Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

| there are times i feel like giving up |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: | there are times i feel like giving up | Lun 3 Avr - 2:21

AGE ▲ 16 ans
ESPECE ▲ Mentaliste
ORIENTATION SEXUELLE ▲ Non définie
OCCUPATION ▲ //
ANNEE ▲ 2ème
▲ CLASSE Évasion
POUVOIR ▲ Depuis son plus jeune âge, Leigh peut percevoir de petites lumières dorées et entendre leurs murmures.  Avec le temps, les taches dorées commencèrent à prendre forme, à prendre vie.  Puis, les silhouettes prirent des formes humaines.  Celles-ci se révélèrent être les âmes défuntes de ce monde.  Jusqu’à un certain âge, Leigh ne pouvait entrer en contact avec ceux-ci, mais arrivé à maturité, il put communiquer ces esprits abandonnés.  
Cependant, pour utiliser ce don, il y a un prix à payer.  À chaque utilisation, sa vision s’épuise et se détériore jusqu’à-ce qu’il en perde la vue.  C’est pourquoi Leigh évite généralement de l'utiliser.  

TAILLE ▲ 164 cm
POIDS ▲ Inconnu
COULEUR DES CHEVEUX ▲ Noir
COULEUR DES YEUX ▲ Noir
SIGNES PARTICULIERS ▲ Des taches de lumière dorée se reflètent dans ses yeux.  Et partout où il va, il a toujours sa rapière à lame noire à portée de main.


ft Leo Baskerville de Pandora Hearts
Clayton Leigh Alexander
De l’autre côté de la porte, je pouvais très bien entendre les voix des autres lycéens de Xényla.  Pendant que mon professeur titulaire parlait avec la direction, je pris conscience que c’était, pour moi, la première fois que je mis les pieds dans un vrai établissement scolaire.  Ma mère n’avait pas les moyens de m’y envoyer, car mon père dépensait le peu de revenus que nous avions sur l’alcool.  Ensuite, chez M. Aldaya, qui avait été si généreux de nous laisser habiter chez lui, ma mère n’osait pas lui demander une telle faveur.  Elliot m’apprenait ce qu’il avait acquis durant ses cours particuliers.  Puis à la suite de son départ, je n’eux pas d’enseignements concrets, jusqu’à aujourd’hui.  Repensez à tout cela me rendit quelque peu mélancolique.  Mon professeur s’approcha vers l’arrière, puis déposa sa main sur mon épaule.  Il me demanda si tout allait bien.  Je repris mes esprits tranquillement.  Le professeur me fit signe qu’il était temps.  Il entra dans la classe et je fis de même.
 
- Bonjour à tous, je vous présente un nouvel élève au lycée Xényla.  Je sais que son arrivée au beau milieu de l’année est soudain, mais cela est relié à des circonstances familiales.  Il sera dorénavant dans notre classe, alors j’espère que vous allez bien vous entendre, dit-il d’une voix très formelle.

De l’avant, tous les regards étaient rivés sur moi.  Cela me rendit inconfortable.  Le professeur se retourna vers moi et me fit signe de me présenter, ce que je fis immédiatement.

- Bonjour, je m’appelle Leigh Alexander Clayton, mais je préfère qu’on m’adresse en tant que Leigh.  J’espère que le restant de l’année puisse être agréable, dis-je d’une voix presque qu’inaudible, maladroitement et les yeux en direction du sol.

Après avoir parlé, les murmures se propagèrent dans toute la classe.  Certains propos par rapport à mon habit.  Évidemment, je n’avais pas encore reçu mon uniforme.  Nous venions tout juste de m’inscrire au lycée.   Je portais alors un habit chic d’un noir violacé fait sur mesure avec une boucle violette sur laquelle reposait une améthyste, cadeau de ma mère et de M. Aldaya, qui me faisait sans aucun doute ressortir du lot.  Ensuite, il était sujet de ma coiffure ébène un peu ébouriffé qui faisait contraste avec mon radieux habit.  Mes cheveux semi-longs étaient aussi sujets de plusieurs conversations, la plupart des garçons avait des cheveux relativement courts comparés aux miens.  Puis, un commentaire parvient à mes oreilles.  J’entendis, au loin, quelqu’un affirmer que mes yeux étaient de vraies perles.  Des yeux envoutants, charmants.  Je me souvins alors de ce qu’Elliot avait dit à propos de mes yeux.  Un bon souvenir, mais tout de même douloureux.  Le professeur demanda de cesser le bavardage et ajouta :

- Merci Leigh, tu peux aller t’asseoir au pupitre libre au fond de la classe.  Juste à côté de la fenêtre, dit-il en pointant le siège libre.

Jusqu’à-ce que j'arrive à ma place, j’entendis toutes sortes de commentaires.  Un regroupement de fille exprima que j’avais une aura lugubre, sinistre et froide.  Elle ajouta que je n’étais pas très souriant.  Peut-être avait-elle raison…  Je ne me rappelais plus la dernière fois que j’avais souri.  Aussi, je n’avais jamais fréquenté d’autres personnes qu’Elliot, M. Aldaya et ma mère.  Je pris place, puis la leçon débuta.  Je ne portais pas très attention à ce que le professeur disait.  J’observais la grille à l’entrée du lycée et tomba dans mes pensées.  Depuis sa mort, j’ai commencé à rêvasser plus souvent lorsque je ne devrais pas.  Je repensais à lui, à moi et ce qui avait bien pus se passer à son collège.  Puis, je m’aperçus que l’intégration serait pour moi un défi.  Mais je me dis que je le faisais pour lui, plus que pour moi et que je devais tenir le coup.

I could hear voices in my head,
I could see dancing flecks of golden light.
The weird one had to be me.

~

Du plus loin que je me souviens, ces lumières dorées ont toujours fait partie de ma vie…  Elles ont toujours été là, même lorsque j’avais les yeux clos, elles me suivaient, me hantaient.  Puis, au fil des ans, les lumières dorées prenaient lentement des formes, des silhouettes.  À ce moment, elles ont commencé à murmurer en cœur jusqu’à ce que ce soit insupportable.  Ces voix m’étourdissaient, me faisaient chanceler.  Jusqu’au jour ma mère m’offrit une paire de lunettes.  Ce jour, lorsque je les enfilai, les lumières dorées se dissipèrent et les murmures se turent.
 
~

Cette nuit, je m’en souviendrai toujours.  C’était une belle soirée d’été.  Il faisait chaud, mais la fine brise de vent rafraîchissait les étroites ruelles éclairées faiblement par les réverbères.  Le ciel était d’un bleu si envoutant, si éclairé par le magnifique drap étoilé qui le recouvrait.

Ce soir-là restera à jamais graver dans ma mémoire.  Des plus grands événements aux plus insignifiants.  Ma mère me prit la main soudainement.  Elle me la serrait très fort, puis, se mit à courir si vite que j’avais peine à la suivre.  Mes petites jambes d’enfant de six ans ne me permettaient pas de suivre celles de ma mère, en détresse.  Encore tout innocent, l’ampleur de la situation surpassait grandement mon entendement, mais malgré cela, j’avais tout de même  choisi de lui faire confiance.  Je regardais de temps en temps que derrière moi pour jeter un dernier coup d’œil vers notre petite maison qui s’éloignait de plus en plus.  

Ce ne fut que des années plus tard que je compris ce qui s’était réellement passé.  En fait, l’homme qui avait marié ma mère était alcoolique et violent.  Jamais il n’a touché à seul de mes cheveux, mais ma mère, elle, subissait son châtiment quotidiennement sans argumenter.  Puis, ce soir fatidique, ce fut la goutte qui fit déborder le vers d’eau.  Elle s’opposa à lui très clairement et pour la punir de cet affront, il avait l’intention de défouler sa colère sur moi.  Ma mère, paniqua, la seule personne qu’elle souhaitait protéger c’était moi.  C’est alors qu’elle  me prit par la main, puis s’enfuit de la maisonnette.  

Nous trouvâmes, après quelques heures de marche, refuge chez un ami d’enfance à ma mère, un certain monsieur Aldaya.  Un homme qui s’était hissé jusqu’au haut de l’échelle aristocratique.  Il nous accueillit chaleureusement chez lui et nous pria de faire comme chez nous.  L’aristocrate nous présenta aux servants de la maison ainsi qu’à son fils Elliot.  Il était plus âgé que moi.  Deux ou trois ans de plus.  Malgré notre mince différence d’âge et notre immense différence en statut social, nous nous fîmes rapidement amis.  Il m’expliqua un jour que sa mère était morte en le mettant au monde.  Elliot avait un air triste, mais en même temps soulagé.  Soulagé d’avoir pu se libérer de ce fardeau.  En voyant le bien que cela lui procurait, je ne puis m’empêcher à mon tour de raconter ce que nous vivions avec mon père.  Ce fut un poids de moins sur mes épaules.  Elliot et moi, nous nous rapprochâmes de jour en jour.  Nous fîmes la découverte de nos intérêts similaires tels que la lecture et la musique.  Elliot prenait des cours privés de piano et dans nos temps perdus, il m’enseignait ce qu’il apprenait.  Nous passions des heures à pianoter ou à lire des livres d’aventures.    
 
Pendant ce temps, M. Aldaya et ma mère aussi se rapprocheraient tranquillement l’un de l’autre.  Puis, avant même qu’on s’en rendent compte, ils nous annoncèrent leur mariage.  Je considérais déjà monsieur Aldaya comme un père, mais cela fut officiel.  Nous étions bouche-bé.  Cela nous surprit et nous réjouissait, car cela signifiait que nous étions maintenant frères.  Cela nous permit de se rapprocher encore plus, mais cela ne fût pas de longue durée.  M. Aldaya avait inscrit Elliot dans  un collège prestigieux du coin où il habiterait en dortoirs en permanence.  Cela me brisa le cœur.  Mon seul ami, mon seul frère partait.  J’avais une misère incroyable à le laisser partir.
 
Quelque temps avant son départ, nous étions assis tous deux devant le piano et il se tourna vers moi.  Il me regarda longuement dans les yeux, puis suite à ce silence interminable, me demanda pourquoi je me cachais derrière ces lunettes qui ne m’étaient pas nécessaires pour le moment.  Je lui répondis que je ne cachais rien.  Je ne voulais simplement pas voir.  Ne pas voir ces lumières.  Je lui expliquai que je voyais le monde différemment des autres que je voyais des lumières dorées et j’entendais des murmures, autrement.  Il me demanda d’enlever mes lunettes afin qu’il puisse voir mes yeux, pour une fois.  J’étais hésitant, mais le fis pareille.  Les lumières et les murmures réapparurent tout d’un coup.   Il m’observa quelques minutes et m’exprima à quel point mes yeux étaient envoutants.  Elliot disait que je ne devais pas gâcher un si bel attrait.  Depuis, ce temps je ne mis plus aucune lentille de contact.  

Puis, le moment de quitter arriva.  Lorsqu’il était temps de lui dire au revoir, je m’étais enfermé dans ma chambre.  J’étais encore immature.  Je ne voulais pas faire mes adieux.  Nous nous étions quittés sans même se saluer.  Cette décision, je la regrettai pour le restant de mes jours.  Les jours devenaient de plus en plus longs.  La maison avait perdu de sa vie.  Les activités semblaient ennuyantes. Ce n’était plus pareil sans Elliot.

Un an suite à son entrée au collège, un jeune homme vint sonner à notre porte.  Celui-ci se déclara policier, il disait investiguer une affaire de disparition soudaine.  Nous n’y comprirent absolument rien jusqu’à-ce qu’il nous explique la situation plus profondément.  Apparemment, le collège où Elliot avait complètement disparu, y compris tous les élèves qui s’y trouvaient à ce moment.  Le collège avait disparu en matinée d’après le policier.  Le policier nous mit au courant que ce phénomène avait touché un bon nombre d’habitants de l’île.  Il nous y invita à lui reporter toutes informations qui pourraient s’avérer utile pour l’enquête et nous promit que s’il avait des nouvelles qu’il nous les ferait parvenir.  Quelques semaines plus tard, cet évènement mystérieux fût surnommé le bug.  

Cette nouvelle me frappa.  Ce fut comme si un couteau s’enfonça dans ma poitrine.  Mon cœur avait arrêté de battre.  Elliot était tout pour moi.  Jour après jour, mon état de santé se dégrada.  Je fus diagnostiqué d'une dépression majeure.  Je n’étais plus qu’une piètre ombre de moi-même.  J’avais recommencé à porter ma fidèle paire de lunettes, celle que j’avais mis de côté sous le conseil d’Elliot.  Je m’étais enfermé dans ma chambre.  À lire et relire les livres qu’on avait l’habitude de lire ensemble.  Je pianotais certaines pièces qu’il m’avait apprises, mais sans plus.  Ma vie avait pris un rythme ralenti.

Mes parents étaient dévastés eux aussi, mais ils ne l’avaient pas pris aussi mal que moi.  Je pense que les deux ont eu la chance de se réconforter l’un, l’autre.  De plus, ils s’inquiétaient gravement pour moi.  J'errais dans ma chambre sans aucun but et refusais catégoriquement d’en sortir.  

Tout d’un coup, les lumières dorées et les voix ne pouvaient plus être masquées par les lentilles de contact.  C’est alors que je m’aperçus qu'il n’était plus question de points scintillants de lumière, mais des silhouettes dorées.  Je reconnus alors parmi les nombreuses silhouettes celle d’Elliot.  Elle s’approcha de moi et me murmura que je devais continuer à vivre, poursuivre ma voie.  Il me supplia de le faire si ce n’était pas pour moi, pour lui.  De chaudes larmes descendirent lentement sur mes pommettes.  Je pleurai, pleurai.  Je fis le deuil que je n’avais pas eu la chance de faire et je lui dis l' « au revoir » que je n’avais pas eu le courage de lui dire.  Je n’ai jamais su si cette apparition n’était que le fruit de mon imagination, mais j’aime croire que c’était bien lui.    
Pour la première fois depuis la nouvelle, je sortis de ma chambre.  Je me dirigeai vers le salon où mes parents me regardèrent étonnés et les yeux pleins d’eau.  Ils m’étreignirent de toutes leurs forces et exprimèrent leur joie de me revoir.  Je leur fis alors part de ce que je voulais maintenant faire.  Je voulais aller au lycée Xényla, puis commencer des cours de piano en mémoire d’Elliot.  Mes parents, si heureux de cette nouvelle, remplirent le formulaire sans aucune hésitation.  Mon entrée à Xényla fut un nouveau début.

PSEUDO ▲ Rei
AGE ▲ 17 ans
PAYS ▲ 日本
CODE ▲ L'île des Bermudes
D'OU VENEZ VOUS ? ▲ Je suis tombée de la lune et je me suis égarée ici ☽
AUTRE CHOSE ? ▲ Ravie de faire votre connaissance ! ✿
COULEUR : Mediumpurple
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | there are times i feel like giving up | Lun 3 Avr - 9:37


Eh bien, tout d'abord :

Bienvenue à toi !
let me love you

Je suis ravie de voir les rangs de nos précieux Évasions se renflouer, et ne peux que féliciter ton excellent choix de classe (Comment ça je suis biaisée ? Mais non, mais non).

Concernant ta fiche, je n'ai honnêtement pas grand-chose à redire dessus : c'est agréable à lire, l'histoire donne envie d'en apprendre plus à propos de Leigh et je dois dire que j'aime bien la manière dont tu as présenté son caractère qui laisse une place à son développement inrp.
Le seul point qui me ferais éventuellement tiquer, c'est le fait qu'il ait presque deux dons, entre la vision des morts et la provocation de la douleur par son regard. Et encore. A voir avec mes collègues staffiens.
Sinon, ton code n'est pas exactement celui qu'on attend, mais tu n'es pas loin de la bonne réponse.

Voilà voilà, c'était tout pour moi.

N'hésite pas à venir poser des questions au staff si jamais tu en ressens le besoin ou l'envie, ou à venir nous faire un petit coucou sur la CB.
On est gentils, on aime les nouveaux, tu verras.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Dr. Kristal Zhang Lya
Ce médecin pansera vos plaies en Lightseagreen.

Sa fiche - Son journal

DC : Mikhaïl M. M. - Gwendal M. - Astalée N. G.
Anthony G. K. - Caelan A.

avatar
I ▲ Médecin
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 422
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | there are times i feel like giving up | Lun 3 Avr - 10:00


Bienvenue à toi !

Je n'ai pas grand chose à ajouter si ce n'est que je suis d'accord avec Kristal sur les dons. Soit c'est l'un, soit c'est l'autre.

Par contre, relis toi, tu as fait quelques petites fautes d'orthographe. Ah et pour le caractère, personnellement, j'y vois plus une description physique que psychologique, donc si tu pouvais l'étoffer qu'on en apprenne plus sur Leigh. O/

Bon courage pour les modifications o/
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | there are times i feel like giving up | Lun 3 Avr - 11:49

Ohw mais que vois-je? Ne serait-ce pas un joli petit évasion tout nouveau tour frais? Très bon choix de classe ! huhu

Alors j'adore ta fiche hdhdvdijdjdls je n'ai rien à ajouter tout a déjà été dit je peux juste dire que j'ai vraiment hâte de rp avec toi ! Quand tu veux où tu veux avec qui tu veux poto *-*


Ceci étant je suis du même avis pour le pouvoir owo
Et du même avis qu'Eva concernant le caractère voila ce sera tout

BIENVENUE DHDVHDJSKDLD je t'aime déjà, comme l'a dit Kristal hésite pas a passer sur la cb on mord pas on va bien s'occuper de toi t'inquiète c:

Allez courage tu y es presque <3

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

J'te présente mon poing en Red



merci Anny keur sur toi <3



avatar
IV ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 271
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | there are times i feel like giving up | Lun 3 Avr - 20:55

Encore une fois bienvenue à toi ! Ravie de faire ta connaissance aussi ♥

Je n'ai rien à ajouter à ce que me collègues t'ont dit plus haut.
Mais sache que je trouve ton perso hyper intéressant ! o/
En plus Mediumpurple c'était la couleur de mon premier perso que j'ai eu ~3ans donc luv ♥
De plus tu as choisi une de mes deux classes fétiches, ufufu~ Tu communiques actuellement par mp avec celui qui sera ton prof principal. :'D

Voilà voilà~♫

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Anny, tu gères <3:
 



Eirin Keiko clame son indépendance en Indigo



~D.C: Yuuma Kurotsuki, Jun Akatsuki, Owen H. Anderson~





Mes Bermudiens chéris, si vous avez un quelconque intéret pour le cosplay, pouvez vous passez sur ma page : Creepy Bunny Cosplay? Je la tiens avec ma grande sœur Kristal ♥️♥️♥️
avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 548
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | there are times i feel like giving up | Lun 3 Avr - 21:10

Bienvenuuue BIENVENUUE

J'adore ta fiche (surtout ton histoire) mais je dirais aussi le même défauts que mes amies.
Très bon choix pour la classe tu le regretteras. Par contre vas falloir effectivement faire un truc pour ton pouvoir genre en choisir un sur les deux ou je sais pas owo

Sur ce ton futur délégué te souhaite bonne chance pour ta fiche 8D

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Take care, je te copie en Gold
avatar
III ▲ Délégué
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 273
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | there are times i feel like giving up | Ven 7 Avr - 11:05

Le face claim i love it i love it i love it

Bien la venue à toi !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



I'm in the stakin' bar I got debts, I'm a debaser ; And I won't get a take in 'cause I'm out when I'm stakin' and the rings I am breaking are making you a personal day ; With the holograms beside me I'll dance alone tonight, in a mirrored world are you beside me, All my life? • • •
www.fiche www.journal #cornflowerblue

avatar
VI ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: | there are times i feel like giving up | Lun 10 Avr - 14:56

Oooooouh, j'ai lu ta fiche, c'est intéressant tout ça !

Donc avec du retard, je te souhaite tout de même la bienvenue ici !

(Contrairement à mes camarades, je suis obligé de t'informer que les évasions sont une très mauvaise classe bouh bouh bouh)

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


¤~----< Charly vient te parler en LimeGreen. >----~¤

avatar
V ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 212
Revenir en haut Aller en bas
| there are times i feel like giving up |
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm giving you a nightcall, tell you how i feel. le 06/03 à 02h
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
LE COMMENCEMENT
 :: Présentations :: Présentations Abandonnées
-
Sauter vers: