Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Cet incapable inexistant devrait être puni pour son absence ! [PV : Inura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Cet incapable inexistant devrait être puni pour son absence ! [PV : Inura] Sam 25 Jan - 21:29


L'hiver, toujours bien installé, avait laissé sur le sol une épaisse couche de neige. De grands nuages masquaient les étoiles du ciel, qui se pâmait dans ses opaques draps. Une silhouette solitaire s'approchait, d'un pas tranquille, de la bâtisse qu'était le lycée Xényla. Le calme était si plein que le léger vent qui soufflait suffisait à apporter la rumeur grondante de la ville, qui venait se mêler au crissement de ses pas dans la neige. La forme noire contourna le bâtiment, pour passer par une entrée plus discrète que la principale. Elle referma la porte derrière elle.
Personne.
Azenor passa une main dans sa chevelure ondulée, resserrant, d'un geste machinal, les pans de son manteau. Il ne faisait, à l'intérieur, pas beaucoup plus chaud que dehors. Il attendit quelque secondes, comme pantois devant cette immensité de vide, puis traversa le couloir désert en toute sérénité. Au moins, pas de risque de se faire bousculer ou quoi que ce soit - il avait tendance à s'énerver, lorsque ce genre d'incident arrivait. L'heure matinale plongeait le lycée dans une pénombre peu rassurante à l'âme désireuse de lumière, mais bien plus à celle en mal de solitude. Il se dirigeait dans un tel univers sans trop de difficulté, tant qu'il pouvait voir, au minimum, à un mètre devant lui. En cheminant, il songea qu'il n'était guère habitué à arriver le premier - il était plus coutumier des retards. Mais son sommeil ayant été troublée par quelques désagréables pensées, il avait préféré aller se changer un peu les idées avec une longue marche.
C'était un échec, il ne se sentait pas beaucoup mieux.

Il monta sans se presser les trois étages, déverrouilla la porte, et la referma directement derrière lui. Les stores fermés, on n'y voyait vraiment plus rien. L'homme tâtonna pour trouver l'interrupteur et y appuya, se retrouvant brusquement ébloui par la lumière.

- Ces abrutis ont encore changé les ampoules ! Grogna-t-il, une main sur les yeux.

Il appuya de nouveau sur l'interrupteur, soupirant de soulagement une fois dans le noir. Des tâches blanches dansaient devant ses pupilles, tandis qu'il songeait au fait que de jeter une chaise par la fenêtre pourrait être quelque chose de très apaisant.

Il posa ses affaires de travail dans un coin, et sortit de la salle de classe. De toute façon, nul besoin de s'y trouver : les cours commençaient dans un petit moment. Un coup d'oeil fut jeté par la fenêtre. L'effet de réverbération produit par la clarté du ciel sur la neige illuminait le sol, qui formait à lui seul une source de lumière. Plutôt dans le genre lampe à consommation réduite qu'on vient d'allumer, avouons-le, mais une source de lumière quand même. Azenor resta planté là plusieurs minutes, puis se détourna de cet immobile théâtre, pour retourner au rez-de-chaussée.

Maintenant, que faire ? S'ennuyer ?

Cette interrogation prenait place en son esprit quand il se retourna, et remarqua alors une chose qui n'était pas là plus tôt : un rai de lumière. Il haussa un sourcil, intrigué, alors qu'il se dirigeait instinctivement vers cet intéressant détail. C'était la porte de l'infirmerie. Il s'arrêta devant, écoutant attentivement. Il y avait du bruit à l'intérieur, comme si quelqu'un cherchait quelque chose. Il haussa les épaules, posa une main sur la clenche, et passa la tête à l'intérieur.

- Quelqu'un ?  
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cet incapable inexistant devrait être puni pour son absence ! [PV : Inura] Mer 29 Jan - 22:34

Menottes, où êtes vous ?~
« Azenor & une certaine surveillante»
Sonnerie du réveil. Fait chier.

J'ouvre les yeux, regardant le plafond turquoise peu éclairé par manque de lumière. Petit matin oblige. Je regarde ensuite le bras présent sur mon ventre et qui n'est évidemment pas le mien. Ben oui réfléchissez, si mes deux bras sont dans le dos d'Anjie, cela ne peut être que son bras sur mon ventre. Brefax.

J'embrasse tendrement ma petite amie endormie puis je retire son bras et les miens par la même occasion. J'en profite pour caresser ses longs cheveux couleur poudreuse, flocons de neiges tombant dehors pour accentuer ma comparaison. Flocons contrastant complètement avec l'obscurité de la ville qui tarde à se réveiller.

J'aime bien le matin. Je crois que c'est le seul moment où je suis poétique. Aussi,  je n'ai rien d'autre à faire. Pis la ville a l'aurore, c'est magnifique, ya pas à dire.

Assise sur la chaise de la cuisine, je touille le contenu de mon bol, un bon café au lait, en baillant bruyamment puis avale le liquide bouillant d'une traite. Je me brûle la langue. Tant pis.

Après m'être habillé, je sors dehors et me rue vers le lycée. Je sais tres bien que je suis en avance, très en avance, mais ce n'est pas ça le problème. Hier après midi, quelque chose de grave m'est arrivé. Cette enfoirée d'infirmière m'a trouvé trop brusque avec mes fidèles menottes, mes amies et soeurs. Elle a osé me séparer de mes tiers (bah ouais, 3 tiers ça fait 1 entier, donc deux menottes plus moi, ça fait trois. Oui je suis assez forte en calcul mental). Donc j'étais en route pour les reprendre alors que cette petite conne n'était pas encore levée.

Arrivée dans l'établissement, je me rue vers l'infirmerie et ouvre la porte en grand avant de vider chaque tiroirs de l'intégralité de leur contenu, jetant les affaires sur le sol carrelés de blanc. Toujours rien. Je rage.

Enfin, en haut d'une étagère, j’entraperçois mes chéris. Elle les avait planqué là cette salope. Un rictus mauvais fleure sur mon visage. Je lui ferai passer l'envie de recommencer. Plus tard bien sur. Pour l'instant, aller libérer mes puces.

J'attrape une chaise et la pose contre le mur puis grimpe dessus et tend le bras vers l'étagère. Ce que je regrette d'être petite en cet instant. J'enrage j'enrage ! Si seulement Angie était là ! Elle aurait déjà ramené mes menottes adorées ! Mais Angie dort à l'appartement. Je soupire et attrape enfin mon jouet favoris. Lorsque mon talon de botte dérapa sur la surface glissante de la chaise. J'hurle de peur et agite les bras pour essayer de me rattraper mais la chute est inévitable. Je m'écrase au sol, la chaise tombant dans un raffut assourdissant, tandis que je me frotte le bassin, assise sur le sol, mes menottes sur le ventre.

- Quelqu'un ?

Je me relève en grommelant, époussetant mon bustier blanc et mon mini short noir puis essuie mes bottines avant de trottiner vers la porte et de regarder le type, rouge de honte :

- Oui c'est pour quoi ?!

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cet incapable inexistant devrait être puni pour son absence ! [PV : Inura] Mer 19 Fév - 17:47


Azenor aperçu la jeune femme, qui, vautrée par terre avec des... menottes - ? - posées sur le ventre, se frottait le bassin suite à une chute probablement peu agréable. C'est ce qu'il déduisit de la chaise renversée sur le sol, en face d'une étagère. Beurk, il n'aimait pas ces objets là ; une pointe de compassion lui prit le cœur : de tout ce qui pouvait composer le mobilier, une chaise était probablement ce qu'il y avait de plus fourbe. Il la vit se relever puis s'avancer vers lui, le visage écarlate. Un léger ricanement naquit au fond de sa gorge, mais il le retint pour ne laisser échapper qu'un sourire un tantinet moqueur.

- Oui c'est pour quoi ?! Grogna-t-elle.

Le regard de l'homme passa de la jeune fille à la chaise, aux menottes. Que demander en premier ?

- Oh, rien du tout, il entendait juste du bruit et se demandait ce qu'il se passait.

Il entra dans l'infirmerie. Ce n'était pas souvent qu'il venait ici - jamais en fait. Il inspecta quelques instants le lieu autour de lui. Des étagères, un bureau, des lampes, un ordinateur, quelques bouquins par-ci par-là... Moui, en fait, ce n'était pas exceptionnel, une infirmerie. Son regard doré se posa sur le chaise, il se servit de sa télékinésie pour la remettre en place. Enfin, plutôt pour la cacher derrière le bureau, sa journée venait de commencer, on n'allait pas déjà la lui pourrir en lui mettant des chaises sous le nez.

- Saloperies... Grogna-t-il, avant de reporter son attention sur la fille, Hum, oui, et sinon il se demande juste qui est-ce que vous êtes, et puis...

Sa voix se perdit, il ne savait pas trop comment formuler cela. Il pointa les menottes du doigt, le regard quelques peu interrogateur et hasarda :

- Ça ?

Ce mot exprimait à peu près ce qu'il pensait. Que faisait une jeune fille avec des menottes, dans un lycée ? C'est très intriguant ! Enfin quelqu'un d'intéressant, il croyait rêver. Il s'empressa aussi d'ajouter, avant qu'elle ne réponde :

- Après, vous avez les penchants que vous désirez, cela ne le regarde pas, bien entendu. Mais dites-lui quand même, ça l'intéresse.

Il croisa les mains dans son dos, les yeux rivés sur le plafond, attendant la suite. Il espérait ne pas être déçu par la première personne un tant soit peu originale qu'il croisait.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cet incapable inexistant devrait être puni pour son absence ! [PV : Inura] Sam 1 Mar - 16:10

Un nouvel idiot ?~
« Azenor & une certaine surveillante»
Je le sens se moquer  intérieurement. Grrrr.

Je l'observe tandis qu'il regarde la pièce et tes menottes. Je les garde dans mes mains comme pour les cacher. Ne les fixe pas comme ça ! Tu vas leur faire peur ! Pervers !

- Oh, rien du tout, il entendait juste du bruit et se demandait ce qu'il se passait.

- Oh ça ? C'est du truc là-bas, la chaise. Saloperie d'objet.


Je le vois ensuite rentrer dans l'infirmerie et visiter la pièce avec ses yeux puis ranger la chaise contre le bureau avec la simple force de son esprit. Un mentaliste. Bien. Je hausse les épaules et, sans trop savoir pourquoi, tu prends la blouse blanche de la salope et l'enfile, boutonnant simplement deux boutons au milieu. Puis je le regarde de nouveau.

- Saloperies...

- Je suis on ne peut plus d'accord avec toi. Je me demande qui est le tordu qui a inventé ces engins de tortures.


Il se tourne de nouveau vers moi. Bon qu'est ce qu'il va me demander maintenant ?

-Hum, oui, et sinon il se demande juste qui est-ce que vous êtes

- Moi ? Chuis l'infirmière Inura ca se voit non ?!


Comme pour appuyer mes propos je tire les pans de "ma" blouse pour bien montrer ce que c'est. Une blouse d'infirmière toute belle toute propre.

- Et puis...

- Oui ?


Il semble hésitant tout à coup. Il passe son regard sur mes chéries et les pointe, je me demande ce qu'il veut. Que je le menotte ?

- Ça ?

J'ouvre grand la bouche et les yeux puis me met à rager. Comment ?! Il avait appelé mes menottes "Ca" ?!

- Après, vous avez les penchants que vous désirez, cela ne le regarde pas, bien entendu. Mais dites-lui quand même, ça l'intéresse.


- Pour ta gouverne, si je veux amener des menottes pour menotter les petites ly....les bagarreurs de couloirs je le fais. Donc oui j'ai les penchants que je désire donc j'ai entièrement le droit de faire ça !


J'attrape son bras et le jette sur le lit. Je l'allonge rapidement puis lui menotte les poignets aux barreaux avant de lui attacher les pieds aux barreaux opposés grâce à un stéthoscope trouvé dans le tiroir. Je fais en sorte que le noeud tienne puis je regarde l'homme immobilisé sur le lit et je me penche, montrant ma poitrine a peine consciemment. Puis j'appuie mon pied ,chaussé de ma bottine, sur le torse de l'homme.

- Je me permets beaucoup de chose mon gars.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cet incapable inexistant devrait être puni pour son absence ! [PV : Inura] Dim 23 Mar - 0:55

Azenor n'eut pas franchement le temps de comprendre ce qu'il se passait. La jeune femme, qui se disait infirmière - il doutait de la véracité de ce propos - l'attrapa par le bras, le balança sans ménagement sur le lit, et le menotta aux barreaux. Ses pied étaient attachés avec un stéthoscope. Un stéthoscope ! Il pu au moins admettre qu'elle avait de la suite dans les idées, celle-ci. Il songea que ce genre de situations aurait été un fantasme qui devient réalité, pour beaucoup d'hommes. Mais lui, ce n'était pas son trip, les délires sadomasochistes. Il tira un peu sur ses poignets, mais ne s'acharna pas : ces menottes, ce n'étaient pas de la camelote. Il tira un peu sur ses pieds, et finit par conclure que cette vicieuse de pseudo-infirmière devait sortir d'une école de nautique : cela expliquerait son génie des nœuds impossibles à défaire. Elle appuya son pied sur son torse. La première pensée qui le traversa fut une sincère condoléance adressée à son manteau. Puis il remarqua une chose.
Des bottes ! La fille portait des bottes !
Une lumière nouvelle dans le regard, Azenor vit tout le poids qui pesait sur lui - sans parler de celui de l'infirmière - soudainement disparaître. Il ne se demandait même pas comment une telle personne eut pu faire preuve d'aussi bon goût ; il n'écouta même pas les paroles qu'elle prononça.

- Seigneur ! Que votre choix est bon ! Il en est tout émoustillé !

Après réflexion, il nota que ces paroles pouvaient être mal interprétées. Il se racla la gorge et ajouta, étrangement calme, sans quitter les chaussures du regard :

- Il parlait de vos bottes. Pas du fait que vous l'avez attaché à un lit d'infirmerie en exhibant votre poitrine. Par ailleurs, ce ne sont pas des manières, jeune vicelarde ! Et ainsi lier ses chevilles et poignets ne sert pas à grand-chose, il pourrait toujours se défendre ou vous menacer.

Afin d'appuyer son propos, il avisa des ciseaux et autres outils sur une étagère et, à grand coup de télékinésie, les pressa contre le cou de l'inconnue. Pas très fort, évidemment, tuer une personne portant des bottes était contre tous ses principes. Et, en toute lucidité, il n'était pas vraiment sûr que cela l'impressionne, étant donné qu'elle avait eu l'audace de l'attacher malgré les claires différences de gabarits entre les deux individus. Mais il fallait bien faire quelque chose. Au pire, si cela ne marchait pas, se trouvaient des tas d'autres choses à lui faire tomber sur le crâne ; il l'aurait à l'usure. Il était même prêt à utiliser l'arme ultime de la chaise, alors c'est pour dire. Enfin, en tous cas, il ne comptait pas passer bien longtemps dans cette oppressante impossibilité de mouvement, ni rester passif et ne rien faire. Il appuya la pression des lames sur la chair tendre.

- Oups ! Ils sont venus tous seuls.

Un sourire presque angélique et plein d'innocence se dessina sur son visage. Cela lui donnait encore plus l'air d'un vieux pervers, mais il n'en avait pas grand-chose à fiche. Après tout, il n'avait jamais demandé à être menotté, lui.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Cet incapable inexistant devrait être puni pour son absence ! [PV : Inura] Lun 12 Mai - 16:02

Un nouvel idiot ?~
« Azenor & une certaine surveillante»
Il fixe mes bottes. Vire ton regard de là.

Il commença à tirer sur ses liens. Je souris. Pauvre idiot, tu ne déferas jamais ces noeuds. C'est ma passion. Et je suis tres motivée lorsqu'il s'agit de mes menottes. Soudain il se calme.

- Seigneur ! Que votre choix est bon ! Il en est tout émoustillé !

- Euh....tu peux répéter ?


Je suis peut être vieux jeu je le conçois. Mais tout de même je suis plus habitué aux pervers baveux ou aux petits traumas qui se débattent. Pas les deux hommes en même temps. Peut être que lui s'amuse à jouer les deux rôles. Ou peut être qu'il à deux personnes dans sa tête vu sa façon de parler. Un trauma et un baveux. Marrant.

- - Il parlait de vos bottes. Pas du fait que vous l'avez attaché à un lit d'infirmerie en exhibant votre poitrine. Par ailleurs, ce ne sont pas des manières, jeune vicelarde ! Et ainsi lier ses chevilles et poignets ne sert pas à grand-chose, il pourrait toujours se défendre ou vous menacer.

- Vicelarde ? C'est toi qui matait mes menottes ! A cause de toi elles sont super terrifiées ! Mais merci pour les bottes j'adore aussi les tiennes elles sont classes.

Soudain, comme pour me prouver ses dires, une paire de ciseaux vint se coller sur ma gorge, appuyant ses lames contre ma peau. C'est censé faire peur ? Je suis plus blasée qu'autre chose. Les menaces, c'est fini, ça ne marche plus. Mon oeil crépite.

-- Oups ! Ils sont venus tous seuls.

- C'est ça. C'est bon, t'énerves pas je te détache j'ai plus de raison de jouer avec toi t'a complimenté mes bottes. Pis t'as l'air gay.


Ce n'était pas vraiment un défaut-j' étais moi même attiré par les femmes rappelons le- j' aimais même beaucoup les gays. Mais hormis le fait qu'il soit marrant dans sa façon de parler et qu'il aimait mes bottes, aucune once d'amusement ressortait de ce personnage. Peut être en se connaissant mieux.

Moi, je le connais. C'est un prof d'écriture si je me souviens bien. Il est fou et s'amuse à balancer ses chaises par les fenêtres. Il s'appelle Azenor je crois. Moi quand je me balade, j'observe les gens. C'est marrant.

Je le détache, calmant mon oeil, puis je retire la blouse, la remettant à sa place. Je repris mes menottes et les accroche a ma cuisse avant de me tourner vers lui :

- Moi c'est Inura Boko la pionne.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Cet incapable inexistant devrait être puni pour son absence ! [PV : Inura]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: