Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

La porte, plz. [ft. Alexei Avery]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: La porte, plz. [ft. Alexei Avery] Mar 13 Juin - 17:29



L’œil rivé sur sa montre, quelqu'un dévalait les escaliers menant à la rame de métro du Quartier Central en direction du Nord, bousculant quiconque à sa portée. Lorsque certains maugréaient de son manque de courtoisie, cette personne se contentait de rapidement s'excuser d'un signe de la main, visiblement trop pressée pour prendre le temps de leurs présenter des excuses sincères.

Ce petit ouragan qui fauchait tout le monde sur son passage n'était autre qu'une Kristal particulièrement sur le fil du rasoir pour attraper son métro, après avoir essuyé une panne sèche de sa moto sur le parking du lycée. Elle avait fait l'erreur le matin même d'ignorer le bouton clignotant de sa bécane en imaginant que l'engin devait être pessimiste, et maintenant la jeune femme priait simplement pour qu'elle parvienne à se glisser dans les portes du premier wagon venu.
D'ordinaire, elle aurait probablement simplement attendu que le prochain ne passe, mais il s'avérait que de tous les jours où elle pouvait subir une panne, elle était tombée sur le seul où elle avait rendez-vous avec quelqu'un à une heure précise. Qui s'avérait être dans seulement moins d'une heure. Autant dire qu'elle espérait avoir le temps d'au moins se changer chez elle avant d'avoir à y aller, n'ayant pas particulièrement envie d'imposer l'odeur de sa sueur à son ami qu'elle n'avait pas vu depuis quelques temps qui arriverait certainement à son appartement en avance.
C'était ça, d'être amie avec un parfait nazi des horaires.

Sautant les trois dernières marches menant aux souterrains du métro, la nymphe se mit à réellement jouer des coudes pour fendre la foule, le regard fixé sur son objectif qui semblait en instance de départ. Elle n'avait plus qu'une poignée de mètres à parcourir, seulement quelques-uns et elle serait enfin dans le wagon de sa rédemption.
Mais alors qu'elle approchait, les portes de celui-ci commencèrent à se fermer, comme pour briser tous ses espoirs.

Tentant le tout pour le tout, la jeune femme éleva la voix, courant plus vite que jamais vers le wagon visé, priant pour qu'on l'entende malgré le bruit ambiant.

- La porte ! La porte, s'il vous plaît !

Envoyant malencontreusement un adolescent voltiger contre le sol alors qu'elle se ruait vers la porte qui se refermait doucement, Kristal vit une main se poser sur celle-ci, la retenant de justesse pour qu'elle puisse se faufiler dans son entrebâillement.
Elle avait réussi, elle était à l'intérieur.

Posant sa main sur l'une des barres en métal du métro pour se préparer à son départ, le médecin expira avec satisfaction alors que la porte claquait derrière elle. Sourire aux lèvres, elle se retourna ensuite vers la personne qui venait de la sauver, pleine de gratitude.

- Merci beauc- oh ?

Elle s'interrompit, ses yeux s'arrondissant lorsqu'elle reconnu la personne qui lui faisait face : le hasard faisait décidément bien les choses, voilà qu'elle croisait l'un de ses collègues.

- Bah ça pour une surprise, salut Alex.

Le visage souriant, Kristal se retourna légèrement, de sorte à ce que son corps soit orienté en direction de l'ami auquel elle s'adressait. Jetant un coup d’œil à gauche puis à droite, son regard scanna ensuite rapidement l'ensemble du wagon, à la recherche d'une potentielle source de drame. Pas de Miranda en vue, donc pas de scène de ménage à l'horizon.
Bonne nouvelle pour elle.

Se rapprochant légèrement d'Alexei, le médecin lui adressa un regard taquin avant d'avancer sa main vers lui, faisant mine d'être sur le point de lui dire quelque chose d'une importance capitale.

- Si je passe le trajet avec toi tu vas pas en parler à ton adorable copine, hein ? Je voudrais pas risquer de me prendre de l'acide entre les yeux, tu comprends.

Kristal plaisantait évidemment en disant cela, mais il était vrai que les deux collègues n'avaient pas tant eu l'occasion que cela de discuter dernièrement. Tous deux savaient à quel point Miranda pouvaient être atrocement ridicule lorsqu'il s'agissait de leurs échanges, et le médecin n'avait certainement pas l'intention de provoquer d'autres chamailleries involontaires parce qu'elle se serait tenue trop proche de son ami au goût de l'autre nymphe.

Elle était plutôt contente de croiser le professeur de sport de la sorte finalement, papoter avec un ami n'était jamais de refus durant un trajet en métro ennuyeux.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dr. Kristal Zhang Lya
Ce médecin pansera vos plaies en Lightseagreen.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

DC : Mikhaïl M. M. - Gwendal M. - Astalée N. G.
Anthony G. K. - Caelan A.

avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 422
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La porte, plz. [ft. Alexei Avery] Mer 14 Juin - 13:50

Ce matin, j’avais supposé qu’aller au lycée à pied plutôt qu’en voiture était une bonne idée. Et ça l’était. Jusqu’à ce qu’on me demande de me rendre chez ma belle en vitesse. Or, vu que la ville est bien faite, je ne peux pas m’y rendre comme je veux en transports en communs, je ne pense même pas le temps que je risquerais de passer dedans si l’idée me venait à l’esprit. Alors la seule solution qui me vient, c’est de rentrer chez moi en métro, prendre mon véhicule pour aller en vitesse dans la grande maison Malatesta en espérant ne pas me faire griller les pinces pour mon retard. Du coup, je me retrouve là, sur les quais à attendre que mon foutu métro daigne se dépêcher pour une fois. On peut entendre le son de celui-ci arriver, mon souhait est exaucé.

Je rentre dans l’engin sans me préoccuper des différentes personnes qui se bousculent à mes côtés. Je ne comprendrais jamais cette manière qu’on les gens de sans arrêts se marcher dessus. Sans déconner, il y aura de la place pour tout le monde, pas la peine d’écraser le morveux de six ans. Le bip sonore, les portes qui commencent à se refermer, et puis ce cri. « La porte ! La porte, s'il vous plaît ! » Je me laisse emporter par un élan de sympathie et pose ma main pour freiner le fermement des portes et laisser le temps à la personne qui a crié de se faufiler dans la navette. J’ai fini ce que j’avais à faire, maintenant que mon devoir est accompli, je me repose contre la porte, les bras croisés. La demoiselle a fini par jeter son dévolu sur une des barres en métal, sûrement en voyant toutes les places assises déjà prises par la majorité des passagers.

« Merci beauc- oh ? » Petit arrêt, je n’y prête pas attention, elle doit sûrement se demander si c’est bien moi qui ai laissé la porte entrebâiller le temps qu’elle entre. « Bah ça pour une surprise, salut Alex. » J’ouvre les yeux pour voir qui s’adresse à moi. Surprise, mais voilà le médecin du lycée, mais aussi l’une de mes voisines, Kristal. Je la vois regarder à gauche et à droite, comme si elle avait peur de quelque chose, elle se rapproche doucement tout en avançant sa main vers moi. « Si je passe le trajet avec toi tu vas pas en parler à ton adorable copine, hein ? Je voudrais pas risquer de me prendre de l'acide entre les yeux, tu comprends. » Je souris, en réalité, même si elle dit cela en plaisantant, si Miranda venait ne serait-ce qu’à apprendre que j’ai passé un bout de chemin en la compagnie de la demoiselle en face de moi, je ne suis pas sûr de savoir qui va finir carboniser. « J’omettrais ta présence dans mon rapport de la journée, ne t’en fais pas. » Heureusement qu’il n’y a pas vraiment de rapport. « Sinon, qu’est-ce que tu fais ici, à hurler pour qu’on te garde les portes ouvertes ? » Je plaisante, évidemment.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La porte, plz. [ft. Alexei Avery] Jeu 15 Juin - 17:11


Aux mots de la jeune femme, un sourire traversa les lèvres de son ami, probablement aussi conscient qu'elle du comique fond de vérité que sa blague pouvait avoir. Alexei était certainement le mieux placé pour savoir à quel point les réactions que sa chère et tendre pouvait avoir vis-à-vis de Kristal étaient... pour le mieux disons, exagérées. Tous deux avaient bien eu l'occasion d'en plaisanter lors de la rupture du couple qui avaient duré jusqu'à il y a encore quelques semaines.
Il ne fut donc pas étonnant de le voir reprendre sur le ton de l'humour lorsqu'il répondit à son amie.

- J’omettrai ta présence dans mon rapport de la journée, ne t’en fais pas.

Faisant mine de soupirer à cette nouvelle, Kristal porta une main à son front pour essuyer une goutte de sueur inexistante, laissant échapper un « pfiou »de soulagement. Après une longue journée à pratiquement ne rien faire au lycée, elle était ravie de pouvoir lâcher du leste et s'amuser un peu à taquiner Alexei. Elle était d'ailleurs prête à répondre à la perche qu'il lui tendait, mais avant qu'elle n'ait le temps de plaisanter au sujet des potentiels rapports en douze pages que son ami pouvait avoir à rédiger à sa petite amie à chaque fois qu'il passait une heure sans elle, celui-ci reprit bientôt la parole, le ton moqueur.

- Sinon, qu’est-ce que tu fais ici, à hurler pour qu’on te garde les portes ouvertes ?

La jeune femme bougea légèrement la tête de droite à gauche avant de hausser les épaules face à son ami, l'air amusée.

- Écoute, je trouvais ça fun, j'avais envie de mettre un peu de piment dans ma journée.

Elle lâcha ensuite la barre qu'elle tenait pour plutôt appuyer son dos contre celle-ci, se plaçant ainsi dans une position plus confortable pour continuer sa petite conversation avec son collègue. Lâchant un instant le sourire qui avait étiré ses lèvres jusqu'alors, elle prit ensuite un visage plus détendu, avant de bientôt continuer sur le ton de la conversation.

- Plus sérieusement, j'ai fait de la merde en ignorant mes voyants ce matin, je suis tombée en panne sèche et j'avais pas le temps d'appeler un dépanneur parce qu'un pote va venir chez moi dans moins d'une heure. Donc voilà : course, bousculade, métro. Tout ce qu'on aime quoi.

Elle laissa échapper un léger soupir, détachant quelques secondes son regard de son ami pour regarder défiler les lumières du souterrain que le métro traversait, la tête ailleurs. Elle venait de réaliser qu'elle allait probablement devoir demander à Chul Hei qui passerait la prendre dans quelques minutes de bien vouloir l'aider à régler son problème de moto après leur petite sortie entre amis. La jeune femme savait d'avance qu'il serait certainement bien trop heureux de lui rendre service, et qu'elle en entendrait parler pendant encore longtemps.
Mais Kristal se força rapidement à sortir de ses pensées pour se concentrer à nouveau sur Alexei, lui adressant un sourire poli alors qu'elle reprenait la parole.

- Sinon, je te taquine, tout ça, mais ça va mieux avec Miranda maintenant que vous vous êtes remis ensemble ? Comment ça se passe maintenant, sa jalousie s'est un peu calmée ?

Il était vrai que le pauvre professeur de sport en avait pâti aux côtés de sa belle et les questions de la nymphe, si elles étaient accompagnées d'un sourire, n'en étaient pour autant pas moins sérieuses. Elle savait que son collègue n'avait pas particulièrement bien vécu sa rupture avec Miranda et quand bien même le médecin ne l'appréciait pas, elle avait vite compris l'attachement sincère que ce brave Alexei pouvait avoir pour « sa douce », comme il l'appelait parfois.
Elle espérait donc que leurs problèmes se soient arrangés avec leur période de distance, bien que la jeune femme émettait des doutes quant à cette possibilité : cette chère mademoiselle Malatesta restait qui elle était, après tout.

Le regard fixé sur son ami, Kristal attendait donc une réponse, curieuse de savoir comment se présentait la relation de ce couple pour le moins chaotique à présent.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dr. Kristal Zhang Lya
Ce médecin pansera vos plaies en Lightseagreen.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

DC : Mikhaïl M. M. - Gwendal M. - Astalée N. G.
Anthony G. K. - Caelan A.

avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 422
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La porte, plz. [ft. Alexei Avery] Ven 16 Juin - 21:08

Ma question n’a pas l’air de l’avoir fâchée, elle bouge légèrement la tête à droite et à gauche, puis hausse les épaules. Sa réponse me laisse de marbre, je ne sais pas si je suis censé rire car c’est une blague ou la prendre au sérieux. Les deux solutions sont possibles pour une jeune femme comme elle. Après tout, mon colocataire est l’un de ses amis les plus proches. Elle se décroche de la barre métallique et pose son dos dessus. Espérons pour elle qu’il n’y aura pas d’arrêt trop brusque de la navette parce qu’elle pourrait bien se retrouver le visage écrasé contre la vitre. L’explication qui suivit mit un terme au doute qui planait, c’était une blague. Je grimace doucement. Les problèmes de mécanique j’en ai souvent fait les frais, surtout quand je devais l’emmener chez le garagiste. Avec le temps, j’ai fini par me démerder tout seul, les vidéos sur internet, et mes deux mains comme outils, j’ai fini par réussir à changer cette foutue couroi.

Elle soupire, la situation doit vraiment la saouler. Être en retard, c’est déjà pas cool, mais être en retard, dans le métro, c’est la pire situation. Ça reviendrait un peu à chier dans la colle et à touiller le tout. « Sinon, je te taquine, tout ça, mais ça va mieux avec Miranda maintenant que vous vous êtes remis ensemble ? Comment ça se passe maintenant, sa jalousie s'est un peu calmée ? » A nouveau je suis partagé entre l’envie de rire et de pleurer. Si sa jalousie s’était calmée, je doute que je serais en panique à l’idée d’être en retard ce soir. Si elle a l’occasion de me reprocher un potentiel adultère, elle le fera. Le pire, c’est de se dire que c’est parce qu’elle m’aime qu’elle fait tout ça. C’est adorable, mais invivable. Alors je laisse couler et j’évite les sujets qui fâchent, en omettant bien évidemment toutes les demoiselles que j’ai pu croiser dans la journée. Un jour elle finira bien par vraiment me demander de lui faire des rapports détaillés. Ça m’emmerderait bien.

« C’est toujours aussi compliqué. J’ai déjà pensé à tenter de lui faire une crise de jalousie infondée, mais j’ai seulement réussi à gagner quelques jours de silence radio et des larmes de sa part. » Je soupire. J’ai réussi à passer pour le méchant en voulant faire comme elle. Au final, je suis toujours le méchant. Un frisson me parcoure l’échine en pensant à ça. Je dois penser à autre chose. « Et si t’as besoin, j’pourrais jeter un œil à ta bécane, je suis pas un pro, mais je sais me débrouiller avec une clé à molette. » Je laisse quelques secondes s’écouler avant de murmurer. « Mis à part taper sur la machinerie jusqu’à ce que ça marche. » Les portes du métro s’ouvrent et je me redresse pour laisser rentrer et sortir les différents Bermudiens. Du lycée jusqu’à mon appartement il n’y a que 4 arrêts, ça va être un voyage très rapide. En bonne compagnie, c’est déjà ça.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La porte, plz. [ft. Alexei Avery] Sam 17 Juin - 11:50


- C’est toujours aussi compliqué. J’ai déjà pensé à tenter de lui faire une crise de jalousie infondée, mais j’ai seulement réussi à gagner quelques jours de silence radio et des larmes de sa part.

S'empêchant de rire à cette révélation, Kristal fit de son mieux pour contrôler le sourire qui voulait étirer ses lèvres, mordant l'intérieur de celles-ci pour les bloquer alors que son ami soupirait. Il n'y avait pas besoin d'être un fin psychologue pour se rendre compte qu'en disant cela, Alexei était un poil blasé par la situation.
Sa réponse ne surprenait en rien sa collègue, mais celle-ci gardait toutefois une compassion polie pour lui : elle n'osait même pas imaginer la catastrophe qu'avait pu être la tentative de son ami de faire goûter son propre poison à Miranda. Cette nymphe de l'acide devait décidément prendre une part immense dans le cœur du vilain professeur de sport pour que celui-ci soit capable de supporter ses caprices.

Rapidement, il sembla toutefois chasser ce problème en reprenant la parole, changeant de sujet pour revenir sur celui de la moto du médecin dont elle venait de lui parler un peu plus tôt.

- Et si t’as besoin, j’pourrai jeter un œil à ta bécane, je suis pas un pro, mais je sais me débrouiller avec une clé à molette.

Il laissa quelques secondes s'écouler avant de reprendre, en murmurant.

- Mis à part taper sur la machinerie jusqu’à ce que ça marche.

Souriant en coin, Kristal gratifia son ami d'un air à mi-chemin entre l'amusement et le désespoir alors que le métro ralentissait pour faire un arrêt. Une clef à molette pour un problème de panne, Alexei n'était décidément pas un fin mécanicien.

Pour n'empêcher personne de rentrer ou de sortir du wagon, la jeune femme se décala légèrement sur le côté, laissant quelques passagers descendre sur le quai. Personne ne sembla rentrer dans leur wagon à cet arrêt, et la nymphe put donc s'adosser à nouveau contre sa barre de métal sans déranger qui que ce soit.
Une fois ce remue-ménage de quelques secondes passé et le métro reparti, elle put reprendre la parole pour répondre à la proposition de son ami de l'aider, sans cacher son sarcasme vis-à-vis de cela.

- Eh beh, j'espère que tu utilises pas les mêmes méthodes pour résoudre tes problèmes de couple. Mais d'accord, le jour où une clef à molette pourra être de la moindre utilité en cas de panne sèche, j'hésiterai pas à t'appeler à la rescousse.

La pique pouvait être à la limite de l'irrespect d'un point de vue extérieur, mais la jeune femme savait que que son collègue ne le prendrait pas mal. Ou du moins, elle imaginait que non. Elle n'avait jamais hésité à balancer des blagues douteuses à ses amis et Alexei ne faisait pas exception à la règle - aussi dépourvu d'humour pouvait-on penser qu'il était en le regardant. Peut-être était-ce un peu cassant mais en rien n'essayait-elle d'être méchante, c'était pour elle évident.

Prête à reprendre la parole, Kristal s'interrompit alors qu'elle était sur le point de s'adresser à son collègue, voyant un nouvel arrêt de métro en approche. Elle se contenta plutôt de lui faire savoir d'un regard qu'elle n'en avait pas fini, se décalant à nouveau pour les possible bousculades à venir : après tout, ils arrivaient à l'une des stations où le plus de personnes avaient tendance à descendre – car située à la limite du Quartier Central avant le Quartier Nord -, et elle n'avait aucun envie de devoir crier pour se faire entendre.
Sans trop de surprise, une véritable vague bermudienne quitta le métro lorsque celui-ci marqua l'arrêt, ne laissant derrière elle plus qu'une petite dizaine de personnes dans le wagon des deux collègues.

Estimant que le temps de trajet qui leur restait avant d'eux-mêmes devoir sortir du métro n'était certainement pas assez long pour qu'elle ne ressente le besoin de s'asseoir sur l'une des places libres qui lui faisait de l’œil, la nymphe resta debout, s'adossant cette fois-ci à côté de son ami. Une fois placée là, elle reprit la parole un peu plus sérieusement, s'adressant à lui en observant les sièges vides devant elle.

- Mais si tu veux un conseil à propos de Miranda, évite juste de lui parler des choses qui la fâchent. Je sais que ça relève du miracle, vu le nombre de trucs qui l'énervent, mais je crois que t'as pas vraiment le choix.

Pour être elle-même une personne relativement butée, Kristal savait très bien comment sa collègue fonctionnait : une fois qu'elle avait une idée en tête, il était parfaitement impossible de la lui enlever. La seule différence qu'il y avait entre Miranda et elle, c'était que cette chère nymphe de l'acide doublait ce premier défaut avec une propension ridicule à l'exagération et à la jalousie. Un cocktail pour le moins explosif, pour ce malheureux Alexei qui devait chercher à ne pas mettre en colère sa belle pour que leur couple fonctionne.
Le médecin croisa les bras en soupirant, avant de reprendre, se tournant vers son collègue en souriant.

- Et qui sait, peut-être que d'ici dix ans elle deviendra enfin assez mature pour qu'on ait le droit de se dire bonjour sans qu'elle ne pense qu'on prépare secrètement nos noces dans son dos.

Elle agrémenta cette dernière phrase d'un rire léger, levant les yeux au plafond. Elle espérait pour son pauvre ami que Miranda prendrait tout de même moins de dix ans pour prendre un peu en maturité, mais pour le moment cela semblait relativement mal parti. Alexei devrait donc se consoler en réalisant qu'au moins, tous ces débordements de colère et de crises en tous genres prouvaient à quel point sa petite amie pouvait bien tenir à lui.
En un sens, Kristal ne pouvait s'empêcher de trouver ça un poil mignon. Mais elle n'allait certainement le lui dire, étant donné que cela concernait une jeune femme qu'elle avait du mal à respecter tant celle-ci l'exaspérait en règle générale.

Quelques légères secousses se firent sentir dans le wagon, alors que son rythme changeait. Si on en croyait le métro qui ralentissait, ils arriveraient bientôt au dernière arrêt avant leur propre terminus : cet agréable voyage entre amis touchait bientôt à sa fin.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dr. Kristal Zhang Lya
Ce médecin pansera vos plaies en Lightseagreen.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

DC : Mikhaïl M. M. - Gwendal M. - Astalée N. G.
Anthony G. K. - Caelan A.

avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 422
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La porte, plz. [ft. Alexei Avery] Dim 18 Juin - 23:28

Maintenant décalé contre les sièges dépliants pour ne pas gêner la circulation des passagers je m’aperçois que nous ne sommes pas bien nombreux dans la navette. S’en est presque triste. A croire que tous les autres sont déjà rentrés, travaillent encore, ou ne prennent pas la peine de côtoyer d’autres êtres vivants dans les transports en communs. Ouais, c’est sûrement ça, et aussi l’état des lieux. On ne va pas se mentir l’odeur plus qu’infecte, les affiches déchirées et la présence de tâches plus que douteuses sur les parois n’inspirent rien de bon. Puis y a aussi le problème de ces personnes qui se croient tout seuls, à écouter de la musique sur une enceinte portative, ou ceux qui hurlent au téléphone parce qu’on ne capte aucun réseau alentour.

« Eh beh, j'espère que tu utilises pas les mêmes méthodes pour résoudre tes problèmes de couple. Mais d'accord, le jour où une clef à molette pourra être de la moindre utilité en cas de panne sèche, j'hésiterai pas à t'appeler à la rescousse. » Touché. Mes lèvres s’élargissent pour laisser place à un sourire qui j’espère ne me fait pas passer pour un idiot. Le médecin s’arrête de parler et le véhicule ralentit sur les rails pour laisser place à la gare. Les portes s’ouvrent de nouveau, et voilà une vraie foule qui descend, encore aucune ne monte à bord. Dès lors, la jeune femme qui se trouvait en face de moi vint se poser à mes côtés. « Mais si tu veux un conseil à propos de Miranda, évite juste de lui parler des choses qui la fâchent. Je sais que ça relève du miracle, vu le nombre de trucs qui l'énervent, mais je crois que t'as pas vraiment le choix. » Elle croise les bras et continue. « Et qui sait, peut-être que d'ici dix ans elle deviendra enfin assez mature pour qu'on ait le droit de se dire bonjour sans qu'elle ne pense qu'on prépare secrètement nos noces dans son dos. »

Elle rigole, mais à bien y repenser tout ce qu’elle dit est vrai. Ça pourrait être frustrant si je n’avais pas été au courant avant de m’engager avec Miranda. Mais j’étais au courant, bien entendu. Et j’étais d’autant plus au courant quand je me suis remis avec elle quatre mois après notre rupture. A croire que je suis stupide. Ou alors très attaché. « Alors déjà, pour être honnête, la clé à molette, généralement c’est elle qui me la jette à la figure, pas l’inverse. Puis, en réalité, la question qui se pose n’est pas qu’est-ce qui l’énerve, mais qu’est-ce qui ne l’énerve pas. Enfin bref, tu ne lui parleras pas de nos noces hum, tu gardes ça pour toi pas vrai ? » Mes lèvres s’élargissent à nouveau, je ne sais pas si ça va la faire rire, ou si seulement c’était censé être drôle à la base. « 10 ans. C’est long. » Ma patience va être mise à longue épreuve. Très longue.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La porte, plz. [ft. Alexei Avery] Jeu 22 Juin - 15:27


Tandis qu'elle observait le plafond, Kristal entendit bientôt la voix de son collègue s'élever à côté d'elle, pour répondre à la tentative d'humour du médecin.

- Alors déjà, pour être honnête, la clé à molette, généralement c’est elle qui me la jette à la figure, pas l’inverse. Puis, en réalité, la question qui se pose n’est pas qu’est-ce qui l’énerve, mais qu’est-ce qui ne l’énerve pas.

Il marquait un point, c'était à se demander s'il y avait quoi que ce soit qui ne soit pas matière à être utilisé par la demoiselle Malatesta pour devenir source d'énervement pour elle. Mais la jeune femme n'en dit rien, riant plutôt silencieusement à la vision de son ami en train de se prendre une clé à molette en plein dans le nez.
C'est qu'elle espérait presque pouvoir en être témoin un jour, aussi sadique pouvait-ce être envers le professeur de sport.

Le métro fit un bref arrêt, tandis que trois personnes descendaient de leur wagon, à l'extrémité inverse de l'endroit où les deux collègues se trouvaient. Comme personne ne semblait vouloir monter à cette station, les portes se refermèrent bien vite pour que le véhicule reprenne sa route, tandis qu'Alexei reprenait la parole, comme s'il n'avait jamais été interrompu.

- Enfin bref, tu ne lui parleras pas de nos noces hum, tu gardes ça pour toi pas vrai ?

À cela, Kristal ne répondit rien, se contentant de hocher légèrement la tête d'un air entendu. Loin d'elle était l'envie de perturber la vie de couple de son ami plus que nécessaire, surtout lorsqu'elle savait que même en ne faisant rien pour, son nom finissait souvent par être prononcé par Miranda contre elle durant leurs disputes. Cette femme était tout simplement fatigante, à toujours la mêler à ses petits problèmes ménagers, il n'y avait rien d'autre à dire.

Après avoir marqué une légère pause dans son discours, Alexei reprit, un sourire s'étirant le long de ses lèvres.

- Dix ans. C’est long.

À ces mots, Kristal soupira, un sourire également présent aux coins des lèvres. Mieux valait pour eux de voir la situation avec légèreté, et il était bon de voir que son collègue et elle étaient sur la même longueur d'ondes. C'est pourquoi elle ne tarda pas de réagir sur le même ton, encouragée par un Alexei à l'air réceptif à son humour.

- C'est vrai. J'espère au moins que la lune de miel en vaudra la chandelle.

Elle agrémenta cette phrase d'un clin d’œil taquin, avant de décroiser ses bras pour se replacer du côté de la barre qu'elle avait quitté un peu plus tôt. Sous leurs pieds, le wagon venait de commencer à cahoter légèrement, signe de leur arrivée imminente à destination : Kristal se préparait donc d'avance à devoir courir à nouveau, se sachant toujours plutôt en retard pour son « rendez-vous ».

- Enfin bon, contente de t'avoir croisé en tout cas. C'était sympa de pouvoir discuter un peu, ça faisait un moment. Le prends pas mal par contre, mais je vais vraiment devoir me dépêcher de rentrer si je veux réussir à prendre une douche moi.

La jeune femme lui tendit ensuite son bras pour lui faire un check rapide, avant de se placer bien en face de la porte, prête à descendre aussitôt les portes s'ouvriraient devant elle. Elle savait qu'elle n'aurait certainement pas beaucoup de temps avant que son ami chirurgien ne débarque chez elle, et elle espérait vraiment pouvoir se doucher une fois chez elle. Tout cela promettait un joli sprint jusqu'à chez elle à venir.
Alors que le métro ralentissait, elle adressa un nouveau sourire à Alexei, pour bientôt lui faire ses adieux.

- C'était sympa de faire un bout de chemin ensemble, hésite pas à passer me voir un de ces quatre si t'as rien de mieux à faire et que ton dragon de compagnie te lâche un peu la grappe. Bye !

Sitôt sa phrase terminée, les portes devant elles s'ouvrirent et Kristal fit un léger signe de la main à son collègue avant de s'élancer à l'extérieur du wagon pour courir en direction des escaliers menant à l'extérieur du métro. Lorsqu'elle gravit ceux-ci quatre à quatre, elle parvint à éviter d'avoir à bousculer qui que ce soit, la station n'étant visiblement pas très empruntée à ces heures-ci.
Alexei n'était probablement même pas encore descendu de la rame qu'elle était pratiquement déjà dehors.

Arrivée à l'extérieur, elle jeta un rapide coup d’œil à sa montre, avant de sourire : il lui restait potentiellement encore une quinzaine de minutes avant que son invité n'arrive, si elle ne traînait pas de la patte, une douche était encore possible.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dr. Kristal Zhang Lya
Ce médecin pansera vos plaies en Lightseagreen.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

DC : Mikhaïl M. M. - Gwendal M. - Astalée N. G.
Anthony G. K. - Caelan A.

avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 422
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La porte, plz. [ft. Alexei Avery] Jeu 22 Juin - 21:05

« C'est vrai. J'espère au moins que la lune de miel en vaudra la chandelle. » Je regarde le plafond du métro en rigolant un peu. Elle en vaudra la chandelle, c’est moi qui vous le dis. J’apprécie cette facilité avec laquelle j’arrive à parler avec le médecin, la simplicité de nos sujets de conversations, et puis il y a aussi l’avantage du sans tabou. Pas besoin de se prendre la tête à savoir si oui ou non, ce qu’on dit est de trop ou même si ça risque de gêner l’autre. Nan, on est au-dessus de ça, enfin je crois. Je pense pas qu’on n’ait ni l’un ni l’autre déjà fait attention de ne pas brusquer l’autre.

La voilà qui se replace du côté de la barre où elle s’était mise en arrivant, le métro se mis à tanguer gentiment et les roues commencèrent à crisser avec la friction contre les rails, c’est bientôt notre arrêt, je n’ai pas nécessairement besoin de me dépêcher même si je ne dois pas non plus prendre mon temps. Je ne suis pas tant que ça à la bourre après tout. Au pire, je lui dirais qu’il y avait des problèmes sur la voie, un passager qui ne se sentait pas bien, ou quelque chose du genre.

Le médecin m’explique rapidement qu’elle va partir en vitesse et je lui souhaite bonne chance, le métro ralentit pour finalement s’arrêter sur le quai. Les portes s’ouvrent, la voilà partie en trombe, bonne fin de soirée en retard mademoiselle. Je sors du véhicule sans prêter attention aux certaines personnes qui se permettent de geindre et de s’offusquer de la manière avec laquelle a montée quatre à quatre les marches de la station. La voilà partie et moi je marche derrière elle, nos chemins se séparent ici.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
J'te gueule dessus en Forestgreen

Emploi du temps:
 
avatar
I ▲ Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 327
Revenir en haut Aller en bas
La porte, plz. [ft. Alexei Avery]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» Une porte...Allez toquer, ne soyez pas timide !
» La porte-parole de la Minustah opine sur Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: