Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Ce n'est pas chimique, c'est bio ! [Avec Jijyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Ce n'est pas chimique, c'est bio ! [Avec Jijyu] Jeu 4 Jan - 21:35

L'hiver....Impossible de décider. Faut-il le détester ou l'aimer ? D'un côté il annonce quelque chose de sympa puisque le froid revigore au lieu d'endormir, il vide les rues, change la façon de voir le monde. Il devient à la fois terne et lumineux. Les journées sont courtes ce qui devrait faire vivre la journée de gens plus intensément. Et d'un autre côté, il n'y a pas mal de chose détestable. Les gens qui confondent les autres avec des radiateurs, les basses températures rappellent de mauvais souvenirs qu'on aimerait bien définitivement oublier et, comme la pluie, il rend les gens encore plus con qu'ils ne le sont à la base.
Combien de fois a-t-on vu une foule tenter à tout prix de rentrer dans un transport en commun plein, sans laisser les autres descendre alors qu'il y en a un autre qui se trouve à même pas cinq minutes derrière ? Le temps que ces abrutis perdent à vouloir monter et à emmerder les autres, que les conducteurs parviennent à fermer les portes et qu'ils partent enfin, le transport derrière l'aura rattraper au prochain arrêt.

Bah ! Pourquoi se plaindre, ça fait un transport vide pour les autres. Le plus amusant était de regarder la tête que tirent ceux du transport plein. Ah et autres points positifs de l'hiver: Il vide la forêt et le lac de ses promeneurs ! Du coup le repos est total et ça c'est bien !
Du coup pourquoi se priver ? Musique à fond et répète durant les heures de repos. Une petite chasse aux gibiers encore présents quand on a faim, on plonge la viande dans l'eau glacée ou au fumoir pour la conserver et personne pour s’interroger et nous emmerder !

"I have buried my father's son
Under stone-covered, hallowed ground
So many times, and my life goes on
With the work of the many
Always feeding the few
Receiving your letter
I knew, I just knew
As legend you know me
Beware!"

11h45. Elle ne devrait plus tarder maintenant. J'ai demandé à ma nouvelle amie (chez les origines, genre le truque improbable quoi) de me rejoindre chez moi parce que j'ai besoin d'un coup de main pour réaliser un petit projet pour ma cabane. L'idée a germé la première fois qu'on s'est rencontrée et, depuis, je n'ai pas eu le temps de la revoir. Pour le moment je m'occupe à tenter de traduire par moi-même, la chanson que les haut-parleurs de l'enceinte sans-fil tentent de cracher (faudra penser à la remplacer un jour...). Compliqué sans l'aide d'un traducteur, même quand on a quelques bases et encore plus quand les langues humaines, ne nous intéressent pas du tout.

"Tant de fois
J'ai enterré le fils de mon père
Sous le sol pavé et sanctifié
et ma vie continue
Avec le travail de beaucoup
Toujours on en nourri peu
Je reçois votre lettre
Je savais, je savais juste
Qu'en tant que légende, vous me connaissez
Il faut se méfier!"

Ce n'est pas tout, mais faut aller retirer la viande du fumoir et préparer à manger. Parce que, si certains ici mangent peu, d'autres mangent vraiment, faut donc quand même penser à les nourrir. Comme dit la chanson. Du coup je descends pour aller dans un autre arbre où se trouve le fumoir. Même système que pour la cabane, il faut quelqu'un en haut pour faire descendre l’échelle. C'est donc mon complice de toujours qui s'occupe de cette tâche.

"C'est soit noir ou blanc
C'est soit vrai ou faux
C'est soit allumé ou éteint
BONK"

Oui alors non, ça ce n'est pas la fin du refrain, c'est le bruit de l'échelle qui cogne ma tête. Parce qu'un certain corbeau à lâcher la corde et par là même un croassement d'avertissement. Tout en pestant contre sa bêtise et cette foutue biologie qui n'a pas encore équipé les piafs de main, je me retourne en me frottant le sommet du crâne... Ah bon ben comme entrée en matière on fait mieux.

"Salut !....Tu permet deux secondes ? J'ai un corbeau à étrangler !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Invité ? Viens brûler avec moi en firebrick !


Spoiler:
 


Narra Thème:
 


avatar
II ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 432
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ce n'est pas chimique, c'est bio ! [Avec Jijyu] Dim 7 Jan - 11:54

Je me redresse difficilement dans mon lit en me frottant les yeux. Je regarde autour de moi d'un air hébété en me demandant qu'elle heure il est. J'ai cassé mon réveil la semaine dernière, il git encore par terre avec l'écran fissuré, c'est pas comme si c’était un objet qui m'était indispensable mais faudrait quand même que je m'en trouve un nouveau... Mais j'ai pas l'argent alors on verra ça plus tard.
Ah oui Narra, je dois la voir aujourd'hui à... à qu'elle heure déjà ? Je ne sais plus.
Je me laisse retomber lourdement dans mon lit, c'est déjà un miracle que j'y pense, il faut pas m'en demander plus. Je soupire bruyamment dans ma chambre déserte, mon coloc est déjà parti, alors il doit être tard... Je suis vraiment une loque en hiver, comme une plante je me mets dans un genre d'hibernation, je dort beaucoup plus, je mange moins, je vis au ralenti. Enfin je suis pas comme ça toute la journée c'est surtout le matin que c'est flagrant, et puis en temps normal je me lève en même temps que le soleil. Et là il est...  ah oui, mon réveil est cassé.

Une fois à peu près sortie de ma léthargie hivernale j'avale un grand verre d'eau,  je m'habille et ne chausse pas mes chaussures avant de partir. On me regarde encore plus de travers l'hiver à cause de ça, mais bon... Je m'en fous. Enfin dehors je ressers mon écharpe autour de mon coup, réajuste ma veste en chanvre beaucoup trop grande pour moi et vice mon bonnet sur ma tête. C'est pas que je crains spécialement le froid, je suis plutôt du genre campanule ou ancolie de ce côté là, mais si je peux garder quelques degrés j'espère que ça me sortira plus vite de ma torpeur matinale, surtout que Narra a apparemment besoin de mes pouvoirs alors il vaut mieux que je sois bien réveillé pour ça.

J’arrive enfin près de la forêt, je sens l'odeur des arbres en sommeil porté par le vent, et oui ça a vraiment une odeur particulière. Je prends de profondes inspirations pour purger mes poumons avec cet air pur et me met à marcher d'un bon pas dans la direction de cette superbe cabane que Narra a construite. Au moins pour une fois je ne suis pas en train de me dire que je suis encore en retard, je devrais plus souvent oublier l'heure a la quelle  je doit arriver, ça m’empêchera de penser a quelque chose dont je n'en ai clairement rien a foutre.
Je sais que j'approche de mon but quand je commence à percevoir de la musique a travers les branchages nus. Je me retrouve au pied de l'arbre qui support la cabane quand j’entends la voie de Narra au sol, un peu plus loin, encore en train de chanter. Puis un bruit sourd et elle se tait d'un seul coup, je la trouve au pied d'un arbre d’où une échelle se balance et en haut se tient le gigantesque corbeau.

- Salut !... Tu permet deux secondes ? J'ai un corbeau à étrangler !

Je serrais toujours amusé par ces deux là, j'imagine bien ce qui a pu se passer. Xyan, bien conscient de ce qu'il a fait s'empresse de s'envoler pour se percher sur une branche inaccessible à la nymphe du feu.

- Salut ! T'inquiète fait comme si j’étais pas là et fait ce que tu as faire.


Dis-je en riant.
Son arbre fume comme si il était en feu, sauf que ça sens la viande, c'est pas bête d'avoir mis ça l'a haut, au moins c'est bien protégé des animaux. En attendant qu'elle finisse je retourne à la cabane et observe plus attentivement l’œuvre de son travail. Elle a choisi un bel arbre pour construire, solide et déjà bien âgée. Il supporte le poids sans problème mais il est pas très bien répartit. Il y a trop de pressions aux points de croissance importante, ça a modifié son évolution et on voit déjà l'écorce envelopper les planches comme pour tenter de les aspirer. Mais rien de problématique, l'arbre c'est adapté sans problème comme toujours.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

avatar
VI ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Revenir en haut Aller en bas
Ce n'est pas chimique, c'est bio ! [Avec Jijyu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Relation Homme-Femme: l'amour serait-elle chimique???
» neige et eau
» objets divers pour conversion
» Partie de Potions (Jeu ;; S)
» Gâteau aux mandarines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
ALENTOURS
 :: Campagne :: Bois
-
Sauter vers: