Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Ramer dans le métro [Léo & Charly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Jeu 6 Juil - 20:00


D'accord, les vacances, c'est sympa, mais qu'est-ce que ça peut-être long. En plus, il ne se passe rien. C'est bien de pouvoir passer du temps avec ma sœur et ma mère, mais les deux bosses pendant encore 2 semaines. C'est seulement à ce moment-là que nous pourrons partir à la campagne. Parce que j'ai gagné la partie en plus ! C'est moi qui ai choisi nos vacances et nous partirons à la campagne. C'est trop bien. Je n'en peux clairement plus de la plage, je peux y aller quand je veux en vivant à Daunae. C'est insupportable.
En plus, où est-ce que je vais là ? À la plage oui. Je vais finir par nommer tous les cailloux que je trouve à force d'y aller. Je suis certain que je suis capable de trouver un nom amusant pour chacun et en plus de les reconnaître. À ce niveau-là, je ne suis plus un lycéen, mais un pétrographe. Franchement, ça pourrait être sympa. Pas que je rêve d'analyser des cailloux. Mais ça peut être marrant !

Enfin bon, ce n'est pas trop des cailloux que je rêve d'étudier de près. Si je vais dès que je peux à la plage, c'est certes parce que je m'ennuie, mais aussi pour avoir la chance de tomber sur quelqu'un de sympa avec qui sympathiser. Un jour, je vais y arriver. Je ne veux pas m'ennuyer toutes les vacances. J'ai bien quelques amis du lycée, mais ils n'ont pas trop de temps pour moi. Est-ce qu'on peut appeler ça des amis ? Ça me rend un peu triste en vrai.
Mais voilà, j'adorerais rencontrer quelqu'un. Me faire des amis, ou encore mieux, trouver quelqu'un. Non parce que ça suffit la blague un peu. Au lycée, y a eu Nett. Lui, c'est la plus grosse blague de l'année. Une énorme blague qui n'est même pas drôle. Et y a eu le truc bizarre avec Sacha, je n'ai jamais rien compris et c'était gênant.

-Breeeeeef !

J'écoute tranquillement ma musique dans le métro et je dois avouer que j'ai laissé échapper ce mot sans assez faire attention. Qu'est-ce que je peux me fatiguer. En plus, j'ai eu la bonne idée de m'habiller tout en blanc. Est-ce qu'on ne voit que moi dans cette rame ? Mais bien sûr. Bientôt, je ne vais plus assumer mes petits délires matinaux.
Je scrute autour de moi pour voir si des gens me regarde. Mais ça a l'air d'aller, la majorité des personnes semblent préoccupées par leurs portables. Heureusement que nous ne sommes pas à l'heure de pointe, j'ai donc la possibilité d'avoir une place assise. Par contre, mon regard s'arrête sur quelqu'un plus loin. Je ne rêve pas, sur un beau quelqu'un.

Mais qu'est-ce que ?

Mes oreilles frétillent tout doucement. Qu'est-ce que je peux être facilement détectable quand quelqu'un attire mon regard. C'est horrible. J'ai les oreilles qui bougent et je rougis un peu. Bientôt, tout le monde va le voir. C'est pas comme avec l'autre con qui était venu me parler sur la plage la dernière fois. Il a dit que j'avais l'air d'une méduse échouée et qu'il était assez fort pour m'aider. J'ai une tête de méduse moi ? Et c'était censé être un compliment ? Je rêve. Mais maintenant que j'y repense, c'est quand même beaucoup plus drôle que le « Hey, t'es un écureuil ? J'ai un joli gland pour toi si tu veux. ». Franchement, ils ont cru que la plage, c'est une espèce de lieu de rencontre pour gens chelous ? J'en peux plus de la plage pour cette raison aussi.
Mais là, c'est le jeune homme au bout de la rame qui m'intéresse. J'ai envie d'aller vers lui, lui parler. Et je vais le faire, mais j'ai peur un peu. Je ne sais pas pourquoi. C'est comme avec Sacha. Mais c'est différent aussi.

La rame s'arrête et là, j'ai une idée. Il ne descend pas, c'est parfait. Avec précipitation, je sors sur le quai et vais jusqu'à la porte vers où il se trouve. C'est là que j'entre à nouveau. J'ai eu chaud, un peu plus et je n'aurais pas pu rentrer. Je souffle un bon coup. Tout va bien.
Je relève les yeux vers le fameux garçon. Je ne me suis pas trompé. Il a bien l'air d'avoir presque mon âge. Je dirais deux ans de plus, peut-être trois. Mais je pourrais paraître plus jeune que n'importe qui tend, j'ai l'air d'un enfant. Il a des cheveux bruns et il a vraiment une carrure de dingue. La gym ne m'aidera jamais à ressembler à ça. Il est incroyable, je ne me suis pas trompé. Je ne sais pas quoi faire. Depuis avant, je reste planté à le regarder. Heureusement qu'il ne me regarde pas de son côté, il m'aurait trouvé bizarre. Bon, je me lance :

-Hum… Salut…

Mais qu'est-ce que je fais ? Mais c'est ridicule. J'ai honte. D'habitude, j'ai plus de capacité que ça pour parler.

Mince… Mince… Mince…

Je commence à ouvrir la bouche pour continuer de parler, mais je reste bouche bée.

Ta gueule Charly !

C'est impossible, je n'y arrive pas. Je rougis comme si je venais de courir un 400m. En plus, mes oreilles se baissent. J'aurais pas dû venir lui parler. Avec un peu de chance, il ne m'a pas entendu et je peux discrètement repartir et tout ira bien. Mais en même temps, je n'ai pas envie de repartir. C'est clairement le plus beau mec que j'ai vu depuis le début des vacances. Je ne vais pas partir comme ça. Non, je dois tenter ma chance. Qu'est-ce que je fais ? Je vais engager la discussion sur un sujet bateau.

-Dis-moi... Tu serais pas au lycée Xényla ?

Oh merde, suis-je fou ? Je viens de parler de Xényla sans même savoir à qui je parle. Si ça trouve, il va vouloir me tuer juste parce que j'ai parlé de ce lycée. Je sais que c'est vraiment mal vu en ville, c'est mal.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Ven 7 Juil - 6:58

La pièce dans laquelle Léo se trouve le rend morose, cet odeur de médicament, et surtout de vieux, ça l’énerve. Si sa mère n’est pas en âge d’être en maison de retraite, ses problèmes de vue l’ont obligée à être interné dans cet établissement pour qu’elle évite de se blesser. Le problème étant que les habitants de ces maisons sont généralement des personnes âgées. Il vient de terminer sa petite visite auprès de sa mère, c’est l’heure de partir, il l’embrasse sur le front et s’empresse de retourner au lycée. Ce n’est pas qu’il ne souhaite pas rester avec sa mère, mais malheureusement, s’il n’est pas à la gare d’ici dix minutes, il risque de devoir attendre le prochain métro. Et si c’est le cas, il va tomber sur l’heure de pointe, et l’Unique sait que le métro en heure de pointe, c’est la pire idée possible.

A la sortie de la maison de la retraite il trottine jusqu’à la rame de métro. Ses écouteurs ont vite retrouvé place dans ses oreilles et ses mains dans les poches de jogging. Lorsque la navette arrive sur la rame, peu rentrent dedans, mais peu ressortent également. Le canidé ne préfère pas s’asseoir sur une des chaises, préférant largement laissé la place aux personnes âgées. Prendre une leçon de morale par une grand-mère, ce n’est clairement pas son envie première. Il s’appuie sur une barre en métal, patientant jusqu’à sa station.

Et puis d’un coup, lorsque le métro vient à se stopper, un jeune garçon à qui il donnait au minimum 2 ans de moins vint rentrer dans sa navette. Il avait l’air d’avoir couru un marathon. Léo ne fait pas attention à sa présence, préférant garder son attention sur sa musique. Après quelques secondes, Léo peut sentir le regard insistant du jeune garçon sur lui. « Hum… Salut… » Le brun lève les yeux vers le gamin, il relève le menton vers lui. « Dis moi… Tu serais pas au lycée Xényla ? » Je fronce un sourcil, à ces mots. Selon l’Origine, le jeune homme devrait plutôt être au collège qu’au lycée. « Si pourquoi ? On s’est déjà vu peut-être ? » Certains passagers viennent à se lever avant que le métro ne s’arrête. « T’as un nom ? »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Léo casse des bouches en LightCoral
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Ven 7 Juil - 17:07


Mon cœur bat à cent à l'heure. Il a finalement relevé son regard sur moi. C'est étonnant qu'il ait pu m'entendre, je viens de réaliser qu'il a des écouteurs. C'est peut-être mon jour de chance finalement. Je ne regrette pas d'avoir essayé de lui parler. Maintenant, il faut voir comment ça continue.

-Si pourquoi ? On s’est déjà vu peut-être ?

Par l'Unique. Il est vraiment à Xényla. Je ne l'ai jamais vu avant pourtant. Je dois encore plus rougir. Je ne sais pas si c'est par honte ou par je ne sais quoi d'autre. Je ne sais plus réfléchir. Il faut que je respire. Tout va bien se passer. J'ai rien à craindre de lui. Pas qu'il a l'air inoffensif, mais s'il était dangereux, il m'aurait déjà remballé.

-T’as un nom ?

Un nom ?

Il veut savoir mon nom, je suis complètement perdu dans ma tête.

-Un… un nom ?

Qu'est-ce que je dois faire moi ? Mince, je ne sais plus où me mettre et je rougis. Pourquoi ça m'arrive comme ça là ? Avant le lycée, j'avais aucune honte et maintenant, c'est n'importe quoi ? Est-ce que c'est parce que je grandis ? Je ne sais pas. La seule réponse que je trouve à lui donner, c'est :

-Je ne sais plus…

Je ne comprends pas ce qu'il m'arrive, je suis ridicule. Il doit bien rire de moi. Il faut que je me reprenne. Je me mets donc à secouer les bras devant moi en rougissant de plus belle. Même mes oreilles se sont repliées sur elle-mêmes.

-Non non non ! Je m'en souviens ! Je suis Charly May, 17 ans, j'étudie au Lycée Xényla et je vis…

STOP !

Il faut que je respire. Je m'emballe trop là. C'est n'importe quoi. Il doit vraiment me juger mince.

-Pardon.

Je rigole nerveusement. Je ne sais plus où me mettre. J'ai honte. Qu'est-ce que je fais maintenant ? Je le regarde. Je le regarde même un peu beaucoup. Et plus je le regarde, plus je me dis qu'il est vraiment beau. Mais pas juste beau, basique. Non, beau genre beaucoup trop pour moi. Dans quoi je me lance moi ? Même s'il est gay, ce qui est peu probable, il ne voudra jamais de moi. Mon estime est tellement redescendue depuis l'histoire avec Nett. Je crois que si je le revoie, je lui pète les couilles.

-Et toi ? Tu… Hum… T'appelles comment ?

C'est bien. J'ai réussi à poser une nouvelle question. Je ne m'attendais tellement pas à ce qu'il me réponde. C'est pour ça que je suis si mal. Je suis heureux et stressé à la fois. Ça serait génial si tout pouvait aller parfaitement.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Sam 8 Juil - 12:45

« Un… un nom ? » Léo le regarde avec un brin d’amusement, ça y est, il a compris, le bégayement, les joues cramoisies. Il se doute bien que le jeune garçon le trouve attirant, et le canidé voit là une parfaite occasion de le faire tourner en bourrique. Il sait que jouer avec les sentiments des gens ce n’est pas une bonne chose, mais il prend un malin plaisir à narguer les gens. Ils sont si mignons à cette période, à ne pas savoir quoi dire, ou quoi faire. A son âge, j’étais déjà un peu plus chevronné, je ne m’étalais pas sur le sujet, j’allais droit au but. « Je ne sais plus… » Léo sourit, et laisse tomber l’un de ses écouteurs contre sa veste pour mieux l’écouter. C’est drôle comme à leur âge il est facile de les rendre aussi tendre et timide. Le doberman compte bien le laisser espérer un temps avant de le rembarrer sans ménagement. S’il peut en plus l’obliger à être un peu plus sûr de lui, il aura gagné sa journée.

« Non non non ! Je m'en souviens ! Je suis Charly May, 17 ans, j'étudie au Lycée Xényla et je vis… » Woaw, du calme mon grand, je t’ai pas demandé un CV complet non plus. D’ordinaire, le jeune canidé aurait été totalement d’accord pour passer un brin de temps avec le jeune garçon pour finir par planter son épée et repartir comme s’il ne l’avait jamais connu. Mais sans doute que le jeune âge du garçon le fait hésiter. S’il est prêt à se moquer de ses sentiments, il ne veut pas non plus le pourrir jusqu’à la moelle. Le petit bonhomme s’excuse, et Léo le voit de plus en plus comme un adolescent qui doit terminer un pari pour un repas offert. Ce genre de pari où tu ne sais pas où te mettre parce que mon dieu, c’est gênant, parce que tu connais pas la personne en face de toi. Il finit même par rigoler, à cause de la situation. « Et toi ? Tu… Hum… T’appelles comment ? » Le canidé ne souhaite pas lui répondre de suite, il ne veut pas trop en dévoiler à peine se sont-ils rencontrés Le métro finit par s’arrêter en gare, les passagers descendent, et le brun profite de ce moment pour s’installer de tout son poids sur un rang de deux sièges. Peu de personnes prennent cette ligne à cette gare à cet heure de la journée, il n’y a que très peu de travail aux alentours, alors tout le monde descend et presque personne ne monte.

« On ne m’appelle pas, allez, viens mon grand, on va faire un brin de causette. » Il tressaille, déglutît, et il met beaucoup trop de temps à venir aux côtés de l’Origine. Léo finit par l’attraper par le poignet pour le faire s’asseoir à côté de lui. Il vient mettre son bras derrière la nuque du gamin et rigole. « Sois pas timide, on va juste discuter, rien de plus. » La musique toujours hurlante dans l’une de ses oreilles, il finit par baisser le volume sur son téléphone. « Ecoute, qu’on soit d’accord, t’es mignon, mais faut que t’arrive à me prouver que je dois te filer un peu d’attention. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Léo casse des bouches en LightCoral
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Dim 9 Juil - 18:24


J'essaye tant bien que mal de respirer. C'est tellement dur. Je n'ai plus l'habitude de ce genre de situations. Ou alors, je n'ai jamais eu l'habitude. Je ne sais plus où me mettre. Un écureuil, ça saute dans les arbres et ça fait des réserves de glands. Moi, je me fais chier à essayer d'aborder quelqu'un dans un métro. Ça n'a plus aucun sens. Enfin, je ne sais même pas de quoi je parle.
Le métro commence à freiner et j'ai l'impression que je vais chuter. Mon cœur bat tellement vite. Je suis tout rouge. Si là, il n'a pas compris pourquoi je suis venu lui parler, c'est qu'il y a un problème. Donc s'il accepte encore de me parler, c'est qu'il n'est pas complètement désintéressé. Ou alors, il a pitié. Ou alors, il est gentil. Tout est possible en fait. La vie, c'est vraiment pas simple.

Beaucoup de personnes descendent de la rame, mais peu montent. C'est mon jour de chance, on est vraiment éloignés des gens qui restent. C'est peut-être aussi une mauvaise chose, me retrouver avec lui, tout seul, ne calme pas les battements de mon cœur. Il est allé s'asseoir sur un siège. Est-ce que je dois le suivre ? Peut-être qu'il n'en a pas envie. C'est compliqué.

-On ne m’appelle pas, allez, viens mon grand, on va faire un brin de causette.

Donc, il veut que je vienne à ses côtés. J'aimerais avancer, mais je n'ose pas. Je suis comme paralysé par la peur. J'ai osé venir jusqu’à lui une première fois, mais maintenant que j'ai l'impression qu'il y a une chance, je me bloque. C'est sûrement ma dernière expérience qui me rend réticent. Je devrais arrêter de faire confiance aux gens. Encore plus au premier beau garçon qui passe et qui accepte de me parler. Mais c'est trop dur.
Comme je ne me décide pas à bouger, c'est lui qui vient me chercher. Il m'attrape le bras et me tire vers lui. Je finis donc assis à côté de lui. Mais en plus, il passe son bras derrière moi. Je dois avoir pris trois teintes de rouge. C'est pas possible. Dans quoi je me suis lancé encore ? Je me déteste. Mais en même temps, qu'est-ce que j'aime cette situation.

-Sois pas timide, on va juste discuter, rien de plus.

Il a raison. Je me suis lancé là-dedans alors je ne dois pas être timide. Je commence donc à faire de la respiration ventrale. C'est un ami qui m'a appris à faire ça. C'est vraiment ce qu'il faut pour ne pas stresser. J'ai toujours l'impression que ça marche.
Alors que je n'entendais que trop bien sa musique, d'un coup, je ne l'entends presque plus. Il fait l'effort de baisser son volume. C'est quand même quelque chose. De plus en plus, je me dis que je n'ai rien à craindre et que tout va vraiment se passer à merveille. Mais c'est quand même très optimiste. Je suis comme ça, toujours à essayer de voir le bon côté des choses. J'ai failli perdre ça avec mes conneries. Mais j'ai quitté Nett et j'ai quitté les Processus. Je repars pour une nouvelle vie, encore.

-Écoute, qu’on soit d’accord, t’es mignon, mais faut que t’arrives à me prouver que je dois te filer un peu d’attention.

Je suis… mignon ?

Ces mots résonnent dans ma tête. Je commence à reprendre confiance. Il m'a donné une véritable raison de croire que je pouvais vraiment espérer. C'est qu'un petit quelque chose et il ne l'a fait peut-être que pour me rassurer, mais j'apprécie. Je peux respirer calmement, je vais y arriver.
Il veut quelque chose pour lui prouver qu'il peut me porter de l'intérêt. Je ne sais absolument pas quoi dire, ni quoi faire. C'est vraiment spécial et vraiment compliqué. Il faut du temps pour ça non ? Mais je n'ai pas le temps. Nous sommes dans un métro, il va falloir se séparer. Qu'est-ce que je peux lui dire d'intéressant ?

Raaaaaaaaaaaaah !

Je crois qu'il doit pouvoir lire toute ma détresse sur mon visage. Je suis perdu. Je n'ose même plus le regarder. Il faut que je trouve quelque chose d'intéressant.

-Hum…

Non, ce n'est pas le moment de douter. Il doit me prendre pour un enfant. Enfin, il connaît mon âge, j'ai 17 ans. Je ne connais même pas le siens, je ne connais même pas son nom. C'est horrible comme situation. Horrible et pourtant, j'ai envie que ça continue. Je finis par me lancer :

-Tu peux t'intéresser à moi parce qu'on est tous les deux à Xényla et que… C'est-à-dire que… Il serait peut-être temps de connaître un peu mieux ses… Camarades de lycée ?

Nul à chier.

Vraiment à sa place, je serais parti à toute vitesse. Je me fais pitié. Je dois me reprendre. Allez, je réessaye :

-Enfin, je veux dire… D'habitude, je suis pas comme ça. Et… Je peux peut-être te surprendre ?

Alors non. Je ne peux surprendre personne. Je suis lisible comme un livre ouvert. C'est insupportable. Dès que je ressens quelque chose pour quelqu'un, je ne suis plus maître de mon destin. S'il me remballe maintenant, je crois que je vais pleurer. Je suis calme pour l'instant ou du moins plus qu'avant, mais mes joues sont encore toutes rouges. Je tente pourtant de lancer un petit regard vers le jeune homme. Je n'arrive pas à savoir ce qu'il pense, c'est affreux.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Lun 10 Juil - 1:41

Le sourire du garçon n’a de cesse de s’élargir et il a vraiment l’air heureux d’entendre ces mots sortir de la bouche de Léo, dommage que le canidé soit obligé de le rembarrer pour la finalité de l’histoire. Le canidé perçoit la détresse du brun à formuler une phrase correcte, ou même seulement à trouver des arguments convaincants. Et puis, on oublie peut-être bien vite que le garçon est actuellement aussi rouge que la coque du smartphone du canidé. « Tu peux t'intéresser à moi parce qu'on est tous les deux à Xényla et que… C'est-à-dire que… Il serait peut-être temps de connaître un peu mieux ses… Camarades de lycée ? Enfin, je veux dire… D'habitude, je suis pas comme ça. Et… Je peux peut-être te surprendre ? » Ouh, mon grand, t’as vraiment besoin de conseil, parce que là, c’est catastrophique. T’es un peu comme le tsunami de la drague, tu ravage tout sur ton passage, même l’intérêt que j’ai pu avoir pour toi. Le doberman soupire doucement, il n’est pas vraiment pathétique, mais il est loin d’être le dernier à défaillir devant l’Origine, et ça a le don de le fâcher doucement. Il n’a jamais apprécié les personnes qui ne sont pas sûrs d’eux.

« Bon, écoute Timothé, je peux t’appeler Timothé ? Je vais t’appeler Timothé. De suite, j’ai bien peur que tu ne puisse pas me surprendre, calme tes joues en feux, prend une bonne bouffée d’air et reprend. » Le brun remonte sa main de l’épaule du jeune garçon jusqu’à ses cheveux pour les frotter doucement, s’il n’était pas aussi timide, il l’aurait peut-être prit sous son aile. Dommage. Il le voyait presque comme un petit frère à qui on met des droites mais dont on ne souhaite pas le malheur auprès des autres. La famille c’est sacré pour le canidé, et il ne la délaisserait pour rien au monde. S’en est presque comique lorsqu’on sait que le grand bonhomme a laissé sa grande sœur se barrer en douce de la maison sans rien faire pour l’en empêcher. Mais c’est après l’avoir perdu qu’il s’est rendu compte de la présence que nous apporte la famille, du soutient qu’ils nous apportent. Le sac toujours sur le dos, il finit par l’attraper et l’envoyer sur le siège en face de lui, le sac ne fait pas de bruit contre le siège, maintenant qu’il est vide après le passage chez sa mère. Il pose finalement ses deux jambes sur le sac pour s’étendre complètement sur les deux sièges. « Alors, t’as mieux ? Je sais pas, tu sais faire un truc spécial, t’as une expérience particulière ? Tu dois pas avoir une expérience particulière, vu comment t’es timide je suppose. »

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Léo casse des bouches en LightCoral
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Mer 12 Juil - 11:41


En le regardant, je vois bien qu'il est fatigué par la situation. J'ai mal fait. J'ai encore tout raté. Je dois me reprendre, si ma sœur me voyait, elle me tuerait. Avant, c'était parfait. Au collège, je ne cherchais pas tout ça. C'est sûrement dans notre petit coin perdu de campagne que je n'étais pas à la recherche de découvertes et de nouveautés. Mais maintenant, j'ai envie de vivre pleinement. Sauf, que je n'y arrive pas. C'est exaspérant. Je m'exaspère au plus au point. Alors je ne dois même pas imaginer ce que c'est dans la tête de mon compagnon de voyage.
Il soupire avant de parler. Ce qui confirme bien que c'est mort pour moi. Je rate tout, vraiment tout.

-Bon, écoute Timothé, je peux t’appeler Timothé ? Je vais t’appeler Timothé. De suite, j’ai bien peur que tu ne puisses pas me surprendre, calme tes joues en feux, prends une bonne bouffée d’air et reprends.

Je l'écoute sans sourciller et respire calmement. Tout va bien se passer. Il n'a vraiment pas l'air méchant. Par contre, vient-il réellement de m'appelle Timothé ? Pourtant, mon prénom n'est pas dur à retenir. Je m'appelle Charly quoi. C'est super simple et pas si moche que ça. Alors que Timothé, c'est un peu laid. Peut-être que ce lycéen à mauvais goût. C'est peut-être pas tant une mauvaise chose si ça se passe mal. Je ne perdrai pas grand-chose. Cette idée m'aide à reprendre un peu mon calme.
Mais j'ai toujours son bras derrière ma nuque. C'est terriblement gênant. Il est tellement à son aise alors que moi presque pas. On est tellement différent. Enfin, j'avais son bras derrière ma nuque. Il a doucement ramené sa main et m'a ébouriffé les cheveux. J'ai bien compris, ça y est. C'est complètement mort. Ce geste-là, c'est comme s'il me prenait pour un petit enfant. Je me déteste pour mon apparence et mes réactions de gamin immature.

Alors que je suis perdu dans mes pensées, il jette son sac en face de nous. Ça me ramène un peu à la réalité. Ce n'est pas tant le bruit du choc qui en est la cause, étant donné qu'il n'y en a presque pas eu. Mais c'est juste l'action, le geste. C'est suffisant. Je regarde ce qu'il se passe et je vois qu'il s'allonge de tout son long. Désormais, ses jambes sont posées en face. Il est vraiment à son aise.

-Alors, t’as mieux ? Je sais pas, tu sais faire un truc spécial, t’as une expérience particulière ? Tu dois pas avoir une expérience particulière, vu comment t’es timide, je suppose.

Mes joues reprennent d'un coup leur couleur rouge. Est-ce que mon expérience avec Nett pourrait compter ? Est-ce que je dois lui raconter ça ? Je n'en ai pas envie du tout. Et je ne sais même pas ce que je dois dire de toute façon. C'est beaucoup trop gênant. Je ne vais rien dire. Je ne peux rien dire. C'est beaucoup trop dur.

-C'est-à-dire que…

Respire. Respire.

Il faut que j'arrête de faire le con. J'ai bien compris que je n'ai plus aucune chance. Mais est-ce que j'en avais eu une à un moment ? En tout cas, maintenant, je n'ai plus aucune raison de stresser. Je reprends donc et c'est un nouveau moi qui parle :

-Désolé. Mais je n'ai pas la moindre envie d'en parler. Ça reste quelque chose de compliqué que je préférerais oublier. Tu comprends ?

Je tourne mon visage vers lui et je lui souris de manière gênée. Ma seule expérience est un fiasco. Mais est-ce qu'on en parle de l'histoire avec Sacha le déchet ? Je n'ai toujours pas compris et je crois que ça aussi, j'ai envie d'oublier. Cet Origine est un véritable chacal.
Doucement, je perds de la couleur sur mes joues. Ma respiration devient plus calme aussi. Toutefois, il est impossible pour moi de bouger. Je ne sais pas, je dois encore avoir une petite crainte quelque part. Ou alors de l'espoir que je ne me fasse que des illusions. Peut-être que mon espoir est l'illusion. Je n'en sais rien.

-J'ai le droit de savoir ton nom maintenant ou toujours pas ?

Parce que c'est terrible ça. Il est à Xényla, je vais donc peut-être le recroiser, mais je ne connais pas son nom. J'ai tellement l'impression qu'il me prend un peu pour un con. Ou alors, comme je le pense, il me considère comme un enfant. C'est la possibilité qui semble la plus logique.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Sam 15 Juil - 21:19

Les joues de Charly redeviennent d’un coup cramoisies. Léo connaît son prénom, mais ça ne serait pas amusant de lui faire remarquer. Lui jouer des tours, lui donner un prénom ridicule pour le frustrer, c’est mieux que de lui dire la vérité. A quoi bon, autant le dire, il n’a aucune chance avec le brun. Les timides, il les préfère sans balanciers entre les guibolles. Il n’a toujours pas l’air sûr de lui et aussi un peu décontenancé par la question du brun. Ça en devient presque lassant de le voir chercher ses mots comme un bébé. Agreuh, agreuh. « C'est-à-dire que… » Et ça recommence, accouche bordel de merde. Léo soupire, agacé par la timidité du petit monstre à ses côtés. « Désolé. Mais je n'ai pas la moindre envie d'en parler. Ça reste quelque chose de compliqué que je préférerais oublier. Tu comprends ? » Eh bah, mon grand, c’est une histoire compliquée ? Il a pas voulu te prendre le premier soir, il voulait juste te tenir la main c’est ça ? Pauvre gosse. Léo s’exaspère à vouloir lui trouver des défauts. Dans le fond il ne le pense pas trop mauvais, peut-être un peu trop timide à son goût tout simplement.

Son sourire fait perdre le fil à Léo. Il est mignon, oui, mais pas au goût du doberman. A la vue du gamin du même âge il le mettrait peut-être en évasion, ou en passion. La couleur pourpre quitte ses joues et il reprend peu à peu son calme. « J'ai le droit de savoir ton nom maintenant ou toujours pas ? » Voyant la station de métro à laquelle il doit sortir, il se lève, fixant l’élève en face de lui. « Léo. Et un bon conseil, si t’aborde quelqu’un dans la rue pour le draguer. Tourne pas autour du pot. Demande-lui son numéro de téléphone avant de partir et oublie pas de vérifier que c’est le bon. En attendant si t’as besoin d’un coup de main on est dans le même lycée, donc tu devrais me trouver. Allez à plus mon pote. » Il lui ébouriffe les cheveux et se place devant les portes prêtes à s’ouvrir. Une fois pleinement ouverte il repart en direction de la surface. Son sac, toujours à l’intérieur.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Léo casse des bouches en LightCoral
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ramer dans le métro [Léo & Charly] Dim 16 Juil - 10:37


Désormais, je suis presque calme. J'ai réussi à lui demander son nom, c'est déjà beaucoup. Je fais un pas en avant, mais je sens que je vais en faire plusieurs en arrière. Je le sais, parce qu'il vient de se lever. Il va disparaître pour longtemps. J'ai tout raté. Pourquoi je n'arrive pas à avoir confiance quand quelqu'un m'intéresse ? Je suis incapable de dire ce que je pense. Ces sentiments me bloquent complètement. Je suis soumis à mes émotions. Tout est trop compliqué quand on n'a pas confiance. J'aimerais que tout change. J'aimerais qu'enfin, je puisse parler aux personnes que j'aime, même quand c'est juste un coup de cœur dans le métro. C'est con, mais j'en suis incapable.

-Léo.

Avant d'écouter la suite de ses paroles, je note son prénom dans un coin de ma tête.

Léo…

C'est vraiment une rencontre que je ne suis pas prêt d'oublier. La prochaine fois que je le verrai, je compte bien lui prouver qu'il peut me donner de l'attention. Je peux y arriver, il faut que j'y croie.

-Et un bon conseil, si t’abordes quelqu’un dans la rue pour le draguer. Tourne pas autour du pot. Demande-lui son numéro de téléphone avant de partir et n'oublie pas de vérifier que c’est le bon. En attendant si t’as besoin d’un coup de main, on est dans le même lycée, donc tu devrais me trouver. Allez à plus mon pote.

Il conclut ce conseil en me passant la main dans les cheveux. Il m'a complètement décoiffé. Ma sœur fait pareil avec moi et il a dit ''mon pote''. Est-ce que ça veut dire que je suis définitivement sur le banc de touche ? Ou alors, ça veut dire qu'on va pouvoir se revoir ? Je n'en sais rien, toutes les informations tourbillonnent dans ma tête. Si je le crois, je vais pouvoir le revoir. On est dans le même lycée et j'ai le droit d'aller le voir pour avoir un coup de main. Il est d'accord pour m'aider.
Je n'arrive pas à savoir si c'est une bonne chose. Je pense que ça l'est, mais c'est compliqué. Mais je décide d'avoir de l'espoir. Il m'a donné un premier conseil que je compte bien tenir la prochaine fois. Je ne suis pas sûr d'y arriver, mais j'ai envie d'y croire.

Alors que je regarde en face de moi, je vois que son sac est toujours là. Assez vite, je l'attrape et me lève.

-LÉO ! Ton… Sac…

Crier ne sert à rien, il est déjà parti. Il est loin maintenant, je ne vais pas le revoir avant la rentrée, c'est certain. Et comme il l'a si bien dit, je n'ai pas demandé son numéro. Je ne vais pas pouvoir l'appeler. Je ne sais rien de lui, à part son prénom. Je sais aussi qu'il est vraiment beau, mais qu'il m'a vraiment remballé. Mais je ne peux pas abandonner. J'ai une véritable raison de le revoir maintenant. Même deux fois, c'est obligé. Une première fois, par hasard, en le croisant dans la rue. Et une deuxième fois, parce que je lui aurais dit que j'ai son sac et qu'il faudrait qu'on se revoie pour lui rendre.

Est-ce qu'il l'a fait exprès ?

Je n'en sais rien, mais en tout cas, ce hasard me redonne espoir. Tout n'est certainement pas perdu. Je vais garder son sac et le poser quelque part chez moi. Jusqu'à qu'on se recroise au hasard des chemins. Il faudra que je sois prêt, je n'aurai pas le droit d'hésiter.
C'est aussi maintenant que je dois me préparer, mon arrêt va bientôt arriver. Alors je me lève, en mettant son sac sur mon dos. J'ai l'impression d'avoir volé quelque chose qui n'est pas à moi. Mais ce n'est pas ça, tout va bien. Et tout ira encore mieux quand j'aurai revu le mystérieux lycéen et que je lui aurai restitué son sac. Le métro s'arrête. Il est temps pour moi de sortir et de quitter le monde sous-terrain. Bientôt, j'espère voir un changement dans ma vie. Je vais suivre ses conseils. Si je ne recroise personne avant lui, il va devoir subir ses propres conseils adoptés par moi-même, en fin si j'y arrive.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

DCs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
Ramer dans le métro [Léo & Charly]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: