Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
4 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
3 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
6 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
5 Eleves ▲ 0 Pts ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
9 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

SANTIANO! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: SANTIANO! [Libre] Mar 11 Oct - 22:37

HRP:
 

Ah le 19 septembre ! Cela pouvait être une journée tout à fait banale, calme, tranquille… mais il fallait qu’il y ait ÇA. Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Vous avez passé ces dernières semaines dans une grotte ou bien ? Une sorte d’engouement avait envahi une bonne partie de Xényla et on le rabâchait à tout bout de champs. Bien sûr en tant que passion j’étais au courant de ça depuis un moment, les rumeurs passaient vite : c’était le mariage du bras droit de ma classe, Shane Danson et d’une ancienne Liberté, une certaine Mio Fujiwara, forcément ça fait du bruit même en dehors du lycée. Si vous vouliez mon avis, je dirais qu’ils sont trop jeunes pour faire ce genre d’âneries mais bon, ils font ce qu’ils veulent hein, je ne suis pas là pour les juger et je n’en ai pas vraiment envie. Toujours selon les rumeurs, pas mal de personnes avaient reçus des invitations, ce qui n’était, à vrai dire, pas mon cas et je m’en foutais, enfin je crois.

Bref, j’en avais plus que marre de ce « bordel » général qui avait été déclenché dans Xényla et qui avait atteint son paroxysme justement aujourd’hui, en effet, c’était ce jour-ci la cérémonie donc ça expliquait tout. C’était trop bruyant pour une soirée normale, on était vers 18 heures actuellement et je traînais dans les couloirs pour revenir à ma chambre avec la ferme résolution de partir en ville pour échapper à ce zoo.

J’avais, il y a quelques jours, trouvé sur une table une publicité pour un bar qui se situais dans les quartiers animés de la ville et il me semblait super, même si ce n’était pas le genre d’endroits où j’allais traîner d’habitude, un bar un peu spécial car même les mineurs pouvaient commander de l’alcool, bien sûr moins fort que pour les adultes, tout du moins selon une rumeur qui traînait. Cette publicité je l’avais mise dans un de mes tiroirs en prévention de ce fameux jour. Une fois arrivée à destination de la chambre 10, je sortais tout ce dont j’avais besoin pour une sortie : argent, téléphone, un livre, même un sac et tout un tas d’autres choses qui pourraient s’avérer utiles ; je me changeais même pour paraître un peu plus… présentable ? Short, legging, T-shirt et une veste en prévention du froid, tout cela dans des tons assez sobres, je n’aimais pas attirer l’œil.

J’attrapais le prospectus et lisais le nom de l’établissement : La Forge, un nom peu commun pour un bar pensais-je mais il me semblait sympa, je pliais alors la feuille et la rangeais dans mon sac avant de me mettre en route, au passage je prévenais le gardien de mon départ, c’était toujours une bonne chose de faite. Il commençait à faire nuit dehors, je conservais une certaine appréhension du soir, question de traumatisme et de sécurité mais j’avançais et me rendais là où je devais aller.

J’étais arrivée devant l’établissement aux alentours de 19h15, un bâtiment bien singulier qui portais bien son nom. Une façade noire striée de gris en imitation à des fissures et une enclume posée sur le sol m’accueillaient, il me semblait comme ça avoir affaire à un tout petit bar. Des gens fumaient devant l’entrée, je n’aimais pas l’odeur de la fumée produite, ça me faisait tousser en plus de ça alors je poussais la porte d’entrée et m’engouffrais dans le bâtiment.
Une fois à l’intérieur, je regardais de droite à gauche, considérant la décoration : des murs sombres dans une teinte marron avec quelques dessins et silhouettes étranges sur des pans de ces murs. Vers ma droite se trouvait un râtelier avec quelques armes dessus et un panneau « Veuillez déposer vos armes avant d’entrer. », comme je n’avais pas de tels objets sur moi, j’en fis abstraction. Devant moi se trouvait un escalier menant au sous-sol et aux étages et vers ma gauche, il y avait le bar.

La salle était spacieuse et je trouvais la pièce de bon goût, oui, elle me plaisait, à moi, une révolution me direz-vous. Il y avait pas mal de monde, ce n’était pas bondé de gens mais quand même, c’était déjà pas mal. Une bonne partie de ces personnes étaient tournés vers une sorte de scène ouverte où un groupe jouait de la musique, il y avait une bonne ambiance, les gens s’amusaient. Je me présentais devant le comptoir où le barman me fixait. Pour une fois j’avais envie de m’amuser aussi, alors pour me lâcher, je commandais de l’alcool, au pif. Je n’en avais bu qu’une fois auparavant pour tester, celui-ci n’était pas si dégueu quoiqu’un peu fort, il brûlait la gorge. C’était bien que l’on servait ce genre de boisson en moins fortes aux mineurs ici car au moins cela devait éviter, même un peu, qu’ils aillent tenter d’acheter des bouteilles dans les superettes pour se bourrer la tronche. Les mineurs ont un certain gout pour braver les règles, tabac, alcool, drogue, une part de ces jeunes sont comme des attrape-poussière, ils prennent tout ce qu’ils peuvent trouver dans le caniveau.

On me servit mon verre et j’allais m’asseoir sur un canapé. Je contemplais la scène et les musiciens, il y avait des gens qui attendaient aussi pour se produire en spectacle, en passant rapidement mon regard sur la petite file, je crus reconnaître quelqu’un que je connaissais. Je secouais la tête, fermant les yeux, ce n’était pas possible, j’avais dû rêver, si quelqu’un du lycée me voyais ainsi je risquais de compromettre les idées que les gens se font de moi. J’essayais de ne pas y penser, cela devait juste être une personne qui ressemblait.

Je croisais mes jambes, verre en main et j’écoutais la musique tranquillement, confortablement assise sur le canapé. Ahlala, je n’oserais tellement pas monter sur scène avec autant de monde à me regarder. Tout en me disant ça, je levais mon verre comme pour trinquer avec une personne invisible : « Aux nouveaux mariés et en espérant que ça casse vite » me disais-je ironiquement dans ma tête, cela semblait être de mode ces dernières années de dépenser un bras dans un mariage pour divorcer juste après, qu’elle est belle notre époque, l’amour est tellement éphémère qu’aujourd’hui une personne qui t’aimes peut te planter un poignard dans le dos le lendemain pour l’argent. C’est avec ces pensées que je commençais ma soirée… et mon verre.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Approche, que je te morde en Darkturquoise
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
IV ▲ Élève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SANTIANO! [Libre] Mer 12 Oct - 18:06

Règle no1 : Ce qui se passe dans La Forge, reste dans La Forge.
Règle no2 : Le visiteur à au minimum 16 ans hors plage journée.
Règle no3 : Tu casse, tu paye.
Règle no4 : Éclatez-vous !
Tu nous cite quoi la ?
Ben les 4 règles fondamentale de La Forge.
C'est quoi ça ?
La Forge ?
Oui La Forge.
Un bar.
Un bar ?
Un bar. Le meilleur qui soit.
Tien donc. Et bien raconte.

Ça fait déjà deux mois que je l'ai decouvert. J'y suis rentrée complètement par hasard.
Haaa tu parle de ce fameux jour où tu as fait une rencontre percutante avec une enclume ?
T'es con toi. Ouais ce jour là. En même temps c'était pas ma faute je regardais au loin. J'ai vu le nom et j'ai cru que c'était une vrai forge jusqu'à ce que des gens sortent en riant pour se poser fumer en parlant d'un groupe de musique qui semblait jouer à l'intérieur. Intriguée je suis aller jeter un coup d'oeil et putain j'ai pas été déçu de ma visite. Deux sous-sol (dont la cave) et deux étages dont l'un est à accès spécial. Chaque étages est sur un thème différent, thème présenté par un petit panneau quand on arrive à l'étage voulut. Il y'a L'antre du démon qui est le rez-de-chaussée. La Cale du capitaine, c'est le premier sous sol ça. Le 1er étage au nom un peu bizarre mais marrant : fullsteam speacemachine. Et puis il y a le second étage. Celui qui donne son nom au bar, celui que tous veulent découvrir mais que seul peu de monde peuvent voir. La Forge. Je ne sais pas encore ce qu'il y a mais une chose est certaine, cet endroit c'est ma seconde maison. Parce qu'il y'a une chose que je n'ai pas encore dit.
ABREGE !
T'a une scène ouverte ! Tout les jours de la se-maine !
Aaaah ça c'est la classe !
Bah c'est pas pour rien que ça fait deux mois que j'y traîne ma carcasse. C'est limite si maintenant des que l'équipe du bar me voir arriver avec ma basse il ne me dise pas "comme d'hab ?"

Et sinon pourquoi t'es là ce soir ? Tu devait pas être avec le toutou ?
Si mais ce putain de mariage à la con est venu tout gâcher. Et Zaak n'est pas un toutou !
Il a était invité ?? Moche ça.
Oui, ça fait des jours que je veux l'emmener là bas, mais encore une fois je n'ai pas réussi. Du coup je me retrouve seule dans ce bar pour la soirée Santiano et lui doit déjà être avec les autres invités privilégié....le pauvre quand on y pense.
C'est quoi ce nom de soirée ???
Notre façon de se foutre royalement du mariage. Tout le monde en parle comme si c'était la chose la plus importante du monde. Du coup ceux qui en ont rien à foutre se sont refugié ici, c'est d'ailleurs pour ça qu'il y'a plus de monde sur d'habitude.
Donc si je comprend bien vous allez tous dans ce bar pour échapper au mariage mais vous allez quand même le fêter.....j'ai un peu de mal à saisir là.
Tu verra.

Je regarde le ratelier d'arme à l'entrée des escaliers. Il me fait toujours rire, c'est pour la déco mais certaine personne pensent vraiment que les armes qui y sont accrochée sont vraiment celles de clients. 19h30, ça va être à moi. Enfin à nous. A la base je devais jouer toute seule, seulement un groupe cherchait une bassiste et quand j'ai entendu ce qu'ils avaient au programme, je n'ai pas résister à l'envie de jouer avec eux. Tout les musiciens doivent me comprendre et en plus c'est une bande de troll ces gens. Si la soirée s'appelle Santiano ce n'est pas pour rien.
Le duo actuel quitte la scène sous des applaudissements mitigé (toujours applaudir ceux qui se produisent parce que faut quand même avoir le courage de jouer devant les autres et ça c'est pas rien) et nous prennons la place. Le chanteur prend la parole. Certaine grande gueule s'écrasent sous la pression, celui la non.

"Bonsoir tout le monde. Ce soir c'est LA soirée et on en a rien à foutre n'est-ce pas ?"

Le publique scande un "ouais" plus ou moins enthousiaste. Vous inquiétez pas ça va bouger.

"Et bien puisqu'on s'en fout de leur mariage on va juste porter un toast au marié qui a eu les couilles de ce faire mettre aux fers !"

C'est le cas de le dire. Le mariage....nan mais ya eu encore des gens qui croient à cette connerie serieux ?
Ben faut croire.
Puis avec un clan quoi. Autant faire de la prison c'est plus marrant.

On commence à jouer, le chanteur a remanié les paroles mais la symbolique est toujours là même. De toute façon les gens ne sont pas dupe. C'est de la connerie bon enfant mêlée à de la satyre, rien de plus. Et moi ça me plait.

"Illustre inconnu invisible et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], nous te portons un Toast

Héhooooooooo pigeon
C'est un inconnu idiot, fin comme un oiseau
Hisse et ho, Santiano
Dix-huits noeuds, quatre cents tonneaux
Il est fier d'être un prisonnier !

Tiens bon la vague et tiens bon le vent
Hisse et ho, Santiano
Si l'unique veut, toujours droit devant
Nous irons jusqu'à Fujiwara Mio

Je pars pour de longs mois en laissant l'idiot
(Hisse et ho, Santiano)
D'y penser, j'avais le coeur gros
En passant les portes du métro

Tiens bon la vague et tiens bon le vent
Hisse et ho, Santiano
Si l'unique veut, toujours droit devant
Nous irons jusqu'à Fujiwara Mio

On prétend que là-bas, l'argent coule à flots
Hisse et ho, Santiano
On trouve l'or au fond des flaques d'eaux
J'en ramènerai plusieurs lingots

Tiens bon la vague et tiens bon le vent
Hisse et ho, Santiano
Si l'unique veut, toujours droit devant
Nous irons jusqu'à Fujiwara Mio

Un jour je reviendrai, chargé de cadeaux
Hisse et ho, Santiano
Au pays, j'irai voir Mio
À son doigt, je passerai l'anneau

Tiens bon le cap et tiens bon le flot
Hisse et ho, Santiano
Sur la route qui fait le gros dos
Nous irons jusqu'à Fujiwara Mio."

Il n'y a pas que à toi d'ailleurs, en bas de la scène aussi ça commence à bouger.
Je t'avais dit qu'ils allaient aimer. Ici c'est une zone de liberté. On pense, on dit, on fait ce qu'on veut tant que cela ne nuis pas aux gens présent. Après je pense que l'alcool aide pas mal. Parce que les paroles sont vraiment idiote, mais on s'en fout, nous sommes là pour nous amuser.
Une autre règle ?
Plutôt une convention. Pour la soirée j'avais pris ma tenue manteau-cape noir déchirée, mes bottines et un haut noir ne couvrant que la partie supérieur de mon torse. Dans l'ambiance générale je suis une personne normal. J'avais également attachée mes cheveux en une longue tresse.

Quand la chanson fini, les gens sont à point. Juste le temps de souffler pendant que le chanteur balance une autre vanne à propos du mariage et on y retourne.
Ha ok alors en fait vous fêtez cet événement en le tournant en dérision.
T'a tout compris. Et tu ne veux même pas entendre ce qui se dit quand j'y vais les autres jours.
Et vous n'avez pas peur des flics ?
Règle numéro 1. Le plus hallucinant c'est que les gens s'y tiennent. Je ne sais pas comment ça se passe. Moi même je me suis surprise à ne pas me rappeler totalement de mes soirées passée la bas. Tout ce que je me rappelle c'est que je m'étais éclatée, que j'avais plein de musique dans la tête, que l'ambiance défiait l'imagination et que je voulais y retourner. Et c'est pas dans les boissons j'ai vérifiée !
C'est flippant ton truc quand même.
Si c'est pour assurer l'espérance du bar moi ça me va.

Notre passage sur scène fini avec [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et moi au chant (allez chercher la vanne par vous même) sous les applaudissements des gens. On a assuré, les membres du groupe me remercie d'avoir remplacée leur bassiste absent. Une fois ma basse débranchée et mise en consigne (je retournerai jouer plus tard quand il y aura une période de creux), je me dirige vers une table. Putain un canapé libre ! La chance ! Je m'allonge dessus tandis qu'un serveur viens prendre ma commande.

"Une timbale de nectar relevé au lys blanc.Au cheaker. Merci."

C'est quoi ce.....
Les noms des boissons ? Cherche pas c'est bourré de références et de blagues cette carte des plats et boissons.
.....tous des tarés.
Je ne suis pas fatiguée mais essoufflée ça oui. Ma commande arrive. L'instant détente commence.....enfin jusqu'à ce que des ahurit viennent me voir. Va falloir calmer certaines ardeurs on dirait....

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Invité ? Viens brûler avec moi en firebrick !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 


Narra Thème:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
II ▲ Elève
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 426
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SANTIANO! [Libre] Sam 15 Oct - 15:07

La Forge. J’aime beaucoup ce bar, on y joue de la bonne musique, l’ambiance y est chaleureuse mais les gens ne viennent pas pour autant vous importuner. De plus, l’agencement du lieu fait qu’il est facile pour moi d’y circuler, même si je n’ai pas seize ans, je fais plus mure que je ne le suis et le patron m'aime bien. Je suis une habituée du bar, j’y viens presque tous les soirs après mon entrainement, où lorsque je m’ennuie. Mon entraîneur ne serait pas trop pour m’y voir mais de toute façon il a bien compris que je n’en faisais qu’à ma tête, et puis tant que je rapporte des résultats et que je reste au top des espoirs national, ça lui suffit. J’ai trouvé ce bar par hasard, enfin plutôt par erreur… Je cherchais une forge, une vrai, pour plusieurs projets qui concernaient mon sport et mon kantele, et quand j’ai demandé à un passant il m’a indiqué cette endroit. Depuis je suis sur presque toute les scènes ouvertes.

Aujourd’hui la Forge sera mon échappatoire, avec le mariage de la Fujiwara et de la mascotte des Passions, le lycée et devenu un enfer, la ville de même. Même le lac où je patine et envahit, pas beaucoup, mais quelques personnes se font une aprèm' romantique en regardant la retransmission de ces p*tain de noces. Tous ces cris hystériques et cette effervescence me fatigue, la Forge et le seul endroit je pense ou j’aurai enfin la paix. J’entre donc dans le bar pour la soirée santiano, qu’il aurait dû appeler Shamio, et je me dirige vers ma table habituelle, dans un coin avec un canapé. Pour l’occasion je porte un haut en cuir noir à col chinois, qui couvre uniquement ma poitrine, sans manche, avec une jupe noire, des chaussettes longues grises anthracite et enfin des doc’ vernis à talons noire. Pour couronner le tout je me suis fait une longue tresse qui m’arrive en dessous du bassin. Je m’assis et un serveur m’ayant reconnu viens prendre ma commande.

-Salut Iso, qu’es ce que je te sers ?

-Une hydromel kiitos Anton…

Je l’aime bien Anton, c’est pour ça qu’il est l’un des rares à pouvoir m’appeler Iso, il vient du nord, pas de l’archipel, mais quand même, il me comprend. Aussitôt commandé, il revient avec mon hydromel. Je souris gentiment, même si je ne le regarde pas, il sait que je ne peux le voir. J’écoute, en profitant au maximum. Mais attends, cette basse… Cette chaleur… Aucun doute…C’est Narra… AAAAAAAAAHHHHH j’adore leur reprise P*TAIN ! Je rigole intérieurement, un rictus moqueur sur mon visage. Je laisse même échappé un petit rire cristallin et je retourne à mon hydromel, ce bar et le seul endroit où je me laisse aller, où j’arrive à montrer mes émotions. Je lisse ma jupe noire, et je lève mon verre vers le groupe. Leur chanson se termine et mon hydromel avec, je répète il aurait dut remplacer santiano par shamio, ça aurait été bien plus drôle, mais enfin tout le monde et chaud, je vais les faire pleurer avec un peu d’émotions maintenant. Je me dirige vers la scène, j’ai pris mon kantele aujourd’hui, un douze corde, spécial évidemment, il est constitué d’un unique bois d’élan, finement ciselé d’entrelas, un son unique. Je fais signe au mec qui gère la scène, qui donne le micro que je saisis à tâtons. Un batteur me rejoint ainsi qu’un claviste. On s’installe et je porte le micro à ma bouche en souriant.

-Après l’humour il est temps de sortir vos mouchoirs.

Je gratte doucement les corde de mon kantele, d’abord lentement puis de plus en plus vite pour enfin arriver au bon rythme et je me met à chanter :

Taas yks yksinäinen ilta,
muut frendit pois sut vei
ja mukaan päässyt en
Taas yks sulle tärkee silta
jota lähdit kulkemaan
jätit mut oottamaan

Minne sä meet
Mitä sä teet
Kenelle voin puhua
Kenelle voin puhua
kun sä olet kaukana

Tv ruutu ja lämmin syli
Ilman sua vain kylmä tuli
Tiedät että haluan sun palaavan
Mä sua odotan
ja elämän ilon kadotan
Tiedät että haluan sun palaavan

Taas yks yksinäinen ilta
omia juttujas taas teet
ja poispäin musta meet
Taas yks sulle tärkee silta
jota en saa ylittää
sen toiseen päähän en ees nää


Les briquets s’allumes, tout le monde ondule en rythme, l’instant devient magique, les gens chante avec moi…  

Minne sä meet
Mitä sä teet
Kenelle voin puhua
Kenelle voin puhua
kun sä olet kaukana

Tv ruutu ja lämmin syli
Ilman sua vain kylmä tuli
Tiedät että haluan sun palaavan
Mä sua odotan
ja elämän ilon kadotan
Tiedät että haluan sun palaavan

Varo ettei siltas romahda
ja ettet päätäs kolauta
Ja kun tuut takaisin
sä tiedät kuka täällä odottaa

Woo-u-woo

Jee-ee-eah

Tv ruutu ja lämmin syli
Ilman sua vain kylmä tuli
Tiedät että haluan sun palaavan
Mä sua odotan
ja elämän ilon kadotan
Tiedät että haluan sun palaavan

Tv ruutu ja lämmin syli
Ilman sua vain kylmä tuli
Tiedät että haluan sun palaavan
Mä sua odotan
ja elämän ilon kadotan
Tiedät että haluan sun palaavan


Les dernier accords résonnent et je remercie la foule d’un signe de tête, sous un tonnerre d’applaudissement, littéralement assourdissant. Je quitte la scène et rejoins ma table. Devinez qui y est ? Narra évidemment ! Avachie sur le canapé, je dégage une de ses jambes et je m’assoie à côté d’elle.

Salut, comment tu vas ?

Mon ton est légèrement plus chaleureux qu’au lycée, et puis j’aime bien Narra donc bon.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: SANTIANO! [Libre] Dim 6 Nov - 3:02

C'est en après midi, dans la classe de musique que Erwan retrouve un lettre. Cette lettre est avec le cachet de son clan. Qu'est ce qu'on va lui demander de faire ? Ça fait deux ans qu'on ne lui a pas donne de leurs nouvelles. Et il ne faut pas être un génie pour comprendre que cette lettre doit sûrement lui parler d'un service. C'est la même qu'il recevait à chacune de ces missions. Va-t-il reprendre du service? Il a donc le choix de faire ce qu'il souhaite. Il  retourne donc dans son appartement pour lire cette fameuse lettre. Il ne peut pas se permettre de le faire dans le lycée. Si jamais quelqu'un le remarque, il n'aurait pas le choix de le tuer. Et Erwan se passerait bien d'en arriver à  un tel crime. Le principal ne va pas lui donner de seconde chance sinon.

Une fois à son appartement, il ouvre donc pour en voir son contenu. Il peut y voir un message complètement coder. C'est donc quelque chose de si important pour eux ? C'est très rare que ce genre de chose arrive. La famille doit vouloir garder ce contact secret. Notre professeur n'a donc pas le choix de sortir le livre de famille pour en traduire ce qui est écrit. Le clan a ses propres codes mais ils sont très rarement utilisés. Donc Erwan ne les a jamais appris, on lui a juste donné ce livre si jamais il doit un jour le décrypter, comme en ce moment même. Et je peux vous dire que c'est assez long, car il y a le nombre impressionnant de 2000 caractères qui se ressemblent en plus tous plus ou moins. Donc apprendre autant  de caractère paraît impossible. Enfin ce n'est pas Erwan qui en aura la patience. Une fois qu'il en a terminé on pouvait donc en lire ceci :

- On a besoin de toi. Rendez-vous ce soir à la Forge. Si tu ne viens pas tu sais ce qu'il adviendra.

Erwan n'apprécie pas les ordres, surtout de ce genre là. Et puis il a déjà eu suffisamment de problème avec eux.  On dirait que tout ce qu'il n'aime pas vient à lui. Entre Sharif et ça, c'est tout de même de l'abus tout ça ! En tout cas, si le destin existe, c’est qu’il est contre lui. Tant d'événement inattendu en un seul mois. Est-ce que ce serait le mariage de Mio qui porterait donc malheur ? Espérons d'ailleurs que ce mariage n'a totalement aucun lien, mais c'est sûrement trop beau pour que ce soit juste un simple hasard. On imagine déjà le pire avec Erwan de toute façon. En plus il se fait menacer par son propre clan. C'est une des premières fois qu'il voit ça. Est-ce que les événements leurs ont tant posés problèmes. Pas forcément, c'est juste leurs réputations qui a pris un coup. Mais de toute façon il ne suffit pas grand chose à les énervés. Il suffit juste d'être un peu du genre borné comme Erwan. Personne à part la cheffe Vangarsenn ne l'a jamais vraiment défendu. C'est bien triste qu'il ne  retienne que ceci, car la seule qui a dit qu'il peut bien être "utile". Il n'y a aucun signe d'affection dans ses paroles. La seule chose qu'on peut y voir c'est un homme qui exploité.

On s’écarte de sujet, Erwan est déjà partis ! Il a décidé de partir sans ses oiseaux qui lui ferai perdre en discrétion. Au lieu de ça, il part à l'ancienne: avec un bloc note et un stylo phosphorescent. Très utile, on peut donc même le lire dans le noir. Plus ils se rapproche du quartier, plus il sent son stress. Sa vigilance grimpe également. Les anciennes habitudes reprennent, cet peur d'être observer par quelqu'un, d’attirer les mauvais regards vers soi. Il ne veut pas revenir à ce genre de situation. Il se retrouve à craindre pour son avenir. Et puis la suite est encore à voir. Qui va être là bas ? Erwan a quelques idées en tête, en pensant à ses anciens collègues. Cet histoire lui fait remonter ses anciens souvenirs. Allait-il recroiser "soeur" Taquin ? Ce n'étais pas impossible, c'est souvent elle qui s'occupe du briefing de mission. Il ne sais pas si c'est vraiment une bonne nouvelle de la voir. Il ne la surnomme pas comme ça pour rien; avec son caractère de femme forte qui aime taquiner Erwan, je peux vous dire qu'il ne l'apprécie pas forcément. Elle n'est pas méchante mais il n'aime pas qu'on s'amuse avec lui non plus. Il n'est pas du genre à aimer les blagues, et encore moins quand il en est la cible.

Il arrive enfin dans ce bar qu'est la Forge. Il se dirige dans le premier sous-sol et se mêle dans la foule. Erwan connais beaucoup tout ces bars. Il se souvient y avoir jouer du piano du fois avec un groupe il y a encore 6 mois de ça. Tout ça pour tenter de survivre, et ne pas finir seul dans la rue. Son talent lui a tout de même sauver la vie en y réfléchissant. Mais il y a gagne beaucoup moins par rapport à son ancien travail. Mais Erwan ne va pas se plaindre, au moins les policiers ne vont pas venir le chercher pour ça. Recommencer son travail, ça lui faisait mal de se dire ça. En plus le choix n'est en aucun cas permis. La seule chose avec quoi il pourrait se rassurer c'est de voir la femme du chef du clan. Erwan aime comme beaucoup du clan l’appeler Dame Vangarsenn. C'est vraiment l'une des seules personnes dont il est sûre qu'il apprécie. Mais il n'est en aucun sûre de la revoir un jour. Car il sait que si quelqu'un le voit avec elle, il y aura beaucoup de soucis politique. Ce serait même bien impossible que ceci lui arrive un jour. Tout ça à cause d'un foutu casier judiciaire. Il suffit d'avoir une ligne là dessus et c'est impossible de se rattraper.


Enfin bref l'ambiance dans ce bar est bien particulière avec fameux concert. Le Erwan pouvait entendre des voix féminines, ces voix lui disent bien quelque chose... Mais quoi ? Il ne voulait pas y faire attention. Il regarde un par un les gens de la foule, cherchant l'une de ses anciennes connaissance. Mais il ne voit personne. Il a tout de même persévéré pendant cinq bonnes minutes. Mais on dirait bien qu'on ne va pas le voir pour aujourd'hui. Alors il laisse tomber pour ce coup-ci et se dirige vers le bar. Il se pose sur le comptoir, l'un des barman le remarque et s'approche de lui. Il écris sur son cahier pour en demande. L'homme fit une légère grimace quand il a compris qu'il est muet. Le genre de comportement qu'Erwan a l’habitude mais qui le fait toujours soupirer.

Une fois son café à la main, il se dirigea sur un des canapés pour se poser. Cette endroit empeste l'alcool. Il est évidemment le seul à boire autre chose. Il préfère largement prendre sa petite dose de caféine, ça a effet de le calmer un peu.Et il attends quelqu'un en plus, ça lui fera perdre un peu son stress. A coté de lui il pouvait voir une jeune fille.. Elle semble être une hybride comme lui, on remarque ses écailles sur son bras. Elle semble assez jeune, à peu prés l'age d'un élève qu'il pourrait voir au lycée. Elle étais avec son verre d'alcool à la main, ça ne le surprends même pas. Dans la forge ils ont tout de même un certaine réputation là dessus. C'est à se demander comment il parviennent à garder encore cet endroit ouvert. Au moins, les trafics ne sont pas ici, ils sont vigilants là-dessus. L'ennui commence à venir sur Erwan il se décide à dessiner et prends la première chose qu'il voit ; la jeune fille aux écailles.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
SANTIANO! [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: