Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Princesse en détresse et preux chevalier [GABRIEL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Princesse en détresse et preux chevalier [GABRIEL] Ven 17 Oct - 17:53

Mais qu’est-ce qui m’est passé par la tête..?

C’était la question que se posait Elora depuis maintenant une bonne heure, perdue dans le bois ; bois dans lequel elle s’état innocemment aventurée, sans aucun moyen de retrouver le chemin du retour.  

La blonde avançait maintenant dans le bois à l’aveuglette, la nuit étant maintenant tombée, parce qu’elle avait évidemment laissé son téléphone portable – qui aurait put être sa seule source de lumière - dans sa chambre.  

Cette journée était décidemment à mettre dans les archives des pires journées de l’année. Elle avait d’abord débutée par son réveille-matin décidant de ne pas sonner et par sa colocataire qui jugeait sage de partir sans la réveiller,  la laissant dormir pendant une heure de plus, causant son arrivée au beau milieu du cours. Quel beau moyen d’éviter d’attirer l’attention…

Ensuite, après les cours, la salle de musique, où elle avait l’habitude passer ses soirées, avait été réquisitionnées par un groupe d’étudiant se défoulant sur pratiquement tous les instruments, créant un bruit comparable à celui qui devrait être joué aux enfers.

Elle avait donc décidé d’aller s’enfermer dans sa chambre, mais sa colocataire avait décidé que cette soirée particulière serait celle qu’elle choisirait pour tomber en grande conversation avec toutes les plantes présentes dans la pièce.

Était-il impossible d’avoir un peu de calme dans ce lycée !?

C’était donc à bout de nerfs que l’adolescente avait filé hors du lycée, avait marché pendant un bon moment pour ensuite trouver ce bois, dans lequel elle avait décidé de s’aventurer. Au début, ça l’avait calmé, le silence à peine dérangé par le vent soufflant dans les feuilles des arbres et les piaillements des oiseaux lui avait fait un bien incommensurable.  Puis après une heure ou deux, elle avait tenté de retourner vers le lycée. Une heure plus tard, elle se rendait compte qu’elle ne faisait que tourner en rond.

Elora cessa d’avancer pendant une petite minute, tentant de reprendre son calme ; elle sentait l’angoisse monter en elle rapidement et elle savait que si elle prenant le dessus, elle ne serait jamais capable de ressortir d’ici.

Après avoir repris un rythme respiratoire régulier, elle reprit son chemin, marchant d’un pas rapide, n’était tout de même pas rassurée, seule dans cet énorme bois. Elle marcha pendant de longues minutes, tournant la tête brusquement dès qu’elle entendant un craquement de branche, un bruit animal, une brise s’écrasant dans les feuilles d’un arbre… Jusqu’à ce qu’elle ne fonce violemment dans une branche d’arbre qui s’était mise au travers de son chemin.

Dans un cri de surprise mêlé à de la douleur, elle tomba sur le sol. Découragée, elle ne prit même pas la peine de se relever et posa sa main sur son front, là où la branche l’avait frappée.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Princesse en détresse et preux chevalier [GABRIEL] Ven 17 Oct - 19:09

Le grand blond sorti fièrement de sa chambre, vêtu comme un prince de contes de fées, sa longue chevelure dorée nouée sur sa nuque, prêt à monter son cheval, Lady, pour dégourdir les jambes de la bête. Il marchait dans les couloirs, attirant les regards des jeunes femmes, et des parfois des hommes, aussi, sans leurs donné la moindre attention.

Gabriel était un éphèbe glacial : il était dur de se lier d’amitié avec lui, encore plus de captivé son esprit et de le marqué. Si le génie était froid avec les autres individus, il savait se montré incroyablement doux avec les bêtes, appréciant leur grandeur et leur silence, aimant le fait qu’il n’existait que pour une seule raison et, contrairement aux humains, savaient ce qu’ils voulaient.

Néanmoins, depuis qu’il était arrivé au lycée, ce taciturne avait été forcé de laisser sa fidèle monture de côté. Il avait un peu de temps pour lui, et avait donc décidé qu’il mettrait fin à la solitude de la bête. Il l’a sorti de son étroit enclot, grimpa habilement sur elle et, après avoir fouetté ses rennes, parti rapidement au galop, disparaissant rapidement dans la forêt.

Le vent tiède de l’automne lui foutait le visage et il ferma les yeux, ayant totalement confiance en le cheval blanc, appréciant pleinement sa ‘’promenade’’, la légèreté qu’il ressentait lui donnant l’impression d’être à vol d’oiseau. Il y avait quelque chose d’assez irréel, chez le jeune homme : il n’avait pas l’air humain, à cet exact moment. Si on l’avait remarqué, on aurait probablement pensé assister à une manifestation du surnaturel, un chevalier des anciens temps revenant, le temps d’une dernière promenade, courir les bois.


. . .


Son excursion dura longtemps, très longtemps.
Ce fut seulement quelques heures plus tard que le blond considéra rentrer au lycée, maintenant que le soleil laissait la place à la lune. Bientôt, il ferait sombre et il serait difficile de sortir de la forêt : ça n’inquiétait pas le taciturne, non, mais s’il ne voyait pas ou il allait, il pourrait blesser Lady et ça, il ne se le pardonnerait pas.

Le chemin du retour se fit plus lentement, Gabriel n’osant pas aller trop rapidement, la douce brise étant agréable même à ce rythme. Son regard se perdait dans le ciel, si haut au-dessus de sa tête, une myriade d’étoiles commençant peu à peu à faire son apparition. Malgré lui, un mince sourire se dessina sur son visage habituellement si sérieux, séduit par ces beautés qui semblaient si minuscule.

Un cri aigu, accompagné d’un bruit de chute, le tira de sa rêverie et il tourna brusquement la tête vers leur provenance.  Il ‘’cria’’ sur son cheval, lui intimant de s’y rendre rapidement, craignant que quelqu’un se soit blesser.

La demoiselle qu’il trouva semblait assez misérable : couchée au sol, elle n’avait pas l’air d’être prête à se relever. Que faisait-elle dans un endroit si dangereux, tard le soir? À quoi avait-elle pensé?! Même si tout ce que le génie souhaitait faire était de gronder la jeune femme, il mit cette pulsion de côté et lui tendit la main, la toisant de son regard glacé alors qu’il lui demandait de sa voix grave :

-Êtes-vous blessée?

Il la releva, gardant galamment sa main dans la sienne, voulant s’assurer qu’elle allait bien avant de la laisser à elle-même. Son cheval s’approcha et il agrippa les rennes, posant une autre question sans même attendre la réponse à la première, le ton rauque :

-Allez-vous être capable de rentrer à pied?
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Princesse en détresse et preux chevalier [GABRIEL] Ven 17 Oct - 20:51

« Êtes-vous blessée ? »


À l’entente de la chaude voix de l’inconnu, Elora tourna la tête vers lui. Un très grand jeune homme, aux cheveux blonds lui descendant jusqu’aux épaules et au regard glacial lui tendait la main. Hypnotisée par quelque chose de bien singulier que le blond dégageait, elle attrapa sa main (sa seconde main toujours posée sur sa plaie sur le front) et il l’aida à se relever.

Elle ne savait pourquoi, mais elle n’arrivait pas à détacher son regard de celui de bel homme.  Elle bougea ses doigts, toujours enfermés dans la main de l’étranger. Elle sentait des frissons l’envahir.


«Allez-vous être capable de rentrer à pied ? » Demanda-t-il ensuite.


La jeune femme secoua la tête, tentant de remettre ses idées en place.  Comment, elle qui ne laissait jamais son visage trahir ses émotions, pouvait-elle être aussi facilement déstabilisée par un homme ? Il était beau, certes, magnifique, même, mais ce n’était pas la première fois qu’elle croisait une belle personne, non plus !

Décrochant son regard du sien, elle remarqua jolie la bête qui suivait son maître : un magnifique cheval blanc, qui se dressait fièrement derrière lui.

Je me suis blessée à la tête plus sévèrement que ce que je croyais… J’hallucine! Il n’y a que dans les contes qu’un magnifique sauveur arrive sur son cheval blanc… Pensa-t-elle.


« Oui, merci, je… » Articula-t-elle en retirant sa main de celle du blond.


Elle s'interrompit lorsqu'elle retira ensuite son autre main de sur son front, pour voir du sang accumulé sur sa paume.

Suuuuper. De quoi avait-elle l’air maintenant ?

Elle imagina facilement le sang coulant de sa plaie ; rien de très beau à voir, en effet.

Cette journée pourrait-elle être pire ?

Juste lorsque cette pensée traversait l’esprit de l’adolescente, un éclair fendit les ténèbres de la nuit, rapidement suivit d’un énorme grondement.  Quelques secondes plus tard, quelques gouttes commençaient à tomber du ciel. Ces gouttes se transformèrent rapidement en une violente averse.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Princesse en détresse et preux chevalier [GABRIEL] Ven 17 Oct - 21:34

-Allez-vous être capable de rentrer à pied ?

La jeune fille le fixait, étrangement, le blond n’osant néanmoins pas détaché son regard du sien, comme si au moment où il ne faisait plus attention, sa nouvelle rencontre allait lui sauter dessus. Il put souffler lorsqu’elle remarqua Lady et ne fit plus attention à lui : le taciturne émit un mince soupire, les femmes étaient souvent étrange en sa présence.

D’une toute petite voix, aussi faible qu’un murmure, elle lui répondit timidement, comme si le génie l’intimidait :

-Oui, merci, je…

Elle avait la main sur le front depuis le tout début et, lorsqu’elle la retira, le Teodor dut ravaler une grimace : la blondinette ne s’était pas rater. Mais comment avait-elle fait pour tomber de façon si brutale? Le sang coulait maintenant abondement sur son visage sans que le taciturne ne sache vraiment comment réagir.

Comme pour en rajouter à la situation qui était déjà caricaturesque avec son vaillant chevalier et la demoiselle en détresse, une éclaire fendit le ciel et fut bien vite suivit d’une pluie torrentielle. Gabriel soupira et se massa les paupières, exaspéré : comment avait-il pu en arriver là? S’il n’avait pas été si galant, il serait déjà au lycée, hm….

Un craquement sonore se fit entendre plus loin, un arbre étant probablement tombé, les faisant sursauter. Le Passion fut forcé de réagir rapidement : Il retira son veston blanc et le mit sur la tête de la demoiselle, l’agrippa par la taille et la posa sur l’étalon blanc, la rejoignant rapidement, donnant deux petits coups de pieds dans les flancs de la bête pour la faire partir au galop.

Son torse se pressait sur le dos de sa cadette alors que sa respiration, courte et sèche, se faisait toute proche de l’oreille de cette dernière. Sa compagnonne n’arrivant pas à se tenir stable sur son cheval, il tint les rennes d’une seule main, passant son autre bras autour de sa taille, la blottissant d’avantage contre lui.

Ainsi positionner, on aurait pu croire que le mentaliste prenait avantage de la situation, il n’en était cependant rien : il voulait simplement l’amener à bon port en toute sécurité. Il n’avait pas besoin de vil stratagème pour se retrouver si près d’une femme, son charisme seul lui apportait ce qu’il désirait.

Les deux adolescents arrivèrent finalement aux enclos ou ils purent finalement descendre de la grande bête (Elora avec un peu d’aide, néanmoins.) L’éphèbe était trempé et ses cheveux collaient maintenant à son corps finement musclé et sa chemise, blanche, laissait entrevoir sa peau immaculée. Le Teodor agrippa un linge propre et le passa sur le front mouillé de sang et de pluie de sa camarade, lui demandant alors, toujours sur le même ton délicieusement rauque :

-Ça ira? Je vous ai en quelque sorte enlevé… Pardonnez-moi. Je crois néanmoins qu’il était plus sage de quitter les bois… Le plus rapidement possible.

Il marqua une courte pause, força un sourire, et ajouta :

-Je suis Gabriel. Gabriel Kay Teodor. Enchanté.

Le génie tourna la tête, regardant à l’extérieur, jugeant du regard :

-Ça ne semble pas près de se calmer. Nous ferions probablement mieux de rester ici.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Princesse en détresse et preux chevalier [GABRIEL] Lun 20 Oct - 14:06

La jeune blonde sursauta en entendant le craquement d’un arbre s’écrasant lourdement sur le sol, un peu plus loin derrière eux. Une telle averse était rare sur l’île et les orages l’avaient toujours effrayée…

Avec une lueur de panique dans le regard, elle se retourna vers le jeune homme qui retirait déjà son veston blanc –dévoilant ainsi son magnifique torse, qui aurait pu avoir été sculpté par les Dieux eux-mêmes, visible au travers de sa chemise blanche trempée- et le posait sur la tête d’Elora pour la protéger de la pluie. Il était un peu trop tard pour ça, en fait, elle était déjà trempée de la tête aux pieds, ses cheveux trempés se ramassaient un amas dans son visage ainsi que ses vêtements qui se collaient à son mince corps. Elle devait faire peur à voir.

Elle ne refusa tout de même pas l’aide du blond qui, d’un coup, l’agrippa par la taille, la montant sur la fière bête, comme si elle avait le poids d’une plume. Il grimpa ensuite à son tour, attrapa les rennes et ordonna au cheval de partir.

L’Évasion avait du mal à demeurer solide sur la monture, déconcentrée par la sensation de son corps blottit contre le torse du gentleman. Il sembla remarquer son manque de stabilité et il passa alors un bras autour de sa taille, ne dirigeant les rennes qu’à une main, à présent. Malgré la pluie glacée, sa peau sembla se réchauffer au travers de ses vêtements, à l’endroit même où la main du garçon était placée. Elle frissonna ; elle pourrait passer ça sur le dos de l’averse, heureusement.

Le cheval galopa rapidement pendant de longues minutes, jusqu’à ce qu’au loin, les deux adolescents puissent discerner un enclos. Ils s’y rendirent, puis l’éphèbe l’aida à descendre de la monture. Il descendit d’abord, puis la pris galamment par la taille, la reposant sur ses pieds. Il empoigna ensuite un morceau de tissu qui semblait propre, rien qui n’ait été utilisé pour les bêtes de l’enclos, espéra-t-elle tandis qu’il essuyait délicatement son visage qui devait à présent se résumé à un mélange très peu charmant de pluie et de sang.

Tout en continuant d’essuyer son visage, il lui lança, de sa voix mélodieusement suave :


« Ça ira ? Je vous ai en quelques sortes enlevée…Pardonnez-moi. Je crois néanmoins qu’il était plus sage de quitter les bois…Le plus rapidement possible. »


Puis il sourit, provoquant un certain engourdissement dans le corps entier de la demoiselle.


« Je suis Gabriel. Gabriel Kay Teodor. Enchanté. »


Gabriel… C’était un magnifique nom qui allait comme un gant à un homme de son allure presque royale. Il lâcha ensuite les rubis du regard de la blonde, tournant le visage vers l’extérieur.


« Ça ne semble pas près de se calmer. Nous ferions probablement mieux de rester ici. »


Elora hocha la tête, regardant dans la même direction que lui, puis posa sa main sur le linge qu’il continuait de passer sur son visage, prenant la relève.


« Oui,» dit-elle doucement.


Elle continua de regarder vers l’extérieur, même en voyant du coin de l’œil que Gabriel avait retourné la tête vers elle, évitant son regard intimidant tandis qu’elle se présentait :


« Je suis Elora Hearne. »


Elle tourna ensuite timidement la tête vers lui.


« Merci beaucoup de m’avoir aidée. Vous ne deviez probablement pas avoir envie de telles complications lors votre randonnée avec votre beau compagnon, » dit-elle en se retournant pour poser délicatement sa main sur la tête de la bête, la caressant doucement.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Princesse en détresse et preux chevalier [GABRIEL]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poufsouffle en détresse cherche preux Gryffondor [Jeremy & Kelsey]
» Le preux chevalier arrive !
» Le légende du preux chevalier nanique
» Elyhan K. Lalwende[Elfe][Haute-Prêtresse][TEBI]
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: