Heberger image

Bienvenue !

Nous avons tous déjà entendu parler de la légende du Triangle des Bermudes, mais que savons-nous sur ces mystérieuses disparitions ? Les Humains ne peuvent pas y répondre, nous habitants de l'Île du Cœur des Bermudes, nous le pouvons. Les pauvres voyageurs n'ont jamais pu franchir la barrière qui les séparent de notre monde. Comble de leur malheur, seuls les navires et autres objets matériels atteignent l'Île. Les voyageurs sombrant alors dans les profondes abysses de l'Océan. A l'heure d'aujourd'hui nous trouvons encore des manuscrits Humains que nous conservons soigneusement. Beaucoup de nos scientifiques se posent une même question : Avons-nous un lien de parenté avec cette espèce ? Les avis sont mitigés, certains prennent l'exemple des Mentalistes, ressemblant traits pour traits aux Humains et d'autres prennent pour exemple les Hybrides et les Nymphes ne pouvant pas descendre de la race Humaine.Lire la suite ?


Liens Utiles
RèglementAnnexesBottin PartenariatsTumblr


Processus
Les cerveaux.
5 Eleves ▲ 147 Pt ▲ 2 Clefs

Passion
Les curieux.
7 Eleves ▲ 156 Pt ▲ 3 Clefs

Liberté
Les sportifs.
6 Eleves ▲ 82 Pt ▲ 7 Clefs

Evasion
Les artistes.
7 Eleves ▲ 219 Pt ▲ 2 Clef

Origine
Les glandeurs.
7 Eleves ▲ 187 Pt ▲ 5 Clefs

Le Personnel
Les tyrans.
10 Employés ▲ Hors Classement ▲ 4 Jokers

Citoyens
Le peuple bermudien.
5 Citoyens ▲ Hors Classement


Le Staff
  
 
Eirin Keiko
Modo ▲ MP
 
Charly May
Modo ▲ MP
 
 
Sekai Yoki
Modo ▲ MP
 


Membre du Trimestre


Top Sites


Partenaires


LE COEUR DES BERMUDES



 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Sam 17 Aoû - 21:34


Il est temps de faire connaissance
[Pv : Wendel E. Jacke]

Je me demandais souvent quel était le meilleur son pour se réveiller. J'ai testé de nombreux réveils, ces appareils démoniaques qui vous force à vous lever par leurs cris stridents. Mais je les ai toujours trouvé trop agressifs, il me faut de la douceur dans ce monde de brut. A force de chercher, j'ai fini par trouver. Les petits roucoulements, les longs chants, les sifflotement, les oiseaux sont le meilleur réveil de ce monde. Ils ont la douceur et la légèreté qu'il me manque.
J'ouvrais lentement les yeux, un sourire apaisé aux lèvres. C'était vraiment le meilleur réveil de la planète. De bonne humeur, je me levai sans ronchonner et allai ouvrir la fenêtre pour admirer et entendre de plus près ces petits tas de plumes. Je jetai un coup d’œil vers l'horloge qui était au dessus de mon lit pour voir qu'il était six heures vingt. Un peu trop tard pour aller travailler au labo' avant les cours mais assez tôt pour pouvoir prendre mon temps. Je pris dans un dans mon placard le sac que j'avais placé là la veille. J'y conservais les miettes de pain pour le leur donner, pour qu'ils continuent de chanter sous ma fenêtre tous les matins. Je posai un petit tas sur le bord de l'encadrement. Je fis à nouveau un sourire en les voyant picorer avant de me rediriger vers mon placard pour prendre mes habits. J'avais pris l'habitude de m'habiller dans ma chambre, mais maintenant que je vivais en colocation je ne pouvais plus me permettre de faire comme à la maison. Je jetais un coup d’œil sur le corps allongé dans le lit voisin au mien. Il était grand ce Wendel, ses cheveux étaient éparpillés sur son visage. J'étais contente que mon colocataire soit de ma classe, je me demandais souvent comment les colocataires feront s'ils venaient à être ennemis. Je n'aurais jamais ce problème, sauf si le troisième colocataire est un simple allié ... Pourvu que non ! Je pris mes affaires et pris la direction de la salle de bain.

Tout était mixte dans ce lycée, tout sauf les sanitaires. Heureusement à cette heure-là, il n'y avait pas foule. Un des premiers jours je m'étais fait avoir en arrivant tard. Je suis arrivée en plein milieu d'un champs de bataille pour avoir une place pour se voir dans la glace. C'était ... Terrifiant.
Fin prête, je passai par les cuisines prendre un morceau à manger. J'avais un peu traînée aujourd'hui et lorsque je fus devant la salle de cour, la sonnerie retentit. J'entrai dans la salle et pris place.

J'aimais les cours, j'aimais me cultiver mais pourtant aujourd’hui je trouvais le cour long et ennuyeux. La sonnerie retentit enfin, me libérant de cette heure bizarrement interminable.  Je regroupais mes affaires et alors que j'allais me lever pour sortir, je vis mon colocataire sur un des bureaux voisins au mien. Je ne lui avais jamais parlé, il était peut-être temps de commencer ?

- Bonjour Wendel, bien dormis ?

Je lui fis un petit sourire. Je ne lui avais jamais parlé mais ce n'était pas pour autant que je ne savais pas qui il était. Je ne me serai jamais permis de dormir sereinement à côté d'un parfait inconnu ... En même temps je n'aurais pas pu.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Merci de ne pas envoyer de MP à ce compte.
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 584
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Sam 17 Aoû - 23:40


Quand Wendel dormait, il dormait. Il fallait déployer de grands efforts pour le tirer de son sommeil. Alors, valait mieux qu'il le fasse lui-même. À vrai dire, il était réglé comme une horloge : il lui suffisait de regarder l'heure avant de dormir et de penser assez fort de se réveiller dans quelques heures. C'était un peu comme son deuxième pouvoir, d'après lui. Cette faculté s'avérait des plus pratiques, lorsqu'elle marchait, évidemment.

- À bas les tomates !

Par chance, ce matin-là, elle ne lui avait pas fait défaut.

- Euh... pardon.

Il s'était réveillé en sursaut, et se retrouvait assis sur le matelas, contre le mur, fouillant la chambre encore sombre du regard. Ses pupilles s'accommodèrent sans trop d'encombres à l'obscurité, et vinrent se poser sur le lit d'à-côté. Pas de colocataire en vue. Enfin, ils ne s'étaient pas trop croisés, pas du tout adressé la parole et il savait tout juste de qui il s'agissait. Quelque part, le jeune homme s'en moquait, et si l'année venait de commencer et qu'il était probablement normal de ne  pas encore avoir d'amis, il ne comptait pas s'en faire. Quelques connaissances lui suffiraient amplement.
Il regarda l'heure. Il lui restait moins d'une demi-heure pour se préparer - c'était presque trop. Il s'habilla sans se presser, se passa une main dans les cheveux, attrapa ses affaires de cours, et, ayant décidé de ne pas manger ce matin, se dirigea vers la salle de bain pour un passage éclair. Une fois qu'il eut fini de s'affairer, un regard au miroir lui permit de constater que les cernes sous ses yeux étaient toujours aussi marquées, malgré les deux nuits de sommeil complètes qu'il avait passées - un exploit que de dormir autant. Haussant les épaules, il sortit et se dirigea vers la salle de cours. "Vrai que ça doit pas partir facilement, ces trucs-là." Se fit-il remarquer pendant qu'il marchait. Cela ne le dérangeait pas, mais il craignait que quelque adulte soucieux ne vienne l'importuner au sujet du nombre d'heures de sommeil nécessaire pour un étudiant. À cette pensée, Wendel eut un petit rire sarcastique. C'était si futile.

Il arriva dix minutes avant le début des cours. Profitant de ce petit temps mort, il sortit ses plus fidèles amis, son carnet et son stylo, puis commença à griffonner tout ce qui lui passait par la tête, sans y réfléchir. Cela l'occuperait quand il s'ennuierait, il n'aurait qu'à réfléchir au sens de ce qu'il avait écrit à ce moment-là. Quand la sonnerie retentit, il entra furtivement et s'installa. L'heure fut banale. Il écouta d'une oreille presque attentive, et fut bien content de pouvoir remballer ses affaires à la fin de l'heure.
Mais alors qu'il s'apprêtait à sortir comme il était entré, une voix se fit entendre à côté de lui.

- Bonjour Wendel, bien dormi ?

Il laissa échapper un "Quoi ?" surpris et leva vers la fille qui lui adressait un petit sourire. "Comment elle connaît mon prénom, elle ?" Se questionna-t-il à voix haute. Puis il reconnut enfin la personne en face de lui, et il lui prit la belle envie de se cacher sous son bureau. Ce n'était pas seulement la déléguée de sa classe, mais aussi sa colocataire. Gêné, il se redressa vivement.

- Euh... Pourquoi cette question ?

Il se racla la gorge.

- Enfin, dans l'intention, c'est sympa, mais j'trouve ça bizarre comme première discussion...

Sa voix s'était un peu brisée dans le dernier mot tant il se trouvait stupide.
Il nota qu'il aurait aussi pu répondre "Ouais, et toi ?".
Ne pas paniquer, Wendel, ne pas paniquer. Ce n'est pas parce qu'on se complique la vie qu'il faut paniquer.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Lun 10 Mar - 21:33

A peine ma question posée, que j'eus un "quoi" venant du cœur comme réponse. Je dois bien avouer que mon approche n'était pas très subtile, mais quand bien même... Un rejet si total ! Il ponctua cette exclamation par un "Comment elle connaît mon prénom, elle ?", charmant. Tout a fait charmant, un rejet inter-galactique. Mon égo venait de prendre un coup, je me croyais pourtant assez connu. J'espérais que les membres de ma classe connaissaient au moins mon nom, après tout c'était eux qui m'avait élu. C'était vexant. Comme s'il avait lu dans mes pensés, il se redressa, prêt à me répondre. Je n'étais finalement pas si fantomatique que cela. Ce Wendel avait juste un problème d'organisation mentale.

- Euh... Pourquoi cette question ? Enfin, dans l'intention, c'est sympa, mais j'trouve ça bizarre comme première discussion...

Pourquoi ? Parce qu'il faut bien que je discute un minimum avec celui avec lequel je dors, parce que je veux tout de même m'intégrer et que mon rôle de déléguée consiste aussi à ça. Même si je le savais déjà, j'aurais pu trouver mieux comme approche, mais c'était tout de même mieux que rien. Je lui fis un petit sourire, autant jouer le jeu de la pseudo sincérité.

- Tout simplement parce qu'il fallait bien que je trouve un moyen de t'approcher et ...

Je m'approcha de lui, et baissai alors un peu la voix, comme sur le ton d'un confidence :


-  ... aussi parce que ce matin, alors que je passais devant la chambre , j'ai entendu un "à bas les tomates". Je me suis donc aussi demandée ... Pourquoi ? Tu menais une armée de poireau qui luttait contre l'ennemi tomate ?

Je lui fis un grand sourire moqueur et me redressai. J'attendais sa réaction, remettant une mèche rebelle derrière les oreilles, le sourire toujours lié à mes lèvres.

[Réponse courte que tu as attendu ... 6 mois ? plus ? Je suis désolée ... En plus je te fais une réponse toute pourrie, mais je ne savais pas quoi répondre :x]

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Merci de ne pas envoyer de MP à ce compte.
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 584
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Dim 23 Mar - 14:20


Elana lui adressa un petit sourire, ce qui n'était pas pour le rassurer.

- Tout simplement parce qu'il fallait bien que je trouve un moyen de t'approcher et ...

Non, vraiment pas. La suite se faisait attendre avec anxiété ; il aurait tellement aimé pouvoir s'enfuir vite fait sans qu'on le remarque. Malheureusement, c'était impossible, et il se retrouvait au pied du mur : condamné à jouer une pièce qui tournait mal dès les premières répliques. Elle s'approcha un peu de lui et lui adressa à mi-voix :

-  ... aussi parce que ce matin, alors que je passais devant la chambre , j'ai entendu un "à bas les tomates". Je me suis donc aussi demandée ... Pourquoi ? Tu menais une armée de poireau qui luttait contre l'ennemi tomate ?

Le suicide lui parut soudain être une perspective bien alléchante. Il manqua de s'étrangler. Mais c'était pas vrai ! Pourquoi fallait-il qu'il se mette toujours en mauvaise position ? C'était trop dur, de ne pas se faire remarquer pendant ne serait-ce qu'une journée ? Surtout de ce genre de façon... il s'en voulait franchement de ne pas avoir pu avoir quelque chose de plus intelligent à hurler en se réveillant en sursaut. Même "À bas les Spartes" aurait été bien plus pertinent. Ne tenant pas à se gifler en public - ne nous enfonçons pas dans la tourbe, Wendel - il se plaqua une main sur le visage, agité, malgré lui, d'un petit rire nerveux. Ah, il n'était plus à ça près. Au bout de quelques instants, il releva des yeux pleins d'un genre de détresse vers sa colocataire. Dire qu'il allait devoir la croiser tous les jours. Cela lui ferait sa dose de honte quotidienne, remarque.

- Je.. heu... je suis désolé ! Je m'entends pas toujours parler, alors je dis des trucs bizarres...

C'était une façon de le dire. Le fait qu'il ait réussi à formuler correctement une idée lui fit, durant quelques instants, oublier son caractère pathétique. Quelques instants ; étant donné le "Victoire" qu'il venait de s'écrier à voix haute. Son regard ambré revint sur Elana, agrémenté de nombre d'excuses.

- Ah ! Pardon ! Excuse-moi, j'y peux rien, c'est... c'est embarrassant !

Paniqué, il avisa l'idée de se plonger sous la table, de se mettre en position fœtale, et d'oublier. Mais cela n'arrangerait guère les choses, alors il y renonça *Wendel, tu aurais du naître muet !* se lamenta-t-il, en son for intérieur, pour une fois. En une dernière tentative de sauver la situation, il lui adressa un léger sourire gêné.

- Je ferais peut-être mieux de me taire, hein ?

C'était toujours moins pire qu'autre chose...



avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Dim 23 Mar - 15:33

Mon regard plongé dans le sien, je le vis se plaquer une main au visage un rire gêné aux lèvres. Cette discussion semblait le mettre mal à l'aise, en même temps assumer un réveil en cri primaire sur les tomates ne devait pas être chose facile. Au bout de quelques instants son regard rencontra à nouveau le mien, celui-ci était empli de détresse. Le pauvre ... C'était intéressant comme première interaction.

- Je.. heu... je suis désolé ! Je m'entends pas toujours parler, alors je dis des trucs bizarres...

Il détourna encore son regard. Même dans ses paroles on se rendait bien compte que j'avais peut-être poussé le bouchon un peu loin. Il était tout sauf à l'aise et disait des choses peu logiques. Comment ne pas s'entendre parler ? Sauf si la personne était habitée et que sa deuxième personnalité prenait le dessus pour parler à votre place, petite pensée à Keyci,  je ne voyais pas comment on pouvait parler sans s'en rendre compte. Son regard revient croisé le mien, maintenant chargé d'excuses en plus de la détresse.

- Ah ! Pardon ! Excuse-moi, j'y peux rien, c'est... c'est embarrassant !

Encore des excuses ? Le pauvre ... Sa situation devait être terrible, un vrai carnage mental. J'avais même un peu pitié de lui, mais juste un peu. Il ouvrit encore sa bouche, les lèvres portant un sourire gêné.

- Je ferais peut-être mieux de me taire, hein ?

C'était une possibilité, mais à ce moment-là la conversation était close et ça je ne le voulais pas. Je lui fis donc un petit sourire prête à lui répondre quand...

- Wendel, Elana, le cour est fini, faites-moi le plaisir de sortir. J'aimerais autant que les autres profiter de ma pause.


Je murmurai un petit désolé à l'attention du prof et rassemblai précipitamment mes affaires. Avant de partir de la salle je lui fis un sourire.

- Tu ne devrais pas être aussi gêné, et tu ne devrais pas te taire, mais respirer un peu. Ça te ferrait du bien, je ne suis pas un monstre, je ne te ferai pas de mal.


Je pris la direction de la porte, et avant de franchir le seuil de celle-ci je me retournai.

- On peut toujours continuer cette conversation dehors. Les tomates, c'est ma passion.

Je lui fis un sourire accompagné d'un petit clin d’œil avant de sortir. Je m'adossais au mur en face de celle-ci attendant que Wendel sorte. Je lançais un regard au prof qui avait l'air de s'énerver dans son coin. C'était ma petite vengeance pour le cour tout pourri qu'il nous avait donné aujourd'hui. Les autres élèves étaient déjà tous partis depuis bien longtemps et le couloir était vide. Ils étaient tous dehors ou dans leur base, à profiter du soleil ou à laisser libre cour à leur passion. Pour l'instant je voulais continuer de faire connaissance avec mon colocataire, mais après, qu'allais-je faire ? Très bonne question, et je n'allais pas y répondre tout de suite parce que j'en avais aucune idée.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Merci de ne pas envoyer de MP à ce compte.
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 584
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Dim 23 Mar - 18:48

Elle adressa un nouveau sourire à Wendel. Etait-ce donc son unique réponse à tout ? Il se sentit encore plus mal à l'aise, ne sachant pas trop comment le prendre. Quoique, il voulait bien admettre qu'il y avait là de quoi se moquer. Mais son attitude n'en restait pas moins peu sympathique. Elle s'apprêtait à parler, mais le professeur la coupa dans son élan.

- Wendel, Elana, le cours est fini, faites-moi le plaisir de sortir. J'aimerais autant que les autres profiter de ma pause.

Élana, sans demander son reste, s'excusa auprès de l'adulte et rassembla toutes ses affaires pour se diriger vers la porte. Il ne put s'empêcher de se sentir soulagé ; elle allait peut-être l'oublier et abandonner l'idée de faire connaissance avec l'énergumène qu'il s'avérait être. Il n'avait pas forcément le sentiment que faire connaissance, suite aux dernières répliques échangées, serait chose agréable. Seulement, elle se retourna et lui adressa un nouveau sourire. Il lui eut volontiers demander d'arrêter avec ça, mais se retint, conscient que là ne se trouvait pas non plus une superbe alternative.

- Tu ne devrais pas être aussi gêné, et tu ne devrais pas te taire, mais respirer un peu. Ça te ferait du bien, je ne suis pas un monstre, je ne te ferai pas de mal.

Il fut surpris. Même s'il savait parfaitement que sa colocataire n'était pas une mangeuse d'homme, avoir confirmation de sa part apaisait un peu son anxiété. Et puis il n'y avait pas de mépris ou la moindre expression narquoise, dans son regard. Soit elle savait très bien jouer la comédie, soit elle était très tolérante. La première solution lui semblait plus plausible venant d'une fille qui entreposait des tonnes de poupées dans une chambre. Tous ses espoirs d'être tranquille étaient brisés, mais, au moins, la conversation serait probablement bien moins pénible, dans les moments à venir. Il se demanda si elle allait partir sans plus rien ajouter, tandis qu'elle se dirigeait vers la porte. Il eut sa réponse lorsqu'elle se retourna en arrivant à son seuil.

- On peut toujours continuer cette conversation dehors. Les tomates, c'est ma passion.

Il ne savait pas s'il devait interpréter ça comme une claire invitation à poursuivre. Une fois encore, la réponse vint d'elle-même, ici traduite dans un clin d’œil accompagné de cet éternel sourire. Il coula un bref regard au professeur, qui le toisait d'un air plus ou moins impatient et interrogateur. Vrai que d'habitude, il était des premiers à sortir - s'enfuir convenait mieux dans le cas présent. Il détourna immédiatement les yeux et s'empressa lui aussi de ranger ses affaires avant de sortir sans même songer à adresser une parole à la personne qui le fixait. Une fois sorti, Wendel replaça son haut de forme sur sa blanche chevelure en bataille, et avisa Élana qui l'attendait, adossée au mur. De toute évidence, nul moyen d'y échapper. Les lieux étaient déserts. Il haussa les épaules et s'approcha d'elle, n'ayant de toute façon rien d'autre à faire. Il s'encourageait en se disant qu'un semblant de vie sociale ne pouvait lui faire de mal, de toute façon.

- J'avais jamais entendu parler de la passion des tomates, c'est assez original.

Il ne savait franchement pas quoi dire, mais se sentait obligé de faire quelques efforts. En la regardant, il ajouta :

- Je pense qu'on pourrait essayer d'oublier ce qui s'est passé tout à l'heure, hein ? J'ai pas trop l'habitude de voir les gens venir vers moi, alors j'ai un peu... bon, pas un peu, mais j'ai un peu paniqué.

Il étouffa un léger rire, une main devant la bouche. Pourquoi diable ne pouvait-il pas réprimer ces instincts euphoriques totalement hors-sujet ? Il manqua de s'excuser à nouveau, mais ne le fit pas. Il avait assez présenté d'excuses aujourd'hui pour le reste de la journée, au moins. Il cherchait quoi rajouter, en espérant que Élana le devancerait pour une quelconque réponse.

avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Mar 1 Avr - 18:12

Je fixais la fenêtre au fond du couloir en attendant que mon camarade daigne me rejoindre. Il faisait vraiment beau, c'était rare. Après ma petite discussions sûrement irais-je élaborer mes nouveaux joujou à l’extérieur pour profiter de ce soleil radieux. J’imaginais déjà ces rayons de lumière lécher mon dos et illuminer mes travaux, cela allait être agréable. Une petite vérification vers la cime des arbres, pas de vent : les meilleures conditions météorologiques pour travailler en plein air, quoique une petite brise n'était jamais désagréable.
Le retour de Wendel me sortis de mon débat sur le climat. Il réajusta son chapeau qui était un haute-forme. J'avais tendance à oublier que les élèves n'étaient pas normaux dans mon lycée. Quand bien même ce chapeau allait de paire avec son style, cela restait particulier comme tenue vestimentaire quotidienne, mais qui étais-je pour juger ? Personne. J’appartenais à ce monde de fou, j'étais un de ses pions.

- J'avais jamais entendu parler de la passion des tomates, c'est assez original. Je pense qu'on pourrait essayer d'oublier ce qui s'est passé tout à l'heure, hein ? J'ai pas trop l'habitude de voir les gens venir vers moi, alors j'ai un peu... bon, pas un peu, mais j'ai un peu paniqué.

Il plaqua sa main devant ses lèvres, tentant de retenir son rire. C'était une personne très nerveuse, rire comme cela pour rien. Il n'avait pas bien la fibre sociale, et il venait de le dire par lui-même. Il avait aussi un petit problème avec la notion du "un peu", mais rien de bine méchant. Je ne savais pas trop pourquoi mais ce camarade de classe attirait ma sympathie, et pour une fois ce sentiment était plutôt sincère. Peut-être était-ce juste mon instinct de survie qui me dictait de bien m'entendre avec cette personne pour dormir en paix, possible. Je lui fis encore un sourire, pris une inspiration et pris la parole.

- Oui cette passion est malheureusement que très méconnue, mais elle connait un véritable boum dans sa popularité ces derniers temps. Bref passons, oui on pourrait si ça peut te faire plaisir.

Elle lui refit un autre de ses grands sourires. Un bruit. Je tournai immédiatement la tête vers ce bruit pour voir le professeur qui venait de nous faire cours, trébucher sur la serpillière de la femme de ménage. Il devait être sonné avec s'être pris la porte du casier qui était ouverte et n'a donc pas vu cette pauvre serpillière. Le fracas venait donc de sa tête contre le casier. Pauvre prof, il allait avoir une jolie bosse demain, c'était sa journée. Il se releva précipitamment, repris une certaine contenance et s’enfonça dans le dédale e couloir qu'offrait notre lycée.Je retournais mon attention vers Wendel.

- Ça ne doit pas faire du bien.

J'eus une petite mimique moqueuse avant d’enchaîner.

- On cas resté ici planté longtemps ? A moins que ta passion à toi soit de compter les victimes de la serpillière.

Je lui offrais un sourire narquois et lui lançai un regard interrogatif. Sa réponse ne m'importait pas énormément, dans tous les cas j'allais sortir de ce couloir, mais je voulais quand même qu'il me suive de son plein grès.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Merci de ne pas envoyer de MP à ce compte.
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 584
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Mer 2 Avr - 15:55


Mais qu'avait-elle avec ces sourires permanents ? Wendel parvint à réprimer l'espèce de glapissement qui lui montait à la gorge tandis que Elana prenait la parole :

- Oui cette passion est malheureusement que très méconnue, mais elle connait un véritable boum dans sa popularité ces derniers temps. Bref passons, oui on pourrait si ça peut te faire plaisir.


Le malaise qu'il ressentait depuis tout à l'heure se calma un peu. Il tentait de se raisonner, les sourires n'étaient habituellement pas signe d'agressivité ou quoi que ce soit, pas la peine de les craindre de la sorte. Et puis elle voulait bien passer sur le début de la journée, et ça, c'était une bonne chose. Il se sentait nettement soulagé d'un poids, et même le grand sourire qu'elle lui adressait à présent ne se fit pas fardeau. Il s'apprêtait à lui répondre lorsqu'un fracas retentit derrière eux. Elle tourna la tête dans un direction, il suivit son regard ; le professeur, apparemment sonné - pour dieu sait quelle raison - leur offrit le magnifique spectacle de glisser sur la serpillière pour lamentablement tomber au sol. Il n'osera plus jamais nous interroger en cours, songea-t-il à voix basse tandis que le prof en question se relevait, tentant de reprendre un peu de contenance, et s'enfuyait à travers les couloirs. Le pauvre. Et bien que l'envie ne lui manquait pas, Wendel lui épargna toute moquerie : c'était le genre de trucs qui lui arrivaient, il se sentait obligé de faire preuve d'un peu de compassion.

- Ça ne doit pas faire du bien, lança-t-elle, son attention de nouveau déportée sur lui.

Pour toute réponse, il secoua la tête. Pas du bien du tout. Il ne pourrait plus jamais entrer dans la salle d'à-côté sans avoir envie de lancer quelques sarcasmes, maintenant. Il regarda Elana, qui elle ne se priva pas d'afficher un air narquois, reprit la parole :

- On va rester ici plantés longtemps ? À moins que ta passion à toi soit de compter les victimes de la serpillière.

Il ne réprima pas le sourire légèrement amusé, qui, furtivement, passa sur son visage. En effet, sa préoccupation première n'était pas de voir combien de personnes auraient à subir les tendances éparpillées de la femme de ménage. L'idée de déplacer le dangereux objet lui traversa l'esprit, mais, par pure flemmardise, il ne le fit pas. Les autres n'auraient qu'à faire attention, après tout, regarder où l'on met les pieds, ce n'est pas sorcier.

- J'm'en passerai, ça va aller. Et puis faut dire qu'avec un temps pareil serait dommage de rester à l'ombre des couloirs, hein ?

Il avait dit ça sans trop réfléchir, mais on voyait bien à sa pâleur et ses airs de créature de la nuit que le soleil et les belles journées, ce n'étaient pas ses plus grands amis. Il préférait l'ombre et les sorties nocturnes, sans aucun doute. C'était plus calme, on ne mourait pas de chaud, et la lumière n'était pas totalement agressive. Enfin, il savait que cela ne lui ferait pas trop de mal, et maintenant que la conversation avec sa colocataire était un peu engagée, il n'allait pas s'enfuir. D'autant plus qu'il n'avait franchement pas idée de quoi faire, alors autant tenter de connaître des gens. C'était probablement plus enrichissant que de se cacher en attendant que le temps passe. Il avança sans l'attendre de quelques pas dans la direction opposée à celle qu'avait prise le professeur, puis se retourna vers la jeune fille, la lorgnant d'un oeil presque dénué d'anxiété.

- Tu avais prévu quelque chose de ta journée, toi ? Parce que moi non, donc je sais pas où je vais.

Il fut fier de remarquer qu'il arrivait à s'adresser à quelqu'un sans trop de crainte ; mais plus encore de noter qu'il n'avait pas gaffé une seule fois depuis les cinq dernières minutes. Un franc exploit, il priait pour que cela dure. Il aimerait bien au moins qu'une seule personne dans ce lycée ne le prenne pas en grippe à cause de ses légers problèmes d'organisation mentale.

[Désolée pour la réponse pas trop inspirante, j'avais pas d'idée x3]
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Jeu 3 Avr - 17:45


- J'm'en passerai, ça va aller. Et puis faut dire qu'avec un temps pareil serait dommage de rester à l'ombre des couloirs, hein ?

C'est évident que l'ombre des couloirs n'était pas l'endroit le plus attrayant en ce jour. Mais j'avais tout de même posé la question vis-à-vis de son allure. Les vampires n'étaient pas censés ne pas s'exposer au soleil ? A moins que Wendel ne soit pas un vampire mais un allergique à la lumière chaude, ou bien tout simplement il n'aimait pas cela. Ce qui expliquerait son teint assez blafard et le fait que je ne l'ai jamais croisé hors des locaux. En même temps on ne pouvait pas dire que je passais ma vie dehors ... J'étais aussi un peu ermite sur les bords. J'aimais le coté sécurisant du labo et puis tout était à porté de main. Je pouvais tout faire en même lieu, soudure, couture, rembourrage, plan ... Alors pourquoi allez travailler dans un endroit où j'étais limitée ? Aucun. Si, peut-être une inspiration plus grande. L’extérieur était parfait pour imaginer de nouvelle forme, de nouveaux mécanismes. Mais si j'allais bientôt prendre un peu de vitamine D, ce n'était pas pour mes joujoux pour le coup, mais pour suivre Wendel qui s'éloignait déjà vers la sortie. Au bout de quelques pas, il se retourna vers moi, l’œil légèrement interrogateur. Il allait surement me demander si j'allais suivre.

- Tu avais prévu quelque chose de ta journée, toi ? Parce que moi non, donc je sais pas où je vais.


Gagné ! Il devait avoir pris légèrement confiance en lui lors de cette discussion, ces mots étaient plus fermes, moins hésitants. Il n'était pas si associable que l'image qu'il aimait se donner. Pourquoi s'excluait-il autant de la classe ? Pourquoi s'infligeait-il cela ? Bonnes questions auxquelles je n'avais de réponse. Je supportais assez mal la solitude, et c'est pour cela qu'avoir pris le contrôle de la classe Processus me convenais parfaitement. Il faudrait bien admettre que cela me permettais aussi de brosser mon égo dans le sens du poil. J'aimais diriger et me sentir importante, avoir un rôle.
Je dérivais loin, il fallait que je lui réponde, le pauvre. Il allait se poser des questions si je réfléchissais trop, même s'il ne s'était écoulé que quelques secondes, dans l'attente d'une réponse, cela pouvait paraître des heures. Je lui fis donc mon éternel sourire qui précédait quasiment chacune de mes prises de paroles.

- Désolée, j'étais partie dans mes pensées. Et bien allons dehors comme tu le proposais, je n'ai pas grand chose de prévu donc continuons notre petite discussion au soleil.

J'entamais le pas et le dépasser bientôt. J’avançais sans me retourner, je savais qu'il me suivait, enfin je l'espérais. J'avais pris l'habitude de marcher assez vite pour arriver le plus rapidement possible à mes objectifs, mais en compagnie, je surveillais mon allure. Je ne voulais pas qu'il ait l'impression que j'essayais de le semer. Je passai enfin la grande porte pour arriver directement au sein du halo de lumière que je regardais à travers la fenêtre. Je fermai les yeux, tournai le visage face au ciel, pris une grande inspiration et pris la parole accompagnée encore d'un sourire léger.

- Prendre l'air après avoir été enfermée toute matinée ... Je me sens revivre.

Je fis quelques pas avant de faire un petit demi-tour pour pouvoir voir mon interlocuteur.

- Dis-moi, pourquoi avoir choisi la classe Processus ? Crées-tu toi aussi des machines singulières pour ne pas dire bizarre ? En parlant de ça j'espère que l'exposition des mes drones dans la chambre ne te déranges pas.
Une petite brise passa, soulevant quelques mèches rebelles qui ne voulaient pas restaient attachées dans mes couettes. D'un main je les coinçais derrière mon oreille et plissai les yeux pour essayer de distinguer Wendel qui devait se trouvait dans l’encadrement de la porte ou bien plus près, je ne voyais rien avec ce soleil. Tout était à contre-jour.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Merci de ne pas envoyer de MP à ce compte.
avatar
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 584
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke] Sam 5 Avr - 0:50


Les secondes qui précédèrent la réponse d'Elana parurent très longues. Wendel en vint même à se demander s'il avait dit quelque chose de déplacé sans s'en rendre compte - il se méfiait, maintenant. Elle lui adressa l'un de ces sourires qu'il ne prenait même plus la peine de relever, et mit fin à ses doutes :

- Désolée, j'étais partie dans mes pensées. Et bien allons dehors comme tu le proposais, je n'ai pas grand chose de prévu donc continuons notre petite discussion au soleil.

Partie dans ses pensées ? Elle devait être un peu éparpillée. Ce n'était sûrement pas lui qui allait le lui reprocher. Il fut, malgré la présence future de la lumière agressive du soleil, assez satisfait de pouvoir continuer la conversation. Cela faisait longtemps qu'il avait eu l'occasion de vraiment faire connaissance avec quelqu'un ; peut-être se présentait-elle. Elle pris les devants et, à l'instar du jeune homme quelques instants plus tôt, s'avança sans plus attendre. Il nota que cette manie était en fait un peu agaçante, et que s'en débarrasser ne serait pas une sinécure. Garder cela dans un coin de l'esprit, Wendel, on y pensera plus tard.
Il s'engagea à sa suite. Ils parvinrent rapidement à la porte, et, tandis qu'elle s'engouffrait au dehors du bâtiment sans problème, lui, marqua un léger arrêt. Ses yeux étaient quelques peu sensibles à la lumière : la vision d'un lieu baignant dans celle d'un soleil presque à son apogée était plutôt comparable à une sorte de viol oculaire.

- Prendre l'air après avoir été enfermée toute matinée ... Je me sens revivre. 

Entendre une voix extérieure le ramena à la réalité. Ce n'était peut-être pas le moment de songer à l'intimité de ses prunelles. Aveuglé, il marcha néanmoins tranquillement vers l'extérieur. Bon, si l'on oubliait ses rétines brûlées, ce n'était pas si terrible. Et puis il fallait dire qu'Elana n'avait pas tort : l'air était bien plus agréable ici. Il cligna des yeux, recouvrant peu à peu la vue. La silhouette de la déléguée se trouvait environ quelques mètres plus loin, mais il ne pouvait pas en distinguer grand chose.

- Dis-moi, pourquoi avoir choisi la classe Processus ? Crées-tu toi aussi des machines singulières pour ne pas dire bizarres ? En parlant de ça j'espère que l'exposition des mes drones dans la chambre ne te dérange pas.

Question assez intéressante, en effet. C'était d'ailleurs l'occasion d'évoquer le fait que des "drones" ainsi "exposés" de toute part alimentaient un peu sa paranoïa... quoique, ce n'était pas si important, et puis il pouvait faire avec. Surtout qu'il aurait été surpris qu'elle déclare "Très bien, je vais les enfermer à double-tour dans le placard, histoire d'être sûre qu'ils ne se rebelleront pas contre moi et ne défieront pas mon autorité". "Ce sont des poupées, Wendel, juste des poupées..."grommela-t-il d'une voix très basse. Alors qu'une légère brise soufflait, brassant un peu l'air chaud, il parlait en continuant de marcher à pas mesurés, la vue encore très peu claire.

- Oh, si j'ai choisi la classe Processus, c'est d'abord un petit peu parce que je savais pas où aller, et que c'était par défaut ce qui m'allait le mieux. J'aime bien tout ce qui est mécanique et tout ça, c'est intéressant. Mais je fabrique rien, j'ai jamais réussi à faire quoi que ce soit de correct en matière concrète, ça foire toujours quelque part sans que j'arrive à savoir ce qui cloche... mais je dois bien avoir des centaines de plans griffonnés, alors ça n'empêche pas de réfléchir un peu...

Il avait brièvement levé les yeux vers le ciel, terriblement clair ce jour-là. Enfin, il en avait l'impression, de ce qu'il pouvait distinguer.

- Et pour ce qui est de tes... drones là... Y a pas de problème, c'est juste un peu stressant. Au début. Pas que. On se sent un peu observé.

Il se rappela soudain qu'un mensonge, cela consistait à ne pas dire la vérité juste après. Il s'arrêta de marcher, maintenant juste en face d'elle.

- Je m'y suis habitué, depuis l'temps, ça ne me fait plus ni chaud ni froid, maintenant, s'empressa-t-il d'ajouter, un peu en panique, pour tenter de rattraper le coup.

Mais il savait que sa colocataire n'était pas stupide. Il la soupçonnait même d'avoir posé la question en connaissant déjà la réponse. Son air se fit brièvement blasé ; rien que le fait de repenser aux poupées devait, justement stimuler cette fameuse paranoïa. Il trouvait cela absolument idiot. Se méfier de tout n'apportait rien. Il posa des yeux presque voyants sur Elana.

- Et toi ? C'est pas un peu pesant, les responsabilités de déléguée ? Moi, ça me mettrait la pression... Je crois que je comprendrai jamais les motivations qui poussent à vouloir les rôles importants, dit-il en ponctuant la dernière phrase d'un léger haussement d'épaules.

Il se forçait un petit peu à tenter d'alimenter la conversation. Et de noyer sa tentative de mensonge, en espérant qu'elle préfère répondre plutôt que de penser à ses médiocres facultés de comédien. Mais c'était difficile, de converser avec quelqu'un que l'on ne connaissait pas...
Il allait falloir se résoudre à faire des efforts, Wendel.
avatar
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Il est temps de faire connaissance. [Pv : Wendel E. Jacke]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» il est temps de faire croire en la magie [terminer]
» Il est temps de faire parler de soi.
» Il faut choisir dans la vie entre gagner de l'argent et le dépenser : on n'a pas le temps de faire les deux.
» Première missions sans Sensei, il est temps de faire nos preuves.
» C'est le temps de faire un récapitulatif de nos vies respectives je crois... :: Béaden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cœur des Bermudes  :: 
HORS RP
 :: Poubelle :: Rps terminés
-
Sauter vers: