Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 105 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 225 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 138 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 260 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 156 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Un bananier dans une bibliothèque est aussi improbable qu'un chat dans une marmite [PV Mélodie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Un bananier dans une bibliothèque est aussi improbable qu'un chat dans une marmite [PV Mélodie] Dim 28 Juil - 21:07


Wendel ne détestait pas les cours, ça non. Sauf lorsque cela parlait de quelque chose qu'il connaissait déjà. Il considérait d'un regard vide le professeur déverser tout le flot de son savoir sur les têtes de ses pauvres étudiants, ne prenant même pas la peine de faire semblant d'écouter. Non, franchement, il ne voyait pas l'intérêt de se laisser bourrer le crâne avec des connaissances déjà acquises. Alors il laissa son esprit se promener, aller où il voulait. Cela menait toujours à des chemins intéressants, de toute façon.

Néanmoins, la sonnerie fut comme une libération. De plus, ce cours était le dernier. Il rangea tranquillement ses affaires, et sortit de la classe sans penser à adresser le moindre salut à l'enseignant. Tout en marchant sans prendre garde à la direction qu'il prenait, il se demandait où aller pour passer un moment tranquille jusqu'à l'heure du dîner. Son dévolu se jeta sur un coin de la bibliothèque, presque toujours déserté  - ou alors ne l'avait-il seulement jamais vu occupé, les coïncidences s'avéraient parfois troublantes. Il regarda autour de lui, comme soudainement réveillé d'un long sommeil. "Me suis encore retrouvé à trois kilomètres" grommela-t-il avant de tourner les talons et de repartir en sens inverse. En effet, il avait parcouru plus de la moitié du lycée. Wendel marcha d'un pas rapide, préférant arriver au lieu voulu le plus rapidement possible.

Une fois à la bibliothèque, il adressa un signe de tête à l'homme qui la gardait, et se pressa d'aller se réfugier dans un coin sombre, s'asseyant à la table présente. Il porta une main à sa poche, avant de se rappeler qu'il avait oublié de prendre son carnet, ce matin. Il s'en était d'ailleurs beaucoup voulu, au cours de la journée. Avec un léger soupir d'agacement, le jeune homme sortit un cahier au hasard, en arracha la dernière feuille, et commença à griffonner ce qui lui passait par la tête. Il était là depuis quelques minutes seulement quand il sentit une présence. "Pitié, passe ton chemin..." Lança-t-il pour lui-même à demi-voix. Après réflexion, il eut juste envie de se gifler, se rappelant que parler ainsi dans une bibliothèque était comme hurler dans une classe un peu bruyante : on entendait tout. Il sentit une vague de gêne monter en lui, et, à nouveau sans réfléchir, dit un peu plus fort :

- J'ai rien dit.

Mourant de honte, il fit semblant de se concentrer sur sa feuille déchirée, se penchant un peu plus dessus, et priant pour que la personne à côté n'ait pas entendu - ou qu'au moins elle l'ignore.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un bananier dans une bibliothèque est aussi improbable qu'un chat dans une marmite [PV Mélodie] Lun 29 Juil - 23:42


« Je vous en ai déjà parlé, mais souvenez-vous que vous avez un travail de groupe de prévu à rendre la semaine prochaine et je ne tolérerai pas les retards. »

Je l'avais totalement oublié celui-là. De plus, je n'avais aucun contact avec ma coéquipière, un fait  tellement pratique lorsqu'il s'agit d'un devoir issu du fruit du travail de deux ou plusieurs personnes. Tant pis, j'allais devoir me débrouiller seule. « Vas-y, fait ce que tu veux de ton côté. » m'avait-elle dit. Ce n'est pas comme si je tenais à mes notes, mais un peu. Être recalée à Xényla, quelle honte. Déjà que nous avons la pression avec cette histoire de classement, ce n'est pas bon du tout. D'un rapide coup d’œil, je lus l'heure sur l'horloge accrochée au mur face à moi : plus que cinq bonnes minutes avant la fin du cours. Je devais avoir un bon timing pour réussir à attraper ma camarade de classe, il fallait absolument que l'on puisse parler du devoir. Je me trouvais au milieu des rangées de gauche et elle au fond à droite. La porte se trouvait devant sur la droite. Au final, nous étions à peu près à égale distance. Les aiguilles de l'horloge se rapprochèrent de l'heure espérée jusqu'à y être totalement. La sonnerie retentit. Je me précipitai vers ma coéquipière quand soudain...

« Mélodie, puis-je te parler ? »

Mes yeux ne surent plus où regarder : le professeur, ou l'élève ? Ma tête tournoya de chaque côté pendant que mon cerveau cherchait une solution. Soudain il fut trop tard : elle avait passé le seuil de la porte et s'était envolée. D'un air résigné, je me dirigeai en direction de mon professeur. Que me voulait-elle ? Si c'était pour me reprocher mon manque de travail, elle pouvait s'abstenir. Je la regardai, attendant qu'elle me réprimande pour je ne sais quelle raison. Après quelques secondes à analyser sa paperasse, elle me fixa.

« Je te sens quelque peu... déconcentrée ces temps-ci. Non, pas déconcentrée, disons... ailleurs. Si tu as un soucis, parles-en, mais ne reste pas sans rien faire. Il ne faudrait pas que cela ait une influence sur ton travail. »

« Bien sûr, madame. »

Je lui affichai mon plus beau sourire empli d'hypocrisie. De quoi pouvait-elle bien se mêler ? Ce n'est que le début de l'année et l'on me reproche déjà mon comportement. Finalement, les cours particuliers étaient peut-être plus plaisant... mais sans relations sociales. Quel dilemme. Je sortis tout de même de la salle de cours, sans me retourner. C'était mon dernier cours, mais pas ma dernière heure de travail. Je ne savais même pas le sujet de ce satané devoir ! L'inspiration n'étant pas mon fort, je me sentis totalement perdue. Je partis du bâtiment principal, marchant sans ne savoir où aller. Je m'assis sur un banc rencontré par hasard, ne sachant que faire. Soudain, un petit lapin sortit de sous ce banc, et me regarda avec de grands yeux. Étonnée, je ne sus vraiment que faire. Il était blanc avec de profonds yeux noirs, si profonds que j'avais l'impression de pouvoir y lire ses sentiments. Soudain, il partit en courant pour s'arrêter quelques mètres plus loin. Je me levai doucement, et me rapprochai de lui lentement, mais rien à faire, il continuait de courir et de me narguer.

Après plusieurs minutes de poursuite intense, j'arrivai finalement devant l'imposante bibliothèque du lycée où regorge des tonnes et des tonnes de livres, bien plus que l'on ne pourrait l'imaginer. Le lapin me regarda une dernière fois et partit au fin fond de l'immense bâtiment trônant devant mes yeux, ne se retournant pas. Pourquoi me retrouvais-je donc ici ? Hasard ou Coïncidence ? Je voulais le savoir et pour cela, j'entrai d'un pas assuré. Je marchai entre les longues rangées, ne croisant aucun élèves, quand soudain je me rapprochai d'un coin sombre où était assis un garçon, seul, en train de griffonner une feuille. Décidément, les élèves aiment la solitude en ce moment. J'étais tentée de lui parler. Peut-être avait-il vu le lapin passer. J'étais sur le point de lui parler quand je l'entendis marmonner. « Pitié, passe ton chemin... » Quel charmant jeune homme que voilà. « J'ai rien dit. » De mieux en mieux. Je le vis se pencher un peu plus sur sa feuille. Sûrement qu'il ne voulait pas qu'on le dérange. Je regardai autour de moi : aucun élèves en vue. J'allais devoir me contenter de lui... Je m'approchai calmement, mais assurément.

« Excuse-moi. J'ai bien entendu que tu ne voulais pas que l'on te dérange, mais j'ai un renseignement très important à te demander ! »

Renseignement très... important ? Pour un lapin ? Finalement, je devais être aussi folle que lui à l'heure qu'il est. Je voulus partir, mais maintenant que j'avais commencé, je ne pouvais m'arrêter.

« Oui euh, très important, j'exagère... En fait, je suis à la recherche d'un lapin. Tu ne l'aurais pas vu par hasard ? »

A m'entendre dire ça, je me pris moi-même pour une fille bonne pour l'asile psychiatrique. J'affichai un sourire gêné en me passant une main derrière la tête. Ma queue se baladait de gauche à droite nerveusement. J'ai peur.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un bananier dans une bibliothèque est aussi improbable qu'un chat dans une marmite [PV Mélodie] Mar 30 Juil - 0:27


- Excuse-moi. J'ai bien entendu que tu ne voulais pas que l'on te dérange, mais j'ai un renseignement très important à te demander !

C'était la panique dans l'esprit de Wendel : elle avait entendu ! Retenant un soupir résigné, il releva la tête vers la fille. De longs cheveux roux, des oreilles et une queue. Alors, c'était une hybride. Il se souvenait vaguement l'avoir déjà vue - sûrement croisée au détour d'un couloir. L'idée de rendre service ne lui déplaisait pas, mais il n'avait pas l'impression d'être très bien placé pour donner un renseignement "très" important, vu la force avec laquelle il s'intéressait à ce lycée, il n'y connaissait pas grand-chose. Il balaya la grande salle du regard, et compris pourquoi elle s'adressait à lui : il se trouvait qu'il était le seul élève aux alentours. Trop de solitude tuerait la solitude ?

- Oui euh, très important, j'exagère... En fait, je suis à la recherche d'un lapin. Tu ne l'aurais pas vu par hasard ?

Sa réaction première fut de froncer les sourcils. Se moquait-elle de lui ? Il savait qu'il avait un problème, à parler tout seul et grommeler ses pensées à voix basse, mais il n'en faisait pas exprès. Cela ne lui plut pas vraiment. Sa seconde réaction fut la surprise. Après réflexion, si elle ne se moquait pas, alors pourquoi chercher un lapin dans une bibliothèque ? Il fallait avouer que c'était saugrenu.

- Un... lapin ?

C'était les seules paroles que Wendel avait trouvées, à cet instant précis. Il ajouta, la considérant d'abord d'un air quelque peu méfiant, avant d'esquisser un sourire amusé :

- T'aurais pu trouver plus discret, pour te moquer. Ce n'est pas voulu, quand je parle à voix basse, j'avais pas l'intention de te blesser.

Ouf. Il n'avait pas gaffé, pour une fois. Il avait réussi à s'exprimer de façon normale, et cela s'avérait être une pure joie. Il commençait à s'énerver tout seul quand il disait n'importe quoi, et là, lui-même se trouvait bizarre. Enfin, tout content, le garçon attendait de voir ce que cette fille allait lui répondre, ayant presque oublié l'absurdité de sa requête.   
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un bananier dans une bibliothèque est aussi improbable qu'un chat dans une marmite [PV Mélodie] Mer 31 Juil - 23:26


A la suite de ma drôle de question, je le vis froncer les sourcils. Ce n'était pas bon signe. Je ne voulais en aucun cas qu'il le prenne mal, ma question était tout à fait sérieuse, bien que cela pu être dur à croire. Il ne réagit pas, me considérait seulement. Il préparait sûrement une réponse tranchante qui me renverrait dans mon coin et seule à la recherche de ce fameux lapin. D'un côté, je savais encaisser ces choses-là...

« Un... lapin ? »

Il semblait plus surpris qu'en colère à ce moment-là, et cela me rassurait grandement car, peut-être que pour une fois, je n'aurais pas besoin d'encaisser quelconque paroles. En quelques secondes, le regard du jeune homme changea, devenant quelque peu méfiant. Puis, contre toute attente, un sourire amusé apparu sur son visage pâle.

« T'aurais pu trouver plus discret, pour te moquer. Ce n'est pas voulu, quand je parle à voix basse, j'avais pas l'intention de te blesser. »

Mon visage du afficher une expression de surprise tant je ne m'attendais pas à ce genre de réponse. Finalement, il ne l'avait pas si mal prit. Je restai tout de même choquée quelques secondes, ne sachant que dire, ni que faire. Pourquoi ai-je donc pensé qu'il le prendrait mal ? Il n'est pas méchant en fait ! J'eus un petit sourire en pensant cela, un sourire bête. Je lui répondis toute contente :

« Ne te méprends pas ! Je ne me moque aucunement de toi, je suis vraiment à la recherche de ce lapin. Il est petit et tout blanc avec de beaux yeux noirs ! Même si cela peut paraître ridicule, il est vraiment important pour moi. »

Juste après la fin de ma phrase, je me penchai pour regarder en dessous de la table et de la chaise. Raté.  Je continuai mes recherches entre les rangées de la bibliothèque se situant près du garçon, l'oubliant presque totalement. Je me baissais, me relevais, marchais, courais quand je croyais à une piste, mais n'arrivais finalement à rien. Je m'en retournai vers le jeune homme, désespérée.

« J'étais persuadée qu'il était utile pour moi. Il a quelque chose... Tu vois ce... »

Soudain, je m'arrêtai, étant certaine d'avoir aperçue une tâche blanche me narguer quelques étagères plus loin. Je transformai mes yeux d'hybride en ceux de renards. Ma pupille devint extrêmement fine, et je pus distinguer chaque détail de la bibliothèque dont ce fameux lapin. Je finis de me transformer entièrement, devenant une renarde rousse au poil soyeux. Je jetai un regard derrière moi et sans prévenir me précipitai à la poursuite du lapin, le suivant entre chaque rangées, chaque tables, grimpant les escaliers, les redescendant pour finalement arriver dans un endroit reclus de la bibliothèque, caché par des milliers de livres... Ce n'est que quelques minutes après que je réalisai que je m'étais affreusement éloignée de ce garçon, n'ayant même pas réussi à attraper ma proie. D'un côté, ce n'était pas un problème puisque je ne le connaissais même pas, mais d'un autre côté, la bibliothèque ressemblait à un labyrinthe et je ne savais par où la sortie se situer. Tout compte fait, j'aurais vraiment du rester avec lui. Ne sachant où je me trouvais, je repris mon apparence normale et me risquai un petit appel à l'aide.

« Il y a quelqu'un ? Je me suis un peu perdue dans cette immense bibliothèque et j'aimerais pouvoir retrouver la sortie, s'il vous plaît. »
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un bananier dans une bibliothèque est aussi improbable qu'un chat dans une marmite [PV Mélodie] Dim 4 Aoû - 20:15


Elle parut surprise, resta interdite quelques instants, avant de laisser poindre sur son visage un sourire dont Wendel ne comprit pas l'intérêt.

- Ne te méprends pas ! Je ne me moque aucunement de toi, je suis vraiment à la recherche de ce lapin. Il est petit et tout blanc avec de beaux yeux noirs ! Même si cela peut paraître ridicule, il est vraiment important pour moi.

Puis  immédiatement après avoir achevé sa phrase, elle se baissa pour regarder sous la table. Il eut, par reflèxe, un léger mouvement de recul, avant de se reprendre : ce n'était qu'une fille à la recherche d'un lapin dans une bibliothèque, voyons. Finalement, il ne trouvait pas cela si farfelu. Il allait même lui proposer son aide quand elle se détourna et commença à arpenter les rangées de livres à proximité. Là, il se ravisa, se contentant de la regarder faire. Au bout d'un petit moment, elle se tourna vers lui :

- J'étais persuadée qu'il était utile pour moi. Il a quelque chose... Tu vois ce...

Il haussa un sourcil, attendant sans un mot qu'elle achève sa phrase. Seulement il n'en fut rien ; ses yeux devinrent étranges, et se mirent à scruter quelques rangées plus loin. Il coula un regard dans la direction que la jeune fille fixait, sans rien y trouver. Pourtant, celle-ci, soudainement,  prit la forme d'un renard. Il y avait donc quelque chose. Elle s'élança, sous l'oeil attentif de Wendel qui n'avait pas forcément tout compris de la situation, et disparut en quelques instants. Il décida avec un haussement d'épaules qu'il lui demanderait ce qu'elle avait fait de ce lapin la prochaine fois qu'il la croiserait, et reporta son attention sur sa feuille.

- Il y a quelqu'un ? Je me suis un peu perdue dans cette immense bibliothèque et j'aimerais pouvoir retrouver la sortie, s'il vous plaît.

Il leva les yeux de son bout de papier qui s'était à peine rempli depuis tout à l'heure. Cet appel à l'aide ne lui étant pas clairement adressé, il hésita entre se dire qu'il n'en avait rien à faire et la laisser retrouver la sortie toute seule, ou l'aider. Il prit, au bout de quelques minutes, l'initiative de lui proposer son aide.

- Tu ne dois pas être si loin, je t'ai entendue. Je pourrais essayer de te retrouver, si tu veux. Tu portes quelque chose en métal sur toi ?

Il croisa les jambes, attendant une réponse avec calme. Il avait tout son temps, après tout.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Un bananier dans une bibliothèque est aussi improbable qu'un chat dans une marmite [PV Mélodie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission D] Du rififi dans la bibliothèque
» Les lieux sont aussi des liens. Et ils sont notre mémoire. ~ Gabrielle de Vendôme
» Parce qu'il y a des tributs dans le district 8 aussi ...
» Perdue dans la bibliothèque...[LIBRE]
» Ne jamais laisser un première année dans une bibliothèque... (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: