce qui te chante ! Je suis dans un esprit de bonté, j’paye ce soir.

Le "'tit brun" y t'emmerde. Fais pas le malin ou je te réduis à ma taille l'poireaux.

Bon, je savais bien que j'étais trop susceptible à propos de ma taille mais shhh.

Je me plongeai dans la carte, tout en m'affalant moi aussi sur le canapé.

-T'es sûr que tu veux tout payer? Nan, parce que j'aime pas devoir de l'argent aux gens. J’apprécie la proposition mais c'est vraiment pas la peine. Enfin bref, en tout cas je vais me prendre le mélange vapeur, des sushis au saumon, un canard laqué avec du riz cantonais, une brochette de poulet et des chips aux crevettes.

Le gars avait plutôt intérêt à me laisser payer ma part, il allait finir ruiné sinon.
Et comme dit, devoir des trucs à un type avec son état d'esprit c'était comme passer un pacte avec un démon.

N'empêche que vivre avec Alex allait être drôle je pense. J'allais pas m'ennuyer, parce qu'il semblait à peu près aussi sociable que moi. Et il avait une bonne tête de prof sadique aussi.
Y avait moyen de se marrer quand même.

Bon. il fallait que je fasse un minimum connaissance avec lui.

-Alors, ça te fais pas trop chier de finir en colocation avec moi plutôt qu'avec un jolie fille? Tu le vis pas trop mal? En plus, t'as l'air plus jeune que moi j'dirais. T'as quel âge en fait?

Autant continuer dans le sarcasme, puisque j'avais si bien commencé avec ma profanation de tombe.
Et, oui, il semblait plus jeune que moi. Pas de beaucoup, il devait avoir la vingtaine par là.

J'enlevai mes vans et m’ébouriffai les cheveux tout en écoutant sa réponse. J'étais bien content d'en avoir fini avec ce foutu déménagement.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Attention, Jun pourrait se foutre de ta gueule en Teal.


DC de Eirin Keiko, Yuuma Kurotsuki et Owen H. Anderson.


Vous pouvez voir mon cosplay pas trop raté de Levi sur ma page Creepy Bunny Cosplay! Et la Mikasa de ma sœur *^*
avatar
I ▲ Littérature
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 173
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Jeu 28 Avr - 18:45

Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alexei Wolf Avery
« Le sport »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jun Akatsuki
« La littérature »
Je ris un instant à sa réflexion, ruiné, moi ? S’il savait le compte en banque que j’ai finis par amasser avec le temps, mes grands-parents étaient peut être de gros cons, mais dieu qu’ils avaient de l’argent à donner. Donc, avec ça, et les petits boulot que je me suis coltiné durant des années, j’ai pu me faire une petite fortune, de quoi vivre confortablement, et si un pépin ou qu’une envie me vient, je n’ai pas forcément peur de ce qu’il va arriver.

« Oh, tu sais généralement, je ne réclame pas de l’argent, surtout lorsque je propose gracieusement de payer pour quelqu’un. Je peux être un sale fumier parfois, mais je ne suis pas du genre à quémander quelque chose. Si je veux, je fais ce qu’il faut pour avoir, point barre. Ah, sinon, un conseil, ne fouille jamais dans mes affaires, surtout pas pour retrouver une vulgaire connerie, parce que je suis gentil, mais je monte très vite en pression.. –C’était d’ailleurs une des choses que ma mère et mon père aurait préféré éviter.. avais-je murmuré trop fort. »

Je repense un instant à ce qu’il a dit, fronçant les sourcils dans l’incompréhension, puis un sourire se fixa sur mes lèvres « Oh, j’y pense, ta douce, elle t’as quittée pour une autre plante verte ? ‘t’être un peu plus grand ? Ou moins vieux. » J’espérais bien l’énerver un peu, pour commencer, sa petite remarque sur le fait que ça m’emmerdais de l’avoir comme coloc’ m’avait effectivement bien saoulé, surtout sur l’aspect de mon âge, alors autant se venger à ma manière.

« Sinon, si ça t’intéresse, vraiment, j’ai 24 ans. » Je le vois retirer ces chaussures, et soupire un instant, il a des manières de prince, ou je rêve ? C’est peut être normal chez lui, mais je ne sais pas, quoi. C’est quoi la suite ? Il va mettre des chaussons en fourrure de macaque à poil blanc ? Vous voyez bien que c’est pas logique !

J’attrape le téléphone, après avoir noté tout ce que nous allions commander, et passais commande. Je le fixe, juste après « Il devrait être là d’ici une dizaine de minutes, il est juste en face. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 310
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Dim 1 Mai - 19:33

-Oh, tu sais généralement, je ne réclame pas de l’argent, surtout lorsque je propose gracieusement de payer pour quelqu’un. Je peux être un sale fumier parfois, mais je ne suis pas du genre à quémander quelque chose. Si je veux, je fais ce qu’il faut pour avoir, point barre. Ah, sinon, un conseil, ne fouille jamais dans mes affaires, surtout pas pour retrouver une vulgaire connerie, parce que je suis gentil, mais je monte très vite en pression..

Wait. What?
Il lisait dans les pensées où comment ça se passe?
En plus il confirmait qu'il était un sale type (bon, c'est pas comme si j'étais mieux).

Aussi, ce n'étais pas mon délire de fouiller le bordel d'autrui. J'étais organisé moi. Je ne perdais jamais rien.

-Oh, j’y pense, ta douce, elle t’as quittée pour une autre plante verte ? ‘t’être un peu plus grand ? Ou moins vieux.

Bon. A quel moment je devais lui arracher les yeux?
Parce, soit il était complètement stupide pour ne pas comprendre qu'elle était morte, soit il tenait vraiment à me rendre fou.
Quel genre d'abruti garderait la photo de son ex encadrée et achèterait des fleurs pour elle?

Le vieux il t'emmerde.

J'avais connu des gamins plus respectueux que ça au lycée. Et ils avaient 6 ans de moins, bordel.

Il lisait dans les pensées? Et bien soit. Il allait à présent savoir qu'on ne plaisante pas avec Jade.
Et aussi que j'avais très facilement envie de frapper les gens.
En fait, il allait comprendre pourquoi on me qualifie d'antisocial.

Le pire c'est que j'avais essayé, hein, de m'entendre avec lui.

-Sinon, si ça t’intéresse, vraiment, j’ai 24 ans.

Génial.

-28 pour ma part.

Depuis sa petite question je le fixais. On pouvait qualifier ce regard de plusieurs adjectifs se situant entre "froid" et "meurtrier".
Cette colocation allait être insupportable.

Bon. Ne parlons pas trop vite. On est juste partis sur de mauvaise bases.
Tu parles. J'étais déjà irrité jusqu'à la moelle. C'était bien pire que de mauvaise bases.

Putain, qu'est-ce que je ferais pas pour passer une année tranquille.


Le grand type passa la commande.
Après un moment il revint :

-Il devrait être là d’ici une dizaine de minutes, il est juste en face.

-Okay.

J'avais pas spécialement d'idée de comment reprendre la conversation après ça.
J'avais toujours envie d'égorger des enfants en bas-âge.
J'avais pas franchement envie de reparler de ma fiancée.
Ni de parler de boulot, quoi.

Fait chier. Mon manque de conversation n'était pas pratique.

Au moins, Alexeï était à présent conscient de mon sang chaud refoulé. (A mon grand malheur.)

Il y eu un petit moment de silence.
Après m'être décidé à ne pas péter un fusible dès le premier jour, je lui dis :

-Tu sais, la plante verte dont tu parles : c'est une pute. Elle a brisé le cœur de milliers de personnes et son nom commence par un "B". Elle est plus grande que moi, ouais on peut dire ça. Elle est moins vieille aussi. Mais si je le pouvais, je l'aurais déjà étripée.

Si suite à cette personnification il n'avait toujours pas compris, c'est qu'il avait vraiment tout dans les muscles et rien dans la tête. Mais il avait quand même l'air plus intelligent que ça.

Je soupirai.

-Sinon, tu vis ici depuis longtemps?

Il fallait bien que je change de sujet d'une manière ou d'une autre.

Fallait encore espérer que ce type ne soit pas déterminé à être en mauvais termes avec moi.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Attention, Jun pourrait se foutre de ta gueule en Teal.


DC de Eirin Keiko, Yuuma Kurotsuki et Owen H. Anderson.


Vous pouvez voir mon cosplay pas trop raté de Levi sur ma page Creepy Bunny Cosplay! Et la Mikasa de ma sœur *^*
avatar
I ▲ Littérature
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 173
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Lun 17 Oct - 20:28

Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alexei Wolf Avery
« Le sport »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jun Akatsuki
« La littérature »
J’me demandais, là comme ça, ces parents c’étaient des minimoys ? Nan parce que pour atteindre 1m60 à tout casser à 28 ans faut le faire quoi, à moins qu’il est déjà en train de se tasser. Ouep, bah j’pense que dans quelques mois, j’devrais lui payer un déambulateur, histoire de pas le retrouver couché la tronche sur le paillasson en allant chercher le courrier à la boîte aux lettres. Ça me fait déjà assez chier comme ça d’avoir un coloc’ alors devoir le ramasser à la petite cuillère tous les soirs, sincèrement sans moi. C’est déjà compliqué de rester debout après l’installation de certains ateliers sportifs. J’ai l’impression d’avoir le dos passé sous un compresseur presque à chaque fois.

Oups, j’crois que ma pic l’a un peu fâché, hum, j’m’en carre sérieux, ça lui plaît pas ? Tant mieux. Ça fait mal ? T’en as marre de moi ? Déjà ? Allez. Va chialer sous les jupons de ta mère, putain, tu passes tranquille, en plus t’as une belle tronche de teletubbies qui s’est pris un panneau stop dans la gueule. Hey bro’ juste un sourire please. Nan ? Bah va mourir, j’m’en bas les couilles. C’est ça, fronce ton foutu mono sourcil là, et fais craquer tes poings, tu me fais pas peur crevette.

« Tu sais, la plante verte dont tu parles : c'est une pute. Elle a brisé le cœur de milliers de personnes et son nom commence par un "B". Elle est plus grande que moi, ouais on peut dire ça. Elle est moins vieille aussi. Mais si je le pouvais, je l'aurais déjà étripée. »

Damn, ouaip, donc finalement, je vais peut-être arrêter de faire mon connard. Le bug c’est vraiment pas un truc sur lequel on peut rigoler. Y a pas mal de famille qui ont été détruite par cette merde. Et moi-même, j’me rappel pas comment ça s’est passé. Bref, c’était une belle merde.

**Ding Dong**

Putain, enfin le livreur. Damn, j’ai faim. Et puis, ça risque de délier les langues, à lui comme à moi. Puis bon, on a clairement intérêt à devenir pote, parce que j’vais pas me crever le cul la journée pour m’embrouiller le soir, avant de me coucher. Sinon, ça va finir que j’vais aller roupiller chez quelqu’un d’autre, ou alors, IL ira voir ailleurs.

Bon, j’vais prendre le sac, et payer, vite. Très vite. MANGER. PARLER. DORMIR. Tout. De. Suite. Go chercher le portefeuille dans ma poche pour lui filer les billets. Allez hop, un pourboire pour le monsieur, et je vire tout ça sur la table, on va manger, enfin. Oui, bon, ça fait 10 minutes que j’attends, seulement, mais bon, c’est long.

« Alors, comme ça t’as 28 balais, t’es prof de littérature, et pourtant de ce que j’vois t’as pas la carrure d’une lopette comme les trois quarts, hum, ancien liberté ? »

Si il me dit non, c’est qu’il devait faire de la muscu en dehors de son temps scolaire. D’ailleurs, c’est drôle parce que j’ai limite l’impression d’être anorexique à côté de lui. Damn bro’.


VOILA, CA PUE SORRY...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 310
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Ven 21 Oct - 14:07

Note à soi-même : Cet homme n'écoute pas quand on lui parle.
C'était la deuxième fois qu'il ne répondait pas à une de mes questions. Il m'aidais pas vraiment là.
Déjà que je savais pas quoi dire, si en plus il répondais pas... On était pas dans la merde.

*DING DONG*

Bon, on va mettre ça sur le compte de la faim.

Alexei parti donc régler la bouffe et ramener tout le bordel.
L'idée de se faire une bouffe ne pouvait que me faire sourire.
Nous étions sûrement partis sur de mauvaise base mais le but c'était quand même de changer ça. Il m'avait d'être le genre de gars avait qui je pouvais m'entendre.

Ouais ouais, ça se voyais pas comme ça, mais j'avais un bon feeling avec ce gars.
Il avait l'air d'avoir un caractère aussi naze que le mien et me semblait vachement du genre à trashtalk.

-Alors, comme ça t’as 28 balais, t’es prof de littérature, et pourtant de ce que j’vois t’as pas la carrure d’une lopette comme les trois quarts, hum, ancien liberté ?

Je haussai un sourcil.
Donc il m'écoutait vraiment pas. Ni dans mes questions, ni dans mes réponses. Eh bah putain, on était pas dans la merde pour notre "relation".
Nan Jun, met ça sur le compte de la fatigue évidente de l'autre doué.

-Oui oui, comme je te l'ai dis avant j'étais Liberté ouais. Et je t'accorde le fait qu'on ne m'imaginerais pas prof de litté' non plus. Mais tu vois, j'ai eu une illumination un beau jour j'ai décidé que j'allais apprendre à lire à tous ces petits incultes pré-pubères, c'est devenu ma passion.

Je fis un petite pause. Je me demandais si mon nouveau coloc' était réceptif à ce genre d'humour.
Dans le cas contraire.... Bah j'm'en foutais en fait.

-En vrai, c'est un peu plus profond comme raison mais on s'en balance. En y réfléchissant, ça m'aurait fait marrer de traumatiser des gamins en tant que prof de sport.

Je le regardai droit dans les yeux.

-Au moins, j'suis content de voir qu'il y ait déjà quelqu'un pour faire ça à Xényla. Le dernier lycée où j'ai travaillé avait un vieux prof de sport bedonnant, c'était horriblement frustrant. J'avais juste envie de débarquer a un de ses cours et montrer aux sales gosses ce qu'était un vrai entraînement.

Je souris. C'était étonnement honnête de ma part de lui dire que j'était content. Même si "content" était un peu fort.
Nan parce que tu pouvais pas être un bon Liberté si ton prof c'était un faible quoi.
Winnie l'ourson allait pas transformer un ado en vrai sportif. C'était une question de bon sens, de logique.

Mon intérêt se portai sur la nourriture.
Après avoir plus ou moins trié le contenu du sac, chacun entama sa bouffe.

-Au fait, merci pour la bouffe, c'est sympa.

C'est bien Jun, tu t'améliores en sociabilisation.

M'acheter de la nourriture, c'était me prendre par les sentiment. Ce gars avait tout compris a comment bien s'entendre avec moi (si on oubliait le début de notre conversation, hum).
J'avais un avis très mitigé jusqu'à présent sur Alex'.
Notre sang chaud/caractère de merde était à la fois compatible et à l'origine de tensions. C'était un concept.

Mais quand j'y repensais, les seuls gens dont je me suis senti proche dans ma vie avaient des caractères aussi merdiques que le mien à deux exceptions près : respectivement, ma fiancée et un enfant de 12 ans.
Et ouais, j'étais un putain d'antisocial insupportable en vrai. Et le pire, c'est que je le vivais plus que bien.

Petite parenthèse, mais la bouffe était carrément bonne en fait.

-C'est quoi le nom du restau'? Faudra que je re-commande là-bas dans le futur.

Donne matière à conversation, Jun.

-T'en connais d'autres des endroits sympas comme celui là? J'suis un amateur de bouffe donc autant profiter de tes connaissances. T'as des goûts pas trop merdiques on dirait. Et puis j'suis pas dans le coin depuis longtemps, je vivais à l'opposé de la ville avant.

Les petits piques comme ça, c'était juste parfait. Je voulais bien m'entendre avec lui, mais une de mes connaissance ne pouvait pas échapper à mes manifestations d' "affection". Pourquoi lui dire qu'il avait bon goût quand je pouvais lui dire qu'il avait pas que des goûts de merdes.
Bon après il allait pas aimer vivre avec moi si c'était pas son type d'humour, mais encore une fois, c'était pas mon problème.

Il ne nous fallut pas trop longtemps pour finir dos plats respectifs. Une fois le repas finis, je fis un proposition à Alexeï tout en me levant :

-Café?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Attention, Jun pourrait se foutre de ta gueule en Teal.


DC de Eirin Keiko, Yuuma Kurotsuki et Owen H. Anderson.


Vous pouvez voir mon cosplay pas trop raté de Levi sur ma page Creepy Bunny Cosplay! Et la Mikasa de ma sœur *^*
avatar
I ▲ Littérature
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 173
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun Lun 7 Nov - 0:23

Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alexei Wolf Avery
« Le sport »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jun Akatsuki
« La littérature »
« Oui oui, comme je te l'ai dis avant j'étais Liberté ouais. Et je t'accorde le fait qu'on ne m'imaginerais pas prof de litté' non plus. Mais tu vois, j'ai eu une illumination un beau jour j'ai décidé que j'allais apprendre à lire à tous ces petits incultes pré-pubères, c'est devenu ma passion. »

Oups, c’est vrai qu’il me l’a dit, mais j’avoue que ça m’était totalement sortit de la tête, mais bon, le Bug a totalement changer la tournure de notre discussion, donc je sais même pas où on en est totalement. « Blague à part, ils sont presque aussi imberbes que nous deux, mais je me demande bien comment tu peux leurs faire rentrer quelque chose dans le crâne, c’est déjà compliqué pour faire comprendre à certaines demoiselles, que non, quand tu fais un sport de combat, tu gardes pas les cheveux détachés et tes bijoux parce que sinon, tu vas te faire casser sévère, alors leurs expliquer qu’une hyperbole, c’est une exagération, ça doit pas être facile tous les jours. »

« En vrai, c'est un peu plus profond comme raison mais on s'en balance. En y réfléchissant, ça m'aurait fait marrer de traumatiser des gamins en tant que prof de sport. » Il me fixe. « Au moins, j'suis content de voir qu'il y ait déjà quelqu'un pour faire ça à Xényla. Le dernier lycée où j'ai travaillé avait un vieux prof de sport bedonnant, c'était horriblement frustrant. J'avais juste envie de débarquer a un de ses cours et montrer aux sales gosses ce qu'était un vrai entraînement. » Eh beh, il en avait dans le capot le petit bonhomme, bon, c’est clair qu’un prof qui fout rien ça sert à rien, à part à te faire comprendre que la bonne binouze, et puis les trois fast-foods par semaine, ce n’est pas le bon plan. « Tu m’étonne » M’ouais, j’ai déjà fait plus long, c’est sûr.

Bon, aller, on vire tout ça, tout de suite sur la table, on va vite fait faire le tri, et puis on va se mettre à manger, parce que sinon, j’vais de l’hypoglycémie, bon, c’est faux, mais j’ai faim, donc je ne vais pas me priver parce qu’il est là. Qu’on soit bien clair, je m’en branle que je mange avec ou sans lui. Je suis pas du tout le genre de personne à me soucier de ce que les gens peuvent penser de moi. Je suis un crevard, un sale connard, tout ce que vous voulez, mais du moment que ça atteint pas les personnes que j’aime, je m’en carre l’oignon. Mais bon, avant de parler d’oignon, je vais aller manger mon poulet, et mes crevettes. Rien que l’odeur me fait baver d’envie.

Allez go, pour la bouffe ! « Au fait, merci pour la bouffe, c'est sympa. » Je relève la tête, des vermicelles sortant de ma bouche, il a dit quelque chose ? Règle numéro un, ne pas me parler quand je mange comme si on m’avait rien filé à bouffer depuis 1800 et des poussières. Règle numéro deux, la première règle ne s’applique pas si c’est ma copine qui me parle. J’avale vite fait les petites pattes qui dépassent avant de lui répondre. « Hum, pas de quoi, je commande chez eux une semaine sur deux à peu près, heureusement, leurs tarifs sont pas trop excessifs non plus, sinon, j’aurais très vite fini fauché. »

Je sais pas vraiment à quoi il peut penser le nain, mais il a l’air d’aimer la nourriture que j’ai payé, en même temps, ces mecs ce ne sont pas des rigolos, si je ne dis pas de conneries ils font les recettes avec les méthodes de leurs ancêtres donc ça aide. C’est toujours dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe. « C'est quoi le nom du restau'? Faudra que je re-commande là-bas dans le futur. T'en connais d'autres des endroits sympas comme celui là? J'suis un amateur de bouffe donc autant profiter de tes connaissances. T'as des goûts pas trop merdiques on dirait. Et puis j'suis pas dans le coin depuis longtemps, je vivais à l'opposé de la ville avant. » Des goûts pas merdique ? C’est qu’il me fait presque des compliments, maintenant, attend bonhomme, je vais finir par rougir, voyons. « Hum, le restaurant il s’appelle le temple céleste, si je dis pas de conneries. Me demande pas qui a choisi ce nom, mais j’ai déjà vu mieux. Sinon, après, y a pas beaucoup de restaurant dans lesquels je mets les pieds, disons, que le cheat meal c’est cool, mais pas tous les jours, quoi. Sinon, je vais finir comme bibendum et c’est pas mon objectif. »

Il se lève de son siège, me demandant, par la même occasion, si un café me tentait, j’hochais la tête avec seulement un : « Corsé, s’il-te-plaît, la cafetière est dans la cuisine. » Nan, sérieux ? C’était pas du tout prévisible. En même temps, j’attrape les boîtes de nourriture vides et les jettes à la poubelles, heureusement, pas de couverts ce soir. Je le regarde un instant dans la cuisine « Hum, tu vas te coucher après ? J’comptais regarder un film ou une série, donc si t’es partant, tu peux te ramener hm ? »

Je n’attends pas vraiment sa réponse, et je vais directement allumer Netflix. Heureusement que mon ex était une bête en informatique, parce que sinon, j’aurais jamais pu avoir ça. Bon, par contre, c’est sûr que recevoir masses de mails de sa part blindé de virus, bon, au bout de 3-4 passage chez le réparateur, j’ai fini par comprendre que [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] était truqué. En même temps, si y a bien un truc qui est sûr avec moi, c’est que l’informatique et moi ça fait au moins 42.

Je regarde vite fait ce qui pourrait être cool à regarder. Hum, y a bien The Walking Dead, apparemment, c’est bien. Puis, c’est cool, ils sont à la saison 6, donc si ça me plaît, je n’aurais pas besoin d’attendre huit ans pour voir la suite, et ça, c’est très cool. Bon, bah, on va lancer ça.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 310
Revenir en haut Aller en bas
Faut s'y faire, t'es là toi. Sous le toit. || PV. Jun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AUSTIN ▼ il faut de tout pour faire un monde, il me faut toi pour faire le mien.
» Il faut travailler pour réussir sa vie, et même sa mort.
» Quand la solitude pèse [PV Paws]
» [Tutoriel]Faire un screen shot
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: