Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

La Planète des Humains [Raphaëlle & Charly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: La Planète des Humains [Raphaëlle & Charly] Ven 21 Juil - 18:19


Par l'Unique. J'ai fait un horrible cauchemar cette nuit. J'ai rêvé que Nett avait changé de classe juste pour me suivre. Vous imaginez l'horreur ? J'ai fait toutes ces interminables procédures pour passer chez les Libertés et m'éloigner de lui, et voilà qu'il se retrouve avec moi. Heureusement, ce n'était qu'un mauvais rêve. Mais quand même, j'en ai encore des frissons. Dès que je ferme les yeux, je vois son visage avec un sourire en coin, comme pour me montrer qu'il a encore gagné. Je suis certain qu'il en serait capable en vérité. Et ça me fait froid dans le dos.
Toute la matinée, j'ai essayé de chasser cette image de mon esprit, mais rien n'y fait. J'ai pris un délicieux petit-déjeuner avec du jus d'orange et des pancakes d'abord. Parce que oui, depuis ma rencontre avec Raine, j'adore en manger dès que je peux. Heureusement que le matin, je suis assez réveillé pour m'en préparer. Même ma sœur et ma mère peuvent en profiter. Ne suis-je pas un enfant modèle ?

Enfin bref, après avoir bien mangé, je suis parti prendre ma douche. Mais même sentir l'eau couler sur ma peau ne m'a pas fait oublier mon cauchemar. Et pourtant, l'Unique sait que j'adore prendre des douches. Il n'est pas rare de m'y entendre chantonner. Mais non, aucun effet sur ma mémoire.
Après, j'ai pris beaucoup de temps pour choisir mes vêtements. D'habitude, je m'en fous. Je sais que tous mes vêtements sont jolis, alors je prends les premiers qui vont bien ensemble et ça me va. Mais là, je me suis dit que passer du temps à faire ça me ferait oublier. Mais pas du tout. Du coup, je porte un short en jean bleu marine et un t-shirt vert kaki. Avec ça, je porte des tennis blanc et beige et je compte bien emmener une veste kaki foncée si jamais il pleut. Je suis bien habillé, mais je suis toujours tourmenté.

C'est seulement après avoir mangé qu'une super idée m'est venue.

-Maman, j'ai une idée !

Je lui ai donc expliqué que j'avais envie d'aller au cinéma. Ce qu'elle a trouvé être une superbe idée et qu'on pourrait y aller tous ensemble. Ce qu'elle veut dire par là c'est qu'on va tous ensemble au cinéma et là-bas, chacun choisit son film. Mais ce qui est bien là-dedans, c'est que c'est elle qui paye.
C'est donc pour ça que je me retrouve ici, dans le hall du cinéma. Nous nous sommes tous emparés de pop-corn et d'une boisson et il est temps de passer à la caisse pour payer tout ça. Si je ne me trompe pas, ma mère va aller voir le film romantique. Elle adore tous ces trucs-là. Elle fond toujours devant ces histoires à l'eau de rose. C'est pour ça qu'elle veut absolument que ma sœur et moi vivions des histoires d'amour parfaites. Elle déteste Nett pour ça d'ailleurs.

Bingo.

Ma mère a bien pris le film romantique. Lysa va prendre quoi elle ? J'hésite entre le film romantique, comme ma mère, ou la comédie. Elle adore tout ce qui est comédie. Dès qu'elle peut avoir une occasion de rire, elle le fait. Donc, finalement, je pense que ça va être la comédie.

Encore gagné !

Je suis trop fort. Je commence vraiment à connaître leurs habitudes. Mais elles connaissent les miennes aussi. Alors quand c'est à moi de choisir, il n'y a aucune surprise :

-Une place pour « La Planète des Humains : Suprématie », s'il vous plaît !

Ce film a l'air vraiment bien. Je suis certain que je vais réussir à oublier le sourire fier de Nett avec ça. En plus, il parle des humains. Ça doit être complètement faux, mais j'ai déjà vu les précédents films de la saga et je trouve ça plutôt pas mal. Que les humains veulent devenir les maîtres de la planète me semble tout à fait logique. Je ne leur fais absolument pas confiance et je suis bien content que la barrière soit là pour nous protéger. J'ai déjà entendu parler de toutes les guerres qu'il y a de leur côté de la barrière. C'est une véritable atrocité. Alors bon, il vaut mieux voir des Bermudiens jouer des humains dans un film, plutôt que de voir de véritables humains. Eux aussi, ils me font froid dans le dos.

Alors dès que mon billet est entre mes mains, je remercie ma mère et pars directement vers la salle. Il n'y a pas de temps à perdre, j'adore être un peu en avance dans la salle et la séance commence seulement à 14h. Là, il est 13h30. Autant dire que je suis bien.
La salle est déjà assez pleine, mais pas trop non plus. Ce n'est pas la première fois que le film est diffusé en salle, donc il y a forcément moins de monde maintenant. Mais il y a quand même beaucoup de gens. Ce qui fait que je me sens obligé de suivre la numérotation de ma place. Je ne vais pas m'asseoir n'importe où. Avec plein d'enthousiasme, je vais à ma place et m'assois sans voir qui est à côté.
Je m'installe bien confortablement, en prenant soin d'enlever ma veste pour ne pas avoir trop chaud. Bien sûr, j'ai mes pop-corn et ma boisson aussi. Je suis toujours dans l'abus moi. Mais je pense que je suis prêt là. Pour l'instant, ce sont les bandes-annonces, mais bien vite, il y aura le film.

Je tourne ma tête à ma gauche pour voir qui est là. Franchement, je ne m'attendais pas à ça.

-Raph ?

C'est mon ancienne colocataire au lycée. Depuis notre rencontre, on est vraiment en froid. Je me suis un peu trop emporté. Mais elle a fait pire. Elle a utilisé son pouvoir pour embrasser Nett et après, elle s'en est prise à moi. C'est pas ma faute si son pouvoir lui en fait voir de toutes les couleurs. Mais avec le recul, je me dis que j'ai quand même vraiment bien merdé.

-Hum… Comment tu vas Raph ? Qu-qu'est-ce que tu fais là ?

Vraiment, je ne m'y attendais pas. En plus, combien y avait-il de chance que je me retrouve assis à côté d'elle ? C'est terrible. Je suis horriblement gêné. En plus, j'ai changé de classe, elle doit m'en vouloir pour ça aussi. Je le sais que c'est super mal vu et tout.

Mince, mince, mince…

J'ai dit n'importe quoi aussi là. Si elle est dans une salle de cinéma, c'est pour voir le film. Faut être complètement débile pour ne pas y penser. Enfin là, faut surtout être vraiment gêné. Parce que je ne pensais pas la trouver ici.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤

avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Planète des Humains [Raphaëlle & Charly] Dim 23 Juil - 12:47


« La Planète de Humains »




Merde ! Merde ! Merde ! Alors que je suis prise d'une rage inimaginable, j'attrape mon clavier et me le frappe à plusieurs reprises contre le front. Je me lève complètement folle et me rue sur le compteur électrique, le redémarrant à mainte reprises sans succès. Mon père passe dans le couloir derrière moi, une tasse de café à la main, sa clope dans la bouche et une barbe de trois jours sur le visage. Il vient tout juste de se réveiller et traîne des pieds, on est pas vraiment du matin dans la famille. Il grommelle quelque chose en ne prenant même pas la peine de s'arrêter pour me parler.

- Ça sert à rien Raph, ils font des travaux dans la rue, ils ont coupé le courant.

Génial ! Ça ce sont des vacances d'été qui commencent bien ! J'hurle sur mon père quelque chose comme « T'aurais pu me prévenir ! Merde j'étais en pleine partie ! Si je me fais ban je te renie ! » Il ne prend même pas la peine de relever, beaucoup trop habitué à ma mauvaise humeur permanente. Je me précipite dans ma chambre et claque la porte toujours folle de rage. J'ouvre mes volets, qui depuis mon retour à la maison étaient restés fermés. Ma chambre maintenant sortie de la pénombre je la fouille à la recherche de ma console portable. L'avantage c'est qu'au moins je n'ai pas besoin de l'électricité pour y jouer. Une fois la main dessus je me réjouie en l'allumant, trouvant finalement une occupation. Ma joie fut passagère, le voyant rouge se mit à clignoter avant que l'écran ne finisse par s'éteindre. La Terre entière est contre moi aujourd'hui ou quoi ?!

Désespérée je me laisse tomber en arrière sur mon lit et contemple mon plafond si je ne trouve pas au plus vite une occupation je risque de m'endormir. Evidemment il fallait que ça tombe un jour ou Iezawa ne travaillait pas au café, aucun intérêt que je m'y rende du coup...  Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire moi ?

Je pourrais aller au cinéma ? Je serais dans une salle sombre et je regarderais un film, peu de risque que je sois dérangée là-bas. Une fois décidée, j'enfile un jean oversize complètement usé et déchiré sur les genoux, un t-shirt noir à manches courtes et une paire de baskets montantes à scratchs, ma dernière acquisition. Peut-être que ça accentue quelque peu mon côté enfantin mais au moins je ne risque pas un nouvel accident de lacets avec ces chaussures. Les personnes maladroites ne devraient pas porter de chaussures à lacets, c'est juste complètement suicidaire.

Je fourre mon téléphone et mon portefeuille dans mes poches et sors de l'appartement en disant à mon père que j'allais au cinéma. Je marche d'un pas las, heureusement qu'on habite dans le quartier est à proximité du cinéma, ça m'évite de trop marcher, en plus avec ce soleil ma peau sensible risque d'en prendre un coup. Une fois arrivée sur les lieux je regarde les films à l'affiche. Ouah un film à l'eau de rose, une comédie et... Oh ! La Planète des Humains : Suprématie ! Comment ce fait-il que je n'étais pas au courant de sa sortie en salle ? C'est vrai qu'en général j'attend de pouvoir télécharger les films pour les regarder sur mon ordinateur mais j'aurais quand même dû savoir qu'il était sortie. Je m'approche du guichet et dis timidement :

- Une place pour « La Planète des Humains : Suprématie » s'il vous plait.

Je paye ma place et me dirige vers la salle. Le film ne commence pas avant un bon moment autant dire que j'ai le temps de mourir sur place. Je soupire et tente vainement de m'occuper avec mon smartphone. Je ne fais pas attention à la personne qui s'installe à côté de moi beaucoup trop occupée par ma partie de Tetris.

-Raph ?

Pourquoi à chaque fois que je joue il faut que ce soit cette voix qui me fasse perdre ? Je verrouille mon téléphone et regarde le fameux Charly d'un air totalement blasé, moi qui venais ici pour être tranquille c'est raté. Soudain notre dispute me revient en mémoire et je le regarde à la fois très énervée et embarrassée. Sous le coup de l'énervement la dernière fois j'ai laissé échappé beaucoup de choses. Déjà que je n'aime pas parler de mon pouvoir alors évoquer mon traumatisme, je l'ai mal vécu. Et comme si ça suffisait pas cet ingrat a changé de classe ! C'est une vraie trahison envers les Processus !

-Hum… Comment tu vas Raph ? Qu-qu'est-ce que tu fais là ?

J'avais détourné le regard et je tentais de l'ignorer en vain. Je savais qu'il ne me laisserais pas tranquille. Et ses questions bordel ! Ça me remet dans une rage folle ! Comment après toutes les atrocités qu'il m'a dit il peut me parler d'une façon aussi banale ! Je jure que je suis à doigts de lui faire bouffer ses oreilles ridiculement touffues ! Vraiment je pense que c'est la meilleure journée de ma vie : plus d’électricité, plus de batterie sur ma console et évidemment Charly qui vient voir le même film que moi ! Quel magnifique combo ! Je crois que l'Unique m'en veut c'est la seule explication probable !

Alors que j'essayais de retenir ma colère je ne pouvais décemment pas m'y résoudre. J'étais incapable de rester bien sagement à côté de lui pendant plus de 2h tout en l'ignorant ! C'est au-dessus de mes capacités ! Dans une pulsion de rage j'attrape une poignée de ses pop-corns et lui lance au visage. C'est purement ridicule, je m'en rend bien compte maintenant. Je profite du fait qu'il soit déstabilisé par mon geste pour fuir la salle le plus rapidement possible.

Je marche vivement en dehors du cinéma en priant pour qu'il ne m'est pas suivi. Tant pis pour le film je trouverais autre chose à faire ! Hors de question que je supporte une seconde de plus sa sale tête d'écureuil !



© ChiNoAme


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


« Lawngreen is my color ... Now stay away from me »
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Planète des Humains [Raphaëlle & Charly] Mer 26 Juil - 17:13


Alors je peux vous dire qu'elle me regarde vraiment mal. Vous savez, ce regard qui veut bien dire à quel point elle me déteste. Pourtant, j'essaye d'être gentil avec elle. Il est tout de même important de se rappeler que c'est elle qui a embrassé mon mec. Mais en vrai, avec du recul, qu'est-ce que je m'en fous. Elle aurait dû le faire pour de vrai. Ça m'aurait évité de rester en couple avec lui, avec ce petit bâtard sans vergogne qui m'a trahi et laissé tombé comme une vieille chaussette trouée. Est-ce que je ne vaux pas un peu mieux que ça quand même ? D'accord, je ne suis pas non plus le meilleur copain du monde, ni même le plus beau. Mais je suis quand même mignon non ? Je suis certain que je le suis un peu quand même. Je ne méritais pas ça.
Mais toute la haine que j'ai en tête à cause de lui m'a complètement fait me déconnecter de la réalité. Alors vraiment, les pop-corns que je me prends dans le visage. D'où sortent-ils ceux-là ? Je ne comprends pas ce qu'il vient de se passer.

Mais qu'est-ce que quoi ?

Je secoue la tête, comme pour me ramener à la réalité. Je remarque alors que Raph est en train de s'éloigner.

Mince, mince, mince.

Moi qui avais vraiment décidé de lui parler au final. Je suis vraiment déçu, je ne vais pas la suivre quand même. Si ? Bien sûr que si que je dois le faire. Tant pis pour le film, je reviendrai le voir un autre jour. Raph devient vraiment ma préoccupation principale.
Je me lève donc de mon siège et tends mon paquet de pop-corns à un enfant. Le pauvre n'en avait pas et moi, je ne les mangerai pas. Autant que ça serve à quelqu'un quoi. Une fois cette bonne action faite, je me précipite hors de la salle de cinéma. J'essaye de chercher Raph du regard. C'est terrible d'être petit, je ne la vois pas.

-Raph… Où te caches-tu ?

Je tourne sur moi-même pour essayer de voir dans quelle direction elle a pu partir. Et c'est bon, je la vois. Elle se dirige vers la sortie. Je marche donc le plus vite possible pour la rattraper. J'ai trop peur qu'elle disparaisse, alors je me mets même à courir. Je tiens toujours ma boisson, ce qui est bien ridicule. On dirait ces vieux films où le héros essaye de rattraper sa bien-aimée. Sauf que je ne suis pas le héros d'un film et que Raph n'est absolument pas bien-aimée. C'est horrible tout ça.
Alors qu'elle passe la porte pour sortir, je suis à quelques mètres d'elle. La porte se referme, je dois l'ouvrir à mon tour pour sortir. Je la cherche rapidement du regard, dès que je la vois, je m'approche d'elle et lui pose la main sur l'épaule.

-Raph, t'enfuis pas s'il te plaît !

Avant qu'elle ne décide de partir trop loin, je change de côté et me place en face d'elle. Là encore, je garde contact avec elle. Mais je ne touche pas sa peau, donc elle ne va pas encore me faire de crise existentielle avec son pouvoir. J'ai mes deux mains posées sur ses épaules, comme pour m'assurer qu'elle ne partira pas. Je veux lui parler franchement. Parce qu'il est temps qu'on ait une vraie discussion.

-Il faut que tu m'écoutes. Je vais te lâcher et tu ne vas pas partir. D'accord ?

En vérité, je ne la tiens pas vraiment, mes mains sont juste posées. Mais je ne savais pas quoi dire. J'enlève donc mes mains et la regarde dans les yeux. Je ne vais pas attendre plus longtemps, avant de lui parler, je veux qu'elle m'écoute. Pas question qu'elle parte en courant.

-Je suis vraiment désolé.

Déjà, ça devrait la retenir un petit moment. Elle va se demander pourquoi je suis désolé et réfléchir dans sa tête. Ça devrait l'occuper le temps que je trouve la suite. Pas que je ne sache pas pourquoi je suis désolé. Je le sais très bien, mais je n'ai pas envie de dire n'importe quoi qui pourrait la blesser. Parce qu'au final, j'ai bien compris que son pouvoir est horrible. Elle voit des choses terribles et est complètement impuissante face à ça. Je n'ai pas très bien retenu tout ce qu'elle m'a dit quand elle m'avait gueulé dessus. Mais bon, ce que j'en ai retiré, c'est que c'est un sujet sensible.
Alors je tourne sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler, je souffle même un coup. Puis je me lance :

-J'ai compris. Je suis désolé de t'avoir crié dessus parce que tu as embrassé Nett. Mais c'est pas ta faute, c'est ton pouvoir. Et si j'ai vraiment compris, tu ne l'as pas réellement embrassé. Je m'excuse vraiment, je suis parti au quart de tour à ce sujet. Ton pouvoir, c'est vraiment plus une calamité qu'autre chose. Je suis sûr que t'aurais préféré avoir un pouvoir d'hybride aussi inutile que moi. Enfin, un pouvoir sans grandes conséquences quoi…

Je fais une pause dans mon discours. Parce que je réalise que j'ai parlé de Nett. Et que j'ai encore plus de haine pour lui dès que je parle de lui à voix haute. J'ai l'impression de lui donner de l'importance alors qu'il n'en mérite pas. Lui, il ne m'en a pas donné. Je n'étais qu'un petit jouet qu'il s'est approprié en chemin. Je n'étais pas vraiment quelqu'un d'important. Il était juste content d'avoir pu ajouter quelqu'un sur son tableau de chasse. Mais venir à une fête de Noël avec moi, c'était bien trop. Bien sûr, fils de chaise !
Avant de pleurer, je préfère tout de suite arrêter de penser à ça. Je risquerais même de me mettre des baffes. C'est terrible. Je prends une grande respiration et enchaîne :

-De toute façon. Nett est un connard. T'aurais dû l'embrasser pour de vrai. Comme ça, je l'aurais quitté et j'aurais beaucoup mieux vécu ma vie. Donc, en vrai, je devrais te remercier. Parce que tu m'as presque rendu un service. Et je dois aussi m'excuser parce que t'as ressenti mes sentiments pour un mec qui ne le méritait pas. L'amour que t'as éprouvé à ce moment était complètement débile. Ne va pas croire que c'est ça mon vrai amour. Je suis désolé…

Oui, je m'excuse encore et encore. Mais j'ai vraiment envie qu'elle comprenne que j'ai vraiment fait de la merde à ce moment. Ça fait bientôt un an qu'on a eu notre prise de tête, il est temps qu'on se comporte en adulte et qu'on ait une vraie discussion là.

Alors réponds-moi Raph.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤

avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Planète des Humains [Raphaëlle & Charly] Sam 29 Juil - 18:02


« La Planète des Humains »




-Il faut que tu m'écoutes. Je vais te lâcher et tu ne vas pas partir. D'accord ?

Pendant tout le temps où ses mains étaient posées sur mes épaules j'avais retenu mon souffle. J'expire un grand coup, soulagée que ce contact soit enfin rompu. Il est très proche de moi et me surplombe de ses bons vingt centimètres de plus que moi. Je me sens presque petite à côté de lui, c'est triste de réaliser à quel point je suis petite en vrai... Il me fixe, son regard m’oppresse je tente tant bien que mal de le fuir.

-Je suis vraiment désolé.

Lorsqu'il prononce ces paroles je le regarde complètement abasourdie, un micro étonnement doit se lire sur mon visage d'habitude si froid. Je ne peux m'empêcher de reculer légèrement afin de rétablir ma distance de sécurité. Je suis beaucoup trop surprise pour partir en courant et le peu que j'ai bougé était simplement instinctif, je ne m'en suis même pas rendu compte. Je suis donc dans l'obligation d'écouter ce qu'il a à me dire...

-J'ai compris. Je suis désolé de t'avoir crié dessus parce que tu as embrassé Nett. Mais c'est pas ta faute, c'est ton pouvoir. Et si j'ai vraiment compris, tu ne l'as pas réellement embrassé. Je m'excuse vraiment, je suis parti au quart de tour à ce sujet. Ton pouvoir, c'est vraiment plus une calamité qu'autre chose. Je suis sûr que t'aurais préféré avoir un pouvoir d'hybride aussi inutile que moi. Enfin, un pouvoir sans grandes conséquences quoi…

Alors là il me laisse encore plus sur le cul. Il a eu beaucoup de temps pour y réfléchir visiblement. A l'évocation de mon pouvoir je ne peux m'empêcher de me mordre la lèvre, sentant les larmes me monter. Je ressasse dans ma tête tout ce que je lui ai dit ce jour là et c'est vraiment douloureux pour moi. D'un autre côté une chaleur indescriptible envahit mon cœur. Il me comprend ? Je crois que c'est la première fois qu'une personne hormis mon père, se montre compréhensive avec moi vis à vis de mon don. C'est vrai, à croire que les autres ne comprennent pas la violence des scènes que je vis au quotidien. Je suis sûre qu'à ma place ils seraient plus d'un à être devenu complètement fou, mais au fond est-ce que je ne le suis déjà pas moi-même ? J'ai beau être un génie il m'arrive de péter un boulon au point de me fracasser le crâne contre un mur. Est-ce que ça ne serait pas un des premiers signes de la folie ? Je secoue vivement la tête pour chasser toutes ces pensées qui manquent de me faire pleurer et écoute à nouveau Charly.

-De toute façon. Nett est un connard. T'aurais dû l'embrasser pour de vrai. Comme ça, je l'aurais quitté et j'aurais beaucoup mieux vécu ma vie. Donc, en vrai, je devrais te remercier. Parce que tu m'as presque rendu un service. Et je dois aussi m'excuser parce que t'as ressenti mes sentiments pour un mec qui ne le méritait pas. L'amour que t'as éprouvé à ce moment était complètement débile. Ne va pas croire que c'est ça mon vrai amour. Je suis désolé…

Donc ses sentiments n'étaient pas sincères ? Cette révélation me plonge dans une phase d'intense réflexion. Pourtant ce que j'avais ressenti me semblait vraiment puissant, si il dit la vérité cela voudrait donc dire que le véritable amour est bien plus fort que ça ? C'est terrible ! Je ne veux jamais tomber amoureuse ! Déjà que ce que j'ai ressenti pourrait me provoquer un sentiment de manque tel que je serait capable de m'arracher la peau avec les ongles, alors le ressentir fois deux très peu pour moi merci !

Je regarde Charly perplexe. Il semble attendre une quelconque réponse de ma part. Qu'est ce que je peux bien lui dire en fait ? Je ne sais même pas si j'ai envie de lui pardonner. Je détaille son visage à la recherche d'une réponse. Il semble tellement sincère... Je sais que je m'étais promis de ne jamais lui pardonner, mais ses grands yeux noisettes me supplie le contraire. C'est plus fort que moi, j'ai beaucoup de sympathie pour ce garçon, notre dispute m'avait fait beaucoup souffrir. Je sais que ça va à l'encontre de tous mes principes, qu'importe je vais lui donner une seconde chance.

- Je te laisse la possibilité de te racheter... Mais seulement car tu es le seul qui semble réellement me comprendre. Intègre bien ça dans ton petit crâne d'écureuil, c'est une immense faveur que je te fais là.

Malgré moi j'esquisse un micro sourire, l'imaginant déjà sauter de joie. Il a cette façon si exaspérante d'être heureux en permanence, mais quelque part un Charly malheureux me semble inconcevable, presque "contre-nature". Il faut dire ce qui est c'est de ce Charly là dont je me suis attachée et non de son air si sérieux qu'il avait sur le visage, ça ne lui va absolument pas. Je crois que j'ai bien fait de lui pardonner. En espérant qu'il ne soit vraiment pas comme tout le monde, suffisamment mauvais pour me piétiner et me faire regretter mon geste. Mais je dois dire que depuis que j'ai rencontré Charly je refais peu à peu confiance aux gens. En espérant que cela ne me joue pas de mauvais tours comme je l’appréhende...

- Comme le film tombe à l'eau tu veux aller faire quelque chose d'autre ? Lui demandais-je dans un soudain élan de sympathie.



© ChiNoAme


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


« Lawngreen is my color ... Now stay away from me »
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Planète des Humains [Raphaëlle & Charly] Dim 6 Aoû - 13:46


Raph reste en face de moi, sans rien dire. J'ai l'impression que je vais me mettre à pleurer si elle ne me comprend pas. Le pire serait qu'elle s'en aille comme ça, sans aucun mot. Elle en serait capable, j'en suis certain. Mais je ne veux pas que ça arrive. Si elle tourne les talons, je crois que je l'attraperais pour la serrer dans mes bras. Elle me détesterait encore plus, mais ce n'est pas grave.
Elle me regarde fixement. Son silence est encore plus puissant qu'une réponse. Des mots, je les aurais compris. Ils me feraient sûrement mal, mais au moins ça passerait d'un coup. Là, je peux imaginer plein de scénarios différents plus terribles les uns que les autres. J'imagine le pire, comme ça, je ne serai pas déçu. J'ai tellement envie qu'elle me pardonne. Mes yeux doivent être en train de briller tant je retiens mes larmes. Bien sûr, j'ai aussi les oreilles repliées. C'est presque si je ne retiens pas mon souffle. Je suis comme un enfant qui se retient de pleurer pour montrer qu'il est fort. Alors qu'au fond, j'ai un cœur en verre. Je dis bien en verre. Il se brise tellement facilement et ses éclats se transforment en sanglot.

Raph ne brise pas mon cœur s'il te plaît…

Quand je la vois enfin ouvrir la bouche pour parler, je retiens ma respiration. Je ne sais pas pourquoi je fais ça, mais c'est dans la suite logique des choses pour moi.

-Je te laisse la possibilité de te racheter... Mais seulement, car tu es le seul qui semble réellement me comprendre. Intègre bien ça dans ton petit crâne d'écureuil, c'est une immense faveur que je te fais là.

Le sourire qu'elle ajoute à cette déclaration fait naître un sourire sur mon visage aussi. Je suis tellement touché qu'elle ait accepté. Je me sens tellement mieux d'un coup. Je souffle un coup pour recommencer à respirer normalement. C'est un véritable soulagement. Je crois bien que j'ai presque envie de sauter partout. Mais je ne vais pas le faire, je dois me contenir. J'ai également envie de la prendre dans mes bras, mais ça aussi, je me retiens.
Mais il y a une chose que je ne peux pas contenir. Une larme coule doucement sur ma joue. Forcément, j'avais les yeux mouillés depuis avant, ça n'allait pas manquer. Rapidement, j'essuie cette larme et mes yeux avec mes mains. Ce n'est en rien de la tristesse, juste beaucoup d'apaisement.

-Comme le film tombe à l'eau, tu veux aller faire quelque chose d'autre ?

Je la regarde sans vraiment réaliser ce qu'elle vient de dire.

-Bah, on peut aller regar…

Mais je m'arrête en comprenant enfin.

Comment ça le film tombe à l'eau ?

Mais oui, c'est vrai. On a quitté la salle de projection. On ne pourra plus y retourner du coup. C'est vraiment dommage, j'avais vraiment envie de voir ce film. J'ai toujours envie d'ailleurs. Il va falloir que je revienne un autre jour. Mais ma mère ne doit absolument pas savoir qu'elle m'a payé une place pour rien. Enfin, peut-être que si elle apprend le pourquoi du comment, la pilule passera mieux.
Pour l'instant, il faut que je trouve quelque chose qu'on pourrait faire. Alors pour réfléchir, je sirote ma boisson. Je l'ai toujours en main, alors autant en profiter. Je fixe Raph avec le regard d'un enfant. Qu'est-ce qu'on pourrait bien faire pour occuper notre après-midi ? J'ai tellement d'idée en tête. Mais je me dis que je dois vraiment bien choisir. Sinon, elle risque de regretter la seconde chance qu'elle me donne. D'ailleurs, je ne l'ai même pas remerciée. Alors je le fais rapidement :

-Au fait, merci beaucoup de m'accorder cette faveur…

En vérité, je n'arrive vraiment pas à comprendre ce qu'elle entend par faveur. Est-ce que c'est parce qu'en vérité elle me déteste complètement et qu'elle accepte de faire ça pour me faire plaisir ? Ou alors, c'est vraiment exceptionnel pour elle. Juste parce que je la connais un tout petit, je dirais que c'est la deuxième option. J'ai bien compris que cette chère Raph n'est pas trop du genre à chercher les relations sociales.
Il faut que je revienne au cinéma avant que le film de ma mère ne soit fini, donc il ne faut pas trop s'éloigner. Y a le Musée juste à côté, mais je crois bien qu'on se ferait un peu chier tous les deux là-bas. C'est pas vraiment le genre de truc qui m'intéresse, alors intéresser Raph j'en doute. Y a aussi l'aquarium, mais ça ne me motive pas trop non plus. Peut-être qu'il y a un truc intéressant dans la salle de spectacle ? Mais j'en doute fortement. Je pense qu'il n'y a que le cinéma qui est intéressant ici.

D'un coup, mon regard s'illumine. J'allais tendre la main pour attraper le bras de Raph et l'entraîner avec moi. Mais je m'arrête au milieu de mon geste. Il faut que je retienne qu'elle n'est pas fane des contact physique. Je décide donc de tenir mon gobelet de boisson avec deux mains. Comme ça, je ne serai pas tenté. Je suis bien trop tactile moi.

-Qu'est-ce que tu dirais d'une partie de Laser Game ? C'est pas loin et ça serait une bonne manière de se défouler un peu !

Vraiment, j'ai l'impression d'avoir eu la meilleure idée du monde. Je sais que Raph joue tout le temps à des jeux vidéos. Aller au Laser Game ça serait comme une partie, mais dans la vie réelle. Elle ne peut pas refuser une telle proposition. Mais j'ajoute quelques arguments :

-Si on y va, tu pourras me tirer dessus à volonté ! Enfin bien sûr, il faudra réussir à bien viser. Peut-être que tu n'en es pas vraiment capable ?

Je luis souris avec un regard de défi. Je pense que j'ai touché deux bons points là. Je lui donne l'opportunité de se défouler sur moi et je mets en doute ses capacités de tireuse. C'est parfait.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤

avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La Planète des Humains [Raphaëlle & Charly]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La Planète des Humains [Raphaëlle & Charly]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charly-croisé caniche 4 ans (60) ADOPTE
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006
» la Commission Intéraméricaine des Droits Humains (CIDH) va poursuivre la Dominic
» Le Bio peut nourir la planète
» Raphaël veut voir à tout prix Elodie [Pv ELLE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
EN VILLE
 :: Quartier Est :: Complexe culturel :: Cinéma
-
Sauter vers: