Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

laissez moi en paix [ft gk et charly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: laissez moi en paix [ft gk et charly] Jeu 20 Juil - 14:12


En ce jour du 16 septembre 2017, les cadeaux s'entassent un peu partout entre la Vie Scolaire et la chambre des deux jeunes membres des 4U. Aujourd'hui ce sont les 18 ans d'Enji qui est actuellement en train de marcher dans un couloir, pour rejoindre sa chambre.


Tu es épuisé. Voilà quelques semaines maintenant que vous êtes à Xényla et c'est plus horrible que tu ne le pensais. Jamais un moment de solitude, ils vous ont même mis avec un glandu de votre classe dans la chambre. Il est inintéressant à souhait et la seule chose que tu sais de lui c'est qu'il s'appelle Charly et qu'il est gay. C'est Elias qui te l'a dit. Oui, tu ne connais pas ton camarade de chambre mais honnêtement, n'as-tu pas autre chose à faire que l'écouter raconter sa vie ? Depuis que tu es là, tes soirées se résument à "danse-devoirs-manger-douche-dodo", tu n'as pas une minute pour lui, ni même pour personne. Ce qui est bien mieux pour toi et les autres. Ça t'évite de faire tomber ton masque par accident.


Le garçon entre dans sa chambre et soupire devant les paquets déposés ça et là. Ils empiètent même sur le lit des deux autres.


Il n'y a pas à dire, être célèbre c'est dire adieu à son ancienne vie. Avant, tu avais des cadeaux de tes grands-parents et ceux de tes parents, Illiko lui, n'avait qu'à dire qu'il avait participé à celui des vieux. Mais tu savais bien que c'était faux puisque tu faisais la même chose que lui. À quoi bon participer au cadeau alors que ton argent de poche c'est celui de la famille. Tu t'assois sur ton lit et soupire en retrouvant ton expression blasée habituelle. Être seul 5 minutes pour ton anniversaire c'est ton meilleur cadeau. Oui, vraiment, tu pries pour que cette soirée soit reposante. Que tu ne sois pas obligé de t'épuiser en gardant ce masque souriant si quelque chose te pousse à bout.


Tandis qu'il est allongé sur le lit, ses camarades de chambre arrivent les uns après les autres, le repas venant de se terminer. Nous sommes le soir, ils leur restent une heure avant que ce ne soit le couvre-feu.


Ce soir, tu as mangé avec Elias et son frère. Sans Anthony. Non pas que tu l'aimes pas, juste que tu vis depuis deux ans avec lui h24, pour un repas t'avais envie de manger avec ton meilleur pote. Et que son frère soit là n'était pas nécessairement un problème. De toute manière t'étais obligé de garder ce masque débile vu le monde qu'il y avait. La seule chose que t'espère c'est que l'autre Kim ne te prenne pas la tête. Parce que quand il s'y met, t'aurais limite envie de lui coller des tartes.


Le garçon aux cheveux bleus relève la tête et observe ses camarades, le sourcil arqué. Il s'efforce même à lancer un petit sourire.


"Bien mangé ?" Une bien maigre tentative d'être poli mais que voulez-vous, tu restes un peu le Enji blasé de base.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

J'te méprise en sandybrown
 Mio OscarMirandaPandoreIvnirFiche Journal
avatar
VI ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 32
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: laissez moi en paix [ft gk et charly] Ven 21 Juil - 12:00


Dans les couloirs de Xényla, un jeune homme aux cheveux dorés déambule d'un pas lent, après avoir visiblement quitté la cafétéria du lycée. Un téléphone vissé à l'oreille, il ne dit pas grand-chose, réagissant de temps en temps à ce que son interlocuteur lui raconte, le visage insondable.

Actuellement, je sais pas si j'ai plus envie d'étrangler des chatons ou de me jeter de la fenêtre la plus proche.

À l'autre bout du fil, c'est notre manager qui me parle. Ouais, le mec que je peux pas encadrer mais que j'ai pas encore réussi à faire virer parce qu'il a pas fait la moindre « faute professionnelle ».
Depuis dix minutes, il me lâche pas à me causer d'Azur et de son anniversaire, à me demander si tout se passe bien et à me dire de passer un maximum de temps avec lui. Pas un seul mot pour me demander si ma journée à moi s'est bien passée hein : ça on s'en bat les flancs, je suis pas né le 16 septembre alors je peux aller me faire foutre bien comme il se doit.
Et tu sais quoi ? Ça m'énerve.

Parce que je me retrouve obligé à lui raconter ô combien ce brave petit Azur va bien, qu'il s'est fait plein de nouveaux amis aussi beaux que lui et que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour lui aujourd'hui. Ça me donne envie de vomir, tiens.
Ce que j'en pense de ses « nouveaux amis », je vais bien me garder de le lui dire, parce que sinon il va encore me faire une leçon de morale. Mais en même temps, qui choisirait intentionnellement de traîner avec une paire de jumeaux laids comme des poux et gay comme des pinçons ? Parce que oui, j'en reviens toujours pas mais Enji a choisi la compagnie des Eldredge pour son anniversaire.
Les Eldredge.
Leur nom est presque aussi laid que leurs personnalités, tu imagines un peu l'horreur ?

À choisir, je préfère encore rester seul que d'avoir à subir leur insupportable présence.
Je comprends toujours pas comment Enji a bien pu devenir ami avec eux. Vraiment.

Après quelques politesses échangées, le jeune homme raccroche et range son portable dans sa poche en retenant un soupir. Il vient de finir de monter les escaliers menant aux dortoirs et s'arrête bientôt devant la porte d'une chambre qu'il ouvre avant de pénétrer à l'intérieur de celle-ci.

Mais bien sûr, forcément.
Il fallait qu'il y ait une montagne de cadeaux en tous genres un peu partout dans notre chambre pour me rappeler encore quel jour on était.

Commence pas à te faire des films hein, parce que je suis pas jaloux de l'attention qu'on porte à Enji aujourd'hui. Il a bien le droit une fois dans l'année de recevoir un peu d'affection et de reconnaissance de la part de sa famille et de ses fans. Ça me brise juste les boules que pas une seule fois aujourd'hui on ne m'ait laissé l'occasion d'oublier quel jour on était, justement. C'est bon quoi, ma vie ne tourne pas autour de lui, sinon j'aurais pas passé la journée seul hein.
Et vas-y que les gonzesses de la classe m'ont harcelé vingt fois pour savoir si j'avais offert quelque chose à Azur, m'ont demandé si je pouvais pas lui transmettre leurs vœux alors que j'ai même pas la moindre idée de qui elles peuvent bien être et j'en passe.
Ça me blase.

Sans un regard pour l'autre garçon dans la chambre, Anthony se laisse tomber sur son lit, écrasant malencontreusement un petit paquet soigneusement emballé au passage.
Au même moment, un troisième colocataire fait son entrée dans la chambre.


Ah bah bien sûr, avoir la paix pendant une demi-minute aurait été trop beau pour être vrai.
Il fallait que le Charly rapplique.

J'ai rien contre lui hein, mais ça me fait juste royalement chier qu'on nous ait forcé à avoir un troisième colocataire, en fait. Parce que du coup, j'ai vraiment jamais une seconde pour moi. Je dois constamment être ce Gold insupportablement poli et agréable, alors que j'ai juste envie d'envoyer le monde se faire foutre de temps en temps.
Journée de merde, je te le dis.

De l'autre côté de la chambre, le jeune homme aux cheveux bleus bouge légèrement sur son lit et bientôt, sa voix s'élève tranquillement dans la pièce.

« Bien mangé ? »

Ah, parce que maintenant ça t'intéresse de savoir ce genre de choses ? T'avais pas l'air de te soucier de ça le moins du monde quand tu faisais mumuse avec tes deux larbins à la cafétéria.
Mais oui, bien sûr, je me suis bien fendu le bide en cinq à manger seulement ce que le diététicien que mes parents me fadent m'a ordonné. J'ai adoré, vraiment. Tu veux que je te dise de quelle couleur étaient les feuilles de ma salade aussi ? J'imagine que tes conversations avec les deux laiderons doivent être à peu près aussi intéressantes que ça, après tout.

Pour le coup, j'arrive tout simplement pas à retenir mon envie de l'envoyer chier, et ça même si l'écureuil hyperactif qui nous sert de colocataire est aussi dans les parages.

« Non et toi ? »

Soupirant silencieusement, Anthony passe ses bras derrière se tête, toujours couché. Il se tourne légèrement vers ses camarades de sorte à leur adresser un sourire radieux, comme si de rien n'était.

« Je plaisante, hein. J'ai mangé, j'ai juste rien à ajouter là-dessus. 'scusez-moi mais la journée était longue. »

C'est pas parce que je suis d'une humeur de chien que je vais pas essayer de me comporter avec un minimum de politesse, quand même. J'ai le droit de ne pas toujours être en joie pour tout et n'importe quoi, mais je vais éviter d'être agressif sans raison apparente devant Charly pour autant. Ça serait con que mon masque tombe après seulement deux semaines à Xényla, mine de rien.
Je suis pas un amateur à ce point-là, je sais me contenir. Même si là, tout de suite, j'ai un peu du mal.
Quelque chose qui me tue un peu d'ailleurs, parce que je sais que je vaux bien mieux que ça.

M'enfin bon. Mon excuse devrait passer pour l'hybride, vu le peu qu'il me connaît.
Enji par contre, je sais qu'il sera pas berné le moins du monde. S'il ne remarque pas l'état d'énervement dans lequel je suis actuellement, c'est que les deux autres sangsues auront bien réussi à lui sucer le peu de matière grise qu'il pouvait avoir avant d'arriver ici.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

La perfection à portée de main.
silver

DC : Mikhaïl M. Malenkov - Gwendal Malenkov - Kristal Z. Lya - Astalée N. Galaght - Caelan Anderson.
avatar
VI ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: laissez moi en paix [ft gk et charly] Mer 26 Juil - 14:24


Forcément, comme j'ai changé de classe, il a fallu que je change de chambre. Adieu Narra, l'inexistante. Adieu Raph, la mécontente. Il aura fallu presque un an pour qu'on rediscute après notre prise de tête à l'infirmerie. Je me suis quand même pris du pop-corns dans le visage, mais je crois que c'était une bonne chose, on en avait besoin. C'est toujours bien de mettre les choses au clair.
Mais bon, comme j'ai changé de chambre, j'ai fini avec deux mecs. Ça, c'est vraiment le coup de chance. En plus d'être terriblement mignons, ils sont terriblement nouveaux dans ce lycée. Donc ils doivent complètement s'en moquer que j'ai changé de classe. En fait, ils doivent complètement s'en moquer de moi. Ce ne sont pas n'importe quels nouveaux. Ce sont des stars sur l'île. Je crois que beaucoup de personnes doivent me détester d'avoir fini avec eux dans une chambre. Mais en même temps, c'est la vie. En plus, je m'en fous complètement de leur soi-disant célébrité. C'est ma sœur qui en est fane. Moi, ce qui m'intéresse plus, c'est leur assez visible beauté. Je suis peut-être dans l'abus, mais c'est vrai.

Le pire, je crois, c'est que j'ai typiquement aucune chance avec eux. Je me dis que je devrais suivre le conseil de Léo, le fameux mec mystérieux du métro. Mais jamais je n'oserai leur parler directement. En plus, j'arrive jamais à retenir leurs prénoms. Je serais terriblement gêné si je venais à me tromper. Je sais que c'est Anthony et Enji, mais qui est qui ? Clairement, j'en préfère un des deux, mais je n'arriverai jamais à remettre son nom sur son visage. Pas pour l'instant en tout cas. De toute façon, ils ne m'adressent pas souvent la parole et ils sont un peu distants. Certainement la célébrité qui leur monte à la tête.
En vrai, je dois juste pas me faire de film et arrêter de penser à tout ça. Se sont des chanteurs connus qui sont dans un groupe connu. Je ne suis qu'un simple lycéen qui fait des compétitions de gymnastique et qui n'en gagne aucune. Ils ne s'intéresseront jamais à moi. En plus, ils doivent être du genre à apprécier l'entourage des demoiselles. Même si ma sœur dit le contraire sur je sais plus qui. J'en sais rien. Je vais juste arrêter de me faire des films. Ça serait déjà sympa qu'ils me parlent en tant qu'ami.

Alors en commençant à marcher dans le couloir pour rejoindre ma chambre, j'oublie tout ça. Je ne dois pas penser à ça alors que je les rejoins. Je risque d'encore être déçu du peu de communication qu'il y a entre nous. Peut-être que vu que c'est l'anniversaire de celui aux cheveux bleus, il sera plus communicatif. Et grâce à ça, je retiendrai leurs noms. J'ai espoir. Tout va être vraiment bien.
Si je ne me trompe pas, les deux sont déjà dans la chambre. Parfois, j'ai peur d'entrer quand je sais qu'ils sont là. Je me dis que je vais les déranger ou quelque chose comme ça. C'est terrible. J'ai l'habitude de la colocataire absente et de la colocataire qui m'ignore. Là, c'est différent. Déjà, se sont des mecs, mais en plus, ils sont beaux. Non, je voulais dire qu'ils sont populaires et occupés. C'est compliqué. En fait, ils sont tout ça à la fois. L'Unique a voulu me faire un cadeau, me donner une chance en me mettant avec eux en colocation. Une chance de vaincre ma gêne avec les mecs. Mais je ne la saisis pas. Je n'arrive pas avec eux, j'ai vraiment peur.

Allez Charly, tu peux entrer dans cette chambre.

Parce que oui, je n'ose pas trop rentrer. Ils sont là, je le sais. Est-ce que je ne vais pas les déranger ? J'ai tout le temps cette peur. Mais bon, je souffle un coup et pousse la porte pour entrer. Anthony et Enji sont là. Après, je ne sais toujours pas qui ils sont. Mais ils sont gentils en vrai. Ils sont polis et n'ont pas de haine envers moi. C'est juste qu'ils sont un peu froids et distants.
Le deuxième truc que je remarque alors que je referme la porte, ce sont tous les cadeaux partout. Il y en a même sur mon lit. C'est donc ça la célébrité ? Recevoir des centaines de cadeaux le jour de son anniversaire ? Je ne suis pas certain que ça soit vraiment génial. Même, je détesterais ça à sa place. Mais ce ne sont pas mes affaires, alors je me dirige vers mon lit en évitant des paquets. Je leur souris un peu gêné au passage, une certaine manière de dire bonjour. Arrivé à mon lit, j'enlève les cadeaux pour les poser au sol et m'asseoir sans risquer d'en abîmer un.

-Bien mangé ?

Cette question me surprend, je ne pensais pas qu'il allait parler. C'est celui dont c'est l'anniversaire aujourd'hui. Je ne comprends pas pourquoi je suis incapable de retenir quel nom va avec quelle tête. C'est peut-être parce que je les ai rencontrés d'un coup, sans avoir le temps de tout assimiler. Je ne sais même pas quoi ressentir pour eux.

Je réponds ou pas ?

Il nous a souri à tous les deux, donc il me parle bien aussi. Je ne sais pas trop quoi penser, je suis perdu.

-Non et toi ?

La réponse froide de l'autre me remet directement à ma place. C'est bon, tout va bien. Mais cette froideur, je ne l'en savais pas capable. Je crois même que secrètement, c'est pour lui que mes sentiments les plus forts vont. C'est étrange, mais j'ai eu un petit coup de cœur pour lui. Je suis comme un enfant à qui on propose deux glaces derrière une vitrine. Je ne peux pas les attraper, mais j'en préfère une des deux. C'est pareil pour ces deux colocataires Libertés.
Il se tourne vers nous et nous sourit. C'est ça qui me fait bien comprendre pourquoi j'ai une petite attirance pour lui. C'est son sourire. Il est vraiment agréable. Quand on y a droit, je me sens si bien. Je suis vraiment un enfant. On ne peut pas me mettre dans le monde des adultes. Je me ferais tuer aussi vite que j'y serais arrivé.

-Je plaisante, hein. J'ai mangé, j'ai juste rien à ajouter là-dessus. 'scusez-moi mais la journée était longue.

Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens soulagé d'un coup. Il faisait simplement une blague parce qu'il est fatigué. Il n'est pas réellement capable d'être agressif de la sorte. C'est étrange d'être soulagé comme ça. Je ne le connais presque pas et je n'arrive même pas à retenir son nom. Mais je n'ai pas envie qu'il soit désagréable. Je me suis créé tout un mythe de lui dans ma tête. Je le vois comme le mec célèbre, mais qui garde les pieds sur terre. Je ne sais pas pourquoi. Mais c'est comme ça.
Mais je devrais aussi répondre à la question de l'autre tout aussi charmant. C'est terrible, c'est beaucoup trop pour moi.

-J'ai bien mangé moi, c'est gentil de demander !

C'est un peu gênant en vrai. À chaque fois que je leur parle, je fais bouger mes oreilles et je n'arrive pas à le contrôler. Je pense que c'est déjà mieux que de rougir n'importe comment. C'est moins discret, mais moins révélateur. Enfin, je crois, je n'en sais rien au final.
Je devrais peut-être me taire. Mais j'ai envie de parler. Il lui a déjà retourné sa question, alors je n'ai pas besoin de le faire. Est-ce que lui souhaiter un joyeux anniversaire est une bonne idée ? Ça lui ferait sûrement plaisir. Alors, je continue :

-Au fait, joyeux anniversaire…

Finalement, j'ai un peu hésité. J'ai failli dire un prénom au hasard, mais mauvaise idée.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤

avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: laissez moi en paix [ft gk et charly] Sam 29 Juil - 23:29


Allongé sur son lit, Azur s'est permis une politesse : demander si la soirée s'était bien déroulée pour eux. Il ne s'y intéresse pas nécessairement mais il ne veut pas gâcher ce rôle d'adolescent mignon et sympathique qu'il a. Alors, il attend avec un petit sourire la réponse des deux autres.

Sans un mot, tu attends leur réponse. Enfin, pour être honnête, tu n'attends rien du tout. Tu voulais juste être poli pour ensuite être tranquille. C'est vrai quoi, personne ne va venir te faire chier alors que c'est ton anniversaire ? Personne ne va se juger obligé de te faire la conversation sur un sujet aussi inintéressant que les nouveaux droits qu'on offre aux majeurs. Une voiture ? Ouais, tu passeras sûrement le permis, et alors. L'alcool ? Que personne ne te fasse croire qu'il attend sa majorité pour boire une seule goutte de panaché. C'est pas parce que tu as une image nationale à tenir que tu n'as pas bu une seule bière au dortoir. Faudrait arrêter de rêver à un moment. Un métier ? T'en as déjà un, même pas besoin d'attendre pour ça. Non vraiment, tes 18 ans ne méritent rien de plus qu'un peu de paix. Oui, juste du calme, du silence, du repos.

"Non et toi ?" Ah. Pourquoi ça t'étonne venant d'Anthony ? Enfin, ce qui t'étonne n'est pas sa réponse en soi. Qu'il soit aussi froid et irritant, c'est courant. Non, ce qui t'étonne c'est qu'il le fasse devant Charly. Limite, tu te retiens d'aller lui prendre sa température, juste pour vérifier. Limite.


Azur révèle un sourcil et tourne son visage vers son camarade. Celui-ci lui adresse un sourire des plus lumineux - un peu du pouvoir de la nymphe en action sûrement - qui devrait rassurer tout le monde sauf le danseur.


C'est qu'il pourrait presque t'inquiéter ce con. Tu l'as jamais vu comme ça en présence d'un civil, alors même si il sait toujours rattraper la situation, t'as plus l'habitude de tes bourdes que des siennes. "Je plaisante, hein. J'ai mangé, j'ai juste rien à ajouter là-dessus. 'scusez-moi mais la journée était longue." Sa journée était longue ? Sérieusement ? Qu'est-ce qu'il essaie de te faire passer avec ce message subliminal ? Techniquement c'est pour toi qu'elle a été longue. C'est toi qui a été agressé sur les réseaux sociaux, c'est toi qu'on a appelé des centaines de fois, c'est aussi toi qui a reçu des mails des agences de mannequinat qui espèrent, par cette occasion, t'avoir sur leur première de couverture le mois prochain. C'était toi la bête de foire aujourd'hui. Mais tout compte fait, c'est peut-être ça qui le vexe : le fait que, pour une journée, il n'est pas le membre préféré de tous.

"J'ai bien mangé moi, c'est gentil de demander !"


Légèrement surpris de la réponse, Azur se redresse sur son lit, un petit sourire au coin des lèvres. Avec l'attitude d'un beau-gosse qui s'ignore, il passe une main dans ses cheveux avant de croiser son regard innocent avec celui de l'hybride.


À voir sa tête de petit timide fragile de la vie, t'as juste envie de jouer la carte du gay à fond. Tu sais que tu fais efféminé, tu sais aussi qu'on t'imagine faire des choses avec Anthony, alors pourquoi pas jouer ce côté là avec ce gars ? Tu te doutes bien qu'il y croira comme un fou et ça te donnera que du plus si il finit par le raconter aux autres. Au pire, vous gagnerez un nouveau fan pour le Anji.

"Au fait, joyeux anniversaire..." Un sourire gratifiant et joyeux aux lèvres, tu hoches la tête en sa direction. "Merci, c'est gentil à toi. Charly, c'est ça ?" Tu fais même mine de t'intéresser à lui, si charmant. Il faut que tu réussisses à attirer sa sympathie, peut-être même son désir, avant de lui faire croire que tu n'as de yeux que pour ton camarade. "Désolé pour tous ces paquets. Je ne m'attendais pas à autant." Enfin, si, peut-être. À quelques dizaines près. Tes fans ont été dans l'abus cette fois. En plus de te faire une forêt à ton nom, ils t'ont chacun fait un cadeau perso. Les fous.


Le nouveau majeur se lève avec élégance avant de s'approcher du lit de Charly, pour attraper un ou deux paquets. Il a un sourire bienveillant aux lèvres et semble un peu gêné.


"Je vais t'aider à te débarrasser de ça. Ça ne se fait pas d'empiéter sur l'espace des autres." À la vue de ton jeu d'acteur, tu te donnerais presque une récompense. Franchement, Anthony doit être vert de rage de voir à quel point tu t'es amélioré. C'est Enji devant ses yeux, pas le Leonardo Di Caprio des humains. Et on peut dire merci Gold pour les cours de jeu qu'il t'a filé, jamais tu n'aurais réussi seul.


Le jeune membre des 4U termine de ranger le lit de son camarade avant de revenir sur le sien, jetant un coup d'oeil que l'on pourrait qualifier de timide à GK.


"E-Et toi ? Tu-Tu ne m'offres rien ?" Tu imagines tellement bien les cris hystériques que pousseraient vos fans si cette scène était filmée. Si elle n'illustre pas parfaitement la pseudo-romance qui existe entre vous, tu veux bien te faire renommer Boulette pour le reste de ta carrière. Ça fait juste trop "garçon éperdument amoureux qui n'ose pas le dire", "garçon transis qui attend un geste de cet amoureux qui n'ose pas avouer ses sentiments réciproques". Vraiment, tu as envie de t'applaudir pour cette scène que tu joues actuellement. C'est un coup à tourner dans des séries si cette qualité est présentée à des réalisateurs. On ne verra jamais plus Enji Baelims jouer le gay éperdu ainsi avant longtemps.

"J-Je vais me doucher."


Sans un mot de plus, le garçon quitte la pièce pour entrer dans la salle de bain. Il se déshabille et entre dans la cabine de douche, un sourire à la Enji sur les lèvres.


T'aurais presque envie de rire. Ou d'envoyer un texto à Anthony pour qu'il soit forcé de te dire qu'il est impressionné. Même toi, pour une fois, tu l'es. Où avais-tu caché ces dons ? Actuellement, tu as même mieux joué qu'Emir ou Zeru et pourtant, t'es le plus nul du groupe. Ah vraiment, tu as bien envie de t'applaudir pour cette performance. Limite tu irais voir le CEO pour qu'il te trouve une série de gays à tourner. Mais ne poussons pas trop loin tout de même. Tu n'en es pas à ce point là.


Une fois lavé, le jeune homme ressort de la salle de bain seulement vêtu d'une serviette nouée autour de la taille. Il se sèche les cheveux avec une autre serviette, plus petite. Il ne semble absolument pas gêné par sa tenue.


"Ah, ça fait du bien." Pour une fois, tu ne mens pas. Cette douche t'a vraiment fait le plus grand bien. Un petit coin de paradis dans cette journée si épuisante.
avatar
VI ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 32
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: laissez moi en paix [ft gk et charly] Dim 30 Juil - 17:00


Allongé sur son lit Gold reprend sa position initiale, se détournant des colocataires à qui il vient d'offrir un sourire rassurant. Il ne dit plus rien mais garde son masque, fidèle à son image amicale, tandis que l'hybride rompt le silence en prenant la parole.

« J'ai bien mangé moi, c'est gentil de demander ! »

Mais moi je t'ai rien demandé, bouffon.
Ni à toi, ni à personne d'ailleurs.

Il voit pas que les grands ont un soucis à régler entre eux ? Il peut pas se fourrer la grosse queue touffue qui sort de son slibard quelque part dans son cul, histoire de nous foutre la paix ? Remarque, s'il pouvait la fourrer dans le cul d'Enji, ça pourrait être pas mal non plus. Ça m'éviterait d'avoir à potentiellement l'écouter m'adresser la parole.
J'veux dire, quitte à m'ignorer depuis le début de la journée, autant le faire dans les règles de l'art hein : qu'il fasse comme si j'étais pas là, il s'en est très bien sorti jusqu'à maintenant.

Je veux juste qu'on me foute la paix, en fait.
Est-ce que c'est vraiment trop demander juste une fois dans l'année ?

« Au fait, joyeux anniversaire... »

Et c'est reparti pour un tour.
Ça serait mal vu de me barrer de la chambre ? Non, parce que j'ai aucune envie de passer la prochaine demi-heure à venir à faire la conversation autour de ce sujet, en fait. C'est pas que j'ai déjà passé la journée à le faire, mais si en fait. Et étrangement ça m'emballe pas particulièrement de continuer sur cette voie.

J'en suis fatigué d'avance.

Le blond ferme les yeux et repose sa nuque sur ses bras, bien confortablement installé sur son oreiller. Son visage semble serein lorsqu'il s'allonge, sans manquer de respect à ses camarades qu'il laisse discuter sans lui.

« Merci, c'est gentil à toi. Charly, c'est ça ? »

Enji qui fait mine de ne pas être sûr du prénom de notre colocataire, un classique. Ça devrait me faire plaisir, je devrais trouver ça divertissant mais là ça m'agace juste davantage. Si je pouvais rouler les yeux au ciel sans provoquer un scandale, crois-moi que je le ferais là.
Mais je vais me contenter de garder les yeux fermés et la respiration calme. Comme on me l'a appris pendant mes cours de théâtre.

« Désolé pour tous ces paquets. Je m'attendais pas à autant. »

Pitié.

Bien sûr qu'il s'attendait à autant de paquets que ça : notre popularité n'a jamais été plus haute que ces derniers temps. Entre ceux qui sont ravis de nous voir à Xényla et ceux qui font signer des pétitions par centaine pour nous en faire sortir de peur qu'on se fasse abîmer par les mains rugueuses des péons de cette école, tout le monde ne s'intéresse qu'à nous au final.
Ça m'étonnerait pas que le double de ces paquets l'attendent à notre dortoir de la MI Entertainment. Le contraire serait honnêtement incroyable, alors je lui serais reconnaissant s'il pouvait ne pas en rajouter une couche.

C'est ton anniversaire, oui, c'est bien.
Maintenant la ferme.

Si tu savais tous les efforts que je fais pour que mon visage paraisse calme alors que j'ai juste envie de lui balancer ses vieux cadeaux de merde à la gueule là. Heureusement que je sais intérioriser un minimum ma rage.

Azur se lève pour approcher du lit de l'hybride et attraper quelques-uns des paquets jonchant le sol. Depuis son lit, le troisième colocataire ne peut qu'entendre ce qu'il se passe.

« Je vais t'aider à te débarrasser de ça. Ça ne se fait pas d'empiéter sur l'espace des autres. »

Ah bah oui.
Ça ne se fait pas d'empiéter sur l'espace des autres mais alors ignorer royalement la personne dont on a pourri la journée, ça par contre c'est tout à fait légitime. Je sais vraiment pas ce qui me retient de leur offrir mon majeur en cadeau à tous les deux. À Enji parce qu'il me les brise, et à Charly parce qu'il a tout simplement l'indécence d'exister.

Le petit manège du garçon innocent et gentil que m'offre mon camarade m'aurait largement diverti en temps normal, mais là j'ai tout simplement pas la tête à relever quoi que ce soit de son pseudo numéro de charme.
Je te l'ai dit, j'ai passé une journée de merde. La dernière personne à laquelle j'ai envie de donner la moindre once de mon attention, c'est bien ce guignol aux cheveux décolorés.

Tranquillement, le jeune homme aux cheveux bleus retourne au niveau de son lit. Le coup d’œil timide qu'il adresse à Gold n'est pas vu par celui-ci lorsque sa voix s'élève dans la pièce.

« E-Et toi ? Tu-Tu ne m'offres rien ? »

Plaît-il ?
C'est vraiment à moi qu'il parle là, je déraille pas ?

Ouvrant les yeux, le blond se redresse pour appuyer son dos contre le mur derrière lui, toujours sur son lit. Le regard qu'il lance à son camarade semble situé quelque part entre la surprise et l'incompréhension.

Je confirme, c'est bien à moi qu'il parle, vu le regard de timide fragile qu'il me lance depuis l'autre côté de la pièce. Une belle prestation, il faut lui accorder au moins ça, mais que je ne suis clairement pas en mesure de pleinement apprécier à sa juste valeur pour le moment.

« J-Je vais me doucher. »

Il a vraiment pas compris que j'avais absolument tout sauf envie de jouer, en fait. Mais il lui faut quoi pour saisir, que je brandisse une banderole « Foutez-moi la paix » ? Il a bel et bien perdu les deux neurones et demi qui se battaient en duel dans sa coquille pratiquement vide à force de traîner avec les deux bouseux. Qu'ils reposent en paix.
Mais bon, puisqu'il a commencé, maintenant j'ai plus d'autre choix que de suivre le mouvement. Surtout qu'il est sur le point de me laisser avec l'autre écureuil sur les bras là. Paye ton pote.

Il veut vraiment que je l'assassine dans son sommeil ce soir, je vois pas d'autre explication.

Azur quitte la pièce pour se rendre dans la petite salle de bain adjacente, laissant derrière lui ses deux colocataires. De son côté, Gold se gratte l'arrière de la tête, affichant maintenant un air gêné et coupable à son camarade encore présent.

« Je voulais pas le vexer... tu penses qu'il m'en veut ? »

J'ai tellement pas la foi de jouer à ce petit jeu si tu savais.
Je le fais bien hein y'a pas à dire, c'est mon métier après tout, mais ça me brise vraiment les boules d'avoir à faire cet effort. Ça fera jamais seulement que la trentième fois aujourd'hui que je mets ma fierté de côté pour couvrir son précieux petit cul parfait. Ça et ma réputation.
Surtout ma réputation, en fait.

Allez, on fait un effort.
On offre un beau sourire à Charly, on fait mine de s'en vouloir à mort en jouant avec le pauvre petit cadeau qu'on écrasé un peu plus tôt en s'allongeant dessus, et on soupire comme si on avait tous les maux du monde à se reprocher. J'adore passer pour un fragile, c'est toujours un bonheur si tu savais.
Enji va me le payer.

Mais voilà que pendant mon petit numéro, mon portable se met à sonner sur ma table de chevet. Il me suffit d'un coup d’œil rapide pour voir que c'est encore notre manager. Alors qu'on vient à peine de se parler. J'aurai définitivement jamais la paix.
Je retiens un soupir las pour adresser un nouveau sourire à l'autre écureuil qui me fixe et empoigne cet instrument du diable, l'air le plus désolé possible.

« Excuse-moi, je dois décrocher ça. »

En vrai, je crois que je préférais encore la perspective d'avoir une conversation creuse avec Charly que d'avoir à supporter à nouveau les conneries que l'autre lourd va bien pouvoir me sortir. Mais quand on n'a pas le choix, on n'a pas le choix.

Lorsque Gold décroche le téléphone, il se dirige à l'extérieur de la pièce pour ne pas déranger son camarade. Il ne revient que plusieurs minutes plus tard, pour se laisser tomber dans son lit sans aucune autre forme de procès.

Je te jure : si je ne tue personne d'ici ce soir, c'est un miracle.

Comme si ma journée de merde ne me suffisait pas, notre manager vient de me dire que la chorégraphie que j'ai mis deux semaines à préparer pour mon duo avec Émir allait être totalement changée. Tout ça parce que cette face d'endive est pas capable de travailler assez son corps flasque pour exécuter correctement les mouvements basiques que j'ai inclus là-dedans.
J'ai donc maintenant pas plus de trois jours pour en refaire une nouvelle, parce qu'on aura une première représentation le week-end prochain et qu'il faut qu'il ait le temps de la travailler. Putain d'incapable.

Si j'étais presque prêt à faire un effort ce soir, c'est maintenant totalement râpé. J'ai limite envie de m'étouffer avec mon propre oreiller, pour te dire.

La silhouette d'Azur refait son apparition dans la pièce. Il n'est plus vêtu que d'une serviette nouée à la taille, en tenant une deuxième plus petite dans ses mains lui servant à sécher ses cheveux trempés.

« Ah, ça fait du bien. »

Sérieusement Enji, j'ai pas la tête à ça.
Ne m'étale pas ton bien-être à la gueule, tu seras un amour.

« Enji. »

Je dois me retenir pour ne pas lui cracher ma rage à la gueule mais j'arrive à limiter ça à un ton un peu plus froid que d'habitude, sans être totalement cassant pour autant. Un véritable miracle.
C'est pas totalement contre lui, mais quand même pas mal.

Je bouge légèrement sur mon lit pour m'y caler plus confortablement et lui pointe vaguement du doigt son côté de la chambre, sans lui adresser le moindre regard mais en faisant un effort pour rendre ma voix plus aimable.

« Pour ton cadeau, regarde sur ta table de chevet. »

Honnêtement, au point où j'en suis, j'aurais presque envie de dire qu'il ne le mérite pas. Parce que je me suis bien cassé le cul pour lui avoir cette montre, hein. Un modèle pas encore sur le marché, avec ses initiales gravés sur la partie interne du bracelet.
Après, ok. À la base, j'ai pris ça pour lui faire comprendre qu'il met bien trop de temps à se préparer quand on doit sortir avec le groupe. Mais quand même, il aurait au moins pu faire l'effort de remarquer mon paquet depuis le temps qu'il l'attendait juste sous son nez.

Et après on dit que c'est moi l'égoïste du groupe qui pense qu'à son nombril.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

La perfection à portée de main.
silver

DC : Mikhaïl M. Malenkov - Gwendal Malenkov - Kristal Z. Lya - Astalée N. Galaght - Caelan Anderson.
avatar
VI ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: laissez moi en paix [ft gk et charly]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
laissez moi en paix [ft gk et charly]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Laissez moi en paix... [PV Emily]
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Charly-croisé caniche 4 ans (60) ADOPTE
» Paix a son ame: Une autre Victime du Chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
LYCEE XENYLA
 :: Dortoirs :: 1er Étage :: Chambre 3
-
Sauter vers: