Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
3 Eleves ▲ 97 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 221 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
5 Eleves ▲ 127 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
5 Eleves ▲ 246 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
7 Eleves ▲ 142 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
11 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
6 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Le gras c'est la vie [Allen-Blume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Le gras c'est la vie [Allen-Blume] Dim 2 Juil - 2:48

Cela faisait maintenant quelques mois que Drevia, AKA le petit délégué, m’avait demandé de partir à la chasse aux clés. Et bien maintenant, je vous annonce que je vais enfin m’y mettre !  Il était grandement temps. J’avais passé une bonne partie de ces derniers mois à me renseigner un peu sur qui étaient les détenteurs de clés chez les Processus et les Origines et l’autre partie à tenter de me remettre du départ de Lena, qui m’avait grandement affecté. Mais au final, j’étais de nouveau de service et prêt pour l’opération commando que j’avais nommé « Le Gang Bang pour les clés de Pâques », un nom très raffiné… non en fait, il était juste complètement foireux et sorti de je ne sais où, j’avais juste rapproché la chasse aux clés et la chasse aux œufs de Pâques, une tradition humaine apparemment.

Il avait fallu faire un choix sur la personne à viser parmi tous les noms de la liste, un choix très important car il ne fallait pas viser trop haut, ne pas être trop gourmand, ne pas… ouai non, là aussi je m’étais loupé en choisissant par tirage au sort. Le hasard - ou bien l’Unique - m’avait donné pour ordre de cibler une Origine, une certaine Blume qui me semblais… bien plus puissante que moi… vous la sentez la douille maintenant ? Il ne me restait plus que mes yeux pour pleurer ou à ruser… ou à choisir sérieusement dans la liste, mais je ne pouvais pas jeter comme ça un signe de l’Unique, ça ne se faisait pas, « Les voies du ciel sont impénétrables » comme on dit.

Comme je ne m’étais pas laissé d’autre choix que de suivre ce que le hasard m’avait donné, j’étais alors allé vérifier à quoi ressemblais ma cible rapidement et discrètement, sans donner en l’impression, un peu comme un ninja quoi mais sans les habits, juste une fois pour ne pas attirer les soupçons sur moi. Résultat des courses, une jeune fille aux cheveux verts, il fallait noter l’improbabilité de la couleur qui ne semblais pas le moins du monde naturelle, ou bien le monde avait vraiment un soucis. Après, ce n’était pas la seule à avoir une couleur de cheveux étrange dans le lycée ou même sur l’île… moi- même j’avais bien une mèche bleue mais celle-ci, elle n’était pas naturelle justement, c’était juste le résultat d’un délire avec mon pote Ronan. Lui en rouge et moi en bleu, un code couleur très strict en soit, lorsque l’on se voit, on est obligés de porter une tenue de notre couleur respective, si on ne le fait pas, on doit payer à bouffer à l’autre, c’est la règle.


Bref, revenons à nos moutons, ou plutôt à notre cible. Cela faisait une semaine que j’essayais de trouver une occasion pour la défie. En réalité je cherchais surtout un moment où, lorsque je la croisais par hasard à un endroit, dans un couloir ou une pièce, il n’y avait pas ou peu de monde et surement pas des gens de sa classe car sinon je risquais ma peau.

Cette occasion, je l’ai eue la nuit où, ne pouvant trouver le sommeil comme c’était devenu l’habitude depuis mon changement de chambre, j’avais entendu de légers bruits venant du couloir. Il était tard, un peu après une heure je crois, à cette heure-là, peu de gens étaient réveillés dans le lycée et les élèves avaient interdiction de se balader dehors. J’avais entrouvert ma porte en essayant de ne pas faire de bruit afin de regarder ce qui passait dehors sans me faire repérer. Et bien devinez quoi ? C’était cette très chère Blume qui filais en douce, l’occasion rêvée quoi ! Enfin, à condition de ne pas se faire chopper.

J’ai subtilement quitté ma chambre, refermant doucement la porte pour ne pas réveiller mes colocataires, et j’ai suivi à pas de loup la jeune fille tout en faisant attention à ne me faire remarquer, ni par elle, ni par certains membres du personnel du lycée qui devaient potentiellement être en train de surveiller les alentours. La lumière de la lune projetait des ombres un peu inquiétantes, je ne comptais plus les fois où j’avais cru qu’il y avait quelqu’un avec nous, en train de m’épier. J’ai suivi Blume un bon moment… jusqu’à la cafétéria en fait. Avait-elle un petit creux nocturne ? Ça m’en avait-tout l’air étant donné qu’elle venait de se faufiler dans la cuisine. La cuisine… mh… ça me donnait une idée de défi. J’entrais finalement dans la pièce en question après m’être assuré que nous étions seuls et, après avoir refermé la porte, je portais ma main à l’interrupteur et apportais la sacro-sainte lumière à l’endroit, déjà pour y voir quelque chose et puis pour la surprendre la main dans le sac.


-Que fais-tu ici en pleine nuit ? Tu as une petite faim ?


Avec un grand sourire et sans la moindre once d’agressivité dans mon attitude, je me tenais devant la porte de sortie que je maintenais fermée pour qu’elle ne puisse pas s’échapper et l’observais calmement. Etant donné que j’avais totalement oublié et surtout que je n’avais pas eu le temps de me coiffer parce que j’avais quitté la chambre sur un coup de tête, mes cheveux détachés étaient un poil en pétard et bourrés de nœuds mais rien de très méchant, ça me donnait juste un air bizarre, un peu négligé et j’étais encore dans mon pyjama, soit un short noir en tissus tout simple et un T-shirt à manches courtes blanc.


-Je suis désolé de t’importuner dans ton casse-croûte nocturne mais je suis ici pour te défier pour ta clé. Bien évidemment, ça n’a rien de personnel et ce qu’il se passera ici restera ici.



Après tout, il était obligé que cela reste ici, les sorties de nuit étant formellement interdites sans autorisation, on risquait gros à se faire pincer. Si je pouvais évider d’avoir des soucis avec ce lycée aussi, cela m’arrangerait… vraiment.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Allen et Grace te parlent en MidnightBlue <3
Mon journal /Ma fiche
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le gras c'est la vie [Allen-Blume] Jeu 6 Juil - 12:10

J'ai faim ! Et quand j'ai faim je mange. Et ça peu-importe le fait qu'on soit au beau milieu de la nuit. A trois heure du mat y'a plus personne dans les couloirs. Des casses dalle de trois heure du mat, j'avais encore jamais fais. Vu que je mange que quand j'ai faim, j'imagine que ça devait arriver. Me suis donc faufilé dans les couloirs dans mon pyjama souris jaune directio le nid à manger du domaine. C'est-à-dire, la cuisine.
Sur le chemin j'ai eu l'impression d'être épiée, mais quand je me suis retourner il n'y avait personne. Sans doute que mon instinct est complement mort à cause de l'heure et du reveil plus que matinale. Matinale oui, même les loufias ne sont pas encore debout pour preparer la bectance. Y'a toujours un larbin pour venir jeter un oeil. Pas grave je serai repartit depuis longtemps. Juste le temps de me preparer un truc puis je met les voiles.

Alors, que vais-je bien me faire pour me remplir la panse ? Déjà je prends du pain, de bonne grosse tartines de ce qui va me tomber sous la main. Soudain la lumière s'allume et inonde les cuisines. Un intru ! Un voleur de manger ou quelqu'un qui a également envie de manger à 3h du mat viens d'entrer ! Je lève la tête vers les portes et feule comme un chat en protegeant ce que j'avais rassemblé.

"Je suis désolé de t’importuner dans ton casse-croûte nocturne mais je suis ici pour te défier pour ta clé. Bien évidemment, ça n’a rien de personnel et ce qu’il se passera ici restera ici."


J'ai pas entendu ce que l'intru a dis avant. Ma clef ? Quelle clef ? J'ai plein de clefs (genre vraiment beaucoup vu tout ce que je chaparde) et puis pas question que je lui donne quoi que ce soit ! Ce qui est à moi c'est à moi ! J'ai la main pas loin des pommes de terres. S'il tente quoi que ce soit c'est pouvoir et patate dans sa face au sens propre ! C'est pas bien de jouer avec la nourriture parce que c'est la vie, mais ça ne sera pas de ma faute ! Si quelqu'un passe dans le coin je n'aurais qu'à accuser la personne d'avoir voulut m'attaquer sans raison et que je me suis défendu. Ou qu'elle a voulut saccager la cuisine pour faire une mauvaise blague et que je suis rentrée au moment où elle était en train de renverser les casserolles et qu'elle a voulut me faire taire.

Règle numéro 10 de l'infiltrateur: Toujours être en mesure d'avoire une bonne explication. Règle numéro 11 de l'infiltrateur: Savoir jouer la comédie et mentir à la perfection.
J'ai les deux. Je suis p'être en origine mais je n'ai jamais causé le moindre souci aux profs ! En plus comparé à l'intru je suis un poid blume plume.

"Même pas en rêve ! Ce qu'est à moi est à moi ! Courre toujours !"


Donc j'avais bien raison ! J'étais épiée ! Ho tien du fromage frais !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



Je vous fais rêver. Dors petit(e) Invité. Dors en Darkgray. Ho et vide tes poches ! Tu seras mignon.
avatar
III ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 81
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le gras c'est la vie [Allen-Blume] Ven 7 Juil - 1:34

Et bien décidément ! Je n’eus pas le droit à un bon accueil de la part de la fille qui était en train de feuler avec la nourriture dans ses mains. Pourtant j’avais bien cru comprendre qu’elle n’était pas hybride donc elle devait surement avoir une araignée au plafond pour faire ça, comme si j’allais la dépouiller de son butin alors que je m’en fou complètement de sa bouffe.

En fixant la demoiselle Blume avec attention et grâce à ma grande taille, je pouvais voir son regard bifurquer très légèrement vers quelque chose qui ne me plaisait pas beaucoup, des patates, qui se trouvaient dangereusement proche d’elle et qu’elle pouvait donc rapidement et facilement saisir et me jeter dessus. Malheureusement pour moi, comme une pomme de terre est relativement solide, si je me prends ça, je risque de finir au moins avec quelques bleus. Comme quoi, les patates c’est comme les cailloux, il ne faut jamais les sous-estimer, on peut se faire lapider à mort avec ça, c’est l’arme de crime parfaite ! Ou pas, c’est à voir si tu es plutôt adepte de la barbarie collective issue de l’ancien temps ou que tu préfères la « modernité ».

Il était évident que comme le rat était coincé et ne pouvait pas s’échapper, il risquait de me sauter dessus, ou du moins de se défendre pour prendre ses jambes à son cou, ce qui impliquais qu’il allait être assez compliqué de laisser la porte sans défense tout en sachant que je n’ai pas de quoi la verrouiller. Je n’avais donc pas d’autre choix que de rester devant pour empêcher qui que ce soit d’entrer et surtout de sortir, ce qui était le plus important actuellement. Mon adversaire était très certainement en train de préparer quelque chose dans sa tête, j’en étais sûr !

-Même pas en rêve ! Ce qu’est à moi est à moi ! Cours toujours !


Eeeeh ? J’avais l’impression de rêver là. Etait-elle en train de se comporter comme un enfant gâté et égoïste qui n’a rien compris à la vie ? Ou bien elle me faisait une farce là, ça devait être ça, juste une mauvaise blague qui ne fait rire personne. Quoi ? Comment ça ce n’était pas une blague ? En plus d’avoir oublié un mot, elle avait aussi zappé que je ne lui laissais pas le choix ? Genre c’est ça le principe d’un combat, tu ne vas pas dire à une personne qui veux te frapper dans la rue que tu n’as pas envie aujourd’hui, ici c’était la même chose. Je soupirais, décidément, je me demandais pourquoi le hasard m’avait donné cette gamine pour adversaire.

-Tu sais, je ne te laisse pas vraiment le choix. C’est le jeu des clés dans le lycée et on m’a envoyé à la chasse, donc je n’ai pas plus le choix que toi. Mais si tu veux, je te payerais un truc à manger plus tard pour me faire pardonner, ce que tu veux, alors soit coopérative s’il te plait, je n’ai pas plus envie que ça de te faire du mal.

J’aurais pu aussi lâcher un « mains en l’air et lâche ce tubercule » mais bon. On appelle ça aussi de la corruption dans le milieu, je lui propose quelque chose en échange, si c’est trop cher pour mon porte-monnaie, j’irais quémander à mamie, ou bosser à la boutique, il y a moyen que ça fonctionne et qu’elle lâche cette patate des yeux ! Et puis si ça peut rendre ce combat plus facile, ça m’arrangerait beaucoup. Et puis j’ai vu que l’attention de Blume s’est dirigée sur autre chose de tout aussi démoniaque que les pomme de terre et c’est à CE moment-là que j’ai su, j’ai su que ça allait mal tourner, mais genre en bataille de bouffe quoi. Je me suis donc mis à chercher quelque chose à balancer et qui n’était pas trop loin de ma position, il y avait des fruits, du genre des oranges, des tomates (même si c’était un légume-fruit) des pommes, mais les pommes c’était mort, c’est comme les patates. Il y avait aussi une boîte d’œufs et quelques autres bricoles qui n’avait pas été rangé, ou bien quelqu’un était allé se faire une omelette avant nous et avait oublié de les remettre en place.

J’ai donc saisi une orange qui était à portée de main, puis une 2e, je devais faire le premier coup avant qu’elle ne le fasse sinon j’étais foutu. En essayant de modérer ma force pour ne pas la blesser salement quand même, je lui lançais tour à tour les deux fruits que j’avais en visant une zone libre de son corps. Le but étant de créer une ouverture pour pouvoir la maîtriser sans lui faire trop de mal.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Allen et Grace te parlent en MidnightBlue <3
Mon journal /Ma fiche
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le gras c'est la vie [Allen-Blume] Ven 7 Juil - 1:34

Le membre 'Allen G. Nemory' a effectué l'action suivante : Le hasard du combat


'Départage 5eme Grade' :
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Revenir en haut Aller en bas
Le gras c'est la vie [Allen-Blume]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite terrine de foie gras saumon lentilles
» CAKE AU FOIE GRAS ET FRUITS SECS
» Foie gras et champagne pour les expatriés en Haïti
» Allen Walker [Attente de validation][Terminé]
» Techniques d'Allen Walker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
LYCEE XENYLA
 :: Cafétéria :: Cuisines
-
Sauter vers: